Navigation – Plan du site
Dossier

Médecine humanitaire, stéréotypes sanitaires et xénophobes : contributions de Médecins du Monde à la déstigmatisation des migrants

Jean-François Corty

Résumé

Directeur des Missions France de Médecins du Monde, Jean-François Corty présente un panel loin d’être exhaustif, mais éloquent des actions et enquêtes de terrain menées par l’association. Elles mettent en évidence l’impact de dispositifs juridiques contre-productifs en matière de santé publique et de respect des droits fondamentaux et conduisent de fait, en plus des effets de la crise, à produire de la sur-précarité et de la stigmatisation à l’encontre des migrants. L’auteur montre également comment la migration interroge la pratique des soignants en induisant des innovations structurelles et opérationnelles qui éprouvent les stéréotypes sanitaires et xénophobes.

Haut de page

Texte intégral

1Directeur des Missions France de Médecins du Monde, Jean-François Corty présente un panel loin d’être exhaustif, mais éloquent des actions et enquêtes de terrain menées par l’association. Elles mettent en évidence l’impact de dispositifs juridiques contre-productifs en matière de santé publique et de respect des droits fondamentaux et conduisent de fait, en plus des effets de la crise, à produire de la sur-précarité et de la stigmatisation à l’encontre des migrants. L’auteur montre également comment la migration interroge la pratique des soignants en induisant des innovations structurelles et opérationnelles qui éprouvent les stéréotypes sanitaires et xénophobes.

  • 1  Micheletti P. et Brigaud T., www.liberation.fr/societe/2012/08/30/les-roms-le-prefet-le-ministre_8 (...)
  • 2  Corty J.-F. et Bernard O., www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/27/politique-migratoire-et-sante-p (...)
  • 3  Wilkinson R., L’égalité, c’est la santé, Éd. Demopolis, 2010.
  • 4  Institut national de veille sanitaire, Santé et recours aux soins des migrants en France, Bilan ép (...)

2Dans un contexte de crise économique majeure où chacun est suspecté de contribuer, à sa manière, au déséquilibre social global, et à celui d’un système de santé en particulier, les migrants paient un lourd tribut. Certains acteurs politiques au pouvoir, et ce quelle que soit l’alternance, n’hésitent pas à malmener des minorités, même lorsqu’elles sont issues de l’immigration européenne, pour réaffirmer la légitimité d’un état de droit en difficultés1. Ainsi, les mesures restrictives en matière d’immigration, de sécurité et d’accès aux soins sont autant de déterminants politiques et sociaux qui aggravent les conditions d’existence de ce public. Elles révèlent de fait une tension forte entre enjeux de santé publique et politique sécuritaire qui illustre souvent l’incohérence de politiques gouvernementales2. De plus, ces démarches entretiennent, voire induisent, l’expression de mythes et autres stéréotypes culturalistes péjoratifs : phénomène d’appel d’aide et fraudes en masse, refus du travail, désir de vivre dans des bidonvilles insalubres, rapport aux soins et à l’hygiène négligés... Dans la mesure où les inégalités sociales aggravent les inégalités de santé et de longévité3, l’état de santé des migrants en France s’est fortement dégradé ces dernières années. Le « paradoxe de l’assimilation » montre ainsi que plus la durée de résidence dans le pays d’accueil s’allonge, plus la santé se dégrade4.

  • 5 Corty J.-F., « La médecine humanitaire : un rôle croissant dans le champ de la santé publique en Fr (...)

