Navigation – Plan du site
Dossier

La traversée du fantasme

Catherine Rangaux

Résumé

L’affaire de l’Arche de Zoé a renvoyé Catherine Rangaux, en tant que psychanalyste, à l’histoire de cet homme ordinaire devenu un homme d’exception : Moïse. Cet adopté célèbre, dépourvu de la « fondation » que donne l’origine – la filiation –, connaît paradoxalement un destin de fondateur : par sa rencontre avec Pharaon, il sera le libérateur du peuple juif, son législateur et celui qui lui donnera sa religion monothéiste.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

Adoption, Arche de Zoé, Média, Religion, French Doctor

Mots-clés géographiques :

Darfour, Soudan
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Après s’être engagé en Indonésie lors du tsunami de Noël 2004, Breteau, de retour en France, fonde (...)

1Au-delà des faits et de leur description, de l’analyse politique et du contexte humanitaire, que révèle en profondeur l’aventure de l’Arche de Zoé ? Quelle lecture peut-on faire de cette odyssée humaine qui a monopolisé les médias et mobilisé de nombreux comités de soutien ? A l’évidence, le nom « Arche de Zoé » n’a pas été choisi par hasard par les membres de l’association. Comment ne pas faire un parallèle entre « Déluge » et « Tsunami » ? Entre « Noé », le héros du Déluge, sauveur de la Vie sur terre et « Zoé » petite fille morte lors du tsunami1 ? Entre le « Passage de la Mer Rouge » et les « Corridors humanitaires » ? Noé signe la première alliance de Dieu, le Père, avec les hommes. Le fondateur de l’Arche de Zoé, lui, s’identifie à un père symbolique qui brille par son absence ou sa nécessité. Ce père de l’identification qui fait trace dans la religion ou les organisations humanitaires, et si c’était Kouchner ? Dès lors, le lien devenait spontané entre Moïse, enfant d’abord abandonné, puis adopté, enfin libérateur de son peuple auquel il fait traverserla Mer Rouge, et le fondateur de l’Arche volant sur un vaisseau moderne pour libérer des intentions génocidaires ces orphelins du « Darfour ».

Adoption et rencontre, le mythe du héros

2L’affaire de l’Arche de Zoé m’a aussitôt renvoyée, en tant que psychanalyste, à l’histoire de cet homme ordinaire devenu un homme d’exception : Moïse. Cet adopté célèbre, dépourvu de la « fondation » que donne l’origine  – la filiation –, connaît paradoxalement un destin de fondateur : par sa rencontre avec Pharaon, il sera le libérateur du peuple juif, son législateur et celui qui lui donnera sa religion monothéiste.

3Son histoire, telle que la Bible la raconte, est connue de tous. Moïse naquit dans des circonstances dramatiques dans le delta du Nil, au sein de colonies d’immigrés prisonniers de guerre qui fournissaient aux entreprises géantes des rois d’Égypte une main-d’œuvre bon marché. Mais ces travailleurs finirent par devenir trop nombreux et former des communautés jugées « menaçantes » pour la population autochtone. L’administration pharaonique décréta alors une sauvage limitation des naissances par l’assassinat de tous les garçons nouveau-nés des Hébreux : on décréta de les jeter dans le Nil. La mère de Moïse, espérant sauver son enfant, le confia au fleuve, bien protégé par une nacelle, à l’heure du bain de la fille de Pharaon. Celle-ci le trouva et, prise de compassion pour ce beau bébé en pleurs, décida de le garder auprès d’elle, à la cour de Pharaon. Ainsi, Moïse, fils d’immigré, fut-il élevé à la Cour et instruit dans la sagesse des nouveaux maîtres, les Égyptiens.

  • 2  « Plaie » : terme, traduit aussi parfois par « fléau » et désignant un phénomène surnaturel et de (...)

4Et c’est lui, pourtant, qui va finalement accomplir la promesse de la terre pour les Hébreux : la sortie d’Égypte. Lui, l’enfant coupé de ses origines mais devenu puissant, est porteur de l’inspiration divine d’un Dieu unique. Inébranlable dans sa mission de libérer ses frères hébreux, Moïse entame un bras de fer avec Pharaon. Par dix fois, Moïse essaie de le faire fléchir en annonçant une catastrophe. C’est ici que prennent place les « dix plaies d’Egypte »2. La dixième plaie est la plus terrible : la mort frappe tous les premiers-nés de chaque maison. Lorsque Pharaon prend dans ses bras le corps mort de son fils aîné, il se décide enfin à laisser partir les Hébreux.

