Navigation – Plan du site
Dossier

Les « immigrés » et la société ouverte

Michel Wieviorka

Résumé

Les « immigrés » occupent dans le débat public une place centrale, mais qu’il est difficile de bien circonscrire tant elle est en fait liée à d’autres enjeux. Et disons le d’emblée, ce mot d’ « immigrés » n’est pas le mieux adapté. Il doit être remplacé, ou au moins être situé dans la famille plus large des « migrants », tant les phénomènes migratoires et les figures qui en résultent sont variés. De plus, les flux migratoires sont trop souvent envisagés de façon unidimensionnelle, alors qu’ils présentent de nombreuses facettes qui méritent chacune d’être explorées : les dimensions économiques des migrations, leurs implications sociales, leurs aspects culturels ou encore les préoccupations humanitaires qu’elles suscitent très légitimement.

Haut de page

Texte intégral

1Les « immigrés » occupent dans le débat public une place centrale, mais qu’il est difficile de bien circonscrire tant elle est en fait liée à d’autres enjeux. Et disons le d’emblée, ce mot d’ « immigrés » n’est pas le mieux adapté. Il doit être remplacé, ou au moins être situé dans la famille plus large des « migrants », tant les phénomènes migratoires et les figures qui en résultent sont variés. De plus, les flux migratoires sont trop souvent envisagés de façon unidimensionnelle, alors qu’ils présentent de nombreuses facettes qui méritent chacune d’être explorées : les dimensions économiques des migrations, leurs implications sociales, leurs aspects culturels ou encore les préoccupations humanitaires qu’elles suscitent très légitimement.

Penser « global »

2Les migrants ne correspondent pas tous au modèle classique qui veut qu’ils quittent un pays, dit « d’origine », pour un autre, dit « d’accueil », au sein duquel ils s’intégreront en deux ou trois générations. Ce modèle, dont la version « dure » a consisté à parler d’assimilation, et donc de dissolution quasi complète des spécificités liées à l’origine, signifie que le migrant trouve sa place tôt ou tard dans la société, en général en entamant une ascension sociale à partir d’un très bas niveau, dans des tâches sans qualifications, difficiles et rebutantes, et en acceptant de subordonner les caractéristiques culturelles ou religieuses qu’il conserve éventuellement aux valeurs générales du pays d’accueil. S’intégrer, dans cette perspective, c’est donc devenir, soi-même ou ses enfants, un citoyen, un électeur, qui participe pleinement à la vie politique, se reconnaît culturellement dans la nation, trouve à s’employer, tout en maintenant éventuellement vivantes des habitudes alimentaires, une religion, des traditions compatibles avec la culture dominante. Le « modèle français d’intégration républicaine » distingue ainsi l’espace public, où il ne doit y avoir que des individus « libres et égaux en droit », et la sphère privée, où il est possible de vivre dans une culture ou une religion particulière.

3Mais les phénomènes migratoires ne vont pas tous dans le sens de l’intégration. Certains migrants vont et viennent, voire circulent constamment, au point que l’on parle pour eux de « transnationalisme ». Beaucoup, tout en se fixant dans une société d’accueil, veulent garder un lien fort avec le pays d’origine, et même revendiquent une double et parfois une triple nationalité. Les réseaux diasporiques se démultiplient, dans lesquels l’intégration n’empêche pas des relations et des appartenances multiples, planétaires. Le transit est une réalité, y compris dans des pays qui ne l’auraient pas imaginé tant ils se vivent comme l’aboutissement des phénomènes migratoires que l’on y constate. Et l’immigration n’empêche pas l’émigration, soit à l’issue d’une sorte de renversement dans le temps, par exemple pour des pays comme l’Espagne, l’Italie ou la Grèce, passés assez soudainement, à partir de la fin des années 1980, de l’une à l’autre, soit de façon concomitante, comme on le voit en France aujourd’hui : alors même que le débat sur l’immigration fait rage dans notre pays, 1 594 303 Français sont officiellement inscrits au registre mondial des Français établis hors de France à la date du 31 décembre 2011, ce qui donne une première idée de l’importance du phénomène. Et, paradoxe, ces Français qui migrent aboutissent parfois dans des pays à forte émigration vers la France, au Maroc par exemple, tout comme des Allemands de plus en plus nombreux émigrent en Turquie. Enfin, il arrive que des nationaux soient traités comme des immigrés – c’est le cas, à bien des égards, des Antillais vivant en métropole qui, racisme aidant, quand ils sont assimilés aux Noirs nouveaux venus d’Afrique subsaharienne, alors qu’ils sont Français depuis plus d’un siècle et demi.

