Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

L’histoire du CICR revisitée

Philippe Ryfman
p. 105-111
Référence(s) :

Isabelle Vonèche Cardia, Neutralité et engagement. Les relations entre le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Gouvernement suisse 1938-1945, Lausanne, Société d'histoire de la Suisse romande, 2012

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

1Quoique largement professionnalisé, l’humanitaire demeure une activité bien spécifique. Non seulement par les objectifs poursuivis, la précarité du cadre d’action, le respect de certains principes, mais encore la dimension d’engagement qu’il comporte autant pour les personnels internationaux, que – souvent, en tout cas – nationaux. Ce contexte original a suscité le surgissement – depuis une quarantaine d’années – d’un phénomène bien particulier lui aussi. Il s’agit (au-delà des classiques récits autobiographiques, d’ailleurs nombreux) de l’inscription de certains travailleurs humanitaires – à un moment de leur parcours – dans une démarche de recherche, d’analyse critique et de prise de distance, conformément aux critères scientifiques en usage dans les sciences sociales. Avec comme objet l’aide humanitaire ou ses acteurs.

2Dès lors, la recherche dans ce domaine – en dépit de ses nombreux handicaps structurels et lacunes dans l’espace francophone (contrairement au vaste appareil déployé du côté anglo-saxon) – est composite. À côté des productions des quelques chercheurs de métier s’intéressant à ce champ, nombre de travaux de grande qualité sont ainsi réalisés par d’anciens professionnels du milieu. Cependant, si la littérature scientifique est assez fournie sur la période récente, elle l’est moins sur des épisodes plus anciens, pourtant particulièrement riches d’enseignements pour l’opérationnel du xxie siècle.

3De ce point de vue, le remarquable livre d’Isabelle Vonèche Cardia est emblématique. Celle-ci a en effet d’abord travaillé sur le terrain (notamment dans la Corne de l’Afrique) pour diverses ONG et agences des Nations unies, avant d’intégrer (ce qui a probablement été déterminant dans la construction de son objet de recherche) le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) où elle a passé cinq ans, au siège à Genève. C’est alors – et comme elle l’écrit en introduction avec « ce vécu en tête » (p. 31) – qu’elle a entrepris une thèse d’histoire, d’abord en Suisse, avant de la poursuivre en France à l’Université Paris x-Nanterre, sous la double direction des professeurs Annette Becker et Henry Rousso, historiens réputés, spécialistes l’une de la Première Guerre mondiale et l’autre de la suivante. Ensemble à l’époque, ils développaient une nouvelle approche de l’histoire culturelle de la guerre au xxe siècle. Après sa soutenance, elle en a tiré cet ouvrage publié grâce aux bons soins de la Société d’Histoire de la Suisse Romande – en Suisse – mais facilement disponible partout.

  • 1 Jean-Claude Favez, Une Mission impossible ? Le CICR, les déportations et les camps de concentration (...)
  • 2 Jean-François Bergier, La Suisse, le national-socialisme et la Seconde Guerre mondiale. Rapport fin (...)
  • 3 C’est le nom que le gouvernement porte en Suisse.

4Isabelle Vonèche Cardia a décidé de revisiter certains pans de l’action humanitaire du CICR durant le second conflit mondial, en les contextualisant autour de ses rapports avec l’État où son siège est installé, c’est-à-dire la Suisse et son gouvernement. Cette focale est d’autant plus intéressante qu’à partir des années 1980 – et très largement à l’initiative ou avec le concours du CICR lui-même – des historiens ont entrepris une vaste investigation sur l’incapacité de cette organisation humanitaire à protéger les Juifs, les Tsiganes et autres victimes de la politique exterminatrice nazie. De ce point de vue, les travaux antérieurs, particulièrement ceux des professeurs Jean-Claude Favez1 et Jean-François Bergier2, constituaient des références essentielles de départ. Or, concernant les relations entre le CICR et le gouvernement helvétique, ils estimaient que le CICR s’était mis à la remorque du Conseil Fédéral3 et qu’il n’avait pu faire montre que d’une faible autonomie face à ce dernier. Cette thèse dominante trouve notamment sa source dans un épisode crucial. Il s’agit de la renonciation par le CICR – lors d’une réunion des membres du Comité le 14 octobre 1942, et dont les minutes ont aujourd’hui été publiées – au lancement d’un appel public qui aurait dénoncé les persécutions nazies, la violence génocidaire et la mise en œuvre de la guerre totale. Le « choix du silence » (p. 122), par conséquent.

