Navigation – Plan du site
Dossier

« Un développement durable et équitable ne pourra se faire sans l’émancipation des femmes »

Entretien avec Pascal Canfin, ministre délégué chargé du Développement. Propos recueillis par Boris Martin, rédacteur en chef d’Humanitaire
Boris Martin
p. 76-79

Texte intégral

1Revue Humanitaire : En janvier dernier vous a été remis le rapport d’évaluation de la politique française « Genre et développement » dont le cadre avait été fixé en 2007, sous la majorité précédente donc. En la matière, et avant même de parler du rapport lui-même, voyez-vous des différences d’approche entre la droite et la gauche ou vous inscrivez-vous dans la lignée de cette politique telle qu’elle a été définie en 2007 ?

Pascal Canfin :
Fort heureusement, le soutien de la France à l’égalité entre les femmes et les hommes dans le monde dépasse le cadre des clivages politiques. Mais j’entends aujourd’hui, avec Laurent Fabius, lui donner une place particulière, en cohérence avec l’action du gouvernement qui a fait de ce sujet une priorité politique transversale aussi bien au plan national que dans le domaine international.

2Revue Humanitaire : Venons-en à ce rapport qui pointe de manière franche et néanmoins surprenante le fait que « les informations recueillies au cours de l’évaluation n’ont pas permis de déterminer le niveau d’implication de la France dans le plaidoyer bilatéral en faveur du genre et des droits des femmes ». Doit-on en déduire que ce plaidoyer est absent, discret ou en pleine élaboration ?

Pascal Canfin :
Notre plaidoyer est constant dans un contexte mondial, comme vous le savez, très marqué par la montée des conservatismes. J’apporte une attention soutenue à ce sujet dans l’ensemble de mes discussions avec les représentantes et représentants des pays partenaires notamment lors de mes déplacements. À l’opposé d’une attitude de donneur de leçons, méthode qui ne fonctionne pas, l’objectif est de convaincre qu’un développement durable et équitable ne pourra se faire sans l’émancipation des femmes et leurs accès aux droits. Il faut toutefois savoir être ferme, y compris au plan européen. Avec le Danemark, je me suis battu, il y a quelques semaines, au sein du Conseil des ministres du Développement, afin que certains États membres ne réussissent pas à affadir les positions européennes sur la santé sexuelle et reproductive, et qu’au contraire l’Union européenne réaffirme l’importance de ce sujet dans le cadre des négociations en cours à l’ONU.

3Revue Humanitaire : Au niveau international, on remarque que la santé des femmes est bien souvent réduite à la santé materno-infantile, comme si la Santé sexuelle et reproductive (SSR) était un concept « dangereux » pour certains États. Le rapport « Genre et développement » fait d’ailleurs le même constat. N’est-ce pas là, précisément, un axe essentiel de travail et de plaidoyer ?

Pascal Canfin :
L’opposition entre ces concepts n’a pas de fondement opérationnel. Il s’agit plutôt d’un continuum de soins depuis la santé sexuelle et reproductive, maternelle, néonatale et infantile. L’émergence, au niveau international, du concept de santé sexuelle et reproductive a permis de mettre en évidence le fait que la santé des femmes ne commençait pas avec la grossesse. Il s’agit d’une question de santé qui n’est pas dissociable de notre politique en matière de droits des femmes. Le libre choix des femmes en matière de reproduction est un droit universel qui a été reconnu, il y a près de 20 ans, à la conférence du Caire en 1994. Pourtant, aujourd’hui encore, ce droit est remis en cause dans certaines enceintes internationales. Depuis mon arrivée au ministère du Développement, j’ai été marqué par la virulence des débats sur cette question. Ce conservatisme est un frein considérable à l’amélioration de la santé et des conditions de vie des femmes dans le monde.

4On estime que plus de 200 millions de femmes dans les pays en développement souhaiteraient prévenir ou espacer leur grossesse mais n’ont pas l’accès à la planification familiale. Ces besoins non satisfaits aboutissent à un nombre considérable de grossesses non désirées, de naissances non planifiées et d’avortements, pouvant entrainer des complications voire des décès. Chaque année, entre 300 000 et 500 000 femmes meurent de complications liées à la grossesse et à l’accouchement et 47 000 meurent suite à un avortement clandestin.

