Navigation – Plan du site
Dossier

Cartographie et action humanitaire : la réflexion et l’expérience du CICR

Robert Mardini

Résumé

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a adopté les Systèmes d’information géographique (SIG) dès les années 1990. Il s’agissait de mieux répondre dans le monde entier aux personnes touchées par les conflits armés, d’autres urgences et les catastrophes naturelles. Robert Mardini présente la manière dont le CICR utilise cette technologie, certaines des raisons pour lesquelles il l’utilise, ainsi que quelques-uns des défis qu’elle pose.

Haut de page

Texte intégral

1Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a adopté les Systèmes d’information géographique (SIG) dès les années 1990. Il s’agissait de mieux répondre dans le monde entier aux personnes touchées par les conflits armés, d’autres urgences et les catastrophes naturelles. Robert Mardini présente la manière dont le CICR utilise cette technologie, certaines des raisons pour lesquelles il l’utilise, ainsi que quelques-uns des défis qu’elle pose.

2Les cartes et dispositifs de géolocalisation étaient à leurs débuts fortement associés aux capacités militaires et à la collecte de renseignements, spécialement dans les pays en guerre, et ce jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Au cours des vingt dernières années environ, la complexification et la spécialisation de l’action humanitaire ont entraîné le besoin d’intégrer de nouveaux outils technologiques et de gestion, y compris la cartographie et les dispositifs de géolocalisation, tels que les Systèmes d’information géographique (SIG).

L’introduction des SIG dans le travail cartographique

3Alors que les cartes fiables sont depuis toujours un outil clé pour le CICR, le recours aux SIG a sans aucun doute contribué à des prises de décisions mieux informées et à des actions plus efficaces, à la fois lors de crises aiguës et d’urgences complexes. L’organisation a commencé à utiliser la technologie des SIG à la fin des années 1990 dans la conception et la construction de systèmes d’approvisionnement hydraulique pour les communautés touchées par un conflit. La nécessité de détenir des informations à la fois fiables et détaillées pour localiser des personnes souffrant de pénurie d’eau dans des régions parfois éloignées, identifier les infrastructures en place et trouver les sources d’eau a toujours été vitale. Dans le passé, cependant, les cartes n’existaient souvent pas, ou ne fournissaient pas suffisamment d’informations. Les SIG ont permis de cartographier et partager de telles informations, y compris avec les parties concernées sur le terrain.

4Des spécialistes des SIG ont tout d’abord été embauchés pour collaborer avec les équipes de délégués CICR. Depuis 2006 cependant, l’unité Eau et Habitat dispose de ses propres experts qui fournissent des services de cartographie aux services qui en font la demande. Ils ont élargi de manière efficiente leurs capacités de cartographie pour la collecte de données détaillées et soutiennent ainsi de nombreuses autres activités.

Un large panel d’utilisation

5Le CICR utilise les SIG pour soutenir ses opérations humanitaires sur le terrain de plusieurs manières. Tout d’abord, une géolocalisation précise, dans des environnements parfois hostiles où les travailleurs humanitaires sont confrontés à des problèmes d’acceptation et d’accès, est vitale. Elle participe ainsi de la sécurité des personnes touchées par un conflit (ou des catastrophes naturelles) et des travailleurs humanitaires. La technologie des SIG facilite la prise rapide de décisions avisées et des estimations éclairées, dans des situations potentiellement dangereuses.

6Les SIG aident également à identifier des schémas de violence – où et quand ils apparaissent, combien de temps ils durent, etc. Ils ont, par exemple, permis au CICR de documenter des attaques contre des centres et du personnel de soins de santé, des patients et des véhicules médicaux. La documentation et l’analyse de centaines d’incidents de violence à l’encontre d’installations de soins de santé dans seize pays où intervient le CICR, sur une période de deux ans et demi à partir de 2008, ont constitué la base d’une importante étude publiée en 2011. Cette étude a, à son tour, soutenu le lancement d’un projet de grande envergure sur plusieurs années intitulé « Les soins de santé en danger ».

7Les SIG peuvent également servir à réparer et améliorer des infrastructures essentielles dans des communautés frappées par la guerre. Un bon exemple est celui de la ville de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, où la population a largement crû sous l’afflux de centaines de milliers de déplacés internes au cours des dernières années, exerçant dès lors une pression quasi insoutenable sur des infrastructures déjà fragilisées. Le CICR a lancé sur place un immense projet de réhabilitation des structures hydrauliques, à l’aide de la technologie des SIG. Un autre exemple permet d’illustrer la manière dont des technologies simples peuvent contribuer à améliorer l’accès à l’eau pour des villages ruraux : un nouveau projet du CICR en Éthiopie permettra de raccorder 32 conseils locaux de l’eau à une base de données centrale. Les informations transférées par les utilisateurs depuis leur téléphone portable permettront de cartographier et créer des tableaux de l’état de 7 000 pompes et stations individuelles, facilitant le signalement des réparations nécessaires. L’objectif est d’élargir ce projet à l’Éthiopie, puis de l’appliquer dans d’autres pays.