3Médecins du Monde, association humanitaire médicale évoluant dans le champ la santé publique et de la précarité, intervient en France et à l’international. L’association allie logique de résistance et d’innovation sur ses projets domestiques. Elle contribue à l’élaboration et au respect du droit des populations à la marge ainsi qu’à l’amélioration de leur accès aux soins tout en répondant au besoin impérieux d’innover. Acteur de veille sanitaire et sociale, elle défend aussi un cadre interventionnel des ONG dans un contexte de pays riche et démocratique tel que celui de la France5. Pour se faire, les opérations de terrain mettent les équipes au contact de besoins concrets. Des recueils de données médico-sociaux permettent une amélioration qualitative et quantitative des projets. Ils documentent aussi les difficultés rencontrées par les précaires, dont les migrants, dans leurs accès aux droits et aux soins, l’écart entre le droit théorique et l’application de celui-ci, enfin l’impact de dispositifs juridiques qui aggravent les conditions d’existence de ces personnes. Des enquêtes spécifiques ainsi que des témoignages complètent la panoplie d’outils qui permettent à l’association des prises de positions d’acteurs de santé publique rationnels et militants.

4De fait, MdM lutte avec d’autres acteurs contre des représentations au service d’agendas politiques irresponsables ou d’idéologies de nature xénophobe qui tendent à distinguer les patients légitimes de ceux qui ne le seraient pas tout en justifiant le non respect de leurs droits fondamentaux.

Politique sécuritaire et santé publique, la précarité fabriquée

5MdM contribue, par son action, à l’élaboration et au respect du droit dans le champ de la santé publique et de la précarité. Par ailleurs, l’association conteste des dispositifs juridiques contre-productifs qui aggravent les conditions d’existence de population à la marge, dont les migrants, et de fait, alimentent des représentations péjoratives qui accentuent leur stigmatisation.

6Hygiène et habitat : une insalubrité de circonstance

7Les étrangers doivent faire face aux stratégies violentes de la politique migratoire. De manière déterminée, celles-ci visent à les dissuader de rester sur le territoire français, quitte à mettre en danger leur vie et à stigmatiser davantage certaines communautés, et cela au plus grand mépris des principes de santé publique et des droits humains fondamentaux.

  • 6  Médecins du Monde, Enquête sur l’hébergement d’urgence, Hiver 2011/2012, mars 2012.

8En effet, les expulsions massives de familles roms de leurs lieux de vie sans solution de relogement se sont poursuivies pendant l’été 2012, engendrant une exacerbation de la peur toujours alimentée par des intimidations répétées et des procédures irrégulières de renvoi vers les pays d’origine. Dans le même temps, le harcèlement et les renvois de migrants continuent, notamment à Mayotte ainsi qu’à Calais. Le climat instauré entraîne toujours de fait des retards, des ruptures voire une absence de recours à la prévention et aux soins. On observe aussi la relégation des populations dans des lieux de plus en plus insalubres, à distance de points d’eau potable où il est plus difficile pour les soignants de leur venir en aide. Ces pratiquent se produisent alors que les dispositifs d’hébergement d’urgence, de logement ainsi que les centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) sont saturés et inadaptés à la diversité des besoins (familles avec enfants en bas âge, malades, personnes en errance accompagnées d’animaux domestiques…)6.

9A Calais et Dunkerque, la mission Nord Littoral de MdM propose depuis trois ans des actions médico-sociales pour des migrants dont la plupart sont en transit pour rejoindre l’Angleterre complétées par un volet logistique et sanitaire. Ont ainsi été construites des latrines, des douches, des rampes à eau potable alimentées par des citernes mobiles régulièrement approvisionnées. Dans le même temps, des abris en dur, démontables, isolés des intempéries et construit en moins d’une semaine ont été proposés aux migrants pour qu’ils puissent loger dans des habitats autrement plus dignes et confortables que les cabanes faites de plastiques et de bois des forêts locales. Le modèle de ces « maisons de repos » a été repris par l’association des Élus Hospitaliers qui regroupent plusieurs maires de la région dont le souci est de proposer une aide adaptée et humaine aux migrants, souvent en rupture avec les injonctions préfectorales.

