Navigation – Plan du site
Dossier

« Le régime syrien a criminalisé toute action humanitaire »

Entretien avec un représentant de Life4Syria

Résumé

Propos recueillis par Boris Martin,

rédacteur en chef de la revue Humanitaire

Pour toute information :

http://life4syria.wordpress.com

www.facebook.com/Life4Syria/133772043449038

En Syrie, la communauté internationale et, disons-le, la communauté humanitaire, ont toutes les difficultés pour agir. Insécurité, complexité de la situation ou abandon cynique d’une population en souffrance entre les mains d’un dictateur jouant habilement de la realpolitik, les raisons objectives comme celles qui se disent à mi-mot ne manquent pas. Pour autant la solidarité parvient à s’exprimer, à l’image de l’association Life4Syria qui joue un rôle d’intermédiaire entre les soutiens étrangers – dont certaines ONG – et les victimes de l’intérieur. Nous avons rencontré l’un de ses représentants qui, par souci de sécurité pour les membres de ce réseau clandestin, a souhaité conserver l’anonymat.

Haut de page

Texte intégral

1En Syrie, la communauté internationale et, disons-le, la communauté humanitaire, ont toutes les difficultés pour agir. Insécurité, complexité de la situation ou abandon cynique d’une population en souffrance entre les mains d’un dictateur jouant habilement de la realpolitik, les raisons objectives comme celles qui se disent à mi-mot ne manquent pas. Pour autant la solidarité parvient à s’exprimer, à l’image de l’association Life4Syria qui joue un rôle d’intermédiaire entre les soutiens étrangers – dont certaines ONG – et les victimes de l’intérieur. Nous avons rencontré l’un de ses représentants qui, par souci de sécurité pour les membres de ce réseau clandestin, a souhaité conserver l’anonymat.

2Revue Humanitaire : Pouvez-vous nous présenter l’objet et l’action de votre association, Life4Syria ?

3Life4Syria : L’association Life4Syria joue un rôle d’intermédiaire entre l’intérieur et l’extérieur de la Syrie en transformant, en quelque sorte, les besoins syriens en ligne budgétaire. En effet, si l’on s’adresse aux acteurs internationaux en parlant, par exemple, de « six cent quarante-cinq familles de martyrs », cela ne fait pas sens pour eux. Par contre, si l’on dit que l’une des aides possibles pour ces six cent quarante-cinq familles, ce serait environ trois mille cinq cents paniers repas, dont chacun vaut 8 000 livres syriennes, alors là ça devient un peu plus clair pour quelqu'un de l’extérieur. Très concrètement, nous collectons de l’argent à l’étranger pour approvisionner en Syrie des réseaux d’aide clandestins qui se chargent de transformer ces dons en produits – médicaments, couvertures, nourriture, vêtements, etc. – qu’ils font ensuite parvenir à l’ensemble des populations en grande détresse. Celles-ci sont enregistrées auprès des têtes de réseau par des mécanismes assez informels, mais bien réels et répartis sur l’ensemble du pays, ce qui permet de toucher à peu près toutes les catégories de la population sur tout le territoire. La plupart des Syriens en demande d’aide ne souhaitent pas, en effet, s’enregistrer auprès des autorités syriennes ou même auprès d’acteurs humanitaires qui ne pourraient pas garantir la confidentialité et le devenir des listes ainsi dressées.

4R. H. : De quels acteurs humanitaires parlez-vous ? Et sous-entendez-vous qu’ils puissent « donner » des listes aux autorités syriennes ?

5L4S : Je parle des acteurs nationaux et des acteurs humanitaires internationaux, qu’il s’agisse des agences de l’ONU ou des onze ONG étrangères officiellement présentes sur place. Je ne dis pasque ces acteurs sont suspects de remettre les listes au pouvoir syrien, mais le contexte exige que l’on prenne des précautions. Les informations peuvent se perdre, être récupérées ou saisies par les services de renseignements syriens. Ils sont capables de tout savoir, très rapidement. Pour vous donner un exemple, j’avais envoyé un jour un email à une personne. Le lendemain, dans la rue, à Damas, quelqu'un est venu me signifier qu’il faudrait que j’arrête d’envoyer ce genre de message…

6R. H. : Comment a été créée cette association et par qui ?

