Navigation – Plan du site
Table ronde

Migrants : la riposte humanitaire

Résumé

Table ronde organisée le 27 septembre 2012

Animée par Thierry Brigaud, président de Médecins du Monde

Avec :

Smaïn Laacher, sociologue

Laurent Giovannoni, responsable du département Étrangers et gens du voyage au Secours Catholique

Emmanuel Blanchard, historien, membre du Gisti et Migreurop

Madassa Moussa Diarra, ancien sans-papiers, délégué du piquet de grève Randstad et membre du Collectif 12

Haut de page

Texte intégral

Thierry Brigaud

1La question des migrants est un sujet de préoccupation majeur à Médecins du Monde (MDM). Elle est d’abord au cœur de nos programmes, puisqu’il faut rappeler que nous avons vingt-et-un CASO (centres d'accueil, de soins et d'orientation) où nous travaillons sur l’accès aux soins mais également aux droits des sans-papiers. Et c’est un gros travail puisque vous savez qu’en France on estime entre trois cent mille et cinq cent mille le nombre de ces derniers. Nous menons également des projets spécifiques à Dunkerque et Calais où, avant-hier encore, ont eu lieu des expulsions que nous avons dénoncées avec d’autres associations présentes sur place. Nous avons à cette occasion rappelé que la circulaire du mois d’août dernier prévoyait des négociations et des concertations avant toute expulsion. Malheureusement, elles n’ont pas eu lieu. Nous avons redit à Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, qu’il devait lui aussi respecter la loi. MDM a également des projets à l’international, en Turquie, en Algérie ou au Mali, en lien avec des partenaires locaux. À Bamako, où je me suis rendu récemment, j’ai ainsi pu rencontrer nos deux associations partenaires, l’AME (Association malienne des expulsés) et l’Aracem (Association des refoulés d'Afrique centrale au Mali). Une des propositions de cette dernière est de mener une mission exploratoire au Cameroun afin de travailler sur la migration Sud-Sud, une notion sur laquelle j’aurai l’occasion de revenir.

2Vous l’avez compris, Médecins du Monde ce n’est pas simplement soigner, c’est aussi témoigner. Si nous utilisons souvent les expressions « ici » et « là-bas », c’est que c’est un moyen pour nous de dire comment nous voyons le monde, une dimension essentielle, selon moi, de notre travail. Bien sûr, nous témoignons de la réalité de la vie des migrants, de leur parcours du Sud vers le Nord dont le coût humain nous est insupportable. Mais nous parlons aussi des migrations Nord-Sud qui ne font pas tant débat et surtout des migrations Sud-Sud dont on parle peu, mais qui forment l’essentiel des migrations dans le monde. Notre objectif, dans notre action au quotidien comme dans le cadre de ce numéro de la revue Humanitaire, est de tenter de changer de paradigme, de voir la migration autrement, de parler de libre circulation et de voir ce que l’on peut faire pour accueillir et travailler avec les migrants sur la base du concept dit « gagnant-gagnant-gagnant » : pour le pays d’origine, pour le migrant et pour le pays d’accueil. Alors peut-être on arrivera à penser que la migration serait une chance pour l’Europe.

3Mais il faut commencer par déconstruire certaines représentations, certains discours, comme ceux qui ont été tenus pendant les dernières élections présidentielles, des propos horribles, populistes, parfois ouvertement racistes qui jouent sur nos peurs. C’est la raison pour laquelle il faut en revenir à cette question simple – qu’est-ce que c’est que la migration ? – avant de pouvoir réfléchir sur ses conséquences et l’envisager comme une opportunité pour les pays européens.

  • 1  Derniers ouvrages parus de Smaïn Laacher : Dictionnaire de l’immigration (sous la dir. de Laacher (...)
  • 2  Gisti : Groupe d’information et de soutien des immigrés, www.gisti.org ; Migreurop : réseau de 33 (...)

4Pour ce faire, nous avons invité Madassa Moussa Diarra, ancien représentant du Collectif des travailleurs des sans-papiers ayant installé un piquet de grève devant la Cité de l’immigration en 2010 avec le soutien de la CGT. Il a depuis été régularisé avec plusieurs de ses camarades. Smaïn Laacher, ensuite, est sociologue, chercheur et spécialiste des migrations, notamment des nouvelles formes de travail illicite et des déplacements forcés de populations1. Emmanuel Blanchard, quant à lui, est politologue, historien et membre du Gisti et de Migreurop2. Laurent Giovannoni, enfin, est ancien secrétaire général de la Cimade et responsable du département Étrangers au Secours Catholique. Nous avons l’habitude d’échanger régulièrement entre nos deux associations sur les demandes des migrants et de la société civile, et leur prise en compte – ou non – par les pouvoirs publics. Je vous propose quatre axes pour scander ce débat. D’abord, si la migration a sans doute toujours été un fait social ordinaire, a-t-elle de tous temps représenté un objet de crispation pour les États et les opinions publiques ? Ensuite, la stratégie « gagnant-gagnant-gagnant » est-elle une façon intéressante de réfléchir à la migration et cela rejoint-il l’expérience que les migrants eux-mêmes en ont ? La notion de libre circulation est-elle un droit, un idéal, un vain mot ? Enfin, la régularisation de tous les sans-papiers est-elle un fait inéluctable et selon quels critères pourrait-elle intervenir ?