  • 3  La Bible, Exode 14-29.

5Le passage de la mer Rouge est l’événement primordial de la sortie d’Égypte. Les Hébreux sont poursuivis par l’armée de Pharaon qui s’est finalement ravisé. C’est alors qu’ « un fort vent d’est se leva, les eaux se fendirent et les enfants d’Israël marchèrent au milieu de la mer à sec ; et les eaux leur servaient de mur à droite et à gauche »3.Un couloir en somme, autant dire un corridor humanitaire... Combien étaient-ils les enfants d’Israël ? 600 000 dit la Bible. Chiffre exagéré, certainement. Mais on peut postuler qu’un nombre appréciable d’individus quittèrent le pays avec Moïse : un petit groupe n’aurait pas suffi à cet homme ambitieux, visant de grands objectifs.

Le « grand homme »

  • 4  S. Freud, L’Homme Moïse et la religion monothéiste, Folio essais, 2005, p.203 et suiv.

6Comment se peut-il qu’un homme isolé exerce une action aussi extraordinaire, qu’il détermine pour un peuple un destin pour des millénaires ?, s’interroge Freud4qui tient à montrer l’humanité de Moïse. Qu’est-ce qu’un « grand homme » ?

7Ce n’est pas tant l’essence du grand homme qui est en cause, dit-il, mais la question de la manière dont il agit sur les hommes qui l’entourent. L’influence qu’il a sur ses contemporains s’exprime de deux manières : par sa personnalité et selon l’idée pour laquelle il s’engage. Cette idée peut par exemple porter sur une ancienne image du désir du groupe, ou bien désigner un nouveau but à ce désir. Chez tous, il existe un très fort besoin d’une autorité que l’on puisse admirer, devant laquelle on s’incline, par laquelle on est dominé, et même éventuellement maltraité. D’où vient ce besoin ? C’est la nostalgie du père qui habite en chacun depuis son enfance, nous dit Freud. Appartiennent à l’image paternelle : «… la force de la volonté, l’autonomie et l’indépendance du grand homme, sa divine insouciance qui peut se hausser jusqu’à l’absence de scrupule. » Ce fut certainement un imposant modèle paternel que Moïse proposa aux esclaves juifs pour les assurer qu’ils étaient ses enfants aimés.

L’ingérence humanitaire, le héros moderne

  • 5  Terme employé pour le Darfour, repris par la presse : Libération 2/06/07, Rue89 25/06/07, Le petit (...)

8Soigner les victimes où qu’elles se trouvent. Franchir illégalement les frontières et violer les lois des pays. Faire fi de la souveraineté des États lorsque les peuples sont en danger, voilà son credo. Homme au grand cœur et aux grandes causes, inventif, baroudeur, « grande gueule », bref marginal, Bernard Kouchner se fait l’apôtre de la création des corridors humanitaires5.

  • 6  Luc Ferry in Le Figaro Magazine 14/10/07

9Les caractéristiques de sa personnalité : générosité, courage. Il est chaleureux, sympathique. Il parle volontiers avec des accents bellicistes. La passion médiatique l’anime. Au sommet des cotes de popularité depuis 20 ans, il adore les honneurs et les écrans. Ce héros cultive avec ardeur ce qu’on lui reproche. Son sourire est partout, dans les magazines et sur les écrans, et s’il ne sourit pas, « il soupire avec force comme quelqu’un qui paraît soulagé d’un poids écrasant. Ouf, en effet : il s’en fallait d’un cheveu qu’il ne passe à côté de son destin. »6

10Homme d’action, son engagement s’enracine dans la sphère de la vie privée. C’est en 1908 que Samuel, son grand père paternel, arrive de Lettonie pour s’installer en France. Dans cette famille de gauche et laïque, le terme de juif ne signifie pas grand-chose jusqu’à ce que le père de Bernard Kouchner, médecin, se voit interdit d’exercer. Il refusera cependant de porter l’étoile jaune.

  • 7  Id.