10En proposant un meilleur accès à l’hygiène et à des conditions de logement plus décentes, les solidarités de terrain contribuent à une double action. Elles facilitent certes l’accès aux droits et aux soins en particulier des migrants, mais elles renforcent aussi leur image et donc une perception moins dégradante pour eux-mêmes ainsi que pour leur environnement.

11Accès aux soins et malnutrition, une affaire de pauvreté

12Avec la fin de la gratuité des soins en 2004 et plus de vingt et un mille reconduites à la frontière en 2011, les politiques migratoires appliquées à Mayotte entraînent un harcèlement permanent sur les migrants. Ceux-ci renoncent à aller se faire soigner par peur d’être arrêtés, tandis que leur accès aux ressources est limité du fait des expulsions du territoire, de nombreux enfants se retrouvent également séparés de leurs parents, pris en charge par d’autres familles qui ne peuvent pas toujours assurer leurs besoins alimentaires.

  • 7  Médecins du Monde, Rapport d’analyse : Étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par Md (...)

13En 2009, on estimait à plus de dix-huit mille le nombre d’enfants non affiliés à la sécurité sociale à Mayotte. Le taux brut de mortalité infantile y est d’ailleurs de 13,5 ‰ (Insee 2010) soit quatre fois plus élevé qu’en métropole et plus d’un enfant sur trois n’a pas accès à l’eau courante7. En 2011, une étude révèle une prévalence de la malnutrition aiguë chez 7,3 % des enfants rencontrés dans le centre pédiatrique de MDM dont la grande majorité est issue de parents migrants en situation irrégulière. De plus, les acteurs de santé locaux et notamment les PMI ne peuvent plus assurer leur suivi nutritionnel, faute de moyens financiers. Le contexte sécuritaire induit donc des obstacles à l’accès aux soins et un manque de ressources alimentaires qualitatif et quantitatif qui peuvent expliquer en partie l’ampleur de la malnutrition à Mayotte.

14Prostitution, droit et santé publique, les paradoxes de la bienveillance

15À l’instar des nationaux, étrangers réguliers ou régularisés, les prostitué(e)s migrants sont impactés par la politique française en la matière. Rappelons en effet que l'Assemblée nationale a voté en décembre dernier une résolution réaffirmant officiellement la position abolitionniste de la France en matière de prostitution. Cette décision ouvre la voie à une proposition de loi en faveur de la pénalisation des clients. Ainsi, les députés entendent créer les conditions d'une disparition de la prostitution sans pour autant l'interdire, en s'appuyant sur l'éducation et la répression des citoyens. Leur motivation principale reste identique à celle avancée pour justifier le délit de racolage passif réintroduit dans la loi pour la sécurité intérieure du 18 mars 2003. Elle renvoie à l'obligation qu'ils s'imposent de protéger l'intégrité physique et psychologique de personnes qu'ils considèrent par ailleurs comme des victimes, et dont certaines vivent dans des logiques de survie.

  • 8  Médecins du Monde, Enquête Lotus Bus, Rapport d’analyse préliminaire, Violence liées au racolage, (...)

16Cependant, des enquêtes prouvent que le délit de racolage passif a créé une confusion sur le caractère illégal de la prostitution, qui concerne des migrants au statut administratif souvent précaire. Les personnes se prostituant sont reléguées vers des lieux plus isolés, donc plus dangereux, moins aptes à négocier des pratiques sexuelles protégées et sont de fait plus exposées aux violences. En les rendant moins visibles, ces lois les éloignent des structures de soins et de prévention, tout en alimentant le mépris et l'agressivité à leur égard. Ces conditions renforcent le sentiment d'impunité des agresseurs et le harcèlement des forces de l'ordre, ainsi que les effets délétères des arrestations et gardes à vue à répétition pour racolage8.

  • 9  Corty J.-F., Bolo P., Aboudaram I., Prostitution, droit et santé publique, les paradoxes de la bie (...)

