Navigation – Plan du site
Tribune

La « citoyenneté biologique » : une préoccupation humanitaire, au risque de la biopolitique ?

Olivier Bernard et Fabrice Giraux

Résumé

L’humanitaire moderne est né au Biafra, voilà presque quarante ans. Depuis lors, il ne cesse de s’interroger sur sa légitimité. Lors de ce conflit, pour la première fois peut être, on assiste à une médiatisation orchestrée à partir du témoignage de quelques médecins revenus du terrain où ils étaient partis « sauver les Biafrais du “génocide” ». Aujourd’hui chacun s’accorde à reconnaître que les États occidentaux, et notamment la France, ont pour le moins utilisé cette parole a priori irréfutable pour faire valoir leur propre interprétation d’un conflit dont ils étaient largement parties prenantes pour ne pas dire responsables : l’humanitaire moderne était né… et avec lui un nouveau vecteur de la communication des États !

Haut de page

Texte intégral

1L’humanitaire moderne est né au Biafra, voilà presque quarante ans. Depuis lors, il ne cesse de s’interroger sur sa légitimité. Lors de ce conflit, pour la première fois peut être, on assiste à une médiatisation orchestrée à partir du témoignage de quelques médecins revenus du terrain où ils étaient partis « sauver les Biafrais du “génocide” ». Aujourd’hui chacun s’accorde à reconnaître que les États occidentaux, et notamment la France, ont pour le moins utilisé cette parole a priori irréfutable pour faire valoir leur propre interprétation d’un conflit dont ils étaient largement parties prenantes pour ne pas dire responsables : l’humanitaire moderne était né… et avec lui un nouveau vecteur de la communication des États !

Retour sur une lecture dialectique de la naissance de l’humanitaire « French doctors »

  • 1 Denis Maillard, « 1968-2008 : Le Biafra ou le sens de l’humanitaire », Humanitaire, n° 18.

2Un article publié récemment dans la revue Humanitaire1 propose une lecture et une synthèse de l’action humanitaire de ces quarante dernières années à partir de cette « scène inaugurale du Biafra », autour des deux personnages clefs que sont Bernard Kouchner et Rony Brauman. Selon l’auteur, deux issues seraient possibles au sortir du piège biafrais :

  • un humanitaire d’État, instrument de défense des droits de l’Homme et de la démocratie ;

  • un humanitaire des corps : « une politique minimale de la vie consistant à entretenir les corps », un humanitaire irréductible à l’État, une politique du moindre mal.

3Cette approche a le mérite de proposer une délimitation des espaces. Et l’exemple récent de l’Arche de Zoé montre, à quel point, cela est nécessaire.

  • 2 Bernard Hours, « Derrière les évidences humanitaires », Le Monde Diplomatique, septembre 2008.

4Comme le souligne un autre auteur, Bernard Hours2, l’action humanitaire se constitue en effet autour d’un principe – l’universalité des droits de l’Homme – et d’un objet – la figure – victimaire, source de toutes les attentions. Si ces deux éléments sont les piliers de l’action humanitaire, cette tension permanente entre une « universalité » des droits de l’Homme et une « universalité » du statut de victime est l’une des grilles de lecture possible de la pensée humanitaire. Face aux tenants d’une universalité des droits de l’Homme, caution à une légitimité de fait de l’ingérence humanitaire, certains (en réaction ?) vont proposer une légitimité de l’action sur la seule base de la souffrance des corps et du statut de malade et/ou de victime. Mais encore une fois, cette approche, pour autant qu’elle paraisse légitime en « dépolitisant » la lecture des conflits au travers d’une approche objective des corps, doit être questionnée.

5Au-delà du choix qui conduit à prioriser des actions de soins lors de toute crise humanitaire, l’objectivation et la médiatisation de ces mêmes actions sont probablement des facteurs influant la lecture de la crise et son issue. Ainsi, un aller-retour permanent s’opère entre une lecture politique et une analyse humanitaire de la crise. Si cette dernière offre une place aux populations civiles, quel type de mécanisme s’opère au travers de leur souffrance et de leur maladie ? Interrogeons-nous sur ce mécanisme au travers de l’analyse de la place faite au corps souffrant dans deux situations particulières : le saturnisme en France et l’épidémie du sida dans les pays en développement.

Le saturnisme infantile

6Le corps comme vecteur de changement : l’exemple du saturnisme infantile en France est à ce titre particulièrement parlant. Ainsi, l’intoxication au plomb chez l’enfant et l’impact reconnu sur son développement, représente un véritable problème collectif de santé. Sa prise en compte comme un problème de santé publique relève nécessairement d’un double mécanisme :

  • la reconnaissance d’une maladie – le saturnisme – provenant d’un désordre d’origine social (la précarité et le mal logement) ;

  • puis, la réappropriation par le politique et le social de ce trouble du corps en vue d’un traitement de l’une de ses causes : le mal logement.