11Dans le livre qu’il consacre à la naissance du droit d’ingérence  – qu’il a théorisé avec Bernard Kouchner  – Mario Bettati rappelle un épisode qui, rapporté à l’histoire familiale du French Doctor, permet de comprendre comment s’est posé pour celui-ci le droit d’intervention humanitaire. Au palais des Nations à Genève, en septembre 1933, un juif de Haute Silésie, Bernheim, vient avec courage porter plainte contre « les pratiques odieuses et barbares des hitlériens » envers « leurs propres compatriotes réfractaires au régime. » Réponse de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande et de l’Information du Reich : « Messieurs, charbonnier est maître chez soi. Nous sommes un État souverain. Tout ce qu’a dit cet individu ne vous regarde pas. Nous faisons ce que nous voulons de nos socialistes, de nos pacifistes et de nos Juifs, et nous n’avons à subir de contrôle ni de l’humanité, ni de la SDN ! »7 A cette réponse construite sur le sacro-saint principe de non-ingérence, que le droit international associe à la notion de souveraineté, Kouchner, avec d’autres, proposera des années plus tard une contre réponse par la création de l’ingérence humanitaire.

12Pendant 30 ans, du Biafra au Rwanda en passant par la Somalie, Bernard Kouchner n’a cessé de faire de l’ingérence humanitaire en se moquant pas mal de cette souveraineté des États, qu’il est contraint de respecter maintenant qu’il est ministre des Affaires étrangères.

  • 8  « Face à la mort », titre Le Pèlerin dans son édition du 1/02/07.

13Quelques semaines avant sa nomination, le héraut du sansfrontiérisme fulminait : « Nous sommes attendus au Darfour. On y meurt. 300 000 morts, plus de deux millions de réfugiés. […] Personnellement, je pense que la première urgence est d’ouvrir des corridors humanitaires en direction des victimes. Il y a des hommes, des femmes, des enfants en danger de mort. »8 Place à l’action, il a horreur de la passivité. Il utilise le tapage médiatique pour alerter une opinion publique seule capable de secouer l’inertie des gouvernants.

  • 9  Libération 1/11/07.

14Cet appel à mobilisation vers les citoyens est entendu par Eric Breteau, président de l’Arche de Zoé, qui ne veut pas rester les bras croisés et prend à son compte ces incantations à l’action et à l’ingérence pour mettre fin au génocide et à l’horreur au nom d’une morale universelle9.

Passion, exaltation, la logique du délire

  • 10  Communiqué de presse du 28/04/07, archedezoe.fr

15Passionné, exalté, Eric Breteau se sent investi d’une mission impérative qui lui commande d’agir et d’intervenir pour arracher de l’enfer 10 000 enfants orphelins du Darfour et les évacuer vers l’Europe et les USA. Pour ce héros moderne, quoi de plus Beau, de plus Grand, de plus Noble que cette cause arrimée à un enfer génocidaire : « un enfant meurt toutes les cinq minutes » ? D’ailleurs, des aînés prestigieux y ont marqué leur empreinte… Surtout si l’ONU et la communauté internationale démontrent leur incapacité à épargner des millions d’innocents d’un sort tragique10

16Tel un prédicateur, ses paroles sont enflammées : les discours politiques ? Stériles. L’humanitaire ? Un alibi. Les négociations diplomatiques ? Interminables. Son constat ? Impuissance généralisée. C’est maintenant qu’il faut agir ! Dans quelques mois, ces enfants seront morts. Osmose idéologique parfaitement résumée par Me Gilbert Collard, avocat des inculpés : « Leur opération était un coup d’Etat humanitaire dans la droite ligne de ce qu’a fait M. Kouchner au Biafra ».

  • 11  Edition du 12/07/07.
  • 12  www.wat.tv/ playlist/arche-zoereportage- 66- minutes.html

17Breteau est guidé par un impératif moral qui le dispense de se préoccuper des lois. Au journaliste de La Voix du Nord11qui l’interroge sur la légalité de l’opération, il répond : « Les questions administratives ne sont pas prioritaires, (…) L’essentiel pour le moment c’est d’agir ». Des orphelins sont en danger de mort et il faudrait s’occuper de papiers administratifs ! La ligne du combat qu’il entend mener est droite et pure. Il se sent investi d’une mission et se dit prêt à se sacrifier à cette cause : « Si on me met en prison pour avoir sauvé des enfants du Darfour, (…) finalement je serai fier »12.Quête démesurée d’héroïsme. Après le fiasco, se considérant seul responsable, lui, le chef de l’épopée, observera une grève de la faim pour innocenter ses compagnons.

