Navigation – Plan du site
Tribune

Soudan : scénario catastrophe pour l'humanitaire

Pierre Salignon

Résumé

Comment concilier le développement d'une justice internationale censée poursuivre les dictateurs coupables de crimes de masse et la poursuite d'une action humanitaire indépendante ayant vocation à secourir les populations victimes de violences commises par lesdits coupables ? C’est tout l’enjeu de l’annonce de la délivrance par la Cour pénale internationale (CPI)1 d'un mandat d'arrêt contre le président de la République du Soudan, Omar el-Béchir, pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis au Darfour.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Poursuites lancées à la demande du Conseil de sécurité des Nations unies…

1Comment concilier le développement d'une justice internationale censée poursuivre les dictateurs coupables de crimes de masse et la poursuite d'une action humanitaire indépendante ayant vocation à secourir les populations victimes de violences commises par lesdits coupables ? C’est tout l’enjeu de l’annonce de la délivrance par la Cour pénale internationale (CPI)2 d'un mandat d'arrêt contre le président de la République du Soudan, Omar el-Béchir, pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis au Darfour.

2La réponse du président ne s’est pas fait attendre. Le 4 mars dernier, il faisait procéder à l'expulsion de seize ONG travaillant au Darfour et au Soudan. Cette décision au parfum de représailles représente une menace mortelle pour les nombreux déplacés de cette région de l'Ouest soudanais, ravagée par la guerre depuis plus de cinq ans. Mais la portée d'une telle décision est également internationale puisqu’elle a des implications potentielles pour tous les humanitaires, au-delà même des frontières du Soudan. Au Darfour, la conséquence immédiate est l'arrêt de la plupart des programmes de secours à destination des populations pourtant totalement dépendantes de l'aide internationale.

3L'opération humanitaire au Darfour est l'une des plus importantes jamais menées : un budget de 2 milliards de dollars par an ; plus de 10 000 humanitaires déployés sur le terrain pour venir en aide à près de 4,7 millions de personnes, dont 3 millions ayant été « déplacées » du fait de la guerre.

4Depuis 2003, cette opération gigantesque a permis, dans des conditions de sécurité précaires, une amélioration notable de l'état de santé des populations dans les camps de déplacés. Certes les violences se poursuivent, mais elles n'ont plus rien à voir avec les massacres commis en 2003 et 2004.

  • 3 OCHA, SUDAN, Situation Report 1, 8 mars 2009.

5Selon les Nations unies3, 1,1 million de personnes risquent rapidement de ne plus recevoir d'aide alimentaire ; 1,5 million de perdre l'accès aux soins ; 1 million de ne plus avoir l'accès à l'eau potable.

  • 4 « Over 200 Sudanese aid groups ready to replace ousted organizations (National Congress Party) », S (...)
  • 5 UNICEF, UNHCR, UNJLC, WFP, WHO, OCHA, Joint Statement, Statement on the Humanitarian Situation in D (...)

6Ce sont plus de 7 000 volontaires qui sont concernés par la décision du gouvernement soudanais au Darfour et dans le Nord du Soudan. L'annonce faite par les autorités soudanaises le 8 mars4, selon laquelle « 200 organisations soudanaises sont prêtes à remplacer les ONG expulsées du Darfour » relève purement et simplement de la propagande. Sans l'expertise des ONG expulsées, la situation sanitaire ne peut que se dégrader et la pression des autorités soudanaises sur les déplacés s'accroître. Cette fois-ci sans témoins extérieurs. À ce stade, les Nations unies ont réagi fermement5 en demandant la levée de la décision d'expulsion, et en tentant aussi d'anticiper ses conséquences sur les populations.

7Mais déjà, les menaces se multiplient sur le corps diplomatique et les agences onusiennes. Le dilemme est terrible : rester ferme en demandant le retour des ONG – au risque d'une expulsion générale et de l'arrêt total de l'assistance –ou collaborer (à quelles conditions ?) avec la dictature affairiste de Khartoum en espérant sauver ce qu’il reste des opérations de secours internationales ?

8En suggérant que les volontaires humanitaires étrangers et leurs collègues locaux ne sont que les agents déguisés de la justice internationale, qu'ils travaillent pour les gouvernements occidentaux, et ce, bien sûr, dans le seul but de leur nuire, les dirigeants soudanais tentent de justifier leur fuite en avant sur le thème de la lutte contre le néocolonialisme occidental. L'exercice n'est pas nouveau et rend chaque jour plus complexe l'action des humanitaires dans de nombreuses crises, où ils ne sont pas – ou plus – les bienvenus.

