Navigation – Plan du site
Tribune

Mali : la France en guerre, l’humanitaire en galère

Pierre Salignon

Résumé

L’intervention armée française au Mali décidée en janvier dernier par le président de la République, François Hollande, marque un nouveau développement dans l’histoire déjà longue des guerres « justes »1. Du Kurdistan (1991) à l’Irak (2003), en passant par la Somalie (1992), le Rwanda (l’Opération Turquoise en 1994), la Bosnie (1995) ou encore l’Afghanistan (2001), on finira bientôt par ne plus compter ces conflits déclenchés au nom d’une hypothétique morale universelle et de la sécurité collective. Sans doute y avait-il d’autres moyens de saluer la fin de la Guerre froide que de voir les États les plus puissants de la scène internationale inaugurer une extension de ce fameux « droit d’ingérence » international au prétexte d’une « guerre globale contre la terreur ».

Haut de page

Texte intégral

  • 2  Lire Fabrice Weissman (dir.), à l’ombre des guerres justes, l’ordre international cannibale et l’a (...)

1L’intervention armée française au Mali décidée en janvier dernier par le président de la République, François Hollande, marque un nouveau développement dans l’histoire déjà longue des guerres « justes »2. Du Kurdistan (1991) à l’Irak (2003), en passant par la Somalie (1992), le Rwanda (l’Opération Turquoise en 1994), la Bosnie (1995) ou encore l’Afghanistan (2001), on finira bientôt par ne plus compter ces conflits déclenchés au nom d’une hypothétique morale universelle et de la sécurité collective. Sans doute y avait-il d’autres moyens de saluer la fin de la Guerre froide que de voir les États les plus puissants de la scène internationale inaugurer une extension de ce fameux « droit d’ingérence » international au prétexte d’une « guerre globale contre la terreur ».

L’intervention au Mali : un scénario bien huilé

2Dans l’ancien Soudan français, le but affiché est préventif : il s’agit, pour reprendre les propos de François Hollande en janvier 2013, de « rétablir la souveraineté du Mali sur l’ensemble de son territoire » et « de lutter contre les terroristes ». On croirait entendre comme en écho les déclarations de Georges W. Bush appelant, en septembre 2001 à « remettre le monde en ordre »… Le messianisme est de rigueur, la méthode connue, l’habillage de l’opération était attendu.

3Au Mali, l’intervention a été décidée en urgence – puisque, selon les analystes, les « islamistes risquaient de prendre Bamako » –, bien sûr « à la demande » du chef de l’État malien et « avec l’aval » de l’Union africaine, puis des Nations unies, l’objectif étant de restaurer l’autorité de l’État sur les principales villes du Nord du pays « contrôlées par les islamistes », puis sur l’ensemble du territoire malien. Très vite, les articles ont été nombreux dans la presse internationale nous alertant sur le fait qu’il n’y aurait pas de relèvement du Mali « sans sécurité et gouvernance rétablies » et « sans une politique de développement réformée », soutenant bien naturellement les objectifs de défense et de lutte contre le terrorisme. Bref, « il fallait agir vite », « la France n’avait pas le choix », cette mise sous tutelle de fait, mais temporaire, d’une région du Mali étant imposée, nous dit-on, par les circonstances et « par les violations des droits humains dont étaient victimes les populations du Nord du Mali » de la part des « terroristes ». La sécurité internationale était donc « en jeu » face au risque terroriste dans la région « mais aussi en Europe même ».De toute façon, « demain, ce sont des soldats africains qui seront en première ligne ». Et, comme de bien entendu, on a assisté très vite, par médias interposés, à des « manifestations de liesse » dans les villes « libérées » et au « ralliement de la population » dénonçant les exactions des islamistes et de ceux qui les ont soutenus, tandis que les premières représailles d’une population en colère contre les « ennemis de l’intérieur » étaient rapportées.

4En présentant « les groupes terroristes » (peu importe leur extrême diversité) comme « le mal absolu », la propagande a réussi le tour de force de minimiser les dommages humains causés par l’intervention armée (dommages collatéraux sur les civils, exécutions sommaires, représailles contre les opposants, images peu diffusées de destructions dans la ville de Gao) tout en mettant de côté à ce stade les problèmes politiques posés par l’atteinte à la souveraineté de l’État malien, État que l’on sait à terre, donc « à reconstruire »… On a alors beau jeu d’évoquer le risque que les armées étrangères s’enlisent dans une forme de guérilla meurtrière et de déplorer qu’elles soient considérées à terme comme des forces d’occupation.