  • 13  Lettre d’Eric Breteau à Rachida Dati. 8.08.07.
  • 14  Manuel de psychiatrie, Henri Ey, P. Bernard, CH. Brisset. Masson 6e édition, p.449 et suiv.

18Dès le départ, son idée délirante était construite autour d’une croyance personnelle erronée soutenue par une conviction inébranlable, en dépit d’une preuve incontestable et évidente du contraire soutenue par l’opinion générale. Ce délire s’est développé dans l’ordre, la cohérence et la clarté, parce qu’il reposait sur une croyance inébranlable. C’est une construction en quelque sorte « logique », une construction intellectuelle non conforme à la réalité, à partir d’éléments faux, d’erreurs ou d’illusions : les enfants en effet ne sont pas orphelins et ne souffrent pas de malnutrition comme il le prétend13. Tout ceci est développé selon un axe idéo-affectif et passionnel qui montre une personnalité entière, idéaliste et passionnée, refusant toute compromission, gouvernée par un sur-moi inflexible, autant de caractéristiques décrites par G. de Clérambault : l’exaltation, l’idée prévalente qui subordonne toutes les conduites à un postulat fondamental (« un enfant meurt toutes les cinq minutes »), celui d’une conviction inébranlable14. Ce délire correspond à un caractère montrant l’orgueil, la méfiance, la fausseté du jugement, la psychorigidité.

19Cette construction logique, cohérente, est reçue comme relativement plausible par celui qui l’écoute : l’entourage, le médecin ou l’avocat. D’où une puissance de conviction ou de contamination qui fait participer l’autre, le fait entrer dans un « délire collectif ». La frénésie collective des membres de l’Arche de Zoé déclenche un spectaculaire déni de la réalité que ne semblent remarquer ni le médecin, ni l’infirmière, pourtant sensés être en mesure de diagnostiquer aussi bien la bonne santé d’un soi-disant « orphelin » que le délire de leur « sauveur ». Et pourtant non ! Ils suivent Breteau et épousent sa cause. Cette identification hystérique, cette capacité à vivre par « contagion psychique » une situation dramatique ne signe-t-elle pas une identification imaginaire et l’entrée dans le fantasme de l’autre ?

Déni de la réalité et identification

20Eric Breteau est un meneur dont la communication est axée sur de simples mots porteurs d’images mentales : la puissance des mots est liée aux images qu’ils évoquent, indépendamment de leur sens réel. Les individus sont ainsi intégrés dans un tissu relationnel étroit qui leur fait vivre une expérience commune. Charisme du chef ? Prestige du meneur ? Son autorité est fondée sur sa grâce personnelle et le charisme de sa personne. Elle se caractérise par le dévouement de tous ses compagnons à sa cause et par la confiance accordée à sa seule personne.

  • 15  Max Weber, Le Savant et le politique, Paris, Union générale d’éditions, 1963, p.126.
  • 16  Bernard Dantier, docteur en sociologie EHESS. 16/10/02. Introduction à la Psychologie des foules d (...)

21Actuellement, nous sommes dans un monde de rationalisation, géré par des fonctionnaires spécialisés et experts, mais dépourvus d’attrait : « Du point de vue psychologique, une des forces motrices les plus importantes de tout parti politique consiste dans la satisfaction que l’homme éprouve à travailler avec le dévouement d’un croyant au succès de la cause d’une personnalité et non pas tellement au profit des médiocrités abstraites d’un programme. C’est justement en cela que réside le pouvoir ”charismatique” du chef. »15 Pour Gustave Le Bon16, le meneur est inspiré et emporté par les pulsions les plus vives et les plus profondes qui animent la foule. Quel que soit le mérite et quelle que soit la valeur de ce meneur, la foule en a besoin. Vers quoi ? C’est ici que se profile l’idéal que Freud appelle Idéal du Moi.

