Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

L’équation pas si simple entre paix et justice

Pierre Hazan, La paix contre la justice - Comment reconstruire un État avec des criminels de guerre, GRIP/André Versaille Éditeur, 2010
Francisco Rubio
Référence(s) :

Pierre Hazan, La paix contre la justice - Comment reconstruire un État avec des criminels de guerre, GRIP/André Versaille Éditeur, 2010

Texte intégral

1Pierre Hazan est un excellent connaisseur de la justice pénale internationale. On se souvient de son premier livre (La justice face à la guerre. De Nuremberg à La Haye, Stock, 2000) dans lequel il retraçait la création par le Conseil de sécurité de deux tribunaux ad hoc pour juger les auteurs des crimes les plus graves commis en ex-Yougoslavie et au Rwanda. À l’époque, l’originalité du travail de Pierre Hazan reposait sur l’analyse politique de ces juridictions et la mise en perspective des préoccupations concurrentes des principales puissances occidentales qui voyaient dans cette nouvelle donne des relations internationales des instruments à manipuler en fonction des besoins de leurs stratégies respectives. Le besoin de justice pour les victimes était d’abord un moyen de calmer une opinion publique exaspérée par les atrocités commises quotidiennement sous ses yeux dans l’impuissance absolue des puissances occidentales, en particulier européennes. Il nous montrait également comment, dans ce contexte, les magistrats finissaient peu à peu par acquérir leur autonomie pour tenter d’échapper à l’emprise des politiques pour ne pas représenter in fine la justice d’un camp : celui des vainqueurs.

2Dans ce nouvel ouvrage publié en coédition par le GRIP et André Versaille Éditeur, Pierre Hazan analyse sans complaisance ce qui pose aujourd’hui un problème majeur : l’équation entre paix et justice. En effet, nombreux sont ceux qui pensent que la justice peut être un facteur déstabilisant d’un processus de paix naissant. Pire, que la justice peut torpiller un processus de paix. D’autres, idéalistes ou pas, pensent que la justice ne peut pas s’effacer et qu’elle contribue à sa façon au processus de paix. Comment les concilier dans ces conditions ? Comment rendre leur dignité aux victimes si les coupables des pires exactions ne sont pas jugés ? À l’inverse, privilégier la justice ne revient-il pas à aggraver la situation et donc provoquer de nouvelles victimes. De nouveaux dégâts collatéraux en quelque sorte.

3C’est à toutes ces questions que Pierre Hazan essaye de répondre par une analyse fine, non seulement du processus de justice internationale, mais aussi en portant un regard critique sur les acteurs de cette justice. Ensuite, l’auteur analyse plusieurs thématiques internationales et les met en perspective avec le processus judiciaire : la poursuite d’une politique d’impunité (l’exemple afghan) ; la justice avant la paix (Soudan, Ouganda, Liberia) ; la justice pendant un processus de paix (Afrique du Sud, ex-Yougoslavie), la justice après un accord de paix (Chili, Liban).

4Cette analyse nous rappelle que la justice progresse pas à pas et qu’aujourd’hui l’impunité tend à devenir l’exception, notamment par la remise en cause au niveau international des autoamnisties. Un livre riche et précis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francisco Rubio, « L’équation pas si simple entre paix et justice », Humanitaire [En ligne], 28 | 2011, mis en ligne le 20 juillet 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1045

Haut de page

Auteur

Francisco Rubio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org