Navigation – Plan du site
Lire

Vision clintonienne du don

Bill Clinton, Donner. Comment chacun de nous peut changer le monde, Odile Jacob, 2007, 297 pages
Philippe Ryfman
Référence(s) :

Bill Clinton, Donner. Comment chacun de nous peut changer le monde, Odile Jacob, 2007, 297 pages

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

Collecte, Don
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On l’a vu, encore, il y a quelques années en France avec un ex-chef de l’État s’essayant à l’écrit (...)

1Les livres d’hommes d’État retirés de la vie politique active ne présentent, sauf exception, qu’un intérêt limité. Hormis (et encore si elles ne se cantonnent pas uniquement à des plaidoyers pro domo) leurs autobiographies. Mais leurs lecteurs se limiteront généralement aux ex-partisans et aux thuriféraires ou à d’ex adversaires (les uns comme les autres en mal de nostalgie) outre, naturellement, les chercheurs travaillant sur la période concernée, et pour lesquels ces ouvrages constituent un matériau de choix. Quant aux talents d’écriture, voire littéraires, ils ne sont décidemment pas les choses les mieux partagées au monde… Winston Churchill, qui en avait un de réel, a récolté pour cela un prix Nobel de littérature. Charles de Gaulle et François Mitterrand ont brillé par la qualité de leur style. Dans l’ensemble, cependant, les résultats de ceux qui s’y sont essayés sont plutôt décevants1.

2L’ouvrage de l’ex-président des États-Unis Bill Clinton sort pourtant de l’ordinaire de ce type de production. Certes, s’il est d’une lecture relativement agréable et facile, style et écriture sont de factures correctes, mais souvent assez plats. Voire parfois un peu ennuyeux, en dépit de l’enthousiasme visible de l’auteur. L’originalité du contenu, par contre, ne devrait pas laisser indifférent plus d’un lecteur de la Revue intéressé par la chose humanitaire, et conduit naturellement à s’interroger sur la question (jamais véritablement résolue) du financement de ce type d’activités.

3Le titre du livre est déjà en soi tout un programme : Donner. Avec un sous-titre, non moins évocateur, se référant aux potentialités de changement du monde auquel chacun de nous pourrait contribuer individuellement par le don. Pour le lecteur ignorant de son parcours après son départ de la Maison Blanche, l’auteur annonce dès les premières lignes, qu’il a créé une fondation et y consacre une grande partie de son temps, pour « servir le peuple en qualité de simple citoyen » (p. 14). La Fondation Clinton est effectivement une structure très active aujourd’hui, notamment dans le domaine de la santé. Plus globalement, elle est devenue, essentiellement grâce à ses partenariats et au relationnel de son président (pp. 27- 28) un bailleur significatif au sein du système international de l’aide au développement.

4Mais plus que les références (intéressantes au demeurant) aux programmes de la Fondation, c’est la construction même de l’opusqui est de nature à fasciner un lecteur européen, et d’abord français. Par l’extrême diversité et la richesse des initiatives philanthropiques outre-Atlantique qu’elle permet de souligner, et auxquelles le lecteur français a rarement accès, très peu des (pourtant) nombreux ouvrages paraissant sur la question étant traduits dans l’Hexagone. Le livre est en effet organisé autour de la technique (familière aux Anglo-Saxons) des case studiesou « études de cas ». Décrites parfois de façon sommaire, à d’autres moments de manière plus détaillée, il offre ainsi un panorama d’une remarquable profusion des causes et des méthodes philanthropiques sur place. Même si des exemples dans d’autres pays sont cités, la prédominance américaine est nettement marquée. Mais c’est justement l’un des intérêts de sa lecture pour un Européen, car les personnalités réputées de Bill Gates (p. 20) ou Oprah Winfrey (p. 34) alternent avec de moins célèbres, comme Paul Former (p. 52), ou carrément des inconnus, telle Brianne Schwantes (p. 74).

5L’objectif de Clinton est d’encourager chacun à donner ce qu’il peut car sa thèse principale est que « chacun de nous peut donner quelque chose » (p. 15). Il s’assigne donc pour tâche de faire découvrir des personnes, des groupes, des projets auxquels le lecteur va pouvoir s’identifier, se joindre ou qui alimenteront sa propre réflexion en la matière. Évidemment cela le conduit à privilégier le descriptif et revêt, quelquefois, des allures de catalogue. C’est la faiblesse majeure du livre, qui n’analyse guère en profondeur notamment certains ressorts de l’activité caritative, ni ne s’interroge sur sa place, son rôle et son influence ou ses possibles dysfonctionnements. Mais en même temps, il en fait la force précisément de par ce tableau chatoyant. D’autant que le cheminement réflexif reste cependant cohérent. Loin de ne limiter la philanthropie qu’au don d’argent, l’auteur aborde en effet successivement le bénévolat, la donation d’objets ou de temps, le mécénat de compétences, le don de « bonnes idées » … Chaque chapitre est enfin assorti d’une courte bibliographie, mais surtout d’une liste de sites Internet des fondations, associations ONG et entreprises citées qui s’avère bien précieux.Si la démarche caritative et la culture associative américaine ne sont évidemment pas transposables tels quels en Europe, les lecteurs qui se le procureront devraient néanmoins eux aussi y puiser largement matière à réflexion, et pourquoi pas, des idées de pistes à explorer. Les spécialistes de la collecte de fonds y trouveront bien sûr aussi leur provende, mais le citoyen ordinaire tout autant.

  • 2  Lequel pourrait ainsi envisager un partenariat plus large avec le champ philanthropique qui lui pe (...)

6A un moment où l’interrogation sur une extension du domaine philanthropique commence d’être sérieusement évoquée en France, y compris du côté de l’État2, la lecture de l’opus clintonien est assurément à recommander à celles et ceux que cette question intéresse. A cet égard, nous ne saurions trop leur conseiller de ne pas trop tarder, car le sujet étant encore (à tort selon nous) considéré comme peu passionnant en France, l’éditeur n’a probablement dû procéder qu’à un tirage limité !

Haut de page

Notes

1  On l’a vu, encore, il y a quelques années en France avec un ex-chef de l’État s’essayant à l’écriture de romans. Mais les exemples, en la matière, sont légion.

2  Lequel pourrait ainsi envisager un partenariat plus large avec le champ philanthropique qui lui permettrait de se reconcentrer, prioritairement, sur des missions politiquement estimées comme essentielles. Ceci particulièrement dans le cadre de la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) actuellement en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Ryfman, « Vision clintonienne du don », Humanitaire [En ligne], 18 | Printemps 2008, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/242

Haut de page

Auteur

Philippe Ryfman

Professeur et chercheur associé au Département de Science Politique et au Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne (CRPS), Université Paris I, Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org