17En réalité, ces lois présentées comme protectrices à l'époque et aujourd'hui, révèlent une tension entre des enjeux sécuritaires et de santé publique. Face à la répression, les personnes basculent plus facilement dans la clandestinité. De fait, en s'attachant moins à répondre de manière pragmatique à l'exigence principale de protection des personnes qu'à appliquer des politiques répressives issues d'idéologies souvent paternalistes, parfois caricaturales voire moralisantes, notre société impose des dispositifs juridiques dont les effets s'avèrent contre productifs9.

18L’aide au retour humanitaire : l’humanitaire galvaudé

19Le dispositif d'aide au retour humanitaire (ARH) a été mis en place par la circulaire du 7 décembre 2006. Il prévoit 300 euros par adulte et 100 euros par enfant mineur (en plus des frais de prise en charge du retour) pour les étrangers ayant la nationalité d'un État membre de l'Union européenne acceptant la démarche de manière volontaire. Les personnes doivent justifier d’une présence sur le territoire français de plus de trois mois, vivre dans des conditions de dénuement ou de grande précarité et en situation irrégulière ou non. Concrètement, ce dispositif concerne tout particulièrement les Roms, qui bénéficient depuis 2007 de la libre circulation au sein de l'Union européenne. De fait, les destructions répétées des lieux de vie sans proposition de relogement depuis le milieu des années 2000 ont accentué la précarité de cette population. De moins en moins capables d’activer des réseaux de solidarité, les familles se retrouvent du camp au squat pour finir dans la rue, femmes, enfants et personnes âgées comprises. Par ailleurs, l’application de mesures transitoires spécifiques aux citoyens roumains et bulgares rend leur accès au travail quasi impossible. Dans ces conditions, des familles répondent aux critères de « dénuement ou grande précarité » et bénéficient donc de cette aide qui accompagne leur expulsion du territoire.

  • 10  www.lemonde.fr/societe/article/2012/09/14/aide-au-retour-des-roms-quels-sont-les-effets-pervers-du (...)

20Dans les faits, les citoyens européens bénéficiant de ce dispositif peuvent revenir quand ils le souhaitent, créant ainsi les conditions d’une instrumentalisation d’effets pervers induits10. Pourtant, les équipes de MdM observent sur le terrain que la grande majorité des familles vivent plus dans des logiques d’intégration que de fraude. Par ailleurs, le caractère souvent discutable de la démarche volontaire donne de faux airs « humanitaires » à une assistance qui consiste avant tout à renvoyer des personnes dans leur pays d’origine. Cette réappropriation sémantique induit une confusion des genres délétères à moyen terme pour les acteurs humanitaires. De fait, en créant un dispositif aberrant qui consiste à expulser des citoyens européens mis volontairement en situation de précarité et qui peuvent revenir quand ils le souhaitent, le système produit de la stigmatisation.

Les migrants face aux droits et aux soins : le besoin de médiation

  • 11  Observatoire régional de santé Ile-de-France, Situation sanitaire et sociale des « Rroms migrants  (...)

21Dans un rapport sur les principaux freins à l’amélioration de la situation sanitaire et sociale de migrants citoyens européens, l’observatoire régional de santé Île-de-France notait un accès au marché du travail très limité freinant les processus d’insertion pour une population sans possibilité d’ancrage résidentiel stable. Il relevait aussi l’existence d’un système socio-sanitaire montrant des limites face à l’accès aux soins des populations en situation de grande exclusion et une méconnaissance des populations concernées favorisant les approches culturalistes à l’origine de pratiques médicales parfois discriminatoires11.

22Faciliter l’accès aux soins des migrants ne rime pas avec appel d’air et fraudes massives

  • 12  Médecins du Monde, Observatoire européen de l’accès aux soins de Médecins du Monde, Rapport de l’e (...)

