Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

MSF dans le regard des autres

Caroline Abu-Sada (dir.), Dans l’œil des autres. Perception de l’action humanitaire et de MSF, Antipodes, coll. « Sud et Nord », Lausanne, 2011.
Sabrina Ferstler
Référence(s) :

Caroline Abu-Sada (dir.), Dans l’œil des autres. Perception de l’action humanitaire et de MSF, Antipodes, coll. « Sud et Nord », Lausanne, 2011.

Texte intégral

1Quelques 210 pages pour aborder un sujet éminemment complexe. Médecins Sans Frontières Suisse a publié à la fin de l’année 2011 un ouvrage intitulé Perception de l’action humanitaire et de MSF, dirigé par la coordinatrice de son unité de recherche, Caroline Abu-Sada. Cet ouvrage est la synthèse des résultats et des réflexions issus d’une étude démarrée en 2007 et conduite sur une durée de trois années.

  • 1  On peut citer trois études majeures sur la question : CICR, Our World. Views from the Field. Summa (...)

2Cette préoccupation n’est pas nouvelle, d’autres études existant en la matière, qu’elles soient menées par d’autres ONG, des instituts de sondage ou des chercheurs. Destinés à comprendre les mécanismes de perception de l’action humanitaire, ces travaux s’attachent à rendre compte de la perception de l’« entreprise humanitaire » (c’est-à-dire qu’ils s’intéressent à l’ensemble des acteurs impliqués, non gouvernementaux et étatiques). Mais ils se focalisent aussi sur l’examen de la perception de l’aide humanitaire par les populations en zones de conflits1. Or, les problèmes de sécurité liés à une intervention dans un pays en guerre ‑ souvent à l’origine de cette préoccupation dont les enjeux se trouvent exacerbés ‑ ne couvrent pas l’entière réalité de l’intervention humanitaire. C’est tout l’intérêt de la présente étude que de ne pas se cantonner à cette dimension sécuritaire tout en provenant d’une association médicale qui réfléchit sur elle-même.

  • 2  On retrouve par exemple un questionnement similaire, auquel est associée l’auteure de ces lignes e (...)
  • 3  Ont été interrogés des patients mais aussi des personnels de MSF, nationaux et expatriés, des auto (...)

3A la suite de graves incidents de sécurité ou de problèmes d’image rencontrés sur le terrain ‑ attribués dans certains cas à une confusion avec d’autres acteurs présents (humanitaires, militaires, politiques…) ‑, Médecins Sans Frontières s’est posé des questions sur son modus operandi, à l’image d’autres organisations d’aide2. Elle a donc décidé de se lancer dans cette recherche « perception » afin de mieux comprendre comment elle était perçue sur le terrain par une multitude d’acteurs3, et ce, afin d’optimiser la mise en place de projets médicaux (p. 12). Il s’agit donc et avant tout d’une recherche à visée opérationnelle.

4La coordinatrice de l’ouvrage est donc partie du postulat que l’« acceptation » de l’ONG ‑ condition sine qua none pour la réussite d’un projet ‑ repose en grande partie sur la connaissance et la compréhension que les populations ont de cette structure. Cela concerne bien sûr ses activités mais également ce qui serait la « marque de fabrique » de MSF (et finalement de beaucoup d’autres ONG), autrement dit ce par quoi elle entend se différencier des autres intervenants (Etats, belligérants…), à savoir l’objectivation de principes humanitaires tels que l’indépendance, la neutralité et l’impartialité. Cette recherche vise au final à éclairer ce que C. Abu-Sada appelle « l’écart de perception, c’est-à-dire l’écart entre la façon dont MSF se pense perçue et la manière dont elle l’est réellement. » (p. 74)

5Il s’agit donc de « saisir comment cette identité institutionnelle est reçue et comprise par les personnes qui entrent en interaction avec elle à la fois en tant qu’organisation, en tant qu’employeur et enfin en tant que structure médicale. » (p. 21) Cette problématique initiale a ouvert d’autres questionnements tels que ceux relatifs à la manière dont est appréhendé sur le terrain l’aspect médical de l’organisation dans la mise en œuvre de ses programmes (p. 21).