7L4S : Elle a été créée de façon complètement informelle par des gens qui ont longtemps été présents en Syrie et qui ont tissé des liens familiaux ou amicaux avec les Syriens. Ce sont des initiatives personnelles qui ont convergé quand, en mars 2011, le soulèvement que l’on pressentait depuis quelque temps est advenu. On a très vite compris que l’humanitaire serait une dimension essentielle du conflit dans la mesure où le régime, dès le départ, a criminalisé toute action humanitaire, même la plus modeste, comme le fait de délivrer quelques subsides à une famille ayant perdu un proche ou d’aider à soigner des personnes blessées lors de manifestations. Les premières rumeurs d’un réel processus de ciblage et de répression intensive envers quiconque participait de près ou de loin au mouvement se sont vite confirmées. À partir de la fin du premier ramadan, on a vu que le mouvement s’inscrivait dans la durée, que les besoins augmentaient de façon drastique. L’évolution de Life4Syria s’est alors faite en trois temps. D’octobre 2011 à février 2012, nous nous sommes concentrés principalement sur l’aide médicale sous forme de fourniture de médicaments, d’aide aux soins d’urgence essentiellement. Il s’agissait donc d’aider des personnes qui avaient reçu une balle ou avaient survécu aux séances de torture. Nous avons également tenté de compenser, quand c’était possible, la perte de revenus pour les familles dont un des membres avait été arrêté : très souvent, en effet, une telle arrestation était suivie de la mise au chômage de l’ensemble des autres membres de la famille, selon une logique de répression collective du pouvoir syrien. À partir de février 2012, le bombardement systématique des villes et des villages a conduit à une augmentation des flux de déplacés et de réfugiés alors que l’aide intérieure devenait de plus en plus compliquée, reposant essentiellement sur les comités de coordination qui ont permis de suppléer jusqu’à l’été 2012 aux principales demandes. À partir de l’été 2012, les deux villes qui accueillaient un grand nombre de réfugiés – Alep et Damas – entrent en rébellion. Dès lors on observe à la fois une augmentation du nombre de déplacés et un débordement complet des structures informelles d’aide.

8R. H. : Pourriez-vous nous en dire plus sur cette « criminalisation de l’aide humanitaire » que vous évoquez ?

9L4S : Il faut bien comprendre d’abord que le régime syrien ne se fonde pas sur un état de droit dans la mesure où la loi est un instrument entre les mains du régime et dont l’application est totalement arbitraire. Ainsi Bachar el-Assad peut déclarer un jour qu’il n’y a plus l’état d’urgence et ordonner le lendemain mille arrestations. Le seul référent qu’on ait en histoire, c’est peut-être le régime stalinien. Dans le cadre de la lutte orchestrée dès le début par le régime, celui-ci a déstructuré systématiquement la société civile. D’abord il a mis en place une répression de masse contre tous ceux qui étaient mobilisés, visant en particulier les blessés. Cela s’est traduit par des arrestations de personnes blessées qui, au lieu d’être transportées à l’hôpital, étaient conduites en prison pour y être torturées – quand elles n’étaient pas torturées directement sur leur lit d’hôpital. Ainsi, en juillet 2011, on comptait environ quatre cent mille personnes internées. On a des témoignages de services hospitaliers où certains médecins, minoritaires semble-t-il, ont participé délibérément à la répression et où d’autres, plus nombreux, ont été contraints de pratiquer des tortures ou de livrer aux agents des services de renseignements toute personne présentant des blessures laissant supposer qu’elle avait manifesté. Ce sont là des formes de criminalisation non officielle de pratiques d’entraide entre citoyens, même si l’action humanitaire n’était pas visée en tant que telle. Il faudra attendre juillet 2012 pour que la dernière loi régissant l’ensemble de la répression incrimine très clairement comme acte de terrorisme toute forme d’aide matérielle destinée aux populations sortant du cadre des services d’État. Et cela va très loin puisque, désormais, il suffit qu’une personne soit prise à acheter trois couvertures pour être considérée comme suspecte…

10R. H. : Précisément, comment s’exprime cette aide humanitaire au quotidien ?