Emmanuel Blanchard

5Pour répondre à votre première question, on pourrait jeter quelques dates qui ont représenté autant de moments de crispation et de violences. Prenons la ville de Marseille à travers trois dates. En juin 1815, une semaine après la défaite de Waterloo, une partie de la population se retourne contre « les réfugiés d’Égypte », c’est-à-dire ceux qui avaient soutenu Napoléon dans son expédition d’Égypte avant d’être rapatriés. Sur le cours Gouffé, en plein cœur de la ville, on relève une dizaine de morts. Quelques décennies plus tard, en 1881, juste après le traité du Bardo qui a entraîné le protectorat de la France sur la Tunisie aux dépens de l’Italie, des Italiens sont accusés d’avoir manqué de respect aux troupes qui défilent dans Marseille. Se produit donc une sorte de chasse à l’étranger, italien en l’occurrence, qui va là aussi entraîner des morts et l’expulsion d’une partie des Italiens de la ville. Près d’un siècle plus tard, en 1973, « les circulaires Fontanet » vont être l’un des déclencheurs d’un été particulièrement sanglant. Ces circulaires avaient notamment pour objectif de limiter la régularisation des étrangers par le travail. C’est un moment d’affrontement idéologique autour de l’immigration qui concentre des luttes très différentes qui suscitent des réactions radicales et notamment après ce qu’on a appelé à l’époque « des chasses à l’Arabe » : une dizaine d’Algériens avaient en effet été tués autour de la ville de Marseille. Et bien que je parle uniquement de Marseille, il ne faut pas croire qu’il s’agisse d’un phénomène local : les chasses à l’étranger existaient dans bien d’autres endroits dans le Sud, comme à Aigues-Mortes en 1893 où les Italiens étaient visés. Il y eut aussi des « chasses aux Belges », beaucoup moins connues, à l’été 1892 dans le bassin minier de Liévin et de Lens. À chaque fois, ces épisodes entraînent le départ des étrangers objet de la vindicte après l’intervention des pouvoirs publics.

6Vous avez sans doute repéré aussi que ces épisodes interviennent très souvent dans des moments de crise politique ou économique. Les années 1880-90, c’est la Grande Dépression en France. En 1973, c’est la fameuse crise économique due au choc pétrolier. D’une certaine façon, ce sont des moments où la parole publique s’ajoute à un certain nombre de comportements privés pour provoquer des phénomènes collectifs de vengeance sur les étrangers. Ces « crispations violentes » ont connu des pics beaucoup plus forts autrefois. Mais ce qui me paraît encore plus intéressant dans votre question, c’est de savoir si l’on a affaire, avec la migration, à un fait social ordinaire.

7Du point de vue de l’historien, on pourrait presque dire que « de tous temps », l’immigration a été un phénomène important : les gens ont en effet toujours bougé. Pour autant, quel sens cela aurait-il de parler d’étrangers et de mouvements de populations à propos d’une période qui, politiquement, ne serait pas du tout organisée comme la nôtre, où le sentiment d’être ressortissant d’une nation n’existerait quasiment pas, faute pour les États d’être constitués en entités politiques et administratives ? Ce fait nous oblige donc plutôt à comprendre quand fut inventée la question de l’immigration en lien avec celle de l’État-Nation. Et les historiens spécialistes de ce débat – notamment le plus connu d’entre eux, Gérard Noiriel – prennent très souvent les années 1880 et ces « vêpres marseillaises » de 1881 que j’évoquais comme l’un des moments où l’immigration a été inventée comme un problème public et politique. Désormais, des faits divers qui n’avaient jusqu’alors qu’une résonance locale allaient connaître un écho dans tout le pays, notamment au travers de la presse alors extrêmement importante. Le pouvoir politique a commencé dans ces années-là à exacerber la distinction entre Français et étrangers, faisant de celle-ci un levier de son action, par exemple dans ses politiques d’assistance émergentes qui vont exclure les étrangers au profit des nationaux. Ce moment est d’autant plus important qu’il survient dans un pays, la France, où, au contraire de tous les pays d’Europe, l’immigration est effectivement un fait social ordinaire. L’Europe du xixe siècle est en effet une terre d’émigration : les Allemands, les Scandinaves ou les Irlandais ont peuplé les Nouveaux Mondes qui s’ouvraient. Certes, aux xviie et xviiie siècles, des Français étaient partis en Nouvelle-France – l’Amérique du Nord – notamment, mais en nombre bien limité, et ce mouvement d’émigration s’est rapidement éteint au xixe siècle, notamment pour des raisons démographiques. Bref, c’est ainsi que la France s’est avant tout constituée en pays d’immigration, ce qui en fait une véritable spécificité à l’époque, mais une spécificité qui, d’une certaine façon, n’a pas vraiment été intégrée au roman national français.