  • 4  En tout, onze projets ont été visités : deux au Niger, deux au Cameroun, un au Libéria ainsi qu’au (...)

6Cette recherche, portée par le département des opérations de l’organisation, se voulait en mesure d’émettre une série de recommandations pratiques dans les actions médicales de l’organisation. Ainsi, des rapports par pays ont déjà été rédigés à la suite de chaque visite de terrain4. Ils ont permis, nous dit la coordinatrice, de modifier très rapidement certains faits, comportements ou stratégies identifiés par les chercheurs comme pouvant avoir un impact négatif sur la perception de l’organisation. « C’est dorénavant une dimension qui est intégrée dès le début de chaque projet. » (p. 69)

7Il ressort de cette étude que si MSF semble en général bien perçue (mais là n’est pas le propos central de l’ouvrage) par les populations, son identité spécifique telle que l’organisation la définit reste en réalité mal connue d’elles. A titre d’anecdote, l’auteure nous rapporte qu’au Cameroun, « la plupart des personnes interrogées pensait que MSF était une organisation chinoise. » (p. 49) Plusieurs constats allant dans le même sens amènent néanmoins les chercheurs à conclure, par exemple, à la nécessité pour MSF d’aller vers davantage de cohérence dans ses prises de position publique et dans sa manière de communiquer.

8La première partie de l’ouvrage, qui constitue la synthèse de cette étude, se termine sur une série de recommandations et plusieurs questionnements restés en suspens. Ils trouvent un éclairage complémentaire dans la seconde et dernière partie de l’ouvrage. Celle-ci se présente sous forme d’articles de contributeurs extérieurs, des chercheurs et praticiens tels qu’Abby Stoddard et Antonio Donini ou d’acteurs ayant participé ou ayant été associés à l’étude comme Bruno Jochum, ancien directeur des opérations de MSF Suisse.

  • 5 A la fin de l’enquête, ce sont « plus de 600 personnes qui ont été interrogées sur chaque terrain » (...)
  • 6  Cf. échange téléphonique avec l’auteure le 19 janvier 2012. A ce sujet, l’on peut citer un article (...)

9Au final, la recherche a permis de récolter un matériau empirique très riche5, qu’évidemment un exercice de synthèse ne peut restituer que partiellement. Les résultats issus de ces analyses circonstanciées permettent de livrer des « opinions » (ou des réponses) émises par les enquêtés, selon les contextes étudiés, sur ce que l’aide humanitaire et l’action de MSF sont ou devraient être à leurs yeux. Le matériau récolté a déjà fourni beaucoup d’informations et de résultats pertinents. Certes, il gagnerait encore à être exploité selon une enquête qualitative. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’un bel exemple d’une organisation réfléchissant sur elle-même et qui a su mobiliser pour ce faire un véritable appareil de recherche. Si, à l’heure actuelle, l’identité de MSF n’est pas toujours connue et comprise des populations, l’étude a néanmoins déjà permis aux personnels de MSF d’y être sensibilisés (p. 67), dans l’ensemble de ses sections. La diffusion de cet ouvrage, déjà traduit en arabe, bientôt en anglais et en espagnol, a déjà suscité beaucoup d’articles dans la presse au Moyen-Orient6. On sera ravi d’avoir un retour sur l’évolution des représentations des populations telle que perçue par MSF suite à la mise en place des recommandations issues de ce travail.

  • 7  C’est nous qui soulignons.

