Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

La santé comme sport de combat

Yannick Jaffré, Yveline Diallo, Patricia Vasseur, Chrystelle Grenier-Torres, La bataille des femmes, Analyse anthropologique de la mortalité maternelle dans quelques services d'obstétrique d'Afrique de l'Ouest, Faustroll, 2009.
Hubert Balique
p. 115-117
Référence(s) :

Yannick Jaffré, Yveline Diallo, Patricia Vasseur, Chrystelle Grenier-Torres, La bataille des femmes, Analyse anthropologique de la mortalité maternelle dans quelques services d'obstétrique d'Afrique de l'Ouest, Faustroll, 2009.

Texte intégral

  • 1 J. P. Oliver de Sardan, Y. Jaffré et al., Une médecine inhospitalière : les difficiles relations en (...)

1Écrit dans le sillage d’une « médecine inhospitalière1 », ce nouveau livre poursuit l’œuvre de Yannick Jaffré en faveur d’une lecture socio-anthropologique des problèmes de santé. Cet auteur montre une fois de plus sa parfaite maîtrise d’une discipline qu’il pratique depuis plus de 35 ans, dont plus des deux tiers en Afrique subsaharienne, et la place qui lui revient parmi les sciences fondamentales de la santé publique.

2Le titre de ce livre est déjà éloquent. Ce rapprochement entre le combat des hommes sur les champs de bataille et celui des femmes lors de leurs accouchements, dont beaucoup, hommes et femmes, ne s’en sortent pas vivants, est partagé par plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest (notamment la Guinée, le Mali, le Niger). La description de cette « bataille des femmes » par Yannick Jaffré et ses coauteures ne révèle que peu de choses aux praticiens des maternités d’Afrique de l’Ouest, eux qui connaissent parfaitement la réalité quotidienne de ces établissements. Mais l’existence de ce livre pose de façon très claire une des problématiques majeures de la lutte contre la mortalité maternelle, celle des conduites de professionnels de santé, et notamment des sages-femmes, dans l’exercice de leur profession et celle d’usagers, confrontés à un système dont ils sont parfois les victimes alors qu’ils devraient en être les bénéficiaires. Pour une fois dans l’analyse de la mortalité maternelle, ce ne sont pas des questions d’obstétrique, de médecine, d’épidémiologie ou encore d’économie qui sont posées, mais des problèmes d’organisation, de méthode, de psychologie, de relations humaines…

3S’il est vrai que la persistance d’une mortalité maternelle excessivement élevée en Afrique subsaharienne est étroitement liée la situation économique du pays, ce constat ne doit pas minimiser la part qui revient aux professionnels de santé dans ses déterminants. Ce livre pose de façon magistrale la question des faiblesses dans le domaine du « savoir-être », qui constitue pourtant un des piliers de la pédagogie dont doivent bénéficier les professionnels de santé lors de leur formation. Il montre l’importance de la dimension humaine dans les insuffisances de l’offre de soins et plus particulièrement des relations « soignants-soignés ». Mais il montre également les effets sur la qualité des soins des faiblesses en matière d’organisation et de gestion des structures de santé.

4Une des dimensions particulièrement riches de ce livre est que ses auteurs se mettent à la place des usagers en décrivant leur perception des évènements et leurs conséquences. Ils se mettent également du côté des soignants pour les présenter dans leur rationalité de pères et de mères de famille. Par cette dissection sous microscope de la prise en charge des accouchements dans des structures hospitalières, ils montrent parfaitement comment ils parviennent à se « débrouiller » par des sur-tarifications, des cadeaux, des passe-droits…

5Il ne s’agit pas de minimiser l’importance des facteurs médicaux dans les insuffisances de la qualité des soins, mais de les situer dans leur dimension holistique qui permet d’identifier l’ensemble des actions à entreprendre pour rendre à la fois plus efficaces, plus efficientes et plus attractives les maternités.

6Mais on peut affirmer que le chef d’un service de gynéco-obstétrique ou que la maîtresse sage-femme d’une maternité peut utiliser judicieusement le document de travail que constitue « La bataille des femmes » pour procéder à une analyse de la qualité des soins dans la structure dont il ou elle aurait la charge et identifier les mesures à prendre pour l’améliorer. Son utilisation devra se faire de façon franche et collégiale pour que chacun des acteurs concernés, et notamment les sages-femmes, prenne conscience d’une réalité connue mais non formulée pour agir.

7Ce livre n’apporte pas de solution : il met simplement à la disposition de l’ensemble des professionnels de santé, qu’ils soient soignants, techniciens ou gestionnaires, des éléments objectifs, analysés, classés, traités, qui doivent leur permettre de se retrouver pour prendre les décisions les plus à même de réduire de façon significative ce scandale que constitue au xxie siècle l’importance de la mortalité maternelle en Afrique subsaharienne.

Haut de page

Notes

1 J. P. Oliver de Sardan, Y. Jaffré et al., Une médecine inhospitalière : les difficiles relations entre soignants et soignés dans cinq capitales d’Afrique de l’Ouest, Paris, APAD Karthala, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Balique, « La santé comme sport de combat », Humanitaire, 35 | 2013, 115-117.

Référence électronique

Hubert Balique, « La santé comme sport de combat », Humanitaire [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2318

Haut de page

Auteur

Hubert Balique

Médecin, spécialiste des systèmes de santé dans les pays en développement.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org