Navigation – Plan du site
Éditorial

Comment ça va la sante ?

Olivier Bernard

Résumé

Nul besoin de sondage pour savoir que la santé est l’un des sujets qui préoccupent le plus les Français. Et pourtant, ce thème est très rarement abordé dans les débats politiques. Alors que la France est entrée en campagne, l’analyse des prises de parole des principaux partis en lice pour les échéances électorales de 2012 fait peu de place à la santé, hormis sur les questions de financement de la sécurité sociale et de l’offre de soins.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

France
Haut de page

Texte intégral

1Nul besoin de sondage pour savoir que la santé est l’un des sujets qui préoccupent le plus les Français1. Et pourtant, ce thème est très rarement abordé dans les débats politiques. Alors que la France est entrée en campagne, l’analyse des prises de parole des principaux partis en lice pour les échéances électorales de 2012 fait peu de place à la santé, hormis sur les questions de financement de la sécurité sociale et de l’offre de soins.

2A quelle raison imputer la relégation politique d’un thème qui passionne et inquiète autant nos concitoyens ? A cette croyance longtemps entretenue – à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières – que la France disposait du meilleur système de santé au monde ? C’est en tout cas ce que se plaisait à affirmer, il y a encore quelques années, un classement de l’OMS2.

3De fait, on ne saurait nier que de réelles avancées en termes d’état de santé général ont été réalisées : ainsi, en un quart de siècle, les femmes et les hommes de 35 ans ont gagné respectivement 4,4 et 5 années d’espérance de vie. Mais au prix de quelles inégalités entre les catégories sociales ? Aujourd’hui, une femme cadre de 35 ans peut espérer vivre 3 ans de plus en moyenne qu’une femme ouvrière du même âge. Un écart qui double pour les hommes3.

4Le renoncement aux soins est à la fois un indicateur de ces inégalités, et un déterminant de l’aggravation de l’état de santé de la population. Depuis deux ans, de nombreuses enquêtes confirment qu’environ un Français sur trois a renoncé aux soins dans l’année écoulée4, taux qui augmente chez les titulaires de la CMU complémentaire5. Ces renoncements, qui concernent même les soins courants, s’expliquent d’abord par des raisons financières. Le phénomène est plus marqué encore chez les populations vulnérables que soigne MdM en France. Si le recours tardif aux soins n’est pas un phénomène nouveau, nos équipes constatent son doublement en trois ans6 parmi les personnes qui se rendent dans nos centres de soins.

5Si les constats semblent maintenant bien partagés, la situation reste préoccupante. Comme le souligne Didier Fassin dans notre dossier, la résistance croissante des autorités à traiter de la question des inégalités sociales de santé semble bel et bien un mal français.

6Ce nouveau numéro de la revue Humanitaire s’inscrit dans une triple temporalité :

    un temps où les savoirs et les connaissances sur les inégalités de santé n’ont jamais été aussi nombreux7 ;

  • un temps marqué par une crise économique et sociale majeure en Europe, qui frappe avant tout les plus pauvres (un article sur la situation en Grèce de Pierre Salignon en rubrique Tribune l’atteste) ;

  • un temps démocratique en France marqué par un agenda électoral présidentiel et législatif, moment propice pour que des acteurs de terrain, des chercheurs, des militants fassent savoir leurs constats et leurs propositions.

7Lutter contre la machine inégalitaire n’est certes pas tâche aisée. Ce dossier démontre que trois conditions au moins sont nécessaires : la garantie d’un système de santé solidaire, le primat des politiques de santé publique sur des politiques répressives et une politique volontariste de promotion de la santé.

8Depuis quelques années, notre système de protection sociale s’éloigne en effet d’une approche solidaire et collective pour aller vers une logique de marché structurée par la rentabilité. Ne nous y trompons pas, remettre en cause aujourd’hui la protection sociale des plus fragiles et des plus pauvres, c’est remettre en question les fondements mêmes de ce système. Face à ce grand marché de la santé qui attire jour après jour les investisseurs les plus divers – dans le champ du médicament, du service médical ou de l’accompagnement de la dépendance –, la CMU et l’AME font figures de vestiges d’une conception politique croyant dans la force du collectif et de la régulation. Convaincus que ces valeurs sont le ciment de la cohésion de notre société, nous défendons l’idée d’un système de santé solidaire.

9La santé est aussi en jeu dans certaines politiques sécuritaires, alors que nous vivons une période encline au renoncement éthique et au ralentissement du déploiement des réformes socio-sanitaires attendues. La politique de santé finit par tenir lieu de « service après- vente » d’un tout répressif. Il est temps d’affirmer qu’il y a une place pour la prévention et le soin et que la santé est un droit commun fondamental, « mur porteur » de notre société au même titre que la justice, l’éducation, le travail et le logement. C’est le respect de ces droits fondamentaux qui sera le meilleur garant de cet autre droit essentiel qu’est la sécurité pour tous.

10Enfin, dans la définition et le pilotage d’une politique de santé, rien ne vaut la participation des personnes directement intéressées. En reconnaissant à l’Autre (l’usager de drogue, la personne se prostituant, le migrant) un savoir sur ses pratiques, le soignant réinterroge certains fondamentaux du modèle biomédical. Aux côtés des professionnels de santé, les patients, les habitants, y compris les plus vulnérables, doivent prendre la place qui leur revient. De cette confrontation de deux savoirs – celui du médecin, savant, et celui, profane, de l’usager – va naître un projet de soins négocié, élaboré et mis en œuvre ensemble. Bien plus, cette révolution feutrée, dans l’intime de la relation soignant-soigné, est source de progrès social. En cela, elle constitue très certainement l’un des enjeux collectifs majeurs à relever. C’est pourquoi, au-delà des constats et des analyses présentés dans ce numéro, nous avons souhaité mettre en avant des initiatives de terrain qui tendent à démontrer que des actions concrètes sont possibles et que des synergies naissent chaque jour entre médecine de proximité, élus locaux et institutions.

Haut de page

Notes

1  Rapport sur la santé dans le monde - Pour un système de santé plus performant, OMS , 2000.

2  

3  Nathalie Blanpain, L’espérance de vie s’accroît, les inégalités sociales face à la mort demeurent, INSEE, n°1372, octobre 2011.

4  Baromètre santé Europ Assistance, CSA, septembre 2011.

5  Enquête dans les centres d’examen de santé de l’assurance maladie, Fonds CMU, CETAF, assurance maladie, mars 2011.

6  Rapport 2010 de l’Observatoire de l’Accès aux soins, Médecins du Monde, octobre 2011.

7  Lire, par exemple, Les inégalités sociales de santé : sortir de la fatalité, Haut Conseil de la santé publique, Paris, décembre 2009 ; Potvin L. et al, Réduire les inégalités sociales de santé, Saint-Denis, INPES, coll. Santé en Action, 2010 ; Moleux M, Schaetzel F, Scotton C, Les inégalités sociales de santé : Déterminants sociaux et modèles d’action, Paris, IGASS, mai 2011. On se reportera également à la rubrique Lire à la fin de ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bernard, « Comment ça va la sante ? », Humanitaire [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1090

Haut de page

Auteur

Olivier Bernard

Olivier Bernard est président de Médecins du Monde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org