11L4S : Localement d’abord, les associations humanitaires confessionnelles qui se sont mobilisées existaient avant le soulèvement. Encore ne faut-il pas imaginer ces associations à l’aune des catégories occidentales. Il faut bien comprendre que la réalité syrienne fonctionne davantage sur des individualités et des réseaux. Toute la difficulté d’ailleurs aujourd'hui, dans le conflit syrien, c’est d’expliquer à des organisations étrangères, notamment occidentales, qu’il n’existe pas de structures à proprement parler, mais des réseaux, un peu à l’image de ceux en action pendant la Résistance française : des gens prennent des initiatives, certains sur le volet humanitaire, d’autres sur la propagande, d’autres encore dans la lutte armée, et cela peut aboutir à une extrême confusion dans laquelle il est parfois difficile de se retrouver. Tout de même, certaines structures assez efficaces ont pu être mises sur pied. Les premières, ce sont les comités de coordination locale organisés soit par quartier, soit par village, avec des « cellules » allant de cinq à vingt membres, eux-mêmes développant des « bureaux », dont un était destiné au secours au sens large du terme, c’est-à-dire que ça allait de l’aide à la mère de famille isolée jusqu’aux soins aux blessés lourds. Ces petites structures ont couvert tout le territoire syrien dès mai-juin 2011 jusqu’à l’été dernier. Mais avec les bombardements massifs sur Damas et l’afflux permanent de réfugiés sur Homs, Deir ez-Zor ou d’autres villes, ces acteurs locaux ont eu de plus en plus de difficultés à répondre aux besoins. Les comités de coordination ne disposaient ni des fonds ni du personnel nécessaires pour faire face à la situation. C’est ainsi que toute une série de micro-initiatives locales s’est mise en place pour suppléer à cette incapacité technique et financière des structures existantes. Aujourd'hui, deux dynamiques se mettent en œuvre. D’une part, dans les zones libérées, une tentative d’unification de l’ensemble des structures pour parvenir à gérer les fonds de secours, recenser les besoins locaux et identifier des interlocuteurs à même de discuter avec les acteurs étrangers. D’autre part, dans les zones « intermédiaires » qui ne sont pas encore contrôlées totalement par l’armée libre et où le pouvoir syrien fait des incursions régulières – à vrai dire la grande majorité des territoires –, plusieurs niveaux se superposent, entre les conseils révolutionnaires, les comités de coordination et les réseaux créées par des individus. C’est avec ces réseaux que Life4Syria travaille principalement aujourd’hui, ce sont eux qui enregistrent les personnes en demande d’aide et sélectionnent les acteurs pertinents avec lesquels travailler. Mais d’autres initiatives sont également nées dans des villages ou des petites villes où des citoyens ont investi des lieux pour en faire des espaces de solidarité. Certains se sont retrouvés à la tête de vingt mille ou trente-mille personnes en quelques jours !

12R. H. : Et Life4Syria apporte une aide indistincte à toutes ces structures ?

13L4S : On répond aux demandes urgentes de nos partenaires syriens sous forme d’aide médicale, alimentaire ou autre. Nous avons une flexibilité qui nous permet de convertir les fonds que nous récoltons en aide la plus appropriée en fonction des circonstances et de l’évolution de la situation. Par exemple, nous sommes très préoccupés par des phénomènes possiblement épidémiques – de la gale à la typhoïde en passant par la leishmaniose – qui se développent à une rapidité inquiétante à l’heure actuelle.

14R. H. : Vous avez développé une activité « humanitaire », mais vous êtes, de fait, du côté de la rébellion. Vous êtes dans une logique de soutien politique à cette dernière ?

