Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

L’inégalité rend malade

Aube Bleven
p. 98-99
Référence(s) :

Richard Wilkinson et Kate Pickett, Pourquoi l'égalité est meilleure pour tous ?, préface de Pascal Canfin, Les petits matins/Institut Veblen/Etopia, octobre 2013

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thomas Piketty, Le capital au xxie siècle, Seuil, août 2013 ; Martin Hirsh, Cela devient cher d'êtr (...)

1La question des inégalités est décidemment au cœur de cette rentrée littéraire. Après Thomas Piketty et Martin Hirsh1, c’est désormais à Richard Wilkinson et Kate Pickett, préfacés par Pascal Canfin, de venir alimenter le débat sur cette question de société d’une actualité brûlante (crise oblige).

2Un livre de plus sur les inégalités me direz-vous ? Certes, mais vous auriez tort. Car ce livre a fait le tour du monde avant d’être traduit et enfin publié en France. On peut même se risquer à dire qu’il constitue désormais une référence incontournable dans son domaine, grâce à son succès tant inattendu que populaire Outre-Manche. Le livre s’y est vendu à plus d’une centaine de milliers d’exemplaires – comme l’explique Pascal Canfin –, réintégrant de force la question des inégalités dans le débat public britannique et obligeant tant les travaillistes que les conservateurs (David Cameron en tête) à s’exprimer sur le sujet.

3Pourquoi un tel succès ? Sans doute parce que les auteurs de The Spirit Level. Why More Equal Societies Almost Always Do Better (son titre original en anglais) ont préféré prendre la théorie néo-libérale au mot (et finalement à son propre piège) plutôt que la critiquer en faisant appel à des considérations morales.

4Un des piliers de la théorie néo-libérale – la « théorie de ruissellement » – postule que l’enrichissement des uns bénéficie à la société dans son ensemble : la richesse ruisselle du haut vers le bas de l’échelle sociale, créant ainsi la prospérité et le bien-être pour tous. C’est cette théorie – qui a servi de soutien « scientifique » aux politiques d’allègement fiscal de ces dernières décennies – que les deux auteurs, chercheurs en épidémiologie, ont choisi de tester « scientifiquement ». Et leurs conclusions sont implacables : non seulement les sociétés inégalitaires ne font du bien à personne (ni aux pauvres, ni même aux riches), mais elles affichent des résultats nettement moins bons que les sociétés égalitaires.

5Chapitre après chapitre, on découvre avec stupéfaction – parfois même écœurement – les conséquences sanitaires et sociales des inégalités. Tout y passe : obésité, cancer, grossesse chez les adolescentes, maladies mentales, violence, criminalité, etc. L’efficacité du livre est réelle et on en sort bien convaincu de la nécessité de lutter contre les inégalités. Heureusement, il reste un chapitre entier pour dessiner les contours d’un avenir meilleur. De quoi y puiser l’énergie pour ne pas baisser les bras.

Haut de page

Notes

1 Thomas Piketty, Le capital au xxie siècle, Seuil, août 2013 ; Martin Hirsh, Cela devient cher d'être pauvre, Stock, octobre 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aube Bleven, « L’inégalité rend malade », Humanitaire, 36 | 2013, 98-99.

Référence électronique

Aube Bleven, « L’inégalité rend malade », Humanitaire [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2825

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org