5Ces complications sont la principale cause de décès chez les adolescentes dans la plupart des pays en développement. La faible utilisation de contraceptifs est un facteur explicatif du grave retard en matière de santé maternelle et infantile, mais aussi des faibles progrès enregistrés en matière de VIH-SIDA. La communauté internationale doit travailler dans le sens d’une intégration plus forte entre ces domaines.

6Revue Humanitaire : Quelles recommandations du rapport comptez-vous mettre en œuvre dans le cadre d’une politique française sur le genre ?

Pascal Canfin :
La question de la transversalité me semble centrale, c’est la réponse à cette recommandation générale qui nous permettra de commencer à forger une « culture du genre ». Je serai particulièrement vigilant sur les recommandations qui concernent la réforme de nos procédures d’instruction, de suivi et d’évaluation des projets portés par tous nos opérateurs dont l’Agence Française de Développement. Je souhaite également que nous renforcions les capacités de nos agents, et que nous mobilisions la recherche et l’expertise française et francophone existantes, afin qu’elle soient valorisées et soutenues.

7Au-delà de la santé et de l’éducation, nous devons renforcer notre action de soutien à l’autonomisation économique des femmes, leur participation à tous les espaces de décisions politiques et économiques et de la lutte contre les violences de genre, particulièrement dans les pays en crise ou en conflit. Pour donner un exemple concret, nous mettons en place actuellement un programme dont l’objectif est d’aider des jeunes femmes en Tunisie, au Maroc et Égypte à s’insérer dans le monde du travail.

8Revue Humanitaire : Quel rôle imaginez-vous pour les ONG françaises dans cette tâche, et avec quel type de soutien stratégique, politique et financier de la part de l’État ?

Pascal Canfin :
Tout d’abord, je dois saluer le rôle de quelques ONG précurseur-es qui depuis une dizaine d’années ont mené un travail intense de plaidoyer en faveur de la prise en compte du genre dans notre politique de développement. La commission genre de Coordination Sud a dans ce cadre joué un rôle politique majeur. Je suis attentivement les discussions en cours sur la réforme du cadre qui régit les relations entre les ONG et l’Agence française de développement. Je suis attentif à ce que ce cadre intègre un critère de genre dans les cofinancements octroyés et sur le renforcement des capacités de toutes les ONG françaises dans le domaine. Je compte également sur les ONG comme relais d’information et d’alerte. Promouvoir l’égalité c’est aussi rendre visible la situation des femmes et des filles et savoir dénoncer les régressions dont elles sont les premières victimes.

9Revue Humanitaire : Terminons en allant au-delà de ce rapport. La crise que nous traversons, on le voit, accentue les situations de précarité. Les ONG risquent de se trouver plus que jamais en première ligne face à un nombre croissant de personnes en difficulté en termes de soins ou de logement alors même qu’on observe une contraction de leur financement, notamment par l’état. Comment entendez-vous apprécier – et arbitrer – cette tension entre la crise, des ONG très sollicitées et des moyens en berne ?

Pascal Canfin :
En ce qui concerne l’international, le président de la République a rappelé son engagement, pris durant la campagne, de doubler sur le quinquennat la part de l’aide publique au développement transitant par les ONG. Cet engagement, nous avons commencé à le mettre en œuvre dès 2013, avec une hausse significative des crédits disponibles pour ces associations. C’est un engagement fort dans le contexte budgétaire actuel, et c’est une vraie reconnaissance pour les ONG qui sont bien souvent en avance mais aussi en première ligne sur les questions de droits des femmes, comme sur d’autres grands thèmes du développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Martin, « « Un développement durable et équitable ne pourra se faire sans l’émancipation des femmes » », Humanitaire, 35 | 2013, 76-79.

Référence électronique

Boris Martin, « « Un développement durable et équitable ne pourra se faire sans l’émancipation des femmes » », Humanitaire [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 29 juillet 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2292

Haut de page

Auteur

Boris Martin

Rédacteur en chef d’Humanitaire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org