10L’auteure avait donc tort d’anticiper la critique lorsqu’elle écrit « cette réflexion peut paraître7 biaisée parce qu’il s’agit d’un exercice où une organisation réfléchit sur elle-même. » (p. 22) Il nous semble en effet utile d’apporter un éclairage « théorique » : cette étude est ce que l’on appelle une recherche-action situationnelle, par opposition à une recherche « classique », dans laquelle le chercheur, par définition, a une position impliquée qui n’est donc pas neutre. Ici, les objectifs de la recherche sont opérationnels, l’enjeu étant de répondre à la demande d’un acteur social, l’organisation MSF. A partir de l’identification du phénomène à étudier, la perception de l’action humanitaire et de MSF, le but est que l’organisation puisse modifier certaines de ses pratiques afin d’améliorer la façon dont les projets sont mis en place et perçus sur le terrain (p. 22). Si les objectifs scientifiques annoncés au départ ont dû quelques fois être revus à la baisse, on doit néanmoins en conclure que la mission est réussie.

Haut de page

Notes

1  On peut citer trois études majeures sur la question : CICR, Our World. Views from the Field. Summary Report : Afghanistan, Colombia, Democratic Republic of the Congo, Georgia, Haiti, Lebanon, Liberia and the Philippines, juin 2009 [http://www.icrc.org/eng/resources/documents/report/views-from-field-report-240609.htm] (consulté le 14 février 2012) ; Abby Stoddard, Adele Harmer, Victoria DiDomenico, Providing Aid in Insecure Environments, 2009 Update : Trends in Violence Against Aid Workers and the Operational Response, Londres : Overseas Development Institute, 2009 [http://www.odi.org.uk/resources/download/3250.pdf] (consulté le 14 février 2012) ; Antonio Donini, Larry Minear, Sippi Azarbaijani-Moghaddam, Greg Hansen, Tasneem Mowjee, Karina Purushotma, Ian Smillie, Elizabeth Stites, Xavier Zeebroek, Agenda humanitaire à l’horizon 2015 : principes, pouvoir et perceptions, Boston : Feinstein International Center - Tufts University, janvier 2007, disponible sur le site [http://sites.tufts.edu/feinstein/].

2  On retrouve par exemple un questionnement similaire, auquel est associée l’auteure de ces lignes en tant que jeune chercheure, au sein de l’organisation Médecins du Monde France.

3  Ont été interrogés des patients mais aussi des personnels de MSF, nationaux et expatriés, des autorités et d’autres acteurs institutionnels.

4  En tout, onze projets ont été visités : deux au Niger, deux au Cameroun, un au Libéria ainsi qu’au Kenya/Ouganda, au Guatemala, au Kirghizstan, en Irak (Kurdistan irakien), en Jordanie et en Palestine.

5 A la fin de l’enquête, ce sont « plus de 600 personnes qui ont été interrogées sur chaque terrain » (p. 25) via des étudiants de niveau Master sélectionnés dans des universités locales et formés par les chercheurs de MSF à la problématique et aux méthodes d’enquête (questionnaire et focus group).

6  Cf. échange téléphonique avec l’auteure le 19 janvier 2012. A ce sujet, l’on peut citer un article, transmis par l’auteure, paru en français dans la presse libanaise : Patricia Khoder, « "Dans l’œil des autres", un ouvrage lancé à Beyrouth, pour cerner l’action de Médecins sans frontières », L’Orient le Jour, 16 décembre 2011 [http://www.lorientlejour.com/category/Liban/article/736443/%3C%3C+Dans_l%27oeil_des_autres+%3E%3E,_un_ouvrage_lance_a_Beyrouth,_pour_cerner_l%27action_de_Medecins_sans_frontieres.html] (consulté le 27 février 2012).

7  C’est nous qui soulignons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Ferstler, « MSF dans le regard des autres », Humanitaire [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 11 mai 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1259

Haut de page

Auteur

Sabrina Ferstler

Doctorante en science politique, Laboratoire GSPE-PRISME, Université de Strasbourg (Convention CIFRE avec Médecins du Monde France)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org