Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Au cœur de la démocratie protestataire

Lilian Mathieu, La démocratie protestataire. Mouvements sociaux et politique en France aujourd'hui, Presses de Sciences-Po, 2011
Philippe Ryfman
Référence(s) :

Lilian Mathieu, La démocratie protestataire. Mouvements sociaux et politique en France aujourd'hui, Presses de Sciences-Po, 2011

Texte intégral

1L’opus de Lilian Mathieu ne traite pas d’un thème humanitaire. Le terme lui-même n’est d’ailleurs cité qu’une unique fois, en début d’ouvrage (p. 17), lorsque l’auteur évoque sommairement les années 1980 pour mentionner – de manière critique – qu’à l’époque la thèse en vogue était que « le temps n’aurait plus été à la politique mais à la morale », avec comme « seul mode d’engagement valable : celui, de type caritatif ou humanitaire ». Cependant, le seul exemple cité à l’appui est celui des Restos du Cœur, les organisations œuvrant à l’international n’étant absolument pas évoquées.

2Cet ouvrage – en format de poche – devrait pourtant intéresser un nombre appréciable de lecteurs de la revue Humanitaire. À commencer par ceux qui s’interrogent, précisément, sur les ressorts et dimensions de l’engagement dans les causes humanitaires, les mobilisations pour celles-ci ou encore le renforcement des structures associatives. Ils y trouveront d’utiles enseignements comparatistes. L’auteur – directeur de recherche au CNRS – est en effet un des meilleurs spécialistes français des mouvements sociopolitiques, avec précisément une inclination marquée à traiter de la question sociale et du retour du politique en son sein. Il y consacre d’ailleurs un chapitre entier (le quatrième) intitulé « Mouvements sociaux et politique : le décrochage».

3Les trois premiers sont, eux, consacrés à expliquer le retour de la conflictualité, ou à montrer que les supposées nouvelles formes du militantisme ne seraient pas si neuves que cela. Il questionne ensuite la légitimité à la fois revendiquée par les acteurs des mouvements sociaux, mais contestée par d’autres, en focalisant sur trois domaines où elle fait spécialement débat : les milieux intellectuels, les media et l’ordre public. Avant de s’interroger (dans un ultime chapitre) sur la légitimité démocratique de ces mouvements, en se demandant par exemple « si la désapprobation publique des politiques menées en leur nom était une manière pour les citoyens de reprendre la voix qu’ils ont déléguée à leurs représentants» (p. 143).

4Certes, on pourra regretter que l’auteur réduise peut-être trop les mouvements sociaux à la contestation des décisions économiques et sociales des gouvernants. Même s’il y inclut largement les actions critiques menées contre les politiques migratoires ou le statut des étrangers, encore plus ceux en situation irrégulière. Or – à titre d’exemple et sous cet angle – l’action d’une ONG telle Médecins du Monde auprès des populations roms, de l’accès aux soins ou de la santé des étrangers ne semble pas moins significative en termes à la fois de résultats opérationnels comme de pression exercée sur les pouvoirs publics en vue d’aboutir à des changements que celle de RESF (Réseau Éducation Sans Frontières), abondamment signalée par Mathieu.

5Pareillement, et de longue date, les associations humanitaires sont – tout comme les mouvements sociaux – « de gros producteurs d’informations » (p. 98). Outre les questions migratoires et de minorités, la part prise par des ONG telles – outre MDM – Médecins Sans Frontières, Handicap International, le Secours Catholique ou le Secours Islamique, aux fins de mise en débat dans l’espace public des politiques de réduction des risques vis-à-vis des toxicomanes, de la lutte contre le VIH Sida, de l’accès aux soins des « sans papiers », de la lutte contre les exclusions ou de la situation faite aux handicapés – en France, en Europe et au-delà – ainsi que de quelques autres, ne saurait être sous estimée.

6Ces réserves (limitées) mises à part, le livre de Lilian Mathieu enrichira ses lecteurs notamment sur les ressorts de la démocratie protestataire et le fait que « les mouvements sociaux font partie intégrante des démocraties, dont ils ravivent les principes fondateurs davantage qu’ils ne les menacent » (p. 173). De même, les questionnements sur le militantisme, la crise supposée de celui-ci et les moteurs de l’adhésion précisément parce qu’ils ne sont pas centrés sur les organisations humanitaires sont largement de nature à éclairer et féconder la réflexion à l’ordre du jour depuis plusieurs années au sein de ces dernières (de certaines au moins) quant aux modalités de remobilisation ou de nouvelle mobilisation de catégories sociales et générationnelles. Afin de se limiter de moins en moins à celles qui ont assuré en France le succès et la montée en puissance des ONG humanitaires dans les années soixante-dix. Qu’il s’agisse de la génération issue de 68, aujourd’hui en voie de sortie de scène. Ou des retraités, marqués par la sociabilité catholique ou protestante.

7Pareillement, la vogue du plaidoyer – même si elle est pour les humanitaires articulée sur l’opérationnalité – ne rétablit-elle pas un lien direct entre humanitaire social et politique, qu’il soit pratiqué par des ONG ou des organisations du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ? D’autant que les mouvements sociaux, de leur côté, sont de moins en moins confinés à l’espace national. Il suffit de songer à cet égard à la propagation rapide à partir de l’automne 2010 dans de nombreux pays du mouvement dit des « Indignés », à l’impact des révolutions arabes dans l’aire arabo-musulmane mais aussi en Europe ou dans les pays émergents, ou encore aux initiatives de type « Occupy ».

8De la même manière que les humanitaires s’étaient posés la question il y a quelques années de leurs rapports avec les altermondialistes, les défenseurs des droits de l’Homme ou ceux de l’environnement, ils gagneraient à débattre avec des chercheurs comme Lilian Mathieu sur ces problématiques croisées. Si leurs organisations veulent continuer à être ancrées sur des bases citoyennes et mieux combattre le risque – toujours récurrent – de se trouver remisées au rang de simples prestataires de services.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Ryfman, « Au cœur de la démocratie protestataire », Humanitaire [En ligne], 33 | 2012, mis en ligne le 06 novembre 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1429

Haut de page

Auteur

Philippe Ryfman

Professeur et chercheur associé au Département de Science Politique, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne et CESSP-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org