  • 1  Tarrius A., La mondialisation par le bas, Paris, Balland, 2002.
  • 2  Beraha R., La Chine à Paris, Paris, Robert Laffont, 2012.

4Ces quelques remarques conduisent à envisager les phénomènes migratoires non plus dans le seul sens de l’intégration et du point de vue d’une société d’accueil, mais d’un point de vue global, ou mondial. Les flux migratoires ne vont pas seulement du Sud vers le Nord, pas plus qu’hier ils n’allaient exclusivement de l’Est vers l’Ouest, ils sont multidimensionnels, existent aussi bien au sein des régions du Sud, ou à l’échelle d’un simple continent, comme l’Afrique. Dès lors, pour en évaluer correctement l’apport pour un pays donné, il faut prendre en compte l’ensemble des logiques migratoires qui concernent un pays, et pas seulement l’immigration/intégration classique. Ceux qui, par exemple, veulent chiffrer le coût et la contribution des migrants en France prennent-ils bien en considération les « fourmis », selon le mot d’Alain Tarrius1, ces dizaines de milliers de commerçants qui circulent constamment tout autour du Bassin méditerranéen ? Les migrants en transit ? L’impact des réseaux diasporiques, qui peuvent par exemple se révéler de formidables outils de développement économique, comme le suggèrent les analyses de Richard Beraha sur les Chinois à Paris2 ? Les migrants qui parviennent en France aujourd’hui sont de plus en plus éduqués, le coût de leur éducation dans leur pays d’origine, ou dans d’autres où ils ont pu séjourner auparavant est-il pris en compte ? Et symétriquement, lorsque l’on s’intéresse à leur apport économique à ce pays, sous la forme de « remesas », tient-on bien compte de ce qu’ils lui ont aussi coûté, par exemple en termes d’éducation ?

De l’étranger au migrant

  • 3  Simmel G., « Digressions sur l’étranger », dans Grafmeyer Y. et Joseph I. (eds.), L’École de Chica (...)
  • 4  Birnbaum P., Paris, Fayard, 1992.

5L’étranger, ce n’est pas l’exotique, le lointain, celui qui est irréductiblement distant et différent. C’est plutôt celui qui est à la fois dedans et dehors, identique et différent. Georg Simmel a apporté à cette figure ses lettres de noblesse sociologiques, dans un texte célèbre où il explique que l’étranger est à la fois partie prenante de la société d’accueil, et dans un rapport particulier avec elle3. Les Juifs ont longtemps constitué l’exemple paradigmatique de cette figure dans les sociétés occidentales. Non pas le Juif vivant au loin, en terre d’Afrique du Nord ou au Moyen-Orient, ni celui, plus tardivement, qui vit en Israël, mais celui qui vit ici et, comme a pu dire Pierre Birnbaum, qui se comporte en « fou de la République »4, s’assimile – jusqu’au jour où l’antisémitisme vient lui indiquer une différence, lui dénier son appartenance à la communauté nationale.

6Aujourd’hui, les migrants récents, venus en France d’Afrique du Nord, d’Afrique subsaharienne, d’Asie, constituent la nouvelle figure de l’étranger « à la Simmel ». Non pas tant, ou seulement parce qu’ils apportent avec eux une culture, des traditions qui ne disparaissent pas. Mais parce que l’échec de l’intégration, les promesses non tenues de la République (l’égalité et la fraternité ne sont pas pour tout le monde), le racisme, les discriminations les encouragent à retrouver des repères identitaires, ou à inventer et s’en doter pour mieux faire face à une existence difficile, voire impossible. L’échec, même partiel, de l’intégration est aussi un échec de la socialisation et de l’individualisation. Il se donne à voir par l’invention ou le renforcement d’identités collectives, dont les plus visibles, en tous cas les plus décriées, sont religieuses – l’islam. Le migrant, dès lors, est à la fois dedans et dehors, individu en cours de socialisation, et membre d’une communauté résistant à l’individualisme. Le paradoxe est que les identités collectives se construisent ici sur fond d’individualisme, à partir de choix personnels, hautement subjectifs, et non, ou non plus seulement selon une logique de reproduction d’un héritage familial. On est musulman, de plus en plus, par décision singulière, et non parce que les parents et les ancêtres pratiquaient l’islam.