8Tout le monde sait en effet qu’un certain nombre de pays se sont construits sur un mythe de l’immigration, dont ils ont su effacer en partie le caractère douloureux. On pense aux États-Unis ou à l’Australie. La France, elle, ne s’est absolument pas constituée sur ce type de roman national alors que, par exemple dans les années 1920, les mouvements migratoires vers l’Hexagone sont, en proportion, plus importants que ceux vers les États-Unis. De fait, nous sommes dans un pays où la migration est une question ordinaire et qui a été « ordinairement » érigée en problème en période de crise à partir des années 1880…

9La question qui se pose, si on veut parler d’immigration en suivant les enseignements du sociologue Abdelmalek Sayad, c’est qu’il faut toujours avoir en tête le double mouvement entre émigration et immigration. Ainsi, est-ce que le départ est « ordinaire » ? Chacun sait que les « catastrophes » – qu’elles soient politiques, écologiques, humanitaires ou sanitaires – sont des moments de départ. De ce point de vue-là, la migration n’a rien d’ordinaire, sinon que la récurrence des crises est l’ordinaire de nombreuses régions. Il ne faudrait pas oublier non plus qu’un certain nombre de motifs de départ ne tiennent pas aux crises mais à la volonté de se former, de connaître l’Ailleurs ou encore de s’arracher à un certain nombre de rapports sociaux insatisfaisants d’un point de vue individuel. Ce qui est important, c’est qu’aucune politique n’a jamais véritablement réussi à entraver ces aspirations individuelles au départ : le volume des arrivées en France est relativement indépendant des politiques volontaristes de l’État. Il est beaucoup plus dépendant, par exemple, de la conjoncture économique. Ces politiques volontaristes ont pourtant des effets extrêmement importants. Autrement dit, on ne peut pas voyager de la même façon selon les époques. Si la plus grande immigration vers la France entre les années 1945 et 1970 fut algérienne c’est parce qu’elle a bénéficié, si l’on peut dire, de la situation coloniale en Algérie : les migrants algériens avaient jusqu’en 1962 la nationalité française, ce qui leur permettait de circuler et de s’installer en métropole sans entrer dans le cadre de la politique d’immigration. Aujourd'hui, par contre, le phénomène des Harragas est lié à une tentative de bloquer complètement des mouvements humains alors que, du fait de l’histoire, de la proximité géographique et linguistiques, ils ne peuvent pas être entravés par la simple politique. Le fait de dire qu’il faut un visa, un passeport, bref des autorisations, ne suffit pas à entraver ces mouvements. Un certain nombre de personnes va essayer de passer, coûte que coûte, par-delà les politiques d’exception qui militarisent le contrôle aux frontières et au droit de ces personnes à émigrer, un droit reconnu par la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948. Dès lors, on n’est plus dans un fait social ordinaire et les violences à l’égard des migrants n’ont plus rien d’ordinaire. Depuis le milieu des années 1980, ce sont au minimum entre quinze mille et vingt mille personnes qui ont trouvé la mort en Méditerranée et c’est le fruit de politiques d’exception qui ont conduit à considérer que le migrant est un danger en soi qui doit être réduit à une infra-humanité à partir du moment où il essaie d’entrer en Europe en dehors des cases prévues.

10L’anthropologue Marcel Mauss dirait que la migration n’est pas un fait social ordinaire, mais un « fait social total » en ce qu’il engage l’ensemble de l’existence. Le fait de partir va en effet entraîner chez celui qui prend cette décision, tout comme dans son entourage, des changements dans les rapports sociaux, dans les rapports de genres, dans les économies morales, etc. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est qu’au travers de ce fait social total nous soyons tous convaincus que les politiques migratoires peuvent représenter un levier de changement de l’ensemble des politiques. C’est bien pour cela qu’il y a des crispations qui font que les majorités passent sans que les politiques changent beaucoup : à partir du moment où l’on considère que le droit à émigrer est fondamental, cela oblige à réviser l’ensemble des politiques liées à la mondialisation. Cela veut dire que les gens vont pouvoir circuler et s’installer. Il n’est dès lors plus possible de mettre en concurrence les aires géographiques comme c’est le cas aujourd'hui dans la mondialisation : cela revient à repenser dans son ensemble le phénomène de la mondialisation et nos États n’y sont pas préparés.

Thierry Brigaud

11Madassa Moussa Diarra, vous voulez peut-être réagir sur ce droit de s’installer et peut-être nous parler de ce qu’on a essayé d’appeler la stratégie « gagnant-gagnant-gagnant » ?