  • 3 Didier Fassin, « Faire de la santé publique », Éditions ENSP, 2005.

7Dans ce schéma, comme le souligne Didier Fassin3: « le corps souffrant deviendrait le lieu de reconnaissance suprême de l’individu dans la cité et le biologique, le soubassement du politique. »

Le sida

8Si l’intoxication au plomb chez l’enfant est bien démonstrative de la place que la société accorde au corps en Occident, il est intéressant d’observer les mécanismes à l’œuvre, depuis les années 1980, dans le domaine de l’aide au développement en santé dans les pays du Sud.

9Jusqu’au début des années 1980, dans la plupart des pays d’Afrique sub-saharienne, les systèmes de santé offraient des soins gratuits aux populations. L’équité dans l’accès aux soins relevait donc d’un principe de solidarité garanti théoriquement par l’État. Malheureusement, les politiques d’ajustement structurel ont conduit ces derniers à mettre en place des systèmes de santé instituant une place croissante à la contribution financière des patients pour leurs soins : le recouvrement des coûts. L’amélioration de la disponibilité en médicaments a été un des principaux effets bénéfiques de cette mesure. Pour autant, nous assistons dans de nombreux pays à une baisse des taux de fréquentations des structures sanitaires et, dans certaines zones, à une régression des indicateurs sanitaires. Ces constats ont été dénoncés tant par les gouvernements des pays du Sud que par les acteurs du développement au cours des années 1990, mais sans réel impact.

  • 4 J Shiffman, S Smith, « Generation of political priority for global health initiatives : a framework (...)

10Dès lors, il est intéressant d’observer les mécanismes qui ont permis d’aboutir, vingt-cinq ans plus tard, à une remise en cause partielle des logiques de recouvrement des coûts : la généralisation progressive de politiques de gratuité des soins pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. Au cours des trois dernières années et suite aux grandes déclarations d’intention des principaux bailleurs internationaux, plusieurs pays ont décidé de se lancer dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques d’amélioration de l’accessibilité financière aux soins de santé primaire. C’est particulièrement vrai sur le continent africain. À titre d’exemple, on peut mentionner le Kenya, le Niger, le Burundi ou encore le Ghana. Tous ces États ont instauré des politiques publiques visant à garantir l’accès gratuit à un paquet minimum de soins de santé primaire pour les enfants de moins de cinq ans et/ou les femmes enceintes. La Zambie pour sa part a introduit en 2006 une politique de gratuité des soins de santé primaire pour l’ensemble de la population vivant en zone rurale. L’ensemble de ces politiques étant considéré comme un moyen d’atteindre à terme les objectifs du Millénaire en matière de santé. De nombreux autres pays sont en période d’élaboration de ces politiques, comme le Mali, le Sénégal et le Burkina Faso4.

11C’est bien pour prendre en charge des patients vivants avec le VIH et dans le but de tenter de juguler l’épidémie de sida qu’un changement s’est opéré. La primauté de paiement des soins par les usagers était donc remise en cause, et c’est bien « grâce » à la maladie et la très grande charge symbolique du sida que l’on va assister à une extension progressive de ce type d’expérience.

12« Souvent aujourd’hui, le corps est devenu cette ultime ressource par laquelle on justifie le bien-fondé de l’action publique et de sa générosité à l’égard des plus fragiles ou des plus dominés. Ainsi tend à se définir ce qu’Adriana Petryna appelle une « citoyenneté biologique » par laquelle les personnes les plus précarisées retrouvent une place dans la cité par la maladie — et même, on ose à peine le dire, grâce à elle. » 5

  • 5 « From Alma Ata to the Global Fund : The History of International Health Policy », Social Medicine, (...)
  • 6 Didier Fassin, op. cit.

13Si l’épidémie de sida en Afrique Subsaharienne est certainement le facteur à l’origine d’un tel processus de changement, il est intéressant d’observer également pour le paludisme et la tuberculose, la création de fonds spéciaux. Le principe de gratuité des soins s’est peu à peu développé5. Sans minimiser les enjeux financiers (mise à disposition des molécules à grande échelle), il semble toutefois qu’à l’instar de ce que Michel Foucaud a montré pour la peste dans l’ouvrage Surveiller et punir, le caractère épidémique de telles pathologies (l’irruption dans les corps humain et social d’un désordre) est sans doute un élément clef dans la rupture qui s’est opérée. Nous avons assisté à la mise en place d’un tiers payant (les fonds sida, paludisme, tuberculose). L’extension progressive de la gratuité, des soins pour les femmes enceintes et des soins de base aux enfants de moins de 6 ans, semble donc procéder du même mécanisme. L’absence de désordre avéré, c’est-à-dire objectivement quantifiable et donc inscrit dans une nosographie, explique certainement les résistances actuelles à la généralisation de ces mécanismes de tiers payants pour des populations extrêmement vulnérables et précarisées.

