Navigation – Plan du site

34 - Syrian exodus

Un reportage d’Agnès Varraine-Leca
17 avril 2013
Notes de la rédaction

En novembre 2012, Agnès Varraine-Leca s’est rendue dans les camps de réfugiés syriens avec Médecins du Monde. Pour cette photographe à la fois connaisseuse des ONG et du Moyen-Orient – elle a notamment travaillé dans les Territoires palestiniens occupés –, prendre le pouls de ce pays où se joue un massacre à huis-clos s’imposait. Et de fait, ses photos donnent à ressentir les battements faiblards d’un peuple repoussé aux limites de son propre pays. Et comme Agnès Varraine-Leca a ce petit plus des photographes qui ne parlent pas seulement à travers leurs photos, elle tombe le masque et prend la plume…

« C’est l’image d’un pick-up roulant à vive allure sur la route d’Atmeh, à une trentaine de kilomètres d’Alep au nord de la Syrie. À son bord, une famille de Syriens, des enfants en bas âge, une femme adossée au fond de la camionnette. Le jeune homme qui les accompagne regarde au loin ; ses chaussures à bout pointu qui contrastent avec l’état de délabrement du camion portent les stigmates de la fuite. Une demi-heure plus tôt, deux Mig du régime ont déversé quatre bombes sur la ville d’Atmeh pour en déloger les forces de l’Armée Syrienne Libre. Le bleu des tentes du camp de Qah, à quelques centaines de mètres de là, fait écho au bleu du ciel, lacéré par le ballet incessant des avions. Cinq mille Syriens y ont trouvé refuge, abandonnant leurs biens sous d’autres bombes pour protéger leurs vies. Entre distribution de vêtements pour l’hiver et éclats d’obus, les shebabs hurlent à tue-tête la fin du régime. Bachar dégage. Ce sont d’autres Syriens et Syriennes que je croiserai dans leur fuite, sur d’autres frontières, en Turquie, au Liban et en Jordanie. L’exode syrien semble sans fin et l’hémorragie a dispersé près de 720 000 réfugiés dans les pays frontaliers, plus d’un million de déplacés sur le territoire syrien selon les Nations unies. À la frontière turque, fermée partiellement, des milliers de personnes s’entassent au pied des miradors. Amputés, paraplégiques, victimes des bombardements massifs et des snipers embusqués. Leurs histoires résonnent des confins de la vallée de la Bekaa aux camps de réfugiés jordaniens, comme celui de Zaatari, dont ils n’ont pas le droit de sortir : des histoires d’atrocités, celles de leur fuite, celles désormais de l’attente inexorable et incessante. »

Son site : www.agnesvarraineleca.com

  • (image/jpeg – 97k)
  • (image/jpeg – 45k)
  • (image/jpeg – 87k)
  • (image/jpeg – 74k)
  • (image/jpeg – 70k)
  • (image/jpeg – 42k)
  • (image/jpeg – 83k)
  • (image/jpeg – 99k)
  • (image/jpeg – 75k)
  • (image/jpeg – 110k)
  • (image/jpeg – 68k)
  • (image/jpeg – 53k)
  • (image/jpeg – 83k)
  • (image/jpeg – 101k)
  • (image/jpeg – 90k)
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org