Madassa Moussa Diarra

12Nous avons commencé à lutter en 2008. En octobre 2009, nous étions six mille huit cent quatre grévistes et quand on a arrêté en janvier 2011, à peine deux mille d’entre nous avaient été régularisés. Le « gagnant-gagnant-gagnant », on le souhaite pour tous les travailleurs sans-papiers parce qu’on est là, on travaille et on cotise. On nous dit qu’on a des droits, mais à quoi ça sert si on ne peut en profiter parce qu’on n’a pas de papiers ? On a du mal aussi avec la libre circulation parce qu’on peut toujours tomber sur un contrôle et là, tu es mort. Moi par exemple, je suis rentré en France le 5 juin 2001, et depuis j’ai été arrêté trois fois. On a commencé à lutter avec la CGT et grâce à tous les collectifs, à tous les gens qui soutiennent les sans-papiers, j’ai eu mes papiers comme tous les grévistes de mon piquet. Mais je reste un sans-papiers parce que beaucoup de mes amis, sur les autres piquets, n’ont pas été régularisés : on a commencé ensemble, je souhaite qu’on termine ensemble. Malheureusement la CGT a dit qu’il fallait qu’on arrête la grève, parce que six mille personnes, c’est trop de monde à gérer. J’ai été dans ce dispositif, donc je sais très bien que c’est lourd : c’est le syndicat qui doit payer le transport, la nourriture, les vêtements de tous ces gens. C’est lourd. On continue quand même avec la CGT, on suit des dossiers qui sont déposés à la préfecture : on ne peut pas arrêter tant qu’on n’est pas gagnants ensemble.

13Comme je l’ai dit, j’ai été arrêté trois fois. La première fois, c’était en 2002. Après quinze jours ils m’ont libéré, avec l’obligation de quitter le territoire français et de ne pas revenir pendant trois ans. J’ai continué ici. Je travaillais pour un sous-traitant à la RATP pour faire des voies. En 2005, j’étais en déplacement pour cette société et j’ai été arrêté à Lyon. Là, ils m’ont gardé trois mois en prison et j’ai pris cinq ans d’interdiction de territoire. J’ai continué de travailler encore avec cette boîte. En 2007, on m’a encore arrêté, pour la troisième fois. Je n’avais toujours pas de papiers. On m’a dit que je n’avais pas le droit d’être en France, parce que c’est interdit. Je leur ai dit : « Pour vous, c’est interdit, mais pour moi ce n’est pas interdit, ce que je veux c’est vivre tranquille. Du coup, il m’a gardé encore quinze jours en centre de rétention. À ma sortie, c’était un peu difficile car je ne pouvais pas travailler avec ma fausse carte. Alors j’ai trouvé un travail au noir, jusqu’en septembre 2008. Là on a commencé à mener des combats avec la CGT qui a aidé tous les travailleurs sans-papiers en France. Nous avons occupé des boîtes d’intérim qui employaient des sans-papiers ! On a fini par être régularisés, mais pas tous. Alors je continue à les soutenir. S’il y a des réunions et que je ne travaille pas, alors je suis présent là-bas, parce que vraiment c’est difficile d’être sans-papiers : on n’a pas des vies tranquilles.

Thierry Brigaud

14Vous revenez du Mali. Comment réagit votre famille à votre histoire ?

Madassa Moussa Diarra

15En 2002, ma famille ne savait même pas que j’avais été arrêté ! La troisième fois, ils ont compris que j’avais été arrêté parce que, pendant trois mois, personne n’avait de mes nouvelles : ils me téléphonaient, me laissaient des messages, mais mon téléphone ne marchait plus, j’étais en prison. Dès que je suis sorti, j’ai appelé mon grand frère qui vit à Paris avec sa femme et ses enfants. Il était surpris, il ne savait pas où j’avais passé tout ce temps. Du coup, il a appelé partout au pays, tout le monde était content. J’ai eu ma maman au téléphone et elle était en train de pleurer : c’est très, très difficile.

Thierry Brigaud, modérateur

16Je voulais revenir sur ce qu’Emmanuel Fourchard a appelé « le roman national français ». D’une certaine manière, l’histoire de Moussa n’entre-t-elle pas en résonance avec cette idée que ce roman reste assez flou en fait…

Emmanuel Blanchard

17Il entre en résonance notamment parce que le système de pénalisation qu’a connu Madassa Moussa Diarra est relativement contemporain, mais aussi par la contribution économique de Moussa et de beaucoup de travailleurs étrangers, avec ou sans papiers. Quand Moussa nous explique qu’il travaillait dans une succursale de la RATP, il faut savoir que la SNCF aussi a eu, et depuis bien longtemps, des succursales, notamment de pose de voies, dont les ouvriers étaient auparavant des Marocains par exemple. Aujourd’hui encore, ils continuent de se battre pour obtenir des droits sociaux à égalité avec les Français qu’ils ont côtoyés dans ces emplois. Plus généralement, la France s’est industrialisée en grande partie avec une immigration étrangère, tout simplement parce que la France a très longtemps été le pays le plus rural en Europe avec des paysans-électeurs qui avaient envie de rester sur leurs terres. La France n’a d’ailleurs pas forcément fait appel à la main-d’œuvre étrangère, puisque les gens venaient le plus souvent d’eux-mêmes. Il est très rare en effet que l’immigration ait été organisée. Madassa Moussa Diarra s’inscrit dans cette lignée : il n’a pas été besoin de faire appel à lui. Les personnes traversent les frontières depuis longtemps et, en particulier depuis un peu plus d’un siècle, pour occuper les emplois de l’industrialisation ou ceux du secteur tertiaire des métropoles mondialisées telles que Paris.

Thierry Brigaud

18Smaïn Laacher, que pensez-vous de la notion de libre circulation, mais peut-être aussi du droit à s’installer puisque, d’une certaine manière, les deux notions ne vont pas l’une sans l’autre ?