15L4S : Nous ne sommes pas dans un combat politique. Nous sommes même apolitiques. Mais à partir du moment où le régime a criminalisé l’aide, nous nous sommes de fait retrouvés du côté de la révolution. Mais si demain un soldat de l’armée régulière arrive dans un hôpital clandestin que nous approvisionnons, il sera soigné. C’est toute la différence entre le régime et nous. Nous soignons, donnons de la nourriture, des couvertures à tout le monde, sans distinction de positionnement politique ou confessionnel. Nous aidons les Syriens, c’est tout. Ensuite, quand la guerre sera terminée, ils dialogueront entre eux pour trouver une solution politique sur laquelle nous n’avons strictement aucune prise. Je dirais que nous sommes un invité qui essaie de donner un coup de main pour mettre la table, mais qui ne va pas juger ceux qui sont autour.

16R. H. : Je voudrais entrer un peu plus dans le détail de votre fonctionnement : vous récupérez de l’argent et vous achetez le matériel que vous convoyez en Syrie ?

17L4S : Nous faisons appel à des dons, notamment par le biais de notre site http://life4syria.com, auprès de toute personne sensibilisée aux événements tragiques qui secouent la Syrie. Beaucoup de personnes sont simplement touchées par ce qui se passe dans ce pays et décident de donner, parfois en s’excusant que ce soit seulement 10 €. Mais pour nous, c’est beaucoup, on a déjà trois couvertures avec cette somme ! L’association a été officiellement créée en novembre dernier mais elle fonctionnait dans les faits depuis plus d’un an. Depuis le début de nos activités, on a pu distribuer pour 60 000 US$ de matériel environ, 60 000 US$ de médicaments et produits chirurgicaux et plus de 300 000 US$ de secours aux populations civiles déplacées ou sinistrées. Aujourd’hui, on collecte de l’ordre de 800 à 900 € par semaine. Ensuite, nous transmettons directement cet argent à nos partenaires syriens. L’idée est de le conserver sous forme monétaire le plus longtemps possible dans la chaîne puisque le transport de matériel expose à des risques très importants. Quelqu'un qui est arrêté avec un sac de médicaments a aujourd'hui 90 % de chances de mourir sous la torture. C’est déjà arrivé à certains de nos partenaires, raison pour laquelle nous sommes précautionneux quant aux détails que nous pouvons donner sur nos activités. Cet argent prend donc, une fois arrivé au plus près des besoins, la forme d’une aide médicale, d’urgence ou pour des maladies chroniques comme le diabète ou l’hypertension qui ne sont plus prises en charge par les hôpitaux publics ou les circuits normaux de distribution de médicaments. Cet argent sert surtout, comme je l’ai déjà dit, à acheter des paniers repas, des couches et du lait pour enfants, mais aussi à fournir une aide au logement, à l’achat de biens de première nécessité, comme des couvertures, du gaz ou du mazout, essentiels, en particulier en cette saison hivernale.

18R. H. : Est-ce que vous recevez une aide de la part d’ONG étrangères ou d’organisations internationales ?

19L4S : Médecins du Monde nous apporte une aide financière. Nous avons également développé un partenariat avec l’ONG Initiative for a New Syria qui nous apporte une contribution financière importante. Mais nous aimerions bien sûr développer des partenariats avec d’autres ONG, parce que nous avons aujourd’hui l’architecture institutionnelle qui nous permet de répondre à leurs attentes, notamment en termes de reporting budgétaire. Après une grande indifférence du monde des ONG à l’égard de la Syrie, on sent aujourd’hui une sensibilisation croissante.

20R. H. : Vous parlez du désintérêt relatif des ONG vis-à-vis de la Syrie. Comment l’analysez-vous ?

