Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Plaidoyer étayé pour l’exemption des frais de santé

Valéry Ridde, L'accès aux soins de sante en Afrique de l'ouest - Au-delà des idéologies et des idées reçues, Les Presses de l'Université de Montréal, 2012.
Karl Blanchet
Référence(s) :

Valéry Ridde, L'accès aux soins de sante en Afrique de l'ouest - Au-delà des idéologies et des idées reçues, Les Presses de l'Université de Montréal, 2012.

Texte intégral

1Valéry Ridde a mené durant les cinq dernières années des études dans les pays francophones d'Afrique de l'Ouest sur les thèmes de l'accès aux services de sante et de leur utilisation. Il publie régulièrement des articles scientifiques dans des revues de renom et, par son dernier ouvrage, met enfin à la disposition des gestionnaires de programmes de santé et des autorités sanitaires un ensemble de faits et preuves sur son champ d’études. Dans un effort certain de s'éloigner des idées reçues circulant dans le monde de la santé sur l'accès et l'exemption des frais de santé, l'auteur décrit avec minutie les résultats de différentes études menées dans le sous-continent.

2L'ouvrage, en français, permet ainsi de mettre enfin à disposition du monde francophone des données scientifiques et de faire contrepoids à la pléthore de journaux scientifiques publiés en anglais. Il retrace l'impact de l'Initiative de Bamako, mise en place il y a vingt ans, et celui du recouvrement des coûts sur l'accès aux soins. Il ne fait nul doute désormais que le paiement des soins de sante primaires par les ménages a des effets néfastes sur la santé des populations, en excluant une grande partie. Petit à petit, la plupart des acteurs internationaux reconnaissent la nécessité de chercher des approches innovantes. Même l'UNICEF, fervent promoteur de l'Initiative de Bamako, a finalement reconnu en 2005 les limites de cette approche.

3Mais les ministères de la Sante d'Afrique de l'Ouest se retrouvent devant un dilemme, nous explique Valéry Ridde : Faut-il abolir les frais de soins de santé et le paiement direct par les ménages ? Sur cet aspect, les gouvernements ont devancé les bailleurs de fonds en prenant de leur propre initiative les décisions nécessaires : le Sénégal, le Mali, le Niger et le Burkina Faso ont un à un aboli les frais de soins de santé pour certains services, en priorité ceux destines aux femmes enceintes et aux enfants de moins de cinq ans.

4L'abolition des paiements directs des soins de sante n'est pas une simple décision. Elle met tout le système de sante sous pression. En effet, une augmentation de l'utilisation des soins de sante demande au personnel de santé de travailler de manière plus efficace en maintenant ou améliorant la qualité des soins. L'approvisionnement en médicaments devient aussi prépondérant dans le bon fonctionnement des soins de santé ainsi que tous les mécanismes financiers qui permettent aux structures de sante de fonctionner sans interruption.

5Valéry Ridde nous montre à travers une série d'études que la mise à l'échelle de l'exemption des soins de santé demande une implication de tous les acteurs aux différents niveaux du système de santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karl Blanchet, « Plaidoyer étayé pour l’exemption des frais de santé », Humanitaire [En ligne], 31 | 2012, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1263

Haut de page

Auteur

Karl Blanchet

membre du Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org