Navigation – Plan du site
Dossier

Idées reçues sur l’immigration : une lecture économique

Xavier Chojnicki

Résumé

À la sortie d’une période électorale intense, la question de la « bonne » politique d’immigration s’est à nouveau retrouvée sur le devant de la scène à côté de celles portant sur la place de la France dans l’Europe ou de la réforme de la fiscalité. La controverse récente sur la levée des mesures transitoires qui limitent aux Roms l’accès au marché du travail est là pour rappeler que le débat est définitivement loin d’être clos.

Haut de page

Texte intégral

1À la sortie d’une période électorale intense, la question de la « bonne » politique d’immigration s’est à nouveau retrouvée sur le devant de la scène à côté de celles portant sur la place de la France dans l’Europe ou de la réforme de la fiscalité. La controverse récente sur la levée des mesures transitoires qui limitent aux Roms l’accès au marché du travail est là pour rappeler que le débat est définitivement loin d’être clos.

2De manière peu surprenante, dans le contexte de crise économique que traverse notre pays, qui se manifeste par des déficits publics abyssaux et une remontée du chômage à des taux que l’on pensait définitivement derrière nous depuis dix ans, l’immigration est souvent pointée du doigt comme l’un des facteurs ayant contribué à accroître les effets négatifs de cette crise. Ainsi, il est couramment admis que la France ferait face à une véritable pression migratoire, que les immigrés déroberaient l’emploi des français et qu’enfin ils profiteraient massivement de notre protection sociale généreuse. La réduire apparaît donc régulièrement dans les débats comme une nécessité de « bon sens ». Et pourtant, cet argument d’un besoin impérieux de réduire les flux migratoires repose assez largement sur une erreur de diagnostic.

Invasion migratoire

  • 1  Pour l’année 2010, il y aurait eu 188 357 nouveaux entrants selon le rapport de décembre 2011 remi (...)
  • 2  OCDE, « Perspectives des migrations internationales », Paris, 2010.

3Ainsi, l’idée même d’une France confrontée à une véritable vague d’immigration légale massive est assez largement battue en brèche à la lumière des statistiques migratoires. Depuis le début du xxie siècle, la France accueille chaque année l’équivalent de deux cent mille migrants1. Est-ce beaucoup ? Si ce chiffre équivaut à la population d’une ville française de taille moyenne – Rennes par exemple comme aimait à le souligner il y a peu l’ancien ministre de l’intérieur Claude Guéant –, il représente aussi seulement 3,1 pour mille de la population totale du pays (soit 0,31 %). Avec un tel taux d’immigration, la France se révèle être l’un des pays les plus fermés de l’OCDE ; seul le Japon, réputé pour être quasi hermétique, a un taux plus faible2.

4Cela dit, si le taux d’immigration demeure relativement faible, c’est le solde migratoire – celui-ci pouvant se définir comme la différence annuelle entre les entrées et les sorties du territoire – qui compte le plus pour évaluer l’effet de l’immigration sur l’effectif de la population. Il nous enseigne que, face aux deux cent mille entrées, on trouve un nombre conséquent de sorties de Français, mais surtout d’étrangers qui repartent. Depuis 1990, ce solde est monté d’environ quarante mille personnes par an pour atteindre cent mille en 2003-2004 puis redescendre à soixante-quinze en 2010. En termes relatifs, ce solde était donc de 1,2 pour mille en 2010, environ deux fois moins que celui observé au cours des années 1960 dans notre pays et d’un niveau incomparable aux sommets atteints par certains de nos voisins tels que l’Allemagne (dix pour mille au début des années 90), le Royaume-Uni ou les États-Unis (cinq pour mille) et sans aucune commune mesure avec les taux espagnols du début des années 2000 (quinze pour mille entre 2002 et 2007). On se trouve donc bien loin de l’image d’une invasion migratoire.

5Au final, notre pays comptait 5,2 millions d’immigrés lors du recensement de 2008, soit l’équivalent de 8,4 % de sa population (10,6 % si on intègre également les Français nés à l’étranger). Si la France a connu au siècle dernier deux grandes vagues d’immigration (durant les deux expansions économiques majeures de l’entre-deux-guerres et des Trente Glorieuses), elle n’est plus à proprement parler aujourd’hui un grand pays d’immigration. Ainsi, par exemple, l’Australie (avec une part des immigrés dans la population totale de 21,9%), le Canada (21,3 %), l’Espagne (14,1 %), les États-Unis (13,5 %) ou l’Allemagne (13,1 %), pour ne citer que des pays de niveau de développement comparable, accueillent proportionnellement plus d’immigrés aujourd’hui.

