Navigation – Plan du site
Dossier

La sécurité au péril de la solidarité

Thierry Comte

Résumé

Suite aux événements revendiqués par AQMI en Afrique sahélienne, Médecins du Monde a élaboré pour cette région un plan sécurité dans le cadre d’un atelier d’une semaine organisé début février au siège parisien de l’association.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Niger, Sahel
Haut de page

Texte intégral

1Suite aux événements revendiqués par AQMI en Afrique sahélienne, Médecins du Monde a élaboré pour cette région un plan sécurité dans le cadre d’un atelier d’une semaine organisé début février au siège parisien de l’association.

La hausse de la menace

2La menace est réelle, elle sera durable.

3Nous avons connu par le passé des périodes d’insécurité pour les équipes, qu’il s’agisse des guerres civiles au Mali et en Guinée ou encore des rébellions touarègues au Niger. Forts de notre identité et de notre histoire partagée avec les populations, nous pouvions néanmoins négocier et obtenir des « laissez-passer » afin de poursuivre la plupart de nos programmes, malgré quelques restrictions.

4Aujourd’hui, la donne a changé. Les exactions d’AQMI rendent l’exercice difficile et l’avenir de nos programmes incertain. Le « banditisme » qui prévalait encore récemment au Nord-Niger s’est organisé, construisant son empreinte politique. L’ambition est forte pour ce mouvement d’obtenir une lisibilité internationale. Ses actions se construisent au niveau régional, mais leur impact médiatique est d’autant plus fort que la frappe terroriste, totalement décomplexée, peut intervenir n’importe où, n’importe quand. Seule certitude : la politique étrangère de la France, déréalisée dans sa posture belliqueuse, fait de l’expatrié français un objet de prédation convoité, dont les chances de survie sont rendues inexistantes.

5C’est dans ce contexte global que nous avons construit avec nos équipes sur le terrain de nouvelles modalités d’intervention. À côté des mesures classiques de sécurité, un outil de gestion du risque a été mis en place, qui restreint fortement tout déplacement de nos expatriés.

6Si l’internationalisation des équipes fortement recommandée va de soi, elle interroge le sens politique de nos missions. Que devient la solidarité à travers le prisme des mesures de sécurité ?

Quelles solutions ?

7L’expérience somaliennea démontré les limites du remote control, le contrôle à distance : en fin de compte, nous avons fini par perdre… le contrôle de nos programmes. Ce résultat doit nous faire réfléchir bien au-delà de la fermeture prochaine de la mission somalienne de Médecins du Monde. En effet, en regard du très haut niveau technique et politique du cadre d’intervention mis en place dans la Corne de l’Afrique, les équipes de MDM, dans le suivi d’une stratégie à distance, ont constaté qu’une certaine coopération, aussi bien pensée soit-elle, ne peut se substituer à une action de solidarité.

8La solidarité, dans ses aspects de dépendance réciproque, engage chacun dans un lien responsable vis-à-vis des valeurs ou des causes qui rassemblent une communauté. Dans le champ humanitaire, la solidarité se réaffirme à chaque fois qu’une posture politique est assumée : c’est ce qui fait sens, ce qui la distingue de l’altruisme ou de la coopération.

9Valeur fondatrice de notre association, cet engagement, sous couvert d’aspects purement techniques, s’accommode parfois d’une approche médicale ou sociale qui, tout en étant respectable, nous éloigne de notre propre mandat.

10La société civile africaine qui nous interpelle de plus en plus sur le terrain politique interroge directement notre capacité à être solidaire : nous essayons de rééquilibrer la relation d’altérité, conscients que les actions de « santé politique » exigent plus de lisibilité.

11Que ce soit au Rwanda, en république démocratique du Congo ou au Mali, des partenariats exemplaires, construits au rythme des agendas politiques de la société civile africaine, nous ouvrent les portes d’une nouvelle culture de la solidarité. Cette co-construction est exigeante, elle nous engage au plus près de la cause de l’autre, le spectre de l’instrumentalisation n’étant jamais très loin… Pour cet engagement, il faut en être et parfois y être…

Ici et là-bas

12Aussi, partager aujourd’hui les objectifs de l’AME (Association malienne des expulsés), c’est remettre en cause, ou du moins interroger la politique migratoire européenne. Que des expatriés français co-animent ce projet là-bas donne tout son sens à ce type de partenariat.

13Les questions de sécurité que nous avons évoquées plus haut peuvent impacter, du fait de certaines restrictions, les modalités du partenariat en nous renvoyant à la question : quelle prise de risque pour quelle mission ?

14Parole de Coordo nigérien

15« La menace AQMI est réelle mais la perception que les gens en ont et la manière dont on l’aborde diffèrent selon qu’on est expatrié français ou personnel national, même si on est tous MDM. Par exemple, le projet de Keita (voir le texte de Joël Le Corre) était piloté au départ en 2006 par onze expatriés français, mais quand je suis devenu le chef de projet en 2008, reprenant les mêmes activités qu’un expatrié, j’avais un salaire mensuel de départ inférieur au per diem mensuel de celui-ci ».

16Hama

17L’internationalisation des équipes est en soi cohérente avec la culture de Médecins du Monde. Il faut donc s’en féliciter, mais cette logique qui s’installe dans un contexte d’insécurité nous place devant nos responsabilités de solidarité face à une « Afrique de plus en plus interdite ». Même si nous ne sommes pas au stade de mettre en place des projets en remote control en Afrique subsaharienne, toute tentation d’agir par procuration, de déléguer le risque, bref de rester à distance serait le signe d’une ambivalence qui interpellerait au plus profond le principe même de la solidarité.

18Paroles d’expat’

19« MDM travaille au Niger sur le changement de comportement. Mais le changement de comportement ne nourrit pas. En tout cas, pas tout de suite.

20« Alors, nous consacrons le temps nécessaire à expliquer nos interventions aux populations des zones d’intervention, à renforcer notre réseau communautaire, par les chefs de village, les leaders religieux et l’ensemble des autorités. Pour que les communautés et nos partenaires nous protègent parce que le projet de MDM est devenu le leur.

21« Ce que nous devrions faire quoi qu’il arrive, me direz-vous ? Insécurité ou pas ? Mais que nous négligeons par manque de temps ou bien parce que trop sûrs de nous, sûrs de la notoriété de MDM, assis sur nos lauriers, nous ne prenons plus la peine de nous présenter…

22« L’insécurité a cela de bon : elle a ébranlé nos certitudes et remis en question certaines habitudes. Renforcement des compétences des équipes nationales, plus grande appropriation des programmes par la communauté… sont maintenant devenus des priorités sur les missions. »

23Karine Dyskiewicz, coordinatrice site au Niger

24S’il est difficile aujourd’hui de répondre à cette problématique, c’est pourtant dans de nouvelles formes de partenariat, me semble-t-il, qu’il faut chercher le prérequis à nos actions.

25Ainsi, Médecins du Monde, ONG de solidarité, devrait peut-être engager une réflexion sur une extension de son réseau international plus au sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Comte, « La sécurité au péril de la solidarité », Humanitaire [En ligne], 28 | 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1013

Haut de page

Auteur

Thierry Comte

Thierry Comte est médecin au SAMU de Chalon-sur-Saône. Il est coréférent du groupe géopolitique « Afrique » depuis 1997, après avoir été volontaire sur le terrain, coordinateur, responsable de mission et membre du conseil d’administration de Médecins du Monde.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org