23En matière de santé individuelle et de santé publique, l’accès aux droits et aux soins des migrants en situation régulière ou pas, est une nécessité. Pourtant, les détracteurs de tels droits avancent l’hypothèse d’un risque d’afflux massif de migrants en vue d’une utilisation excessive du système de soin français, avec à terme la mise en péril global du dispositif. Les débats sur la couverture santé des sans-papiers pauvres appelée aussi aide médicale d’État (AME) lors du projet de la loi de finances fin 2011 ont favorisé le retour de cet argumentaire. Cependant, les données d’études récentes montrent que la nature de la migration tient pour la grande majorité des cas à des raisons économiques et sécuritaires, et pour une minorité à des raisons médicales (moins de 10 % des personnes savent qu’elles sont affectées de certaines pathologies chroniques comme le VIH ou les hépatites, au moment de leur entrée en Europe)12.

24Par ailleurs, l’AME, est soumise à de nombreuses conditions cumulatives, principalement la nécessité de vivre en France de façon permanente et habituelle depuis au moins trois mois et d’avoir un revenu inférieur à 634 euros par mois, étant entendu le devoir de justifier de son identité et de toutes les autres conditions requises. L’augmentation récente de son coût (elle-même corrélée à l’évolution globale des dépenses de santé : le coût global du dispositif évolue de la même façon que les dépenses de santé), a été mise sur le compte d’abus des bénéficiaires par des parlementaires de la majorité et du gouvernement aussi au moment des débats du projet de loi de finances pour 2011. Il s’agissait alors de faire voter des modifications avec un droit d’entrée de 30 euros (retiré depuis juillet 2012), une entente préalable des Caisses primaires d’assurance maladie (CPAM) pour les soins hospitaliers coûteux (retirée également) et une réduction du panier de soins.

  • 13  Médecins du Monde, Observatoire de l’accès aux soins de la mission France, Rapport 2010, octobre 2 (...)
  • 14 Cordier A., Salas F., Rapport Inspection Générale des Finances/Inspection Générale des Affaires Soc (...)

25Pourtant, les données ont permis de montrer que plus de 98 % des patients des projets MdM (90 % d’étrangers) vivent sous le seuil de pauvreté et donc dans une logique de survie, loin des préoccupations de chirurgie esthétique et de fécondations in vitro comme ont pu l’évoquer certains pourfendeurs du dispositif. De plus, 80 % des patients n’ont aucune couverture maladie alors qu’ils y ont droit. Enfin on observe un retard de recours aux soins dans 24 % des cas13. Un rapport conjoint de l’Inspection générale des Finances et de l’Inspection générale des Affaires sociales, « Analyse de l’évolution des dépenses au titre de l’aide médicale d’État » montre aussi que les fraudes à l’AME restent rares et ne sont pas suffisamment significatives pour expliquer l’augmentation des coûts14.

26Dissociation des dispositifs AME/CMU et retard de recours aux soins : la santé séparée 

27La cohorte de MdM en France est constituée de près de 90 % de migrants. Quatre-vingt pour cent des patients n’ont aucune couverture maladie lorsqu’ils sont reçus la première fois et ce quelque soit leur statut administratif. Ces personnes accèdent de plus en plus difficilement au système de soins ou n’arrivent pas à faire valoir leurs droits à la couverture maladie sans une aide préalable alors que la loi de 1998 de lutte contre les exclusions est sensée les protéger. Les obstacles majeurs sont la méconnaissance des droits et des structures, la barrière linguistique, les difficultés administratives (domiciliation), les difficultés financières, les refus de soins de certains professionnels de santé, et la limitation des déplacements par peur des arrestations. Par ailleurs, certaines caisses de sécurité sociale exigent des pièces administratives hors cadre légal pour instruire les dossiers d’aide médicale d’État.

  • 15 Médecins du Monde, Observatoire de l’accès aux soins de la mission France, Rapport 2010, octobre 20 (...)
  • 16  Europ Assistance, Baromètre CSA cercle santé, Les soins de santé en Europe et aux États-Unis, 30 s (...)