Smaïn Laacher

19J’avoue que je suis un peu gêné en même temps que contraint parce que le droit à la circulation, c’est un thème que je n’ai jamais rencontré dans mes enquêtes. Et j’en fais depuis une trentaine d’années ! En tout cas, je ne l’ai jamais rencontré posé de cette manière, la plus politique qui soit.

  • 3  Cerutti S., Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Bayar (...)

20Je voudrais avant tout signaler une chose à propos de la figure de l’étranger – et je vous renvoie instamment à ce sujet au livre de Simona Cerutti qui s’appelle Étrangers3 car elle étudie précisément ce qui est aux fondements mêmes de l’identité de l’étranger –, à savoir son incertitude et son extériorité locale. La thèse de Simona Cerutti, c’est que l’étranger n’est pas toujours celui qu’on croit : on peut parfaitement être un national étranger chez soi alors que l’étranger, « celui qui vient d’ailleurs », peut être infiniment plus inséré dans le tissu local que le national ou l’indigène. Pour elle, les « étrangers » ne sont pas seulement une population que la société contrôle par l’uniformisation de son statut, l’étranger est d’abord défini par sa condition d’extériorité. La figure de l’étranger n’est nullement univoque : il n’y a pas une, mais plusieurs figures de l’étranger. L’étranger, c’est « celui qui n’était pas là depuis le début ». Il peut donc parfaitement être celui qui vient de l’extérieur, tout comme celui qui se déplace à l’intérieur d’une même société entre les univers sociaux.

21Dans les enquêtes que j’ai réalisées au Proche-Orient et au Maghreb, j’ai voulu essentiellement travailler sur ce que c’est que de ne pas avoir d’existence officielle. Et cela pas seulement du point de vue de ceux qui vivent ainsi, mais aussi de la manière dont la puissance publique, l’État et les institutions traitent de ce type de population. Je pense nécessaire de faire des enquêtes – qui se sont matérialisées par un certain nombre d’ouvrages – car même si je pense que le terrain ne dit pas tout, il a quand même quelques vertus dont celle d’éviter de raconter des bêtises ! Ce n’est pas négligeable, en particulier lorsqu’il s’agit d’immigration, parce que c’est probablement l’un des domaines où il est possible de dire tout et son contraire en l’espace de quelques lignes. Il y a, à vrai dire, très peu de sanction scientifique en la matière alors qu’on ne dirait pas les mêmes choses sur le Conseil d’État, les ingénieurs ou la démocratie. Mais il est évident qu’avec l’immigration, le point de vue est le plus souvent moral, politique, pour ne pas dire moraliste et non pas scientifique. D’ailleurs, la figure de l’immigré dans les sciences sociales est très tardive puisque c’est à la fin des années 1970 qu’elle est apparue. Avant, la question de l’immigration était monopolisée par les institutions de l’État avant qu’elles ne soient concurrencées par les militants. C’est que, pour reprendre également une conviction d’Abdelmalek Sayad, l’immigration est un objet fondamentalement moral. D’ailleurs, il est extrêmement difficile d’avoir un point de vue sur ces populations, sans décliner un parti pris, il faut dire « je suis pour ou je suis contre ». On le voit d’ailleurs dans les sciences sociales, ce qui donne parfois, pour ne pas dire assez souvent, des choses absolument catastrophiques.

22Dans les enquêtes que j’ai faites, ce n’est pas du tout le droit à la circulation qui revient, mais deux choses fondamentales. D’abord, la première expérience qu’ont fait tous les immigrés, c’est celle de se sentir étranger chez eux avant de l’être chez les autres : c’est quand on ne compte pas, quand on ne compte plus, quand on n’est plus compté dans sa communauté politique que la question même du départ se pose. La condition de l’étranger est donc d’abord expérimentée dans sa société, et non pas dans celle des autres. Ensuite, le registre des motifs de départ n’est pas infini : ils sont économiques, culturels, politiques. La question du départ, en réalité, ne ressort pas des sciences sociales. « Pourquoi êtes-vous parti ? » est typiquement une question d’institutions. Par exemple, c’est celle que pose l’OFPRA ou la Cour nationale du droit d’asile en France. Or, répondre à cette question est quasiment impossible, sauf à produire une réponse qui soit audible selon les catégories d’entendement de l’institution. En réalité les gens partent parce qu'ils ont subi un tort dont ils ne peuvent demander réparation. Cela signifie qu’il y a là une impossibilité à faire valoir un droit, qu’il soit positif ou qu’il soit naturel, et que, d’autre part, le fait de ne pas pouvoir réclamer son droit ou demander réparation à une institution légitime renvoie à l’état de la société dans laquelle on se trouve.