  • 3  Héran F. et Pison G., « Deux enfants par femme dans la France de 2006 : la faute aux immigrées ? » (...)

6Sur cette base et de manière peu surprenante, la contribution de l’immigration dans l’évolution démographique de la population française demeure relativement modérée, même si elle est loin d’être négligeable, à la différence de nombre de nos voisins. En effet, en 2010, le solde migratoire était environ trois fois et demi inférieur au solde naturel, c’est-à-dire la différence entre les naissances et les décès (en proportion de la population totale). Ainsi, la contribution de l’immigration à l’accroissement de la population n’aurait été que de 20 % (les 80 % restants s’expliquant donc par la vigueur de la natalité française), alors que l’immigration a contribué dans le même temps à hauteur de 60 % à l’accroissement de la population européenne. Même le dynamisme de la natalité française – la France, avec deux enfants par femme, est l’un des seuls pays européens à approcher le seuil de renouvellement des générations – n’est que très peu expliqué par le surcroît de natalité des femmes immigrées3. La virulence récente du « débat » sur l’immigration semble donc bien éloignée des réalités chiffrées.

Concurrence sur le marché du travail

  • 4  Voir Chojnicki X. et Ragot L., « On entend dire que … L’immigration coûte cher à la France, qu’en (...)

7Avec de tels flux migratoires, il ne faut donc pas attendre d’effets démesurés de l’immigration sur l’économie française. Il est à présent couramment démontré4 et admis que l’immigration n’a qu’un effet très modéré sur le marché du travail. Et pourtant, alors qu’en France la question essentielle est celle de l’impact de l’immigration sur le chômage, aux États-Unis l’interrogation principale porte sur son rôle dans la montée des inégalités salariales. Pour chacun de ces maux, l’immigration a été mise en accusation dans ces deux pays au côté d’autres coupables potentiels comme la mondialisation et la concurrence des pays émergents à main-d’œuvre bon marché ou le progrès technique destructeur d’emplois peu qualifiés. Que ce soit en matière de chômage ou de pressions à la baisse sur les salaires, si l’immigration n’a pas d’effets visibles négatifs, c’est tout simplement parce qu’elle ne se traduit pas par un partage du travail entre autochtones et immigrés, comme on partagerait un gâteau en parts d’autant plus petites que le nombre de convives est grand.

  • 5  Ortega F. et Peri G., « The causes and effects of international labor mobility: evidence from OECD (...)
  • 6  Breem Y., « L’insertion professionnelle des immigrés et leurs descendants en 2010 », Info migratio (...)

8Pour faire simple, l’immigration est souvent assimilée à un choc d’offre sur le marché du travail : en théorie, elle devrait provoquer des pressions à la baisse sur les salaires si elle accroît le degré de concurrence entre des travailleurs « substituables ». Dans le cas de rigidités salariales (par exemple du fait de l’existence d’un salaire minimum ou de conventions de branches), l’effet dépressif de l’immigration passerait alors par des pressions à la hausse sur le chômage. Mais ce type de raisonnement simple n’offre qu’une vision très partielle d’une réalité bien plus complexe. Les mécanismes économiques au travers desquels l’immigration va affecter le marché du travail de l’économie d’accueil sont ainsi variés. Tout d’abord, l’immigration agit certes sur l’offre de travail, mais également sur la demande. Les immigrés contribuent à augmenter la demande finale de biens et de services, ce qui stimule l’activité et, par ricochet, l’emploi. Une étude récente des Nations unies5 montre ainsi qu’une hausse de 1 % de la population active provenant de l’immigration augmente le PIB également de 1 %. Ainsi, l’immigration peut être perçue comme un simple changement d’échelle de l’économie d’accueil. Ensuite, les immigrés entrent plutôt dans une relation de complémentarité plutôt que de substituabilité avec les autochtones. Les métiers pourvus par les nouveaux entrants sont alors souvent des métiers non pourvus par les Français. Il suffit pour s’en convaincre de mettre en évidence la forte concentration des travailleurs immigrés dans certaines activités. Ainsi, en 2010, les immigrés extra-communautaires sont proportionnellement trois fois plus nombreux dans l’hôtellerie-restauration, l’intérim, la sécurité et le nettoyage6. C’est donc bien parce que les immigrés présentent des caractéristiques différentes de celles des autochtones (âge et qualification par exemple) qu’ils vont permettre d’apaiser un certain nombre de tensions sur le marché du travail. Enfin, le stock de capital n’est pas donné et l’économie d’accueil adapte progressivement ses moyens de production et ses infrastructures à l’arrivée de nouveaux travailleurs. C’est ce qui explique pourquoi le retour de neuf cent mille rapatriés d’Algérie après la signature des accords d’Évian en 1962 n’a eu qu’un impact très limité sur le fonctionnement du marché du travail des départements concernés. Au final, la concurrence sur le marché du travail s’exerce dès lors davantage entre anciennes et nouvelles vagues de migrants qu’entre migrants et natifs.