28En conséquence, près d’un quart des patients ont eu recours aux traitements de façon tardive, phénomène en nette hausse par rapport aux années précédentes (de 11 % en 2007 à 24 % en 2010)15. Dans la même veine, une enquête récente rappelle aussi que près de 29 % des Français renoncent à des soins médicaux ou reportent ceux-ci en raison de difficultés économiques16.

  • 17  Médecins du Monde, Enquête sur la couverture vaccinale des populations roms rencontrées par MdM, r (...)

29Les difficultés d’accès aux soins des migrants sont donc patentes alors qu’ils n’ont pourtant pas d’opposition de principe à en bénéficier. En effet, dans une étude récente, MdM démontre par exemple que la plupart des migrants présentant des couvertures vaccinales très faibles sont demandeurs de vaccination dans plus de 90 % des cas dès lors que sont expliquées l’existence, l’intérêt et l’objectif de ces démarches de soin17.

  • 18  Observatoire du droit à la santé des Étrangers, Aide médicale d’État, octobre 2010.
  • 19  Cordier A., Salas F., Rapport Inspection générale des finances/Inspection générale des affaires so (...)
  • 20  Institut national de veille sanitaire, Bilan épidémiologique hebdomadaire, Santé et recours aux so (...)

30Depuis 1893, les étrangers bénéficiaient de la couverture santé de droit commun dans des conditions identiques aux Français. En 1993, la « réforme Pasqua » sur l’immigration a exclu les sans-papiers de toutes les prestations sociales à l’exception de l’aide médicale. En 1999, les personnes démunies ont toutes quitté le système d’aide médicale pour être intégrées à l’Assurance maladie généralisée à toute la population active et inactive grâce à la création de la CMU, sauf les sans-papiers démunis qui sont restés seuls dans le dispositif de l’AME (environ deux cent quinze mille bénéficiaires)18. De fait, l’existence de ces deux dispositifs rend moins compréhensible les mécanismes d’obtention par les bénéficiaires et complexifie le travail des acteurs médico-sociaux dans l’aide à l’ouverture de ces droits. Dans ces conditions, les associations qui militent en faveur de l’amélioration de l’accès aux soins des précaires, ainsi que le rapport de l’IGAS et L’IGF19, recommandent la fusion des deux dispositifs, car leur dissociation constitue une contrainte à leur obtention, et par conséquence une entrave supplémentaire à l’accès aux soins. Cette nécessité de simplification est aussi rappelée par l’Institut de veille sanitaire dans un dernier bilan épidémiologique concernant la santé des migrants20.

31Les exigences de santé publique et individuelle ne correspondent en rien à des mécanismes administratifs qui imposent de fait une médecine à plusieurs vitesses. Proposer un dispositif unique pour répondre aux spécificités de la précarité dans le champ de la santé publique, c’est contester les représentations qui consistent à distinguer les patients légitimes de ceux qui ne le seraient pas.

32Lutte contre les stéréotypes médicaux : la médiation sanitaire

  • 21  Médecins du Monde, Observatoire de l’accès aux soins de la mission France, Rapport 2010, octobre 2 (...)

33Le retard de recours au soin est donc une réalité corroborée par des indicateurs de santé particulièrement alarmants. Ce sont 45 % des personnes vues en consultation par MdM qui nécessitent un suivi médical de plus de six mois, les couvertures vaccinales, même pour les antigènes les plus classiques, évoluent entre 40 et 60 %, avec parfois moins de 10 % sur certains terrains d’intervention21. Moins d’une femme enceinte sur deux bénéficie d’un suivi complet de sa grossesse, ce sont parfois moins de 10 % qui utilisent des moyens de contraception dans certaines régions. Pour faire face à cette situation sanitaire alarmante, la Direction générale de la Santé (DGS) soutient depuis moins de deux ans, et ce jusqu’à la fin 2012, une démarche pilote de médiation sanitaire spécifiquement dédié aux citoyens européens roms. MdM y contribue via ses opérations à Nantes. Cette démarche s’inscrit dans le champ de la médiation sociale bordée par un cadre éthique et déontologique, la Charte de référence de la médiation sociale.