7Ce mélange, par conséquent, de références identitaires et d’individualisme moderne est particulièrement net dans les migrations récentes, mais elles n’en ont pas le monopole. Notre société a beau être profondément marquée par l’individualisme, elle l’est aussi par la poussée de toutes sortes de différences, dont certaines sont liées à son travail sur elle-même, et non pas aux phénomènes migratoires. Les changements dans les mœurs sexuelles, par exemple, sont au cœur de mouvements d’homosexuels, gays, lesbiens, qui ne doivent rien à l’immigration. De plus, avec Internet et les nouvelles technologies de l’information, les réseaux et la communication à la fois massive et instantanée facilitent la circulation de formes culturelles qui sont vite transnationales ou globales. Dès lors, des phénomènes culturels inédits se mettent en place, par exemple quand des enfants d’immigrés font du rap, importé des États-Unis, une de leurs expressions musicales favorites.

8Ainsi, notre société est-elle tiraillée, comme d’autres, entre des logiques contradictoires et qui peuvent tout aussi bien s’alimenter les unes les autres que se combattre : avec les migrants, nous sommes au cœur de ces rencontres où s’affrontent et se lient la production et la reproduction des différences, et où se joue le conflit entre tendances à la fermeture communautaire et appels à la dissolution des identités dans l’universalisme et l’individualisme moderne. Ils en incarnent le pire lorsqu’ils rompent effectivement avec ces tensions pour aller dans le sens du communautarisme, et le meilleur lorsqu’ils montrent qu’il est possible de trouver sa place dans la société, de respecter les valeurs universelles, le droit, la raison, tout en affirmant une ou plusieurs identités particulières. Ils sont d’une certaine façon le test décisif pour qui veut apprécier l’ouverture de la société, ou sa fermeture.

9Une société fermée est celle où s’affrontent le communautarisme des uns, les identités par exemple religieuses repliées sur elles-mêmes, et l’universalisme abstrait des autres, les références incantatoires, par exemple, à la République « une et indivisible ». Une société ouverte, au contraire, est celle où les conditions sont réunies pour que les identités soient reconnues, et qu’en même temps elles respectent les valeurs universelles. Une société fermée, c’est aussi une société où le groupe dominant tente d’imposer une conception homogène, nationaliste et vite raciste et xénophobe de la collectivité, rejetant les différences et même accusant celles qui existent de communautarisme, sans se soucier de la véracité des faits et de l’expérience réelle, vécue, de ceux qui sont ainsi accusés. Une société ouverte peut donner un tout autre sens à l’idée de Nation, l’associer à des valeurs humanitaires et au respect des différences qui existent en son sein.

Amplifications, mensonges, et refus de voir

  • 5  Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, (...)

10En 2007, le gouvernement québécois, inquiet de voir se déchaîner les passions autour des « accommodements raisonnables », mettait en place une commission, dirigée par l’historien Gérard Bouchard et le philosophe Charles Taylor, pour répondre aux angoisses de la population. Les « accommodements raisonnables » sont des mesures qui permettent, notamment, de conjuguer un point de vue lié à l’existence d’une communauté et à ses exigences par exemple religieuses, et un point de vue universaliste, mettant en avant d’autres exigences normatives. Par exemple, pour donner satisfaction aux parents d’un jeune Sikh pour qui le port d’un poignard fait partie des traditions, tout en interdisant les armes blanches dans les écoles, un « accommodement raisonnable » avait consisté à autoriser le port du poignard sikh à l’école, à condition qu’il soit enfermé dans un fourreau impossible à ouvrir. La population québécoise donnait de forts signes d’inquiétude face aux conséquences de cette politique, qui lui semblait aller dans le sens d’une perte de sa propre identité. La principale leçon de la commission Bouchard/Taylor dont le rapport mérite d’être connu bien au-delà du Québec5, est que la plupart des cas sur lesquels s’était fixée l’opinion avaient été inventés ou amplifiés démesurément par les médias, que les inquiétudes devaient beaucoup plus au fantasme qu’à des réalités.

  • 6  Voir les documentaires de Féo (de) A., « Sous la burka » et « Niqab hors la loi », et le livre de (...)

11Il y a là une leçon qui mérite d’être généralisée. Dès qu’il s’agit d’enjeux liés à l’immigration et aux différences culturelles et religieuses, on assiste à des phénomènes passionnels d’exagération des faits, voire d’affabulation, de torsion du sens, et il devient difficile d’y voir clair. En France, on le constate fréquemment, y compris dans des instances ou des circonstances qui devraient être dominées par la raison et l’examen documenté des données. C’est ainsi que la Commission Stasi, mise en place par le président Jacques Chirac pour examiner en 2003 les enjeux contemporains de la laïcité dans un contexte marqué par des débats récurrents sur l’islam et le « voile islamique », n’a auditionné qu’au tout dernier moment des jeunes filles voilées. Tout ce qui touche à la « burka », de même, a donné l’image d’un consensus se mettant en place dans l’ignorance – je renvoie ici aux travaux de mes étudiantes, Agnès de Féo et Miriam Borghée6 qui chacune de leur côté, montrent que certaines au moins des quelques centaines de femmes concernées sont des converties, pour qui le choix de l‘islam n’est en aucune façon imposé par un « grand frère » ou un « barbu », et qui, grâce au voile intégral, éprouvent un intense sentiment de renversement de la disqualification, puisqu’elles voient sans être vues et affirment une subjectivité féminine.