9Force est ici de constater que le « temps » judiciaire peut être en contradiction avec celui de l'humanitaire. Dans ce cas précis, certains analystes s'étonnent d'un acte judiciaire international qui a bien peu de chances d'être suivi des effets escomptés. Ce chef d'État-là bénéficie notamment du soutien politique de la Chine, de la Russie et de l'Union africaine. Autant dire qu’il est à la tête d’un régime qui est bien loin d’être en position de faiblesse.

10Les ONG et les populations du Darfour se retrouvent ainsi otages d'une négociation qui leur échappe : suspension des poursuites internationales versus maintien des opérations de secours. Face à un régime soudanais qui souhaite dicter sa loi à une communauté internationale divisée, on peut craindre le pire et en tout cas davantage de violences et de provocations. L'enlèvement de cinq membres de MSF au Nord Darfour le 11 mars montre combien la tension est grande.

11Dans cette histoire, il nous faut cependant soulever un paradoxe. Certaines ONG expulsées, qui revendiquent leur indépendance vis-à-vis de la CPI et des gouvernements occidentaux, ont milité activement il y a quelques années pour la création d'un tribunal pénal international capable de poursuivre les responsables des massacres dont elles étaient témoins, dans les conflits dont elles essayaient de réduire les effets. Elles ont ainsi provoqué par leur mobilisation, en peu de temps, une avancée majeure du droit international. Pourtant, en s'engageant ainsi, n’ont-elles pas, malgré elles, brouillé les perceptions et renforcé les amalgames entre acteurs humanitaires et organisations des droits de l'Homme d’une part, et d’autre part entre actions humanitaire, politique et militaire  ?

  • 6 Françoise Boucher-Saulnier et Fabien Dubuet, Témoignage judiciaire ou humanitaire ? Historique des (...)

12Certaines de nos ONG, en collaborant avec la CPI ou en qualifiant elles-mêmes de « génocide » les massacres au Darfour, n’ont-elles pas outrepassé leurs responsabilités humanitaires et mis en péril leur capacité d'apporter des secours en situation de crise. Il ne s'agit pas ici de remettre en cause l'impératif de témoignage humanitaire des ONG, mais de questionner leur relation aux institutions pénales internationales. Il est difficile, en effet, de revendiquer à la fois l'indépendance, l'impartialité ou la neutralité pour avoir accès aux victimes de conflits, et de se proposer comme potentiels témoins à charge dans le cadre de procédures judiciaires. Témoignage humanitaire public et témoignage judiciaire ne font pas ici bon ménage6.

13De leur côté, les États et les principaux donateurs internationaux, en favorisant au Darfour et ailleurs, l'intégration et la coordination des interventions internationales sur les plans diplomatique, militaire, humanitaire et judiciaire, n'ont fait que renforcer une confusion dévastatrice. Dans un environnement judiciaire international en pleine mutation, le bras de fer entre la CPI et le régime soudanais devrait peut-être conduire la communauté humanitaire à réfléchir à la redéfinition de ses relations avec la justice internationale pour préserver autant que possible la poursuite de ses opérations de secours aux victimes en période de crise.

Haut de page

Notes

1 Poursuites lancées à la demande du Conseil de sécurité des Nations unies…

2 Poursuites lancées à la demande du Conseil de sécurité des Nations unies…

3 OCHA, SUDAN, Situation Report 1, 8 mars 2009.

4 « Over 200 Sudanese aid groups ready to replace ousted organizations (National Congress Party) », Sudan Tribune , 8 mars, 2009.

5 UNICEF, UNHCR, UNJLC, WFP, WHO, OCHA, Joint Statement, Statement on the Humanitarian Situation in Darfur, 6 mars 2009.

6 Françoise Boucher-Saulnier et Fabien Dubuet, Témoignage judiciaire ou humanitaire ? Historique des interactions entre MSF et les procédures d'enquêtes et de poursuites judiciaires, Les Cahiers du CRASH, MSF, avril 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Salignon, « Soudan : scénario catastrophe pour l'humanitaire », Humanitaire [En ligne], 21 | Avril 2009, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/117

Haut de page

Auteur

Pierre Salignon

Pierre Salignon est juriste de formation et consultant. Il a travaillé pour l'association Médecins Sans Frontières entre 1992 et 2008, en occupant des fonctions de coordinateur sur le terrain en ex-Yougoslavie, avant de devenir responsable de programmes au siège parisien, puis directeur général (2003-2007). Il est l'auteur de nombreux articles sur l'humanitaire et a publié en 2002 avec Marc Le Pape du CNRS un livre aux éditions Karthala intitulé Une guerre contre les civils, réflexions sur les pratiques humanitaires au Congo Brazzaville (1998-2000). Il est membre du comité de rédaction de la revueHumanitaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org