Emmanuel Blanchard

23Pour répondre à Smaïn Laacher sur le rôle du chercheur par rapport au militant, je tiens à dire que dans un débat comme celui d’aujourd’hui, je revendique un point de vue moral et politique. C’est d’ailleurs bien pour cela que je suis ici autant en qualité de militant du Gisti et de Migreurop que de chercheur. On ne gagne pas les combats politiques sans avoir un point de vue moral et politique. On se désarme en refusant ce point de vue, si on renonce à considérer qu’en matière politique les idées importent autant que les faits. Nicolas Sarkozy l’avait très bien compris quand il citait Gramsci au cours de la campagne présidentielle de 2007 : il a tellement bien gagné sur le plan de l’hégémonie culturelle – autrement dit au plan des idées qui structurent les débats et le champ des possibles – qu’on a changé de gouvernants sans changer d’idées, tout simplement parce que la gauche n’a pas mené ce combat des idées. La connaissance, le savoir, la science peuvent être un instrument au service des luttes, mais il faut savoir de quel point de vue on parle.

24Sur le fond, je ne suis pas d’accord avec lui quand il nous dit que les immigrés commencent déjà par devenir des étrangers chez eux. Plus précisément, cela demande à être singulièrement nuancé. De nombreuses personnes partent, au contraire, parce qu’elles sont complètement insérées dans leur communauté mais qu’elles souhaitent aller chercher du travail ailleurs. C’est alors que, sans pour autant brandir des pancartes « liberté de circulation », elles nous demandent – nous qui avons cette liberté – pourquoi il leur faut tel visa ou telle autorisation pour se rendre à l’étranger, assister à un colloque, etc. Ils ne parlent pas de la liberté de circulation, ils parlent d’eux-mêmes, de leur quotidien. Je pense aussi à ces Algériens ou à ces Tunisiens rencontrés ces dernières années qui, sur le plan social, sont tout à fait mes semblables, des militants, étudiants, enseignants, chercheurs enfermés dans leur propre pays. Ils ne se sentent pas étrangers chez eux, ils sont même parfaitement insérés socialement, ils n’ont pas forcément subi de tort particulier, mais ils ne peuvent pas obtenir de visa pour aller faire du tourisme ou des études. Cette volonté d’aller ailleurs n’est donc pas systématiquement née du sentiment d’être étranger chez soi : elle correspond aussi au fait d’être reconnu pleinement dans sa propre société au point qu’elle nous permet d’aller jusqu’au bout de nos « capabilités » – pour reprendre la traduction de la formule d’Amartya Sen –, parmi lesquelles la possibilité de se projeter au-delà des frontières nationales. Il ne me semble pas, par exemple, que Moussa ait été un étranger chez lui. Et d’ailleurs la première chose que veulent faire les sans-papiers une fois régularisés, c’est de rentrer chez eux.

Smaïn Laacher

25Bien évidemment, il n’y a pas de combat politique sans combat moral. Simplement, quand on fait de la sociologie, je demande de ne pas confondre les registres. Par ailleurs, je ne confonds pas tort et misérabilisme : on peut parfaitement avoir subi un tort en n’ayant pas les moyens de travailler dans son propre pays alors qu’on a un haut niveau d’études.

Laurent Giovannoni

26Je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’il faut savoir distinguer et ne pas dire n’importe quoi. Pour autant, j’ai cru percevoir quelques restes de la prétention des scientifiques à avoir la connaissance pure quand les militants n’auraient que l’opinion pour eux. Or dans toute appréhension des connaissances, il y a une dose de subjectivité, donc d’opinion.

27Sur la liberté de circulation, je ne suis pas non plus pour l’invoquer à tout va. Mais si je me réfère aux travaux menés par la Cimade en 2009-2010 sur les conditions d’accueil des étrangers dans les consulats français au Mali, au Maroc ou en Turquie, cela revient souvent quand même. Certes, l’étude était menée par des bénévoles et des salariés de la CIMADE, autrement dit des militants, mais ils ont tous entendu des milliers de fois ce qu’Emmanuel Blanchard évoquait, à savoir cette incompréhension des limites à la circulation. Tout le monde connaît des gens qui vivent en France depuis des années et qui ne peuvent pas faire venir leur famille pour de simples vacances. Ces personnes-là ne revendiquent pas la liberté de circulation, mais elles témoignent d’une frustration, d’une injustice, voire d’un sentiment d’humiliation à ne pas pouvoir traverser les frontières.

28Quant à la régularisation, est-elle inéluctable ? À vrai dire, les pouvoirs publics ne savent pas comment faire. Si l’on raisonne sur le nombre estimé d’étrangers en situation irrégulière – une fourchette entre trois cent mille et cinq cent mille personnes –, on se rend compte qu’il est finalement mesuré même s’il n’est pas négligeable. Je pense qu’en 1981, au moment de la régularisation décidée avec l’arrivée de Mitterrand, il y avait à peu près cent cinquante mille étrangers en situation irrégulière et cent mille régularisations ont dû être opérées. Sous Chevènement, en 1997, ce sont près de quatre-vingt mille personnes qui furent régularisées, pour une estimation de cent mille personnes en situation irrégulière. Près de quinze ans après, il y a eu une augmentation manifeste, mais qui n’est pas déraisonnable.