Coût élevé pour les finances publiques

  • 7  Chojnicki X., « Impact budgétaire de l’immigration en France », Revue Économique, 62(3), 2011.

9L’immigration n’est pas plus responsable de l’état délabré de nos finances publiques. Pour beaucoup, les immigrés auraient leur part de responsabilité dans le creusement du déficit public. La raison communément avancée repose sur la perception que l’immigré en France est une personne en moyenne moins qualifiée qu’un natif (il a un revenu plus faible, donc paye moins d’impôts et reçoit plus d’aides sociales), plus souvent au chômage (percevant donc plus d’allocations chômage ou aides sociales), et ayant un plus grand nombre d’enfants (il reçoit donc plus d’allocations familiales). Même si cette perception n’est pas toujours fausse, le bon sens qui part de ce constat pour conclure à un impact négatif conséquent sur les finances publiques ne s’en trouve pas moins pris en défaut. Le regroupement des immigrés dans les tranches d’âge active (55 % des immigrés ont entre 25 et 55 ans contre 40 % dans la population totale) est même plutôt une aubaine en la matière à l’heure où la France a amorcé le virage d’une nouvelle transition démographique. C’est précisément cet effet de structure par âge, c’est-à-dire le fait que les migrants sont regroupés dans les catégories de ceux qui paient davantage qu’ils ne reçoivent du système de redistribution, qui va venir entièrement contrebalancer l’éventuel « surcoût » pour certaines branches de la protection sociale (dépenses de chômage ou allocations familiales en particulier). Ainsi, la contribution nette globale de l’immigration au budget des administrations publiques était positive et de l’ordre de 3,9 milliards d’euros pour l’année 20057. Ce solde positif n’en demeure pas moins d’un montant extrêmement faible (moins de 0,5 % du PIB). Ce n’est donc pas un quelconque durcissement de la politique migratoire qui permettra de résorber nos problèmes de déficits budgétaires ou de montée du chômage. A contrario, une politique migratoire plus ambitieuse, aussi bien en termes de flux que de composition de ces flux, ne saurait nullement être utilisée comme levier d’action face au défi découlant du vieillissement de notre population – les ordres de grandeurs sont incomparables – ou de pénuries potentielles de main-d’œuvre sur le marché du travail lorsque les générations nombreuses du baby-boom auront fini de quitter celui-ci – la vigueur de la natalité française limitant grandement ce phénomène.

Désinstrumentaliser l’immigration

10Cela n’empêche pas pour autant, à présent que la page des élections est tournée, de revenir à un débat dépassionné sur la question de la définition d’une politique migratoire plus efficace qui réponde aux besoins de la France. Ce débat ne pourra effectivement avoir lieu qu’une fois qu’auront été tirées les leçons des exemples de politiques en vigueur dans certains pays Européens, au Canada ou aux États-Unis mais aussi des échecs de l’expérience française récente cherchant à combiner de manière maladroite la politique migratoire sélective (immigration « choisie ») avec la stigmatisation de toutes les autres formes d’immigration (immigration « subie »). Ce débat ne pourra s’extraire d’une remise à plat des statuts existants, découlant de la multiplicité des titres de séjours, d’une coordination des politiques migratoires avec nos partenaires européens et d’une désinstrumentalisation de l’immigration du travail, par exemple par la création d’un organe de discussion indépendant du parlement.