21L4S : En mars 2012, l’ONU, par l’intermédiaire du représentant d’OCHA, affirmait que la solution était soit humanitaire, soit politique, autrement dit l’intervention militaire. L’ONU a alors demandé l’accès aux populations, ce que n’a pas autorisé le régime, arguant qu’il y avait des ONG syriennes à l’intérieur qui étaient libres d’agir. Les ONG étrangères ne souhaitaient pas intervenir, faute de pouvoir le faire de manière affichée et visible. De notre côté, nous avons proposé à certaines d’entre elles de nous aider financièrement pour que nous fassions parvenir du matériel en Syrie en leur précisant que, si nous nous engagions à leur fournir des rapports expliquant comment leur argent était utilisé, nous ne pourrions produire des factures, pour des raisons assez évidentes. La plupart se sont méfiées. D’un autre côté, les organisations internationales, comme l’ONU, étaient prêtes à financer des programmes, mais le gouvernement de Damas a posé comme condition que tout passerait par le Croissant-Rouge. Cela signifiait que les ONG qui n’étaient pas en Syrie ne pouvaient pas s’implanter. Elles ont alors choisi de s’implanter aux frontières, en Turquie, en Jordanie, au Liban, en Irak pour aider les réfugiés, mais cela s’avère compliqué. Les conditions d’accueil proposées par certains de ces pays ne sont pas idéales. La Jordanie, par exemple, a mis en place un contrôle systématique de ses frontières, dès avril 2011, fouillant les gens pour vérifier qu’ils ne sortaient pas de photos ou d’informations compromettantes de Syrie, tout cela pour les « accueillir » dans le désert, après avoir négocié cent millions de dollars pour les aider. Au final, on n’a pas vu le déploiement massif d’aide internationale que l’on espérait.

22R. H. : Désormais, vous sentez une mobilisation un peu plus forte des ONG internationales ?

23L4S : Il est certain que plusieurs choses se sont débloquées. D’abord, la Coalition syrienne [la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution, créée en novembre 2012, basée au Caire, N.D.L.R.] est devenue un acteur à part entière qui peut entrer en dialogue avec les acteurs internationaux, au besoin en leur demandant des comptes. C’est ce qui s’est passé quand, fin janvier 2013 au Koweït, lors de la conférence des donateurs pour la Syrie, la Coalition a demandé où étaient passés quatre cent cinquante des cinq cents millions promis puisque seuls cinquante millions étaient arrivés en Syrie. Ensuite, les actions clandestines de Médecins Sans Frontières, suivies d’un appel au soutien de la Syrie, ont incontestablement fait bouger les choses. Depuis, le débat sur ce que l’on pourrait appeler « l’ingérence humanitaire » en Syrie – suspendu à l’hiver 2012 – a repris : de plus en plus, à l’étranger, on se demande comment et qui aider. À ces questions, Life4Syria répond que, si nécessaire, il faut passer par l’action clandestine, car en se tenant aux seules barrières légales dressées par le régime syrien, l’aide humanitaire ne touchera qu’une partie du peuple syrien. En tout cas, nous pensons que les lignes sont en train de bouger.

24R. H. : Pour vous, l’action des ONG internationales passe forcément par la clandestinité ?

25L4S : Je ne les appelle pas à intervenir uniquement dans la clandestinité. Si elles veulent s’afficher, libre à elles, mais c’est évident qu’elles prendront plus de risques. Le tout c’est qu’elles ne mettent pas en danger la vie des Syriens. Dans les zones libérées où des bombardements sont certes toujours possibles, elles pourraient très bien intervenir, avec toutes les précautions d’usage bien entendu. D’une certaine manière, le régime de Damas n’est pas aussi hostile envers les humanitaires qu’envers les journalistes. Pour ces derniers, cela fait un an qu’il a menacé de mort ceux qui rentraient clandestinement et, de fait, c’est arrivé. Pour les humanitaires, il ne l’a pas formulé tel quel. Il détruit les installations, mais n’a pas encore visé des humanitaires étrangers.

26R. H. : À voir comment la Syrie parvient à contrôler ses frontières, à opprimer son peuple et à voir le dispositif que vous avez mis en place, est-ce que cela n’interroge pas sur les limites de l’humanitaire international traditionnel ?