8De plus, la télédétection permet au CICR, dans les lieux difficiles d’accès, de suivre les répercussions de certains de ses programmes. Les images satellites permettent de voir si des projets d’irrigation, par exemple, influencent la production alimentaire. Cela permet d’éviter d’avoir à se rendre sur place pour procéder à une évaluation de base. La télédétection vient, ici, compléter les informations fournies par d’autres sources sur le terrain.

9Les SIG sont également un excellent outil de promotion du flux d’informations au sein d’une organisation, et au-delà, qui améliore ainsi potentiellement la gestion des ressources humaines, l’interaction avec les partenaires sur le terrain et les relations avec les bénéficiaires, tout en présentant des avantages dans d’autres domaines. Dans les situations appelant un déploiement rapide lors d’urgences complexes, par exemple, le besoin de connaître les ressources disponibles et leur localisation est souvent essentiel, tout comme l’identification de l’emplacement et des utilisations possibles d’installations telles que les aéroports, les routes, les bâtiments administratifs et les hôpitaux.

10De telles capacités peuvent également être extrêmement utiles lors d’opérations courantes, ainsi que dans les situations dangereuses dans lesquelles le CICR est forcé de recourir à une « gestion à distance ». La Somalie est un exemple typique des zones de conflits dans lesquelles les conditions de travail sont très difficiles, du fait des problèmes de sécurité, où de nombreuses organisations humanitaires n’ont pas du tout pu intervenir et dans lesquelles le CICR a un accès restreint. Dans certaines parties du centre et du sud de la Somalie, le CICR ne peut travailler que par l’intermédiaire du Croissant-Rouge somalien et d’agents locaux.

Des outils internes et collaboratifs

11La mise en place en octobre 2011 du géoportail Web du CICR a permis d’améliorer encore davantage le flux d’informations, permettant aux membres de son personnel au siège et sur le terrain de produire leurs propres cartes personnalisées. Le géoportail fournit une représentation géographique d’une série de données clés, telles que l’emplacement d’entrepôts, les niveaux des réserves et les sites de distribution de l’aide. Les membres du personnel peuvent transférer et partager des données pertinentes, qui peuvent alors servir à la planification et à la mise en œuvre de programmes.

12Les SIG ont également permis d’ouvrir la sphère humanitaire à un nouveau groupe d’individus. Le CICR, tout comme d’autres organisations humanitaires, a profité de la bonne volonté et de l’expertise de communautés bénévoles de cartographie, telles qu’OpenStreetMap, par exemple, au lendemain du tremblement de terre en Haïti en 2010, pendant les révoltes au Kirghizistan en 2010, et plus récemment dans la ville de Walikale, dans la province du Nord-Kivu dans l’est de la République démographique du Congo.

13Le CICR a, dans la région éloignée et mal cartographiée autour de Walikale, un projet de rétablissement et d’élargissement du système d’approvisionnement en eau. Pendant la phase de planification, le CICR a eu besoin de pouvoir localiser précisément la population sur l’ensemble du territoire et de déterminer où prévoir les conduites, creuser les réservoirs et livrer l’eau. Il lui fallait une carte détaillée. La carte a pu être obtenue tout d’abord en achetant une image satellite de la ville, puis en demandant à la communauté de bénévoles d’OpenStreetMap – répartie dans le monde entier – de numériser l’emplacement des bâtiments et des routes afin d’obtenir une carte précise. Des e-bénévoles ont ainsi complété le travail du personnel CICR sur le terrain, permettant ainsi non seulement de rétablir l’approvisionnement en eau, mais également de fournir aux autorités de Walikale une carte à jour de la région. Une collaboration si dynamique est une formidable opportunité pour le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans son ensemble de profiter des compétences technologiques en constante évolution de personnes disposées à travailler bénévolement.

14Un autre exemple de l’approche collaborative dans le domaine de la technologie des SIG est la collaboration entre le CICR et  l’Institut de formation et de recherche des Nations unies (Unitar), avec l’utilisation de l’Unosat, le programme opérationnel pour les applications satellitaires de l’Unitar. Il s’agit d’un programme satellitaire spécialisé qui livre des solutions satellitaires et de l’information géographique à de nombreuses organisations humanitaires et de développement. Le CICR a ainsi pu profiter des analyses de l’Unosat lors d’opérations d’urgence, telles que lors des inondations de 2010 au Pakistan, et du tremblement de terre en Haïti plus tôt la même année. Le CICR et l’Unitar œuvrent à une collaboration plus étroite dans ce domaine.

15Alors que le CICR jouit sans doute d’une réputation d’organisation impénétrable qui traite des informations et des données confidentielles, la grande majorité de son travail n’est en fait pas du tout confidentielle. Ces exemples d’approches collaboratives démontrent la volonté et l’engagement du CICR à partager des informations avec les principales parties prenantes, telles que d’autres organisations humanitaires et les partenaires locaux, afin d’améliorer la réponse humanitaire globale – dans la mesure où cela ne met pas en péril son dialogue confidentiel avec les autorités gouvernementales et les groupes armés, ni la sécurité des bénéficiaires.