  • 8  OCDE, « Les migrants sur les marchés du travail de la zone OCDE pendant la crise », dans Perspecti (...)
  • 9  Verdugo G., « Les immigrés et le marché du travail en France : quelques éléments descriptifs », co (...)

11Sans oublier par ailleurs que l’intégration républicaine, ayant permis à des générations d’immigrés de se fondre dans le creuset français, rencontre aujourd’hui de réelles difficultés qui ne doivent pas être occultées. Les immigrés connaissent en effet une situation relativement précaire sur le marché du travail. Si leur volonté de travailler n’est pas remise en cause, en témoigne la proximité des taux d’activité entre immigrés et autochtones, il n’en demeure pas moins qu’ils rencontrent plus de difficultés pour s’insérer sur le marché du travail. Le principal indicateur de cette insertion, le taux de chômage, est à ce jour deux fois plus élevé pour les immigrés que dans le reste de la population. Ces différences en matière de chômage se retrouvent également dans le type d’emploi qu’occupent les immigrés. La main-d’œuvre immigrée est largement surreprésentée dans des secteurs en déclin ou en voie de restructuration (industries manufacturières, secteur automobile) ou dans des activités très sensibles aux aléas de la conjoncture (travaux publics par exemple)8. Au final, toutes choses étant par ailleurs égales : à âge, niveau d’expérience, niveau de diplôme et région de résidence équivalents, il n’en demeure pas moins vrai qu’être immigré accroît la probabilité de chômage d’environ 10 % par rapport aux natifs9.

12Pour conclure, l’analyse économique se retrouve finalement bien pauvre lorsqu’il s’agit de définir ce que devrait être le « bon » niveau d’immigration pour l’économie française. Invoquer les analyses économiques pour recommander une immigration massive comme seule solution aux problèmes des économies vieillissantes n’a pas plus de fondement que de se référer aux travaux des économistes pour appeler à l’arrêt de l’immigration face à la montée du chômage et des déficits publics. Au final, il semblerait donc que ce soit tout autant sur le front des politiques d’immigration que sur celui des politiques d’intégration que se situe le véritable défi.

Haut de page

Notes

1  Pour l’année 2010, il y aurait eu 188 357 nouveaux entrants selon le rapport de décembre 2011 remis au Parlement par le Secrétariat général du comité interministériel de contrôle de l’immigration ; 201 180 selon le Secrétariat général de l’immigration et de l’intégration dans le cadre du rapport du SOPEMI à l’OCDE.

2  OCDE, « Perspectives des migrations internationales », Paris, 2010.

3  Héran F. et Pison G., « Deux enfants par femme dans la France de 2006 : la faute aux immigrées ? », Population et Société, n° 432, 2007.

4  Voir Chojnicki X. et Ragot L., « On entend dire que … L’immigration coûte cher à la France, qu’en pensent les économistes », Éditions Eyrolles-Les Échos, 2012.

5  Ortega F. et Peri G., « The causes and effects of international labor mobility: evidence from OECD countries 1980-2005 », Human Development Research Paper 2009/06, 2008.

6  Breem Y., « L’insertion professionnelle des immigrés et leurs descendants en 2010 », Info migrations, n°31, 2012, Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration.

7  Chojnicki X., « Impact budgétaire de l’immigration en France », Revue Économique, 62(3), 2011.

8  OCDE, « Les migrants sur les marchés du travail de la zone OCDE pendant la crise », dans Perspectives des migrations internationales 2010, 2010.

9  Verdugo G., « Les immigrés et le marché du travail en France : quelques éléments descriptifs », complément au rapport du CAE Immigration, qualifications et marché du travail, La Documentation française, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Chojnicki, « Idées reçues sur l’immigration : une lecture économique », Humanitaire [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1410

Haut de page

Auteur

Xavier Chojnicki

Xavier Chojnicki est maître de conférences à l’Université Lille 2, chargé de recherche au Centre d’Études Prospectives et d’Informations Internationales (CEPII) et chercheur associé́ à la Chaire Transitions démographiques, Transitions économiques (Fondation du risque). Ses travaux portent sur l’impact économique de l’immigration, sur les conséquences du vieillissement démographique et sur les réformes de la protection sociale. Il a publié en collaboration avec L. Ragot On entend dire que l’immigration coûte cher à la France : qu’en pensent les économistes (Éditions Les Échos-Eyrolles, 2012).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org