22L’idéal, rêve ambitieux et assez riche d’illusions pour mobiliser et rassembler les efforts de chacun et de tous, constitue le seul ressort assez puissant pour faire d’un simple agrégat d’individus une organisation sociale solidaire et constructrice de l’histoire. La phrase de Le Bon qui achève sa « Psychologie des foules » retentit fortement : « Passer de la barbarie à la civilisation en poursuivant un rêve, puis décliner et mourir dès que ce rêve a perdu sa force, tel est le cycle de la vie d’un peuple. »

23Face à la réalité, le rêve ne serait-il pas la plus révolutionnaire des réponses ? Mais de nos jours, qui fait encore un rêve de civilisation, un projet de changement de société ? Qui fait ce rêve et prétend le suivre ? Où peut-on entendre dans le discours des citoyens ou de leurs représentants l’équivalent de cette phrase par laquelle un « meneur » de foules comme Martin Luther King introduisait la formulation d’un projet politique : « J’ai fait un rêve » ?

  • 17  Freud S, « Psychologie des masses et analyse du moi », in Essais de psychanalyse, Payot, 1997, p.1 (...)

24Revenons à l’Arche de Zoé. Trois notions caractérisent ses membres, en tant que groupe d’individus : « libido », « idéal du moi », « identification ». En effet, l’Arche est une communauté affective dans laquelle chaque individu a « la capacité ou la volonté de se mettre dans une situation identique » à celle des autres. C’est cette identification qui fait que les uns et les autres, membres du même collectif, sont reliés entre eux. Mais aussi, chaque individu est en lien avec le meneur du groupe positionné en idéal du moi. Voici comment Freud l’exprime : le lien qui fusionne un groupe s’explique en partie par le fait que le groupe est « une somme d’individus qui ont mis un seul et même objet à la place de leur idéal du moi et se sont en conséquence dans leur moi, identifiés les uns aux autres. »17

25 Freud, par cela, reconnaît au groupe une fonction de premier ordre dans les mutations affectives de l’individu. Les influences du groupe sur les individus mettent en marche divers processus affectant la conscience, l’affectivité et l’imaginaire surtout quand il s’agit de groupes fusionnels comme semble l’être l’Arche de Zoé.

26Ainsi, cette association apparaît-elle comme un clan composé d’individus unis par un lien de parenté d’une nature spéciale. Ils sont parents par cela seul qu’ils portent un même nom : Arche de Zoé. Ils se reconnaissent les uns les autres des devoirs identiques à ceux qui, de tout temps, incombent aux parents dont le premier devoir est celui d’assistance. Ce nom est un totem collectif, il fait partie du statut légal de chaque individu, il est une chose sacrée.

27Allusion à l’Arche de Noé ? Quels que soient la nature et le détail de l’événement auquel le récit biblique fait allusion, on ne saurait douter de l’intention des auteurs inspirés : Dieu a épargné ceux qu’il fallait pour assurer le renouveau de l’espèce humaine et la continuité de la vie sur la terre qu’il a créée. Mission sacrée. L’Arche, c’est l’Alliance. Noé, seul « juste » dans une génération corrompue, est le héros du Déluge car c’est lui qui sauve l’ensemble des vivants, bêtes et hommes. Quant à Zoé, prénom qui signifie « vie », il est celui d’une petite fille morte lors du raz-de- marée. La vie, la mort...

  • 18  L’Humanité, 31/10/07.

28L’Arche de Zoé, ce totem issu de l’hystérie post-tsunami, exprime exactement l’impérieuse nécessité de sauver des innocents du massacre, quels que soient les obstacles. Rony Brauman insiste, faisant référence à Urgence Darfour : « Le paradigme d’Auschwitz s’est abattu sur le Darfour : le massacre des innocents, l’indifférence générale … »18. Il met ainsi en cause la « responsabilité morale » de Kouchner, et par conséquent pointe la filiation de Breteau grâce à cette « rencontre avec l’Autre ».

  • 19  L’Express, « Les naufragés de l’Arche de Zoé », 8/11/07.
  • 20  Breteau reconnaît qu’ils allaient passer pour des « fous furieux, des illuminés », Afrik.com

29Cette noble cause à défendre nécessite de trouver des fonds, et c’est au cours de réunions publiques, dans une atmosphère d’exaltation quasi-sectaire que 258 familles seront séduites par ce projet. Un couple de Perpignan raconte : « Le public se levait et applaudissait quand Breteau prenait la parole. Il parlait de notre grand vaisseau qui allait bientôt s’éloigner vers des contrées lointaines. »19 Accents messianiques parfaitement assumés20.