34La médiation sociale est définie comme « un processus de création et de réparation du lien social et de règlement des conflits de la vie quotidienne, dans lequel un tiers impartial et indépendant tente, à travers l’organisation d’échanges entre les personnes ou les institutions, de les aider à améliorer une relation ou de régler un conflit qui les oppose ». La médiation sanitaire a plusieurs objectifs : ouvrir des espaces pour faciliter la communication, contribuer, en situation conflictuelle, à l'explication des enjeux, permettre une compréhension mutuelle, enfin donner la possibilité aux personnes concernées d'exercer leurs responsabilités. Les résultats partiels du travail de la médiatrice de Nantes sont prometteurs. Plus de sept femmes enceintes ont été accompagnées tout au long de leur grossesse en bénéficiant des examens nécessaires et d’un suivi régulier en accord avec les protocoles médicaux. Dans le même temps, des sorties conjointes du médecin et de la sage femme de l’UGOMPS (unité gynéco-obstétrique médico-psycho-sociale) ont été initiées. Les demandes de contraception ont, elles aussi, augmenté dans le cadre d’une nouvelle collaboration avec le planning familial. Plusieurs familles ont été orientées vers la médecine de ville et sont devenues autonomes dans leur prise de rendez-vous et de suivi. Par ailleurs, la CPAM s’est employée à faciliter les démarches d’accès à l’AME. Même si les délais d’obtention d’un rendez-vous restent encore assez importants, la carte d’AME est cependant délivrée immédiatement lors de la remise d’un dossier complet. Ses services de prévention ont encadré des groupes d’éducation à la santé et aux soins, lors desquels ont été abordés, entre autres, l’alimentation des enfants, la prévention et la prise en charge de la tuberculose ainsi que les méfaits du tabac.

  • 22  Médecins du Monde, Rapport intermédiaire médiation sanitaire, Nantes, document interne, juin 2012.

35L’interprétariat n’a pas été oublié puisque qu’on retrouve des interprètes au guichet de la CPAM et lors des bilans de santé et autres interventions de prévention. Enfin, des outils d’information et d’éducation à la santé sont en cours d’élaboration avec la CPAM, la PASS (Permanence d’accès aux soins de santé), le CLAT (Centre de lutte contre la tuberculose), le centre de vaccinations, le CDAG (Centre de dépistage anonyme et gratuit) avec pour objectif d’informer sur le système de santé français, la tuberculose, les vaccinations, les hépatites et sur les infections sexuellement transmissibles. Cependant, quelques difficultés demeurent, car l’orientation vers la médecine de ville se heurte au problème d’interprétariat, alors que des dispositifs existent. De plus, l’accès à la PMI pour les enfants résidant sur des terrains squattés reste encore insuffisant22.

36La démarche expérimentale soutenue par la DGS touche à sa fin en décembre 2012, date à laquelle un colloque doit capitaliser les diverses expériences. Cette fonction de médiateur existe déjà dans d’autres pays d’Europe et le France devra rapidement les intégrer dans ses dispositifs. Car, on l’aura compris, l’intérêt de ces médiateurs va bien au-delà des aspects médico-sociaux dont peuvent bénéficier les patients. Ce lien ainsi constitué facilite les échanges, érode les incompréhensions et de fait atténuent les stéréotypes sanitaires culturalistes sources de discrimination.

Haut de page

Notes

1  Micheletti P. et Brigaud T., www.liberation.fr/societe/2012/08/30/les-roms-le-prefet-le-ministre_842940

2  Corty J.-F. et Bernard O., www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/27/politique-migratoire-et-sante-publique-le-choix-delibere-de-nuire_1512853_3232.html.

