Navigation – Plan du site
Les adoptions complexes vues par les acteurs de Médecins du Monde

Travailler nos propres représentations et notre professionnalisme sur l'adoption d'enfants à besoins spécifiques

Inès Guihaire Schubart

Résumé

Médecins du Monde, association humanitaire médicale, est la seule en France à avoir intégré l’adoption dans ses statuts fondateurs et créé une mission chargée de l’adoption internationale. L’association a ainsi accompagné l’adoption de plus de trois mille sept cents enfants entre 1990 et 2010. Pour mener à bien ses objectifs, la mission Adoption s’appuie sur l’engagement de deux cent quinze personnes, dont 98 % de bénévoles, réparties entre le siège et quinze antennes régionales. Nous avons demandé à cinq d’entre elles comment les adoptions complexes faisaient évoluer leurs pratiques et leurs objectifs.

Haut de page

Texte intégral

1La mission Adoption de Médecins du Monde est née en 1988. L’adoption internationale était alors considérée alors comme le dernier recours pour des enfants qui ne trouvaient pas de projet de vie dans leur propre pays et cela concernait prioritairement des enfants déjà grands (à partir de 5 ans), à particularités médicales et en fratrie. De fait, il s’agissait déjà… d’adoptions complexes.

2Or, pendant un certain nombre d’années, des pays comme la Chine ou le Viêtnam confiaient à l’adoption internationale des milliers de nourrissons (majoritairement des filles) en bonne santé. Que ces enfants n’aient pas eu de perspectives d’avenir dans leurs propres pays était alors indéniable et légitimait leur adoption à l’étranger. Néanmoins, leur adoption ne correspondait pas à la définition des « adoptions complexes ». Durant ces années, l’image de l’adoption internationale s’est ainsi sensiblement décalée par rapport à l’objectif initial de Médecins du Monde.

3Pour de multiples raisons, les profils des enfants destinés à l’adoption internationale ont évolué au point de rejoindre aujourd’hui pleinement la définition qu’en donnaient les fondateurs de la mission Adoption.

4Mais l’adoption ne se réduit pas à un acte généreux et altruiste. Pour que la filiation adoptive réussisse, dans le respect des familles adoptantes et des enfants, l’accompagnement approprié de ces projets d’adoptions dites « complexes » s’impose. Cet accompagnement concerne tous les stades du processus d’adoption, la préparation en amont, le soutien pendant l’attente et le suivi post-adoption. Un tel accompagnement mobilise des compétences dans des domaines divers (psychologique, médical, social, juridique …). En tant qu’OAA (Organisme agréé pour l’adoption, statut obtenu en 1988), c’est notre rôle d’assurer cet accompagnement. Il est donc de notre responsabilité de nous former en permanence.

5Cependant, il est indispensable de continuer notre réflexion sur le fond, d’interroger nos représentations. Ainsi la question du statut légal de l’adoption reste à clarifier. Avons-nous changé par rapport aux fondateurs de la mission, pour lesquels l’adoption plénière était le seul type d’adoption envisageable. Comment nous positionnons-nous, aujourd’hui, par rapport à des pays qui ne reconnaissent que l’adoption simple ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Inès Guihaire Schubart, « Travailler nos propres représentations et notre professionnalisme sur l'adoption d'enfants à besoins spécifiques », Humanitaire [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 26 avril 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1229

Haut de page

Auteur

Inès Guihaire Schubart

coordinatrice d'une équipe de chargés de suivi des adoptions à l'antenne MDM de Lorient/Bretagne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org