27L4S : Tout à fait et c’est bien le problème. Beaucoup d’humanitaires sont arrivés en Syrie en pensant que c’était une crise de plus, comme au Darfour, comme en Bosnie ou ailleurs. C’était une erreur et ils ont répondu en termes techniques là où il y avait une dimension essentiellement politique. La non-prise en considération de la nature du régime les a empêchés de voir qu’il leur proposait une sorte de fausse neutralité, qu’il les embrigadait dans un système aussi pervers qu’extrêmement sophistiqué. Car il ne faut pas s’y tromper : en dépit de sa barbarie, le régime syrien maîtrise parfaitement les rouages des mécanismes internationaux, les discours, si bien que, si l’on n’y prend garde, on contribue à son emprise sur la société. Il contrôle ainsi très bien le Croissant-Rouge syrien, parce que ses volontaires savent qu’ils peuvent être arrêtés par la police politique. Les puissances occidentales ont pris des sanctions économiques graduées, mais les acteurs étatiques syriens, locaux notamment, n’en ont pas souffert : ils se sont même enrichis alors que la population était de plus en plus en difficulté. Celle-ci a alors dû se tourner vers des acteurs locaux de type humanitaire, qui eux-mêmes devaient être dans une forme de dialogue très perverse avec le régime, sans compter qu’ils étaient soumis à une potentielle menace contre leurs vies. Sans connaître parfaitement les autres contextes que je citais, comme le Darfour, il me semble que dans ces régions, les humanitaires parviennent à sécuriser les zones de rassemblement des populations civiles si bien que les belligérants ne peuvent pas envoyer un missile sur un camp de réfugiés : en Syrie, au contraire, c’est possible. L’humanitaire, me semble-t-il, s’est surtout construit jusqu’ici dans le contexte de guerres intérieures pour suppléer en quelque sorte à des États qui, tout d’un coup, disparaissaient parce que le conflit s’installait à leur place. Il y avait finalement rétraction de la zone d’État et les humanitaires étaient là pour naviguer entre les combattants au secours des populations civiles. Mais que faire quand l’État demeure, puissant de surcroît ? C’est tout le problème de la Syrie.

28R. H. : Comment voyez-vous la suite du conflit et le rôle que vous pourriez y jouer ?

29L4S : Notre espoir, c’est d’être condamnés à l’inactivité le plus rapidement possible ! Nous ne sommes pas une ONG à vocation éternelle, nous ne souhaitons pas l’être et nous n’avons pas la formation pour le devenir. Nous sommes là parce que les acteurs de l’humanitaire classique ne peuvent intervenir comme ils en ont l’habitude et nous leur servons de relais sur place. Même nos partenaires syriens nous disent qu’ils ont hâte de recevoir l’appui de structures professionnelles comme les grandes ONG traditionnelles. D’un point de vue plus global, je pense qu’il va y avoir une emprise sur le territoire de plus en plus forte de la part des forces de la révolution et un amenuisement progressif du côté du régime, avec des zones libérées bénéficiant d’une certaine protection au sein desquelles les humanitaires pourront plus facilement intervenir. La question qui se pose ensuite est la suivante : quand ce régime va-t-il tomber ? Car il va finir par tomber, c’est inéluctable. Mais pour laisser place à quel modèle ? Je crains malheureusement qu’on se retrouve dans la situation de l’Irak après la guerre, non pas au sens d’une lutte confessionnelle ou terroriste, mais d’une période d’anarchie où les besoins humanitaires seront immenses, tout comme les risques à intervenir, par exemple en termes d’enlèvements. Mais je pense – pour le dire d’une manière assez cynique –que beaucoup d’acteurs humanitaires verront leur intérêt à intervenir. D’une certaine manière, la Syrie sera peut-être l’enjeu humanitaire de demain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« « Le régime syrien a criminalisé toute action humanitaire » », Humanitaire [En ligne], 34 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1809

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org