Le risque de la biopolitique

14Après ce détour par deux maladies ayant profondément marqué les politiques, reprenons les deux conceptions de l’action humanitaire, telles qu’elles ont été présentées par les auteurs cités :

  • une analyse synchronique qui tend à démontrer qu’une politique des corps, dans ce qu’elle aurait de minimaliste, d’irréductible à l’État, pourrait se prévaloir du moindre mal. A contrario, se serait construit au fil du temps, un humanitaire d’État, seul à même de défendre les droits de l’Homme et la démocratie ;

  • une lecture diachronique pointe toutefois le déplacement du politique, de l’État vers le corps, du social vers le biologique.

15Cette politique minimale des corps ne serait-elle pas à cet instant de notre histoire, le vecteur nécessaire, cette inscription dans le corps du désordre d’origine social, en vue d’une réappropriation par le champ politique ? Face à l’impasse du traitement politique, l’utilisation des corps et leur manipulation, telle que nous avons pu le voir dans l’Arche de Zoé, est sans doute un symptôme de ce déplacement.

  • 7 La biopolitique (d’) après Michel Foucault, dossier de la revue Labyrinthe, n° 29, 2005.

16En s’emparant des corps, les acteurs humanitaires accordent ainsi un écho particulier, voire une place centrale aux termes de « biopolitique » et du « biopouvoir » 7. En 1976, Michel Foucault a énoncé dans La volonté desavoir : « L’homme pendant des millénaires, est resté ce qu’il était pour Aristote : un animal vivant et de plus capable d’une existence politique ; l’homme moderne est un animal dans la politique duquel sa vie d’être vivant est en question ». Il y voit ainsi l’illustration du passage d’un type de pouvoir à un autre. À chaque fois, il relève que ce nouveau type de pouvoir s’exerce sur le corps et la vie, à la différence du plus ancien qui s’appliquait, selon le modèle juridique, sur les sujets. C’est donc bien à cet individu en ce qu’il a de vivant (biologique), mais aussi de social et de politique, que le philosophe s’adresse.

  • 8 . Didier Fassin, op. cit.

17En agissant sur les corps, les acteurs humanitaires, au nom d’une « politique minimale des corps », ne se trouvent-ils pas à cette même place ? En ne réinterrogeant pas le social et le politique dans leur champ d’intervention, ne réduisent-ils pas la personne, le sujet ? Comme le souligne Didier Fassin : « Il nous faut pourtant nous interroger sur la signification et les implications, pour le contrat social qui lie les membres de nos sociétés, d’une tendance croissante à légitimer par la souffrance ou par la maladie les droits que nous sommes prêts à reconnaître aux citoyens »8.

18En pensant « repolitiser » des individus, c'est-à-dire en leur donnant un statut grâce au « recours légitime » à la maladie, les acteurs humanitaires ne trouvent-ils pas leurs limites ? Quelles capacités démontrent-ils à proposer une lecture nouvelle des violences sociales et économiques du monde urbain contemporain ? L’impasse d’une lecture biologique de tels désordres interroge donc sur la capacité à penser une telle violence et donc à proposer des solutions.

Haut de page

Notes

1 Denis Maillard, « 1968-2008 : Le Biafra ou le sens de l’humanitaire », Humanitaire, n° 18.

2 Bernard Hours, « Derrière les évidences humanitaires », Le Monde Diplomatique, septembre 2008.

3 Didier Fassin, « Faire de la santé publique », Éditions ENSP, 2005.

4 J Shiffman, S Smith, « Generation of political priority for global health initiatives : a framework and case study of maternal mortality », The Lancet, Vol. 370, 13 octobre 2007, pp. 1370-1379.

5 « From Alma Ata to the Global Fund : The History of International Health Policy », Social Medicine, vol. 3, n° 1, janvier 2008, pp. 36-48.

6 Didier Fassin, op. cit.

7 La biopolitique (d’) après Michel Foucault, dossier de la revue Labyrinthe, n° 29, 2005.

8 . Didier Fassin, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bernard et Fabrice Giraux, « La « citoyenneté biologique » : une préoccupation humanitaire, au risque de la biopolitique ? », Humanitaire [En ligne], 21 | Avril 2009, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/136

Haut de page

Auteurs

Olivier Bernard

Olivier Bernard est médecin pédiatre membre du conseil d’administration de Médecins du Monde 

Articles du même auteur

Fabrice Giraux

Fabrice Giraux est médecin et membre du conseil d’administration de Médecins du Monde. Les auteurs tiennent à remercier Georgia Coufin-Guérin pour sa relecture attentive.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org