Les acteurs humanitaires : premier rôle ou figuration ?

5Alors que les images des combats ou de leurs conséquences se sont faites rares, malgré quelques journalistes embarqués avec les forces armées, la mise en scène médiatique de l’aide internationale s’est, elle, renforcée. L’augmentation de l’assistance en faveur des réfugiés dans les pays limitrophes, puis des déplacés, était ainsi évoquée à grand renfort de tambours.

6Les ONG, françaises en particulier, se retrouvent, malgré elles, enrôlées dans les objectifs politiques et de défense des forces armées coalisées luttant contre « les terroristes ». Ce n’est là que l’aboutissement de l’intégration de l’humanitaire dans le dispositif politique, militaire et diplomatique des États, déclinaison française d’un processus élaboré aux États-Unis et qui a joué à plein lors de l’intervention américaine en Irak en 2003. Déjà, à l’époque, les organisations de secours américaines – pas toutes, néanmoins – avaient dû faire allégeance à la stratégie de leur gouvernement pour avoir accès aux financements publics leur permettant de répondre aux besoins des populations en urgence et participer à la « reconstruction » au travers d’actions de développement, une fois les combats terminés.

7Dans le cas du Mali, les protestations des ONG françaises – tout comme celles des Nations unies – sont restées timides. Certaines d’entre elles se sont bien adressées au président Hollande avant l’intervention armée, appelant au respect des principes humanitaires ou à la formation des militaires sur la conduite des hostilités vis-à-vis des civils. Mais seules des organisations des droits de l’homme (sections françaises de Human Rights Watch et d’Amnesty International) ont su attirer l’attention sur les violations des droits de l’homme dans un contexte de représailles au Nord contre les communautés locales – les Touaregs notamment – de longue date stigmatisées et accusées d’avoir collaboré avec les groupes les plus radicaux. Certaines ONG, ont, elles, hâtivement dénoncé « la crise humanitaire », sans que l’on ait pu en vérifier depuis la véracité de leurs déclarations… Même si on estime les déplacés internes au Mali à plus de 200 000 personnes et les réfugiés hors du pays à près de 150 000 – une tragédie humaine assurément –, cela n’en fait pas pour autant une « catastrophe humanitaire »…

8Autant dire que l’intervention armée étrangère (France et autres États africains) au Mali pose un certain nombre de questions fondamentales aux humanitaires internationaux. Comment préserver une certaine neutralité dans un tel contexte radicalisé ? Comment intervenir sans être perçu comme un « supplétif » des forces armées internationales ou du pouvoir malien ? Est-ce possible d’ailleurs ? Le rôle des humanitaires est-il de juger du bien-fondé d’une telle intervention ? Ou juste d’apprécier la manière dont la force est employée par les uns et les autres (armée française, troupes africaines de plusieurs nationalités demain, militaires maliens plus ou moins organisés, opposants armés aux multiples affiliations…) ? Même si cela peut être frustrant, s’abstenir de juger les motivations et les buts de tous les combattants n’est-il pas la seule façon pour les secouristes d’accéder aux populations sans discrimination et à seule fin de les aider ?

9Si l’humanitaire doit, autant que faire se peut, rester impartial sur les raisons qui poussent les protagonistes armés au combat, il ne peut rester sans réactions quand les civils, les blessés, les plus faibles, se retrouvent au cœur du conflit. Il lui incombe d’agir alors et de réduire les souffrances causées par les violences ; de dénoncer aussi les violations des droits humains et du droit humanitaire éventuellement observées au travers des opérations de secours. C’est bien sur ce point que les humanitaires sont attendus par l’opinion publique et les populations à qui ils portent ou porteront secours.

L’humanitaire en porte-à-faux

  • 3  Voir l’entretien accordé par Jean-Christophe Rufin à la revue Humanitaire, n° 28, « Sahel : danger (...)

10Il reste qu’au Mali, la situation est particulièrement compliquée pour les acteurs de secours. Comme le disait un observateur avisé des acteurs armés au Sahel, Jean-Christophe Rufin, l’indépendance des humanitaires est sans doute autant mise en cause par le gouvernement français que par AQMI et les extrémistes3. Formulée deux ans avant l’intervention armée de troupes françaises, cette assertion soulignait une réalité que l’on ne peut nier : les groupes armés se revendiquant des islamistes les plus radicaux font peser dans toute la région un risque particulier sur les ONG étrangères ou locales, considérées comme des « prestataires de service » de la communauté internationale. Ce n’est donc pas l’État français qui remet ainsi en cause directement l’indépendance des ONG. Pour autant, il y contribue, qu’il le veuille ou non.

