Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Nous sommes tous des migrants

Jean-Claude Métraux, La migration comme métaphore, Paris, La Dispute, 2011
Bernard Granjon
Référence(s) :

Jean-Claude Métraux, La migration comme métaphore, Paris, La Dispute, 2011

Texte intégral

1À l’image de son livre, Jean-Claude Métraux est un homme aux multiples talents.

2Il est d’abord pédopsychiatre à Lausanne, mais son savoir déborde largement le champ de sa discipline, comme l’attestent les multiples références littéraires, philosophiques, historiques, sociologiques, anthropologiques, qui émaillent son ouvrage. C’est ensuite un « humanitaire », ce qui l’a conduit à intervenir dans de nombreux pays, notamment le Nicaragua et la Bosnie, sans même parler de sa propre contrée helvétique au sein de l’association « Appartenances». Dans le cadre de ce don de soi qu’il préconise, l’auteur fait état de ses engagements, en prélude à ceux qu’il attend de ses lecteurs. À Médecins du Monde et à Osiris nous le connaissons bien pour avoir plusieurs fois fait appel à ses compétences. Mais c’est principalement en « humaniste » – au sens que nos Anciens attribuaient à cette qualification – que, fort de cette double expérience, il aborde le phénomène migratoire de façon originale et novatrice.

3Tentons de résumer, au risque de le déformer, le message contenu dans son ouvrage. Tout d’abord une considération s’impose : nous sommes tous des migrants, même si, comme dans l’exemple de sa propre famille, humoristiquement rapporté, celle-ci n’a pas quitté la Suisse. Car la migration ne se mesure pas seulement à l’aune des kilomètres parcourus ou des frontières franchies, mais bien à l’intensité du déracinement subi, à l’écheveau de nos « pertes signifiantes ». D’ailleurs la migration s’apprécie non seulement dans l’espace mais également dans le temps car, de notre naissance à notre mort, « au jour où un dernier soupir mettra fin à nos migrations », nous ne cessons de voyager à l’intérieur de nous-mêmes et d’accumuler, chemin faisant, toute une variété de deuils.

4Dès lors à partir d’une meilleure connaissance de nous-mêmes, notre rapport à l’autre s’établira en termes de croisements d’appartenances qui nous permettront de découvrir nos ressemblances, d’échapper à l’obsession de nos différences ou à une asymétrie relationnelle dépourvue d’éthique, de fuir cette connaissance de l’autre qui est bien souvent au service d’une velléité de domination. Ainsi, le terme même d’inter-culturalité fige l’autre dans sa différence, comme le remarquait Edward Saïd à propos du concept d’orientalisme qui n’est que « pure création occidentale »… Il convient dès lors d’échapper à certains mots qui ne sont que des portes ouvertes à tous les maux lorsqu’ils sont utilisés à sens unique, qu’ils sont réduits à des « paroles monétisées ». À l’inverse il convient de concevoir l’échange avec autrui comme un don de parole, de « paroles précieuses », fruit d’un engagement réciproque impliquant notre propre altérité. À ces conditions étayées, dans ce livre magnifique, sur de multiples et passionnantes considérations sur l’appartenance, sur les liens, sur les échanges, la migration cessera d’être perçue comme une métaphore guerrière et pourra s’épanouir librement en une métaphore souriante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Granjon, « Nous sommes tous des migrants », Humanitaire [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1422

Haut de page

Auteur

Bernard Granjon

Ancien président de Médecins du Monde

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org