29Le discours traditionnel des pouvoirs publics, de droite comme de gauche, veut que les étrangers en situation irrégulière aient vocation à repartir dans leur pays d’origine. C’est une vaste fumisterie et ils le savent très bien. Le nombre de personnes expulsées du territoire chaque année a certes connu une croissance importante sous les années Sarkozy-Hortefeux-Besson, mais il reste tout à fait minime en réalité. Pendant des années, il a tourné autour de huit mille à douze mille par an. La politique du chiffre l’a fait passer, entre 2002 et 2012, à près de trente mille, sachant que ce chiffre incluait à peu près dix mille Roms qui revenaient presque systématiquement. Autrement dit, le chiffre véritable des personnes reconduites à la frontière chaque année serait passé de dix mille à vingt millle en dix ans, au prix de moyens colossaux mobilisés en termes juridiques, administratifs et financiers. Je me souviens, lorsque je travaillais à la CIMADE, d’une rencontre avec le député Thierry Mariani, « le » spécialiste à l’Assemblée des questions d’immigration. Je l’interrogeai sur la motivation d’augmenter les reconduites alors que, vu le nombre de personnes en situation irrégulière, il faudrait une bonne décennie pour y parvenir sachant que, pendant ce temps-là, d’autres personnes rentreraient. Ce jour-là, j’ai compris que tout ça, c’était de la communication ! Et Mariani n’a pas démenti.

30Alors, on pourrait se demander pourquoi les pouvoirs publics ne régularisent pas les personnes en situation irrégulière ? Je pense tout simplement qu’ils le feraient s’ils étaient sûrs de pouvoir le faire discrètement, sans avoir l’air de remettre en cause tout l’arsenal dissuasif mis en place depuis trente ans, tous pouvoirs confondus. Toute la politique de contrôle et de limitation de l’immigration repose en effet sur un certain nombre de mesures de dissuasion actives : la politique des visas, des contrôles policiers – et militaires désormais avec Frontex – aux frontières. Il y a aussi un ensemble de mesures de dissuasion passives qui consistent à rendre le pays le moins attractif possible en rendant la vie des étrangers de plus en plus difficile : s’ils arrivent à entrer sur le territoire, ils savent qu’ils vont attendre de nombreuses années avant d’avoir un titre de séjour provisoire ; une fois qu’ils l’ont, ils savent que ce sera très long avant d’avoir un droit stable de séjour leur permettant de vivre comme n’importe qui et de s’intégrer dans la société française ; enfin, on limite l’accès au travail, aux systèmes de santé, aux prestations sociales, au regroupement familial… Tout le problème d’un gouvernement est que s’il régularise ces quelque trois cent mille personnes – qu’il n’a de toute façon pas les moyens de renvoyer –, cela va se savoir et donc complètement casser sa politique de dissuasion. En même temps, il a bien conscience que maintenir un pan de plus en plus important de la population en situation d’exclusion totale pose aussi tout un tas de problèmes.

31Enfin, les responsables politiques craignent aussi de plus en plus une opinion publique française qui dérive vers des réflexes populistes, voire nourrit une montée des nationalismes. Ils ont donc peur d’annoncer des mesures qui seraient globalement impopulaires. Malgré ce que Manuel Valls a fait pendant l’été avec les Roms, il est extrêmement populaire auprès de la population française.

Thierry Brigaud

32Il est temps de commencer le débat avec la salle…

Une intervention dans la salle

33Si les flux migratoires existent, c’est parce qu'il existe des problèmes ailleurs qu’il faut étudier. La solution n’est sans doute pas de dire qu’il faut régulariser tout le monde – il y a 7 milliards de personnes sur Terre – et la France n’est sans doute pas capable de l’assumer à elle seule. Mais elle a un devoir moral, humain et économique de s’engager pour faire en sorte que le développement des pays d’origine progresse.

Laurent Giovannoni

34Vous aurez remarqué que je n’ai pas pris position quant à la question de savoir s’il faut ou non ouvrir les frontières, garantir la liberté de circulation, la liberté d’installation, supprimer la politique de contrôle de l’immigration, etc. Pour tout vous dire, si vous me demandiez mon avis, je serai bien embarrassé parce que cela fait des années que je ne vois pas la solution. On ne peut certainement pas se résoudre à une politique de contrôle de l’immigration qui remet en cause des libertés fondamentales. Mais l’absence totale de politique de contrôle ne me paraît pas non plus raisonnable. On a donc une sorte de contradiction qui, pour moi, est indépassable.

Emmanuel Blanchard

35Si on ouvre les frontières tout en faisant comme si on ne l’avait pas fait, c’est sûr que l’immigration sera un problème. Considérer que les droits fondamentaux sont des droits partagés qui ne peuvent donner lieu à une différenciation selon des frontières nationales oblige à repenser un certain nombre de choses : la politique du logement, la politique scolaire, la politique de santé. Plus largement, cela oblige à repenser comment on désigne celui qui habite à côté de chez moi à partir du moment où on a supprimé un certain nombre de contrôles. Est-ce qu’il va être aussi étranger qu’il ne l’était avant ces contrôles ? Parce que ce qui a construit l’étranger, ce sont aussi ces contrôles. Le racisme n’est pas simplement une pulsion populaire. Est-ce que la population est plus xénophobe aujourd'hui qu’elle ne l’était il y a trente ou quarante ans ? Je n’en suis absolument pas sûr. Avant les années 1970, il n’y avait pas le FN, mais la droite majoritaire de l’époque tenait un discours qui pouvait aussi être violemment xénophobe. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où les nouveaux affrontements géopolitiques ont sans doute catalysé des formes de racisme. Mais les politiques administratives suivies depuis des années n’ont certainement pas peu contribué à construire des frontières dans les têtes aussi. Après trente ans de telles politiques, il ne suffit pas de dire qu’on va changer les choses pour que cela se fasse.

