Navigation – Plan du site

Résumé

Depuis 1999, Médecins du Monde mène à Rangoon un programme de réduction des risques auprès des prostitué(e)s et homosexuels, une population qui connaît une des épidémies de VIH les plus importantes de toute l’Asie du Sud-Est. C’est là un apport reconnu par les autorités de ce pays longtemps refermé sur lui-même qui, à la faveur de la libération de Aung San Suu Kyi, s’ouvre peu à peu. Pourtant, les groupes à risques auprès desquels MdM s’est engagé continuent de subir une forte discrimination qui les rend d’autant plus fragiles.

Haut de page

Texte intégral

14 décembre 2012, en plein cœur de Rangoon. Pour un peu, on croirait assister à une longue procession de fidèles se rendant à un office religieux. L’impression persiste encore quelques instants lorsque l’on entre dans le bâtiment à vrai dire quelconque, énorme cube dans lequel la foule s’engouffre, circule, s’installe. En face des rangées de chaises sur lesquelles chacun a pris place, l’estrade encore vide est en effet surmontée d’un fronton sur lequel est inscrit, en anglais, un verset tiré de l’Évangile selon Saint Jean : « Je suis le chemin, la vérité, la vie. » Vestige de l’ancienne vocation religieuse du lieu, probable héritage des colons britanniques, l’épigraphe a de quoi surprendre dans cette Birmanie très majoritairement bouddhiste. Et pourtant. À la faveur de cette improbable rencontre entre deux univers culturels, par l’entremise d’une ONG française laïque, cette formule biblique scande d’une certaine manière les étapes de la voie originale sur laquelle l’équipe de MdM et les bénéficiaires de son programme se sont engagés.

Le chemin

2Aujourd’hui, comme chaque année, MdM organise sa journée mondiale contre le sida. À voir les multiples stands et panneaux d’information installés dans les travées, c’est l’occasion, bien sûr, de diffuser des messages de prévention. Ici des candidats se prêtent à un jeu en répondant à des questions sur les modes de transmission du VIH. Là un atelier propose de s’exercer en aveugle – un bandeau sur les yeux – à l’utilisation de préservatifs masculins et féminins… Les conseils fusent au milieu des rires gênés, on s’apostrophe, on se félicite. L’ambiance est bon enfant, les verres de thé passent de main en main, on se prend en photo. C’est que cette journée représente aussi et surtout un moment de rencontre et de détente pour tous ceux qui, à longueur d’année, sont impliqués dans le programme.

3Salariés, volontaires, bénéficiaires, ils sont venus, elles sont toutes là, souvent accompagnés de proches, pour partager cette parenthèse autant festive qu’éducative. Plus de 500 personnes, parmi lesquelles Zay Ya, un jeune homosexuel de 25 ans venu un jour faire un test HIV et qui a découvert une famille : « J’ai trouvé une ferveur entre les gens qui viennent ». De patients, les bénéficiaires deviennent souvent membres de l’équipe à part entière, comme Phyoengal, ancienne prostituée devenue travailleuse pair, un maillon essentiel pour toucher la communauté : « Je ne vise pas à sortir les travailleuses du sexe de la prostitution, mais seulement à les informer. » à chacun, à chacune, ensuite, de suivre sa route.

La vérité

4Pour l’heure, tout le monde converge vers l’ancienne église transformée en salle de spectacle. De la bâtisse, dans laquelle a pris place une foule impressionnante, s’échappent les échos d’une musique pop. À l’intérieur, la scène aménagée attend ses artistes qui, en coulisse, se parent de leurs plus beaux atours. Dans la salle, on attend patiemment, on se salue, on plaisante. Monte alors sur scène, aussitôt ovationné par l’assistance, un travesti. Revêtu de la tenue traditionnelle du rituel Nat-Kadow, le voici qui exécute la chorégraphie désarticulée des danseurs auxquels on attribue le don de pouvoir communiquer avec les Nats, ces esprits vénérés dans toute la Birmanie. Ce n’est pas le moindre des paradoxes de ce pays d’avoir consacré le rôle social de ces « beautés birmanes » tout en réprimant l’homosexualité, susceptible d’emprisonnement.

