Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

La gratuité des soins en questions

Collectif, Gratuité des soins : une évaluation des politiques publiques, Afrique contemporaine n° 243, 2012.
Nicolas Guihard
p. 117-119
Référence(s) :

Collectif, Gratuité des soins : une évaluation des politiques publiques, Afrique contemporaine n° 243, 2012.

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

Gratuité des soins

Mots-clés géographiques :

Mali, Niger, Burkina Faso
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local, basé à (...)

1S’appuyant sur les résultats de recherches pilotées par le Lasdel1 et l’université de Montréal (CRCHUM) dans trois pays sahéliens (Mali, Niger, Burkina Faso), ce numéro d’Afrique contemporaine propose un dossier d’une centaine de pages consacré à l’analyse des politiques dites de « gratuité des soins », phénomène en pleine expansion depuis maintenant une dizaine d’années.

2Comme illustré à travers les éléments de cartographie proposés dans la rubrique « repères », ces mesures d’exemption de paiement sont désormais présentes dans l’ensemble des pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et concernent le plus souvent les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans ainsi que certains traitements spécifiques comme l’accès gratuit aux antirétroviraux. Elles s’inscrivent par ailleurs dans un contexte international favorable, marqué par la remise en cause des mécanismes de « paiement direct » héritée des programmes d’ajustement structurel et de l’initiative de Bamako.

3Bien que les politiques de gratuité aient fait l’objet de nombreuses études au cours de ces dernières années, la plupart d’entre elles se sont jusqu’à maintenant efforcé de documenter l’impact de la gratuité sur l’utilisation des services de santé. De ce point de vue, les auteurs du dossier apportent un nouveau regard très utile en proposant une recherche centrée non plus sur les effets mais sur les modalités d’émergence et de mise en œuvre des exemptions de paiement. Ainsi, sans oublier de rappeler l’impact positif et spectaculaire de la gratuité sur la fréquentation des formations sanitaires, les différents articles s’attachent surtout à présenter une analyse détaillée des processus d’implémentation en soulignant plus particulièrement les nombreuses difficultés qui émaillent aujourd’hui la mise en œuvre effective de ces nouvelles politiques publiques de santé.

4Il est intéressant de constater que dans les trois pays, les exemptions de paiement ont à chaque fois été introduites de manière précipitée sans qu’aucune planification n’ait pu être réellement réfléchie en amont. Selon les auteurs, la démarche opportuniste et l’absence de préparation qui ont accompagné le lancement de la gratuité sont à l’origine des dysfonctionnements rencontrés sur le terrain. Les ruptures fréquentes dans l’approvisionnement en intrants, les retards considérables dans le remboursement des structures appliquant la gratuité ou encore la démotivation du personnel, sont autant de facteurs qui participent aujourd’hui à une dégradation de la qualité des soins et qui, à terme, interrogent la pérennité de ces politiques d’exemption. En pointant du doigt les problèmes, ce programme de recherche présente l’intérêt non négligeable de proposer un diagnostic précis et documenté des divers goulets d’étranglements auxquels les États devront rapidement s’attaquer s’ils veulent remettre la « gratuité » sur de bons rails.

5Il convient enfin de resituer ces politiques d’exemption de paiement dans le cadre plus large des dispositifs de couverture sanitaire universelle (CSU). Alors que la promotion de la CSU bénéficie aujourd’hui d’un appui de plus en plus prononcé au niveau international, comme l’atteste la récente adoption par l’Assemblée générale des Nations unies d’une résolution sur le sujet, il importe de s’interroger sur la place et la manière dont les politiques de gratuité ciblée peuvent s’inscrire dans les dispositifs nationaux de protection sociale en santé. Si dans les pays les plus pauvres, ces politiques peuvent sans aucun doute jouer un rôle décisif dans l’instauration progressive de la CMU, il faudra au préalable convaincre largement que la gratuité des soins peut fonctionner sur le terrain et faire l’objet d’une mise en œuvre de qualité. Face à ce défi, la recherche présentée dans ce dossier apporte des éléments de réflexion très précieux.

Haut de page

Notes

1 Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local, basé à Niamey, Niger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Guihard, « La gratuité des soins en questions », Humanitaire, 35 | 2013, 117-119.

Référence électronique

Nicolas Guihard, « La gratuité des soins en questions », Humanitaire [En ligne], 35 | 2013, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2322

Haut de page

Auteur

Nicolas Guihard

Chargé de plaidoyer à Médecins du Monde.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org