12Le débat relatif aux statistiques dites « ethniques » est tout aussi empreint de passions, d’excès et de manque. Leurs partisans, dont je suis, notent qu’en établissant des données relatives aux groupes concernés par une discrimination, on se donne les moyens de mieux connaître le problème, et de mieux le combattre. Surtout, l’expérience que j’ai des débats sur cet enjeu montre qu’en fait, les désaccords sont bien plus limités qu’on pourrait croire : personne ne demande en effet une connaissance générale, exhaustive, et qui serait improbable, de la diversité « ethnique » en France. Et les adversaires raisonnables de ce type de données ne sont pas hostiles à ce que des enquêtes privées et limitées soient conduites, par exemple pour le compte d’une associations se préoccupant des discriminations dont souffre le groupe ou la minorité qu’elles incarnent. Quand Erik Cohen publie en 2002 dans la revue l’Arche les résultats de travaux très sérieux sur les Juifs de France, leur nombre, leurs pratiques communautaires, il n’est guère critiqué, et pas davantage le magazine Têtu quand il demande à l’IFOP d’établir et analyser pour ses lecteurs le profil de la population gay et lesbienne en 2011. En fait, le principal différend entre les participants les plus sérieux à ce débat porte sur les grandes enquêtes menées par l’INSEE, une institution publique, sur de vastes échantillons, comme l’enquête TeO (Trajectoires et Origines), ce qui n’est certes pas négligeable, mais réduit considérablement l’espace des polémiques.

13Les tenants d’une société fermée dramatisent constamment les enjeux liés à l’islam, à l’immigration. Ce qui est nouveau, c’est qu’ils le font au nom de la modernité, des valeurs universelles, de la laïcité républicaine jusques et y compris au sein des droites national-populistes. C’est ainsi que le Front national, en dénonçant les prières de rue (en fait un problème mineur), ou le fait que la viande halal soit devenue la seule que l’on puisse trouver en région parisienne (ce qui est tout simplement faux), a camouflé son islamophobie et sa xénophobie sous l’idée qu’il faut défendre les valeurs de la laïcité, et promouvoir une modernité axée sur la défense des consommateurs ou le refus de la cruauté envers les animaux.

14Pour promouvoir un monde meilleur car fait de sociétés ouvertes, fortes de valeurs humanistes, nous n’avons pas seulement besoin de bons sentiments et d’une moralité à toute épreuve. Nous avons besoin aussi de répondre aux discours de la fermeture, de la haine, du ressentiment ou de la peur en nous appuyant sur des connaissances solides et argumentées, que peuvent produire et diffuser aussi bien ceux dont c’est le métier, les chercheurs en sciences sociales, que ceux qui agissent concrètement sur le terrain pour faire triompher le bien contre le mal, les organisations humanitaires. La coopération entre les uns et les autres ne peut que renforcer ce combat.

Haut de page

Notes

1  Tarrius A., La mondialisation par le bas, Paris, Balland, 2002.

2  Beraha R., La Chine à Paris, Paris, Robert Laffont, 2012.

3  Simmel G., « Digressions sur l’étranger », dans Grafmeyer Y. et Joseph I. (eds.), L’École de Chicago, Paris, Aubier, 1979.

4  Birnbaum P., Paris, Fayard, 1992.

5  Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles, site officiel de la commission, Gouvernement du Québec.

6  Voir les documentaires de Féo (de) A., « Sous la burka » et « Niqab hors la loi », et le livre de Borghée M., Le voile intégral en France : sociologie d’un paradoxe, Paris, Michalon, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Les « immigrés » et la société ouverte », Humanitaire [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1406

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

Michel Wieviorka est sociologue, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, administrateur de la Fondation de la Maison des sciences de l'Homme, président de l'Association internationale de sociologie et président du conseil scientifique du CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France). Son dernier ouvrage : Pour la prochaine gauche, Robert Laffont, coll. Le monde comme il va, février 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org