30Breteau serait-il un secte-symbole ? Lui ne doute pas que les politiques ont besoin de lui, puisque lui seul possède les réponses. Dans l’ère de crispations religieuses que nous vivons, il prouve qu’il fait partie des nouveaux zélotes.

Secte, laïcité ou religion ?

  • 21  Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Livre troisième; Conclusion II, p.123 et s (...)

31Telle une prophétie, Durkheim nous dit qu’un jour viendra où nos sociétés connaîtront à nouveau des heures d’effervescence créatrice au cours desquelles de nouveaux idéaux surgiront. La fraternité humaine nous paraît aujourd’hui laisser trop de place à d’injustes inégalités. « Les anciens dieux vieillissent ou meurent, et d’autres ne sont pas nés. »21

  • 22  Tocqueville, De la démocratie en Amérique.

32Tocqueville, avant lui, annonçait l’importance et la force croissante des associations, des syndicats, des groupements de toute nature22.

33Et si nos sociétés traversent une période de médiocrité morale, aucune d’elles ne peut nier qu’elle a besoin d’entretenir et de raffermir les sentiments et les idées qui font son unité et sa personnalité. Nous ne pouvons plus nous enthousiasmer pour des principes qui ne répondent pas à nos aspirations actuelles. Il ne s’est encore rien fait qui les remplace.

34Quelle différence essentielle y a-t-il entre une assemblée de Juifs fêtant la sortie d’Égypte et une réunion de citoyens commémorant l’institution d’une nouvelle charte morale ? Il n’y a pas d’évangiles qui soient immortels et il n’y a pas de raison de croire que l’humanité soit désormais incapable d’en concevoir de nouveaux. Quant à savoir ce que seront les symboles où viendra s’exprimer la foi nouvelle… ?

35Dans la religion, il y a quelque chose d’éternel : la foi. Mais les hommes ne peuvent accepter une foi qu’ils ne comprendraient d’aucune manière. La foi est avant tout un élan à agir. La vie ne peut attendre. Les intuitions obscures de la sensation et du sentiment tiennent lieu de raisons logiques et poussent la pensée en avant. Les références religieuses ont besoin de relances spirituelles et se réclament aujourd’hui de « valeurs humanistes » qui justement leur avaient échappé.

  • 23  Le Figaro Madame, 9/02/08.

36Et si c’était l’Humanitaire ?, avons-nous envie de répondre à Durkheim. Chaque foi a ses extrémistes. La religion humanitaire n’y échappe pas comme l’affirme à son tour Jean-Christophe Rufin : « L’humanitaire, foi laïque en la solidarité et la nécessité d’agir ne fait pas exception. »23

  • 24  Freud, id. p.209.

37Il semble stérile de vouloir stigmatiser l’extrémiste, le mérite d’un individu isolé, dans l’instauration d’une idée nouvelle, culte de l’UN dans des formations collectives, que l’on appelle le monothéisme. Si l’on reprend l’histoire de Moïse, il serait injuste de négliger ce que ses successeurs, les prophètes juifs, ont accompli par les contributions qu’ils ont apportées. Et d’ailleurs, ce qui prouve qu’il existait une disposition particulière dans la masse d’individus qui composaient le peuple juif, c’est qu’ « elle put produire un si grand nombre d’individus qui furent prêts à prendre sur eux le fardeau de la religion de Moïse pour obtenir la récompense d’être des élus. »24

38Dans le cas de l’humanitaire, pourrait-on parler d’un athéisme agressif dont les précurseurs se prennent eux-mêmes pour la religion qu’ils fondent ? Car au fond, l’approche religieuse touche aux questions du mode à être et de la quête de lieux d’être. Nous voyons là des hommes mus par leur désir de déplacer les limites d’être. C’est alors que la rencontre se place sous le signe d’un manque : ce qui est à faire, à venir. D’un manque-à-être.

  • 25  Daniel Sibony, Les trois monothéismes, Points Essais, 2005, p. 361.

39« Etre » est ce qui fait passer de l’esclavage à autre chose. « Chacun est esclave de ce qu’il est et d’un mode à être où ça fonctionne tout seul : esclave de son travail, de sa fonction honorifique, de sa place, de son manque de place, etc. On peut être esclave sans savoir de quel maître. Esclaves de contraintes, de savoir, de chiffres, de courbes et on ne sait pas qui jouit de les maîtriser. »25

40Faire sortir du fonctionnement esclave où l’être est dans le paraître : esclave d’images, de représentations, d’images de soi. Sortir vers où ? A chacun de dire son chemin. Si la pensée de ce qu’on peut être n’aide pas à se libérer de ce que l’on est, à quoi sert-elle ? Cette sortie est symbolisée par un événement du passé, la Sortie d’Égypte.