5À rebours de cette stigmatisation, et face à l’épidémie de VIH, MdM a mis en place un projet de prise en charge médicale, psychologique, sociale et juridique des populations les plus à risque. Parmi elles, les homosexuels, mais aussi les prostitué(e)s. La pierre angulaire de cette démarche : une approche dire « compréhensive » en ce qu’elle repose sur le non-jugement de l’autre et l’acceptation des différentes pratiques des personnes. Power – c’est le surnom qu’il s’est donné – a 33 ans, il est fleuriste. Lorsqu’il a voulu faire son premier test HIV en 2006, c’est vers MdM qu’il s’est tourné : « C’est plus amical pour les homosexuels. Il y en a beaucoup qui viennent ici. Alors, je ne m’inquiète pas, je ne me sens pas gêné. » La situation est encore plus délicate pour Ah Thin Chay, 28 ans, car il est soldat dans l’armée birmane : « Ce n’est pas facile d’être homosexuel quand on est militaire, alors je vis ma sexualité en dehors de l’armée. Et puis on ne trouve pas facilement des préservatifs à la caserne. Alors, comme je suis séropositif, je pratique le safe sex et je viens à MdM pour prendre mon traitement. »

6Libérer la parole. C’est sans doute l’une des premières victoires du programme. « Dans la culture birmane, il n’est pas aisé de parler de sexualité. Maintenant, grâce aux ONG, cela se fait plus facilement », souligne le docteur Sithu. Après trois ans dans la province du Kachin – où MdM développe un volet similaire à destination des toxicomanes –, ce médecin birman est venu coordonner le site de Rangoon : « La première fois que j’ai entendu parler de MdM, j’ai tout de suite apprécié le slogan de l’époque « Nous soignons ceux que le monde oublie peu à peu ». Pour moi, l’idée de non-discrimination est essentielle. »

La vie

7La journée de festivités tire à sa fin. Chacun repart, comme ressourcé. Et il en faut de l’énergie, car il y a loin de cette ambiance de kermesse solidaire à la vie de tous les jours, très souvent solitaire. Ceux qui, le temps de cette parenthèse, l’ont un peu oubliée retrouveront bien vite leur existence précaire. Alors MdM s’est adapté à cette réalité. Neuf véhicules sillonnent les rues de Rangoon pour se rendre de jour comme de nuit sur les lieux de rencontre homosexuels ou dans les salons de massages, salons de beauté et autres discothèques où les travailleurs du sexe exercent leur activité. Là les travailleurs au pair diffusent l’information sur la prévention et les moyens de protection. C’est un travail de fourmi, harassant, qui implique de créer des liens de confiance avec les intéressés, qui oblige à négocier avec des souteneurs pour entrer dans les boîtes de nuit ou à attendre que des clients soient partis pour réunir les jeunes filles d’un salon de massage. Il faut aussi éviter d’être arrêté par la police en possession d’un sac de préservatifs au risque d’être accusé soi-même de se livrer à la prostitution. Pour tout cela, il faut bien avoir la foi – quelle qu’elle soit – chevillée au corps et puiser dans un passé qui ressemble au présent de ceux que l’on va rencontrer. Même si elle gagne moins bien sa vie qu’avant, Phyoengal, l’ancienne prostituée, ne regrette pas son choix : « Maintenant, je suis là pour aider les autres travailleurs du sexe. » Et pour elle c’est une victoire quand elle parvient à en convaincre certains de se rendre à la clinique MdM. Une fois dans les locaux, ils auront accès à un parcours complet de conseil, de tests et de soins, mais surtout à ce soutien humain qui leur permettra de vivre, un peu mieux, leur différence.

Programme Médecins du Monde à Rangoon, Birmanie

Objectifs :
Prévention et soins des IST et du VIH/sida auprès des travailleur-se-s du sexe et des homosexuels

Moyens :
Une clinique à Rangoon
Des activités de rue, sur les lieux de vie et de travail
80 personnels, essentiellement birmans, dont 35 travailleurs pairs, issus des communautés concernées

Résultats :
5 800 travailleur-se-s du sexe et 4 100 homosexuels concernés par au moins une action de prévention
1 320 personnes sous antirétroviraux
1 500 000 préservatifs distribués

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Martin, « Beautés birmanes », Humanitaire, 35 | 2013, 98-103.

Référence électronique

Boris Martin, « Beautés birmanes », Humanitaire [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2300

Haut de page

Auteur

Boris Martin

Boris Martin est rédacteur en chef de la revue Humanitaire qu’il coordonne depuis sa création. Il est par ailleurs auteur, coauteur ou directeur de plusieurs essais dont Critique de la raison humanitaire (dir. avec Karl Blanchet, préface de Rony Brauman), Le Cavalier bleu, 2006 (édition anglaise, 2011 : Many Reasons to Intervene : French and British Approaches to Humanitarian Action, chez Hurst & Co Publishers Ltd). Il a également publié des récits aux éditions du Seuil (« C’est de Chine que je t’écris… », 2004 ; Chronique d’un monde disparu, 2008) et une fiction aux éditions Elytis en 2010 : Hong Kong, un parfum d’éternité.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org