16Les outils et approches collaboratives des SIG sont ainsi très profitables pour les organisations humanitaires, dont le CICR, car elles leur permettent d’améliorer leur réponse aux personnes dans le besoin. Dans le même temps, ces outils et approches présentent certains défis dans la manière dont travaillent ces mêmes organisations humanitaires.

Les défis posés par l’approche combinée cartographie-SIG

17Les bénéficiaires, par exemple, ont de plus en plus leur mot à dire sur le calendrier et la modalité des activités des organisations humanitaires et influencent leurs agendas. L’alliance des SIG et des réseaux de médias sociaux permettront sans aucun doute de préciser et de raccourcir de manière importante la phase d’évaluation des besoins lors d’urgences complexes. De nombreuses personnes peuvent déjà communiquer des informations relatives à leur situation et leurs besoins à l’aide de dispositifs de haute technologie. En Haïti, par exemple, les nouveaux médias et les technologies de communication ont été utilisés de manière sans précédent pour aider les efforts de remise en état. Un bon exemple est le crowdsourcing, initié entre autres par Ushahidi (« témoignage » en swahili), qui permet de fournir des outils logiciels en open source aux communautés et individus afin de partager en temps réel des informations à l’aide de textos, courriels, tweets et sur le Net. Le flux de mises à jour et de cartes interactives est, de cette manière, disponible là où l’aide est la plus urgemment nécessaire, ou disponible. Cela a des conséquences directes sur la manière dont les organisations humanitaires peuvent répondre, et intervenir.

18Mais les attentes des personnes en situation de conflit et d’autres catastrophes en sont également accrues. Les téléphones portables et les smartphones peuvent contribuer à collecter et diffuser des informations, mais ils incitent également à penser que les secours devraient arriver plus rapidement et de manière plus professionnelle, et ce avec raison. Les contraintes logistiques, financières, de déplacement et autres, auxquelles les organisations humanitaires font face sur le terrain, demeurent cependant inchangées. Il est ainsi important de combler le fossé entre les attentes et l’impatience compréhensible des bénéficiaires d’un côté, et la lenteur chronique et générale des réponses humanitaires de l’autre. Les organisations humanitaires doivent innover dans leur pensée, explorer les possibilités telles que les transferts de crédits par téléphone portable, par exemple, plutôt que de transporter par voies aérienne et terrestre des sacs de farine et de maïs.

19Dans un monde de plus en plus orienté vers les données, les donateurs et décideurs politiques veulent savoir exactement où va leur argent et comment il est utilisé, ce qui nécessite la mise en place de processus complexes de planification et de mécanismes de rapport. Les cartes peuvent aider à présenter des données de manière claire et digeste. Les SIG contribuent également à élargir l’accès à l’information et à le rendre plus abordable. L’inconvénient, cependant, est que les moyens de production et la fiabilité ou l’usage qui est fait des informations ne sont plus forcément contrôlés. Le cyberespace est, en soi, un lieu potentiel de conflits, incluant de fausses informations qui sont autant d’armes dans des batailles de propagande.

20Lors de la Conférence de CrisisMappers de 2011, le CICR et d’autres organisations internationales ont insisté sur les différences en termes de protection et de sécurité entre les opérations d’urgence et les opérations dans des environnements « touchés par des conflits ». Le CICR mène, depuis, un groupe de conseil composé d’ONG et d’agences de l’ONU impliquées dans les activités de protection pour l’adoption de « standards professionnels pour les activités de protection » qui puissent être appliqués aux e-bénévoles.

21Un défi supplémentaire est le fait que les cartes favorisent la prise de décisions avisées et fondées sur des preuves, mais elles ne fournissent pas réellement de solutions aux conflits et autres urgences complexes. Les cartes ne peuvent être plus qu’une représentation abstraite de faits donnés. Et alors qu’une « vue d’en haut » peut révéler des informations très utiles à propos de zones inondées, de déforestation ou de déplacements de population, par exemple, elle ne peut rien dire sur les dynamiques ethniques entre groupes locaux, les facteurs sociologiques, la nature de la résilience des personnes, les mécanismes d’adaptation ou les tendances de violations.

22Si les systèmes de cartographie ne sont pas correctement utilisés, ou s’ils sont mal combinés avec d’autres modes d’évaluation, des erreurs tragiques peuvent survenir. Les travailleurs humanitaires ont également besoin de parvenir à un équilibre entre l’impatience d’initier une action rapide et efficace, et le besoin croissant évident d’une action qui soit durable. Alors que l’action humanitaire est peut-être dans certains cas trop lente, elle peut également parfois être trop précipitée.

23La technologie est immensément utile, mais elle ne peut se substituer à la présence sur le terrain et la proximité des personnes touchées par un conflit ou une catastrophe. Le bénéfice réel des SIG tient ainsi dans l’équilibre délicat entre ses capacités technologiques et l’expérience, le professionnalisme et la crédibilité des travailleurs eux-mêmes.

24Traduit de l’anglais par Morgane Boëdec

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Mardini, « Cartographie et action humanitaire : la réflexion et l’expérience du CICR », Humanitaire [En ligne], 32 | 2012, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 26 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1305

Haut de page

Auteur

Robert Mardini

Robert Mardini est directeur général adjoint du CICR

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org