Intervention de Nathalie Simonnot, Médecins du Monde

36Je reviens sur les raisons de partir qu’évoquait Smaïn Laacher pour faire un focus sur la question de l’accès aux soins. Dans toutes les études que nous avons menées, notamment dans le cadre de l’Observatoire européen de Médecins du Monde, nous avons clairement établi que les gens émigraient moins dans les pays où l’accès aux soins est facile que dans ceux où il est presque impossible. Autrement dit, c’est une gifle aux arguments de ceux qui évoquent une immigration par l’attractivité de certains avantages, en même temps qu’une remise en cause des politiques visant à rendre la France moins attractive sur ce plan.

Smaïn Laacher

37Je siège à la Cour nationale du droit d’asile, un lieu important, un observatoire extraordinaire où les étrangers sollicitent une protection. La CNDA est une juridiction administrative devant laquelle il faut construire un récit qui soit audible du point de vue des catégories de cette institution. Toute la difficulté réside dans le fait que c’est probablement le seul champ du droit où il faut démontrer sans preuve. La question que l’on pose systématiquement aux gens qui sollicitent l’asile, c’est : « Pourquoi êtes-vous parti de votre pays ? » Or, on s’aperçoit qu’il est extrêmement difficile de répondre à cette question, sauf pour ceux qui ont une origine sociale relativement élevée, qui ont un capital scolaire, qui sont bien défendus, etc.

Intervention de Mathieu Quinette, Médecins du Monde

38Je travaille au siège à Médecins du Monde après avoir travaillé à Dunkerque et Calais. Vous avez beaucoup parlé d’immigration, mais pas d’humanitaire. Dès lors je me pose beaucoup de questions quant à cette « riposte humanitaire » qui était le thème du débat. La question de l’immigration amène, c’est vrai, à des discours passionnels, rapidement politisée. Il me semble personnellement que le discours qu’une ONG comme MDM tient sur le terrain – quand elle s’adresse à l’opinion publique ou aux pouvoirs publics –, c’est celui du respect du droit. Autrement dit, on essaie d’objectiver le problème en rappelant l’existence de textes et la nécessité de les respecter pour tout le monde. Mais quelle est cette riposte humanitaire et jusqu’où doit-on aller ? À l’étranger, où MDM développe des projets auprès de réfugiés ou de déplacés, on peut mettre en œuvre de gros moyens, les mettre à l’abri, parce qu’on a un droit international humanitaire qui s’applique. Ici, à Calais ou à Dunkerque, qu’en est-il de la liberté d’action humanitaire quand on distribue, comme cela vient de se passer, du matériel le vendredi et qu’il est détruit le mardi suivant par la police ? Quelle riposte humanitaire dans ce cas ?

Thierry Brigaud

39Parler de riposte humanitaire était peut-être prétentieux, mais cela se voulait aussi l’expression d’une volonté : que les ONG disent ce qu’elles font et ont appris au contact des migrants. Plus modestement, je pense que notre travail est d’être avec ces gens. Ce qu’il faut dire aussi à propos de Calais, c’est que MDM a construit une alliance avec les maires qui trouvaient que la situation n’était pas acceptable. J’ai beaucoup apprécié d’entendre certains de ces maires « hospitaliers » me dire que notre association leur avait permis de se serrer les coudes entre eux pour essayer de travailler avec le nouveau gouvernement. On peut feindre de croire que nous autres, humanitaires, allons régler ces situations, mais je ne crois plus à ça. Par contre, je crois qu’il est important d’être présent, de témoigner, d’être dans la construction avec d’autres et que des élus nous disent que ça les réconforte d’avoir une association humanitaire à leurs côtés, je trouve que ce n’est pas si mal. J’espère que demain, avec ces maires, avec les migrants eux-mêmes, peut-être avec le Secours Catholique et d’autres, on arrivera à aider ces gens aussi bien qu’on peut le faire auprès des réfugiés à l’étranger. Pour moi, l’important c’est la construction avec des élus, des associations et les migrants. C’est peut-être là que se trouve notre capacité de riposte face à des logiques et des politiques qui nous dépassent.

Haut de page

Notes

1  Derniers ouvrages parus de Smaïn Laacher : Dictionnaire de l’immigration (sous la dir. de Laacher S.), Larousse, 2012 et Ce qu’immigrer veut dire. Idées reçues sur l’immigration, Le Cavalier bleu, 2012. Voir dans ce numéro, p. 116-117.

2  Gisti : Groupe d’information et de soutien des immigrés, www.gisti.org ; Migreurop : réseau de 33 associations, de militants et de chercheurs, www.migreurop.org

3  Cerutti S., Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Bayard, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Migrants : la riposte humanitaire », Humanitaire [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1405

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org