Navigation – Plan du site

Résumé

Entretien avec Yann Rebois, fondateur de CartONG

Yann Rebois est l’un des fondateurs de CartONG, une des rares organisations non gouvernementales (ONG) entièrement dédiées à la cartographie et à la géomatique, basée à Chambéry. Son organisation est intervenue à plusieurs reprises lors du Printemps arabe et notamment de la crise libyenne. Il nous explique le déroulement des opérations.

Cet entretien est paru dans SIG La Lettre,une publication mensuelle sur l’information géographique.

Plus d’information sur www.sig-la-lettre.com

La rédaction remercie SIG La Lettre et Françoise de Blomac pour leur accord de reproduction.

Haut de page

Texte intégral

1Comment en êtes-vous venus à vous mobiliser
sur la Libye ?

2CartONG s’est mobilisée dès les premières heures du Printemps arabe, tout d’abord de façon assez informelle, avec un groupe de travail de volontaires, sans mission officielle. Entre février et avril 2011, nous avons complété et consolidé les bases de données existantes et alimenté ainsi plusieurs atlas pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Cette période nous a permis d’affiner notre méthode. Nous sommes partis des sources de données habituelles (OpenStreetMap, Google Map Maker, Digital Chart of the World…), mais nous avons également appris à mobiliser des bases plus orientées vers les points d’intérêt (POI). En mars, à la suite de ces premiers travaux, nous avons été mandatés par le CICR pour préparer un jeu de base représentant les infrastructures du pays.

3Comment se sont déroulées concrètement
les opérations ?

4La Libye était tout d’abord un territoire bien moins connu que l’Égypte ou la Tunisie, car il y avait peu de présence humanitaire. Pour construire une base de données de référence, nous sommes partis des différentes sources disponibles : OpenStreetMap, Google Map Maker, Wikimapia, des cartes topo russes au 1/100 000. Nous avons réalisé cette première opération très rapidement, depuis notre siège et en nous appuyant également sur les deux employés de l’association qui travaillent actuellement au Cluster logistique du Programme alimentaire mondial (PAM à Rome), qui fournit un soutien à toutes les organisations humanitaires. Cette première base a été partagée via la communauté Crisis Mapper pour alimenter les « common operational dataset » d’Ocha, le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies.

5Avec le début des frappes aériennes, les organisations sur le terrain ont rapidement eu besoin d’informations plus précises, notamment Médecins sans Frontières sur les villes de Benghazi et de Misrata : les noms des rues, la localisation des hôpitaux, etc. Nous avons essayé de consolider un maximum d’informations à distance, mais nous avons vite atteint nos limites et, à la demande d’Acted, nous avons décidé d’envoyer Eugénie Nyaminani, l’une de nos techniciennes SIG, sur place, à proximité de la ligne de front, début juillet. Cette intervention a été financée dans le cadre du programme Reach avec Acted et Unosat1. Elle a permis de valider l’information extraite des images satellites, d’enrichir la base avec des points d’intérêt et de commencer un premier travail sur l’évaluation des dommages. Tout le travail de récolte et d’analyse a été mené en partenariat avec des techniciens locaux et a permis d’alimenter les différentes ONG sur place. Nous avons également travaillé pour le compte d’Acted sur les familles bénéficiaires d’aide sur place.

6Quels sont vos rapports avec OpenStreetMapet les communautés open source en général ?

7Pour nous, les données open source sont fondamentales, car elles servent de base à tout notre travail de consolidation. Nous sommes en étroite relation avec la communauté OSM, via le réseau Crisis Mapper, mais nous sommes plus des consommateurs que des contributeurs. Nous faisons appel à OSM pour digitaliser certaines informations à partir des images satellites, car nous avons peu de moyens à ce niveau. Côté logiciel, nous aimons bien utiliser QGIS ou des plateformes comme Ushahidi, mais nous réalisons nos travaux d’intégration sous ArcGIS, qui s’impose souvent comme un standard de fait, comme ce fut le cas ici.

8Quelles leçons tirez-vous de cette expérience ?

9Le travail en langue arabe n’est pas simple et nous avons rencontré des difficultés pour assurer les traductions, les valider, etc. Il y a encore des problèmes de copyright des données. Ainsi, ce que nous avons fait dans le cadre du programme avec Acted n’est pas ouvert, même pas au niveau des référentiels. Cela doit être amélioré afin de rendre un service plus élargi. Les ONG qui sont parfois en concurrence entre elles ainsi que les structures onusiennes ont encore des fonctionnements assez rigides, qui nous empêchent d’aller aussi loin que nous le souhaitons dans le domaine du travail en réseau et de la collaboration volontaire. Il y a encore des progrès à faire.

10Propos recueillis par Françoise de Blomac

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« CartONG : l’expérience libyenne », Humanitaire [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1301

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org