Navigation – Plan du site
Éditorial

La place des ONG dans le changement social : voyage au pays du réel…

Olivier Bernard et Boris Martin

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

France
Haut de page

Texte intégral

1« Pour que l’expertise déploie toute sa valeur et qu’au retour aucun doute ne soit laissé dans l’ombre, pour que ce voyage étrangle toute nostalgie et tout scrupule, il le faudra compréhensif, morcelé sous sa marche simple. » Victor Segalen, Équipée

2Les ONG ont longtemps fait profession (de foi) de poser des pansements sur les blessures du monde, de le faire bien et de mieux en mieux, mais de ne faire que cela. Elles revendiquaient ainsi de laisser aux associations de développement le soin de relever les pays, aux associations de proximité d’être auprès des démunis et aux pouvoirs publics d’assumer toutes les obligations qu’ils déléguaient… aux associations. Médecins du Monde est sans doute de ses consœurs celle qui, prenant conscience que les crises humanitaires étaient avant tout révélatrices de crises sociales, est allée le plus loin dans ce que Segalen appelait le « voyage au pays du réel »…

3Ici, en France, Médecins du Monde est devenu un acteur à part entière de la santé des plus démunis. Mais cette implication devient à son tour source d’interrogations : Comment envisager la relation à l’État dans des périodes de régression des droits, au premier rang desquels celui à la santé ? Comment allier des stratégies de démonstration – par l’innovation et l’expertise – et des stratégies plus offensives, pouvant aller jusqu’à la désobéissance civile ? Comment, dans le monde des ONG de plus en plus professionnalisées et technicistes, rester militant, œuvrer pour un idéal de changement social, sans pour autant contribuer au contrôle social ? On le voit, ce voyage au pays du réel est devenu un périple au sein de la complexité.

4Et quand le voyage se complique, mieux vaut partir à plusieurs. Or de nouvelles formes de mobilisation citoyenne ont émergé en réponse au déficit de représentativité des institutions en Europe et au dérèglement de la finance mondiale. Ce sont les mouvements des Indignés ou ceux d’occupation de lieux symboliques, comme Wall Street. D’une certaine manière, ils ont revivifié la mouvance altermondialiste avec laquelle les ONG se revendiquant de l’humanitaire ont eu des difficultés à créer des passerelles. Plus spontanés, ces nouveaux mouvements sociaux offrent aux corps intermédiaires – et notamment aux associations – une chance à saisir.

5Là-bas, dans les pays en crise, en guerre ou secoués par des catastrophes naturelles, Médecins du Monde travaille comme acteur de solidarité internationale avec des associations locales. Engagées dans une marche vers le progrès dans leur société, elles nous disent les enjeux de leur militance. Ainsi, dans les pays arabes, ces associations ont des choses à nous dire sur la réalité des besoins, des compétences et des appétences. Elles peuvent nous aider à définir notre rôle et à trouver notre part de réponse – médicale, juridique ou sociale – aux évolutions en cours. En Haïti ou en Amérique latine, où des associations portent depuis longtemps une analyse critique sur le rôle des acteurs étrangers, la santé communautaire a plus que jamais sa place. À l’heure de la normalisation des projets et des réponses, cette pratique ancrée dans la réalité des sociétés peut être tout aussi, voire plus, efficace. Encore faut-il qu’elle conquière sa légitimité en étant portée par des populations exprimant leurs aspirations et revendiquant leurs compétences, y compris en réponse aux crises. Et c’est toute la force des associations locales que de pouvoir créer un pont entre ces populations et nos structures.

  • 1 « La place des  ONG dans  le changement social », document consultable sur le site  de Médecins du (...)

6Le 1er juin dernier, Médecins du Monde organisait un forum consacré à « La place des ONG dans le changement social1 ». Travailleurs sociaux, membres d’associations, cinéaste ou encore chercheurs n’ont pas manqué de pointer, à côté des avancées qu’elles ont favorisées, les erreurs, voire les errances, des ONG. Face à la dictature du cadre logique ou au développement d’une « jet société civile », les différents intervenants se sont retrouvés dans les propos du président de l’association libanaise Amel, partenaire de MDM au Liban. Kamel Mohanna en appelait en effet à l’abandon de vieux réflexes confinant au néocolonialisme et à la nécessité de construire un « pont Nord-Sud ».

7« Faire avec » plutôt que « faire pour », en quelque sorte. C’est bien l’enjeu d’une démarche communautaire de promotion de la santé puisant dans un matériau bien réel : l’envie de changement social qui émerge des sociétés civiles. Dans ces mouvements inventifs et multiples, les associations comme Médecins du Monde peuvent capter ces aspirations et assumer un rôle d’acteur dans le changement social. Afin que celui-ci devienne une réalité.

Haut de page

Notes

1 « La place des  ONG dans  le changement social », document consultable sur le site  de Médecins du Monde : www.medecinsdumonde.org/Publications

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bernard et Boris Martin, « La place des ONG dans le changement social : voyage au pays du réel… », Humanitaire [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 16 août 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1291

Haut de page

Auteurs

Olivier Bernard

Olivier Bernard est pédiatre et ancien président de Médecins du Monde.

Articles du même auteur

Boris Martin

Boris Martin est rédacteur en chef de la revue Humanitaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org