Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il y a un peu plus de quarante ans, le débat autour des frontières – et tout ce qu’elles impliquaient : souveraineté nationale, non-ingérence dans les affaires intérieures des États, droit des peuples à disposer d’eux-mêmes – donnait naissance au mouvement humanitaire français : désormais, voulait-on croire, le monde serait « sans frontières »… Parfois à leur corps défendant, parfois à leur initiative « suggérée » par les exigences d’une communication toujours plus demandeuse de clichés avantageux, les French doctors ont construit en grande partie leur mythologie sur cette utopie.

2L’histoire réelle de ce sans-frontiérisme reste à écrire. Certes, l’Afghanistan des années 1980 – pour ne citer que ce contexte où l’humanitaire s’est forgé sa légende – regorge de ces chroniques d’un humanitaire pionnier où des militants franchisaient la Khyber Pass depuis le Pakistan voisin en fraude des Soviétiques. L’image d’Épinal s’est imprimée là. Pourtant, comme le dit dans ce numéro Stephan Oberreit, ancien de Médecins sans Frontières aujourd’hui directeur d’Amnesty International France, « on a toujours eu beaucoup de mal à apporter de l’aide au cœur d’un conflit, comme ce fut le cas en Bosnie. Et d’ailleurs, très souvent, il faut le dire, les humanitaires se retrouvaient en périphérie des conflits, auprès de réfugiés. » Leur légende dût-elle en souffrir, leur mérite n’en est pas moins grand. La formule sans-frontiériste a avant tout valeur de symbole, celui d’êtres humains nés au bon endroit s’intéressant au sort d’autres êtres humains né au mauvais.

3Que ce soit sur le terrain ou dans les coursives diplomatiques où ils ont acquis, peu à peu, droit de cité, les humanitaires ont au moins eu la prétention de les faire tomber, ces frontières. Qu’ils aient réussi à les abattre ou simplement – mais c’est déjà beaucoup – à les franchir pour assister des populations en souffrance, ne change rien à un mouvement de plus en plus fort : de « nouvelles frontières » apparaissent en même temps que les anciennes réapparaissent. Comme si face à l’humanitaire ouvert, l’humanité frileuse et la politique du repli avaient réussi à reprendre le dessus. À l’image des murs qui, du Mexique aux Territoires palestiniens, se dressent aux quatre coins du monde, ceinturant des pays, les frontières se raffermissent au gré d’un durcissement de régimes que l’on croyait appelés à s’effondrer. La Syrie est de ceux-là, comme sanctuarisée dans ses frontières depuis deux ans.

4« L’État de barbarie », pour reprendre l’expression du chercheur Michel Seurat, a donné la pleine mesure de ce dont ce régime, fort de sa souveraineté et du soutien de deux autres États – la Russie et la Chine –, à peine moins arc-boutés sur leurs frontières, est capable : 70 000 morts selon le Haut commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, 1 million de réfugiés et près de 3,4 millions de personnes ayant besoin d’assistance dans le nord du pays, comme le rappelle Olivier Tallès. Ce grand reporter au journal La Croix nous livre un récit de l’intérieur, mesurant les pénuries, s’interrogeant aussi sur le rôle des ONG : « D’ordinaire, elles ont moins de scrupules que l’ONU à braver les dictatures. Mais en Syrie, les travailleurs humanitaires ne s’aventurent guère à l’intérieur des villes aux mains des insurgés. Ils évoquent la crainte des bombes ou des enlèvements, la méfiance à l’égard des associations d’entraide syrienne, l’incapacité à trouver les bons interlocuteurs… » Et Philippe Ryfman de souligner le sous-dimensionnement notoire de l’aide envoyée en Syrie : « On estime que 85 % de l’aide vient des réseaux de la diaspora, de la société civile syrienne et 15 % seulement par le canal international. »

5Alors, l’humanitaire en Syrie est-il dans une impasse ? Le fait est que l’action des ONG n’est pas facilitée par la frilosité des États et des bailleurs qui, qu’on le veuille ou non, conditionnent leur marge de manœuvre. Néanmoins, les ONG étrangères ne sont pas absentes du théâtre syrien ; elles se sont adaptées tant bien que mal à des contraintes inédites, renouant, même de manière relativement marginale, avec la clandestinité, aidant les réfugiés aux frontières ou se mobilisant dans des campagnes de plaidoyer. L’action des membres du Croissant-Rouge syrien, parfois décrié, doit être également saluée, comme le rappelle Boris Michel, chef de la délégation du CICR en France. Et le travail d’organisations créées dans le pays ou à l’étranger par des ressortissants syriens ou des amis du peuple syrien a fait montre de toute son efficacité. Qu’il suffise de lire l’entretien exclusif et passionnant que nous a accordé un représentant de l’association Life4Syria qui est parvenue jusqu’ici à collecter et redistribuer pour plus de 420 000 US$ au plus près des besoins de la population. Elles ont beau être dramatiquement limitées par rapport aux ravages provoqués par Bachar el-Assad, ces initiatives multiples fonctionnent en faisceau et fracturent peu à peu le couvercle posé sur cette crise. Que la communauté politique internationale prenne ses responsabilités et parions que le verrou cédera, que les frontières syriennes cesseront d’être ce qu’elles sont depuis deux ans : les murs d’une prison à ciel ouvert.

6Par certains de ses aspects, la guerre en Syrie renvoie plus largement à toutes les « nouvelles frontières » qui, partout, entravent l’action humanitaire. Qu’il s’agisse en effet d’enclaves créées par des mouvements extrémistes contrôlant des régions entières à la faveur d’une déliquescence des États (Mali) et au sein desquelles elles « ciblent » des personnels humanitaires, de législations internes hostiles aux ONG (Russie) ou de refus d’interventions d’ONG internationales opposés par certains pays (Inde, Chine), les ONG doivent donc composer avec un contexte changeant. L’immunité dont elles ont longtemps bénéficié au nom de leur seule action humanitaire ne les protège plus. Parfois insidieuses, de nouvelles barrières se dressent.

7Autrefois décliné sur le mode libérateur, le thème de la frontière se fait aujourd’hui mortifère. C’est que celle-ci n’évoque plus seulement les limites géographiques et politiques d’un État : elle renvoie à la place que nous sommes prêts à faire à l’Autre. Et il n’est pas besoin d’aller en Syrie pour s’en rendre compte. Que l’on songe à la levée de boucliers ayant accueilli l’initiative de Médecins du Monde d’ouvrir dans Paris des salles de consommation à moindre risque pour les toxicomanes. Que l’on songe au réseau « Médecins avec des frontières » lancé par le parti d’extrême-droite Aube dorée en Grèce et se proposant de ne délivrer des soins qu’aux « Grecs de naissance ». Cette pirouette rhétorique que des néo-nazis ont faite sur le dos de l’association symbole des French doctors en dit long, à la fois sur l’aura qu’ont acquise les ONG humanitaires et sur les dangers qui les menacent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Martin, « Borderline », Humanitaire [En ligne], 34 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1799

Haut de page

Auteur

Boris Martin

Boris Martin est rédacteur en chef de la revue Humanitaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org