3  Wilkinson R., L’égalité, c’est la santé, Éd. Demopolis, 2010.

4  Institut national de veille sanitaire, Santé et recours aux soins des migrants en France, Bilan épidémiologique hebdomadaire, 17 janvier 2012.

5 Corty J.-F., « La médecine humanitaire : un rôle croissant dans le champ de la santé publique en France », Humanitaire, n° 30, déc. 2011. humanitaire.revues.org/index1119.html

6  Médecins du Monde, Enquête sur l’hébergement d’urgence, Hiver 2011/2012, mars 2012.

7  Médecins du Monde, Rapport d’analyse : Étude de la situation nutritionnelle des enfants vus par MdM à Mayotte, mars 2012.

8  Médecins du Monde, Enquête Lotus Bus, Rapport d’analyse préliminaire, Violence liées au racolage, mars 2012.

9  Corty J.-F., Bolo P., Aboudaram I., Prostitution, droit et santé publique, les paradoxes de la bienveillance, le Monde.fr, www.lemonde.fr/idees/article/2012/03/23/prostitution-droit-et-sante-publique-les-paradoxes-de-la-bienveillance_1674330_3232.html

10  www.lemonde.fr/societe/article/2012/09/14/aide-au-retour-des-roms-quels-sont-les-effets-pervers-du-dispositif_1760651_3224.html

11  Observatoire régional de santé Ile-de-France, Situation sanitaire et sociale des « Rroms migrants » en Ile-de-France, janvier 2012.

12  Médecins du Monde, Observatoire européen de l’accès aux soins de Médecins du Monde, Rapport de l’enquête 2008, 2009.

13  Médecins du Monde, Observatoire de l’accès aux soins de la mission France, Rapport 2010, octobre 2011.

14 Cordier A., Salas F., Rapport Inspection Générale des Finances/Inspection Générale des Affaires Sociales, Analyses de l’évolution des dépenses au titre de l’Aide médicale d’État, la Documentation française, novembre 2010 www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000685/.

15 Médecins du Monde, Observatoire de l’accès aux soins de la mission France, Rapport 2010, octobre 2011.

16  Europ Assistance, Baromètre CSA cercle santé, Les soins de santé en Europe et aux États-Unis, 30 septembre 2011.

17  Médecins du Monde, Enquête sur la couverture vaccinale des populations roms rencontrées par MdM, rapport, juillet 2011.

18  Observatoire du droit à la santé des Étrangers, Aide médicale d’État, octobre 2010.

19  Cordier A., Salas F., Rapport Inspection générale des finances/Inspection générale des affaires sociales, analyses de l’évolution des dépenses au titre de l’Aide Médicale d’État, la Documentation française, novembre 2010 www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/104000685/.

20  Institut national de veille sanitaire, Bilan épidémiologique hebdomadaire, Santé et recours aux soins des migrants en France, 17 janvier 2012.

21  Médecins du Monde, Observatoire de l’accès aux soins de la mission France, Rapport 2010, octobre 2011.

22  Médecins du Monde, Rapport intermédiaire médiation sanitaire, Nantes, document interne, juin 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Corty, « Médecine humanitaire, stéréotypes sanitaires et xénophobes : contributions de Médecins du Monde à la déstigmatisation des migrants », Humanitaire [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1409

Haut de page

Auteur

Jean-François Corty

Jean-François Corty est médecin, diplômé en sciences politiques, directeur des Missions France de Médecins du Monde depuis 2009. Il a été médecin bénévole à l’antenne de MDM de Toulouse en 1998, puis a travaillé avec l’association Médecins Sans Frontières comme médecin terrain (Érythrée, Liberia, Afghanistan, Niger), chef de mission (Niger, Iran) et au siège comme responsable de programme. Il est chargé d’enseignement à l’Institut d’études politiques de Toulouse depuis 2009.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org