11Si des personnels humanitaires (nationaux et internationaux) – mais aussi des citoyens français – ont été ciblés ces derniers mois, c’est en grande partie parce que le commerce des otages étrangers, européens et français, est aussi lucratif et/ou utilisé comme un levier de négociation dans un contexte de guerre. Or il n’existe que peu de place laissée à la négociation avec les groupes radicaux et mafieux pour accéder aux populations qui en auraient besoin, sans trop de risques. Ce dilemme est incontournable pour les humanitaires. Et encore plus quand ils sont originaires de France ou d’Europe, et s’appellent Médecins du Monde ou Action Contre la Faim ou Handicap International. Comment afficher une nécessaire distance avec le gouvernement français et ses intentions de politique étrangère et de défense ? Comment penser que les acteurs en conflit puissent localement dans une période troublée faire la part des choses cette fois-ci entre ONG perçues comme impartiales avec lesquelles ils accepteraient de négocier, et les autres ? L’humanitaire que nous représentons est pris au piège de ses propres contradictions et de ses propres confusions entretenues depuis tant d’années.

12Sans les minimiser, nous ne ferons qu'évoquer certains des déterminants historiques ou politiques de cette crise, de cette guerre, dans une zone d’influence de la France, où elle a un passé colonial et des intérêts stratégiques et miniers, où elle a (prétendument)tant investi en matière de développement ces dernières décennies. Avec quels succès ? On peut se poser la question, d’autant que nous avons été et sommes un opérateur de ce développement. Ceci rend d’autant plus difficile le positionnement opérationnel et public de l’ensemble des acteurs humanitaires et du développement. On ne peut non plus écarter de nos questionnements ce que fut la politique sahélienne de la France ces dix dernières années, c’est-à-dire orientée vers le contrôle des migrations et le blocage des migrants sud sahélien dans des zones sous contrôle de l’Algérie ou de la Lybie pour mieux fermer nos frontières. N’oublions pas ce que fut l'absence de traitement de la question touareg depuis l'Indépendance malgré la négociation d’accords politiques qui n’ont jamais été appliqués. Ajoutons les conséquences de la récente guerre en Libye sur laquelle pèsent aujourd'hui de sérieux soupçons quant à ses motivations, et le tableau sera complet.

13C’est pourquoi il convient aussi de plaider pour un contrôle parlementaire renforcé des motifs et des implications de la décision de faire la guerre au Mali, et donc de la politique étrangère de la France. Ce plaidoyer concerne également le parlement européen face au soutien de la commission européenne à cette guerre. En France, il n’existe pas de réel contrôle du parlement sur les sujets ayant trait aux engagements militaires pour faire la guerre hors de « nos » frontières. Si comme le titrent les journaux, « la France est en guerre », et malgré un consensus politique national à ce stade sur les buts d’une telle intervention, on ne peut se contenter de la situation actuelle où la décision d’entrer en guerre repose quasiment sur un seul homme, le président de la République, avec un contrôle parlementaire a posteriori.

14Les précédents du Rwanda et de la Bosnie ont conduit à la mise en place tardive de missions d’information parlementaires (à défaut de commissions d’enquêtes) qui, si elles ont été frustrantes, ont été néanmoins utiles pour renforcer une forme de transparence sur des décisions graves avec leurs implications sur les civils qui méritent toute l’attention de l’opinion publique. Car les intérêts militaires et de défense ne conduisent pas toujours à la protection des populations civiles même si c’est l’intention affichée… Ne l’oublions pas. Les exemples sont multiples de civils sacrifiés sur l’autel de la « realpolitik » à la suite d’opérations armées françaises pourtant décidées pour ramener la paix et « protéger les civils ».

Haut de page

Notes

1  Lire Fabrice Weissman (dir.), à l’ombre des guerres justes, l’ordre international cannibale et l’action humanitaire, Flammarion, 2003.

2  Lire Fabrice Weissman (dir.), à l’ombre des guerres justes, l’ordre international cannibale et l’action humanitaire, Flammarion, 2003.

3  Voir l’entretien accordé par Jean-Christophe Rufin à la revue Humanitaire, n° 28, « Sahel : danger de désert humanitaire ? », p. 64-71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Salignon, « Mali : la France en guerre, l’humanitaire en galère », Humanitaire [En ligne], 34 | 2013, mis en ligne le 22 avril 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/1815

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org