Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Dialogue entre les humanitaires français et anglo-saxons

Michael Moutoussis
Référence(s) :

Karl Blanchet and Boris Martin (Eds), Many Reasons to Intervene: French and British approaches to humanitarian action, Hurst & Company, London, 2011.

Karl Blanchet and Boris Martin (Eds), Many Reasons to Intervene: French and British approaches to humanitarian action, Hurst & Company, London, 2011.

Texte intégral

1Ce livre est l’édition anglaise du livre publié en français en 2006 et intitulé Critique de la raison humanitaire. Le titre français invite le lecteur à une analyse critique de l’humanitaire, ce qui signifie réfléchir à ce que l’on peut comprendre de l’action humanitaire et considérer les limites de cette analyse. Ce livre utilise une approche unique pour stimuler et informer le lecteur dans sa propre analyse : juxtaposer des textes traitant des organisations humanitaires écrits par des auteurs français et des auteurs anglo-saxons. Cela est décrit dans le sous-titre du livre, « French and British approaches to humanitarian action » et réalisé par une série d’auteurs.

2Le livre, court, est divisé en quatre parties. La première, intitulée « crise de la maturité », concerne le développement et l’identité des organisations humanitaires françaises et britanniques. La deuxième partie concerne les défis que pose l’évaluation des activités humanitaires. La troisième touche aux rôles de pions ou d’acteurs joués par les organisations humanitaires dans le jeu géopolitique et militaire. La quatrième concerne la religion à travers une perspective française d’un catholicisme et d’un musulman britannique. Ce livre se termine par un épilogue du talentueux journaliste américain, David Rieff, après avoir été ouvert par le non moins talentueux intellectuel et humanitaire français, Rony Brauman.

3Ce livre montre toutes les différences qui existent entre les approches françaises et britanniques. La première phrase spécifie que Médecins sans Frontières (MSF) a créé un style d’action humanitaire qui combine une intervention en situation de conflit avec un discours critique. Le lecteur s’attend alors à ce que ce soit une différence importante entre les deux approches et même à un débat dynamique pour savoir si l’innovation apportée par MSF est applicable à tous. Ce lecteur sera plutôt déçu puisque le livre ne le fait pas. Mais il contient de nombreux passages démontrant que les différences franco-britanniques sont plutôt apparentes que réelles.

4On regrettera également que certains contributeurs fassent très peu d’efforts pour définir leurs termes ou résumer les situations historiques importantes sur lesquelles ils fondent leurs arguments. Le plus frustrant pour le lecteur est le terme humanitaire lui-même. Il semble y avoir un consensus parmi plusieurs contributeurs qu’il se définirait en opposition au développement. Dans la deuxième partie du livre sur l’évaluation de l’action humanitaire, on ne trouve de définition des termes clés que dans le deuxième texte. L’épilogue de David Rieff fait même allusion à des personnes et des situations qu’il considère si connues qu’il ne donne même pas de référence ou d’explication.

5Le livre a néanmoins beaucoup à apporter. Tout d’abord et avant tout, la diversité de ses contributeurs. Ils révèlent de très intéressants points historiques, chacun démontrant d’où l’action humanitaire tient sa justification. Chaque point a fait l’objet de critiques externes et le lecteur peut être impressionné par la recherche de sens faite par chaque contributeur pour répondre à ces critiques.

6Nous avons particulièrement impressionnés par les textes concernant la religion, les deux contributeurs abordant les questions de manière très claire, même pour le non expert. La profonde humanité et les dilemmes de l’humanitaire catholique luttant contre le SIDA était émouvant à lire, ainsi que le récit des humanitaires musulmans essayant de réduire le conflit Amérique-Iran à l’occasion d’un travail post tremblement de terre.

7Le chapitre sur l’évaluation des résultats a été une autre surprise agréable. Les contributeurs apportent une terminologie et une information qui n’est pas facile à comprendre, si bien que chaque lecteur de la revue y trouvera quelque chose à apprendre.

8Commençant par la guerre au Kosovo, les principaux pouvoirs militaires ont déclaré qu’un objectif clé des interventions humanitaires était humanitaire. Ils ont mené des actions militaro-humanitaires à grande échelle non seulement pour une raison intrinsèque mais aussi par prosélytisme pour promouvoir une « démocratie occidentale ». Ils ont invité, financé et même mis la pression sur les ONG pour qu’ils se joignent à cette stratégie. Ils ont ainsi réussi, semble-t-il, à persuader nombre de combattants antioccidentaux que les ONG occidentales étaient vraiment neutres. Ce livre retrace le fascinant développent depuis 2006. Il contient aussi critique poussée de l’appropriation de l’humanitaire par les acteurs étatique et de l’espace indépendant et neutre où les ONG peuvent opérer. Plusieurs auteurs français dans cet ouvrage nous rappellent que les ONG britanniques ont tendance à se « mettre au lit » avec les gouvernements nationaux. Cependant c’est loin d’être général. Par exemple, ceux qui représentent indirectement les ONG britanniques dans cet ouvrage, tel que James Darcy, sont plutôt troublés par  les implications des interventions militaro-humanitaires et l’érosion de l’espace neutre et indépendant de l’humanitaire.

9C’est un livre à recommander tant il couvre de sujets, de belle manière, et en peu de pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Moutoussis, « Dialogue entre les humanitaires français et anglo-saxons », Humanitaire [En ligne], 30 | 2011, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 25 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1191

Haut de page

Auteur

Michael Moutoussis

Psychothérapeute médical

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org