En forme de conclusion

41Les religions qui se réclament de valeurs humanistes gèrent comme elles le peuvent les tensions de l’origine et les malaises identitaires. La société nous renvoie à nos origines et si l’on nous dit que nous sommes de nulle part, ou de partout, c’est elle qui nous dira d’où nous venons et nous remettra à la case départ. Autant savoir y revenir tout seul et repasser par l’origine car sous le choc de l’événement, chacun de nous s’y trouve ramené et doit prendre la mesure de la place qu’il occupe dans l’origine de « l’Autre ».

42Les idéologies ne sauvent plus. L’idée de salut s’estompe. Parfois, ce qui la remplace c’est le repli identitaire : narcissisme subjectif, de groupe, de nation. Mais alors l’événement secoue les fantasmes et rend possible la traversée.

  • 26  Bourdieu, Contre-feux 2, Paris, Liber- Raisons d’agir, 2001.

43Une possible réponse est « l’idéal raisonné » avancé par Pierre Bourdieu qui préconise de nouvelles formes d’actions politiques, nouvelle façons de mobiliser, d’élaborer des projets et de les réaliser en commun. Il appelle de ses vœux un « meneur » d’un nouveau type ayant pour nom et qualité « l’intellectuel collectif »26.

Haut de page

Notes

1  Après s’être engagé en Indonésie lors du tsunami de Noël 2004, Breteau, de retour en France, fonde son association et lui donne le prénom d’une petite fille qu’il a aidée en Asie, mais qu’il n’a pas pu sauver. Dès lors, il n’aura de cesse de « sauver des enfants ».

2  « Plaie » : terme, traduit aussi parfois par « fléau » et désignant un phénomène surnaturel et de puissance par lequel Dieu se manifeste aux hommes.

3  La Bible, Exode 14-29.

4  S. Freud, L’Homme Moïse et la religion monothéiste, Folio essais, 2005, p.203 et suiv.

5  Terme employé pour le Darfour, repris par la presse : Libération 2/06/07, Rue89 25/06/07, Le petit journal.com 31/05/07.

6  Luc Ferry in Le Figaro Magazine 14/10/07

7  Id.

8  « Face à la mort », titre Le Pèlerin dans son édition du 1/02/07.

9  Libération 1/11/07.

10  Communiqué de presse du 28/04/07, archedezoe.fr

11  Edition du 12/07/07.

12  www.wat.tv/ playlist/arche-zoereportage- 66- minutes.html

13  Lettre d’Eric Breteau à Rachida Dati. 8.08.07.

14  Manuel de psychiatrie, Henri Ey, P. Bernard, CH. Brisset. Masson 6e édition, p.449 et suiv.

15  Max Weber, Le Savant et le politique, Paris, Union générale d’éditions, 1963, p.126.

16  Bernard Dantier, docteur en sociologie EHESS. 16/10/02. Introduction à la Psychologie des foules de Gustave Le Bon.

17  Freud S, « Psychologie des masses et analyse du moi », in Essais de psychanalyse, Payot, 1997, p.167 et suiv.

18  L’Humanité, 31/10/07.

19  L’Express, « Les naufragés de l’Arche de Zoé », 8/11/07.

20  Breteau reconnaît qu’ils allaient passer pour des « fous furieux, des illuminés », Afrik.com

21  Durkheim, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Livre troisième; Conclusion II, p.123 et suiv.

22  Tocqueville, De la démocratie en Amérique.

23  Le Figaro Madame, 9/02/08.

24  Freud, id. p.209.

25  Daniel Sibony, Les trois monothéismes, Points Essais, 2005, p. 361.

26  Bourdieu, Contre-feux 2, Paris, Liber- Raisons d’agir, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Rangaux, « La traversée du fantasme », Humanitaire [En ligne], 18 | Printemps 2008, mis en ligne le 06 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/210

Haut de page

Auteur

Catherine Rangaux

Catherine Rangaux est psychanalyste, bénévole à la Mission Adoption, responsable de la Mission Haïti à Médecins du Monde

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org