5Or, Vonèche Cardia montre de manière indubitable que la relation entre l’organisation humanitaire et la Confédération était beaucoup plus complexe qu’on ne l’avait cru. Remettant en question ou à tout le moins nuançant l’analyse prévalant jusqu’alors, elle établit que la supposée dépendance de l’une vis-à-vis de l’autre est loin d’être si évidente. En travaillant sur des archives en partie inexploitées, elle montre que les dirigeants du CICR de l’époque ont – au contraire – eu le souci de se distinguer du pouvoir politique. Pour elle, c’est surtout l’approche essentiellement juridique dont ils sont restés prisonniers (et, ajouterons-nous, une certaine forme de pusillanimité) qui les a empêchés – avant tout – de saisir la spécificité de la politique exterminatrice du iiie Reich, et la naturelle réelle du totalitarisme.

  • 4 Par exemple, parmi les plus récents, ceux de François Bugnion, avec lequel l’auteure a d’ailleurs t (...)
  • 5 Nous évitons d’user – pour notre part – du terme d’« institution » souvent employé dans la mouvance (...)

6Toutefois, ce livre n’est pas que cela. Il offre aussi l’opportunité pour des lecteurs n’ayant ni le temps, ni le loisir de se plonger dans l’abondante littérature existante sur l’histoire du CICR – depuis 150 ans – d’y trouver un bel aperçu synthétique (surtout dans les deux premiers chapitres de la première partie), du long parcours de l’organisation (avec une synthèse des principaux travaux qui lui ont été consacrés4). Ils suivent une introduction où elle expose son hypothèse de recherche, elle-même précédée par un avant-propos de Cornelio Sommaruga – le très charismatique ancien Président du CICR de la fin du xxe siècle – et d’Henry Rousso, son directeur de thèse. Entre autres informations, le lecteur apprendra ainsi que l’organisation5 – en dépit de son prestige international – a fréquemment éprouvé dans son histoire des affres financières considérables, voire été au bord de la cessation de paiement et de l’arrêt complet de ses activités. Dans la même veine, elle rappelle – à juste titre – que le fait que cette organisation soit aujourd’hui essentiellement financée sur fonds publics à travers les contributions des États – structuration régulièrement présentée comme un marqueur identitaire – est d’ancrage récent. Il s’agit – dirions-nous – d’une tradition recréée. Car, du xixe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale elle se finançait sur fonds privés (cotisations des membres, collectes, dons). Ce n’est qu’à partir de 1914, puis de l’entre-deux guerres que le modèle d’un financement par les États a été progressivement mis en place. On ajoutera qu’aujourd’hui face aux restrictions budgétaires, et aux crises financières que connaissent de nombreux pays, ainsi qu’à l’attitude souverainiste d’autres (notamment parmi les émergents), le CICR cherche à diversifier ses ressources en retrouvant la voie des financements privés, notamment par l’entremise de fondations.

7La première partie du livre se clôt sur la préparation à la guerre et l’ampleur du traumatisme de l’Anschluss en Suisse en 1938. L’auteure y souligne l’importance à partir des années 1920 des liens personnels et étroits tissés entre membres du Comité et ministres du gouvernement helvétique. Ils s’expriment spécialement à travers l’entrée en 1923 d’un Conseiller fédéral, Giuseppe Motta (autrement dit d’un homme politique ayant rang de ministre) au CICR. Même après avoir quitté le gouvernement, il demeurera membre du Comité jusqu’à son décès en juillet 1940. Quelques mois plus tard, il fut remplacé par Philipp Etter, Conseiller fédéral en exercice. Cette proximité témoigne du souci – fortement affirmé par le Président de l’époque, Max Huber – de se placer « dans la perspective d’une communauté de destin entre le CICR et la Confédération » (p. 91). Ainsi, « l’humanitaire [est vu] comme destin commun » (p. 73). D’autant qu’à l’époque la suissitude joue à plein, ce qui amène Vonèche Cardia à observer que « si l’activité du CICR est internationale, tout est suisse dans l’institution ». Dans ce moment historique, par conséquent, « plus qu’une organisation internationale à caractère suisse, le CICR est une organisation suisse à caractère international » (id.).

8Dans sa deuxième partie, l’auteure s’attache d’abord à la période 1939-1942 qu’elle caractérise par les termes « coopération et autonomie ». Cette coopération entre l’organisation et le gouvernement fédéral se traduit par des activités humanitaires conjointes en faveur des victimes du conflit, par exemple le transport et l’hospitalisation de blessés et de malades en Suisse, l’assistance aux militaires étrangers internés, les bons offices de négociateur proposés aux belligérants pour le rapatriement conjoint de grands blessés et malades. Elle rappelle ensuite (chapitre 5) le souci manifesté par le CICR de prendre position face aux violations du droit international, à partir de l’expérience acquise au cours de la Première Guerre mondiale, notamment sur quatre thèmes principaux : le traitement des prisonniers de guerre ; la protection des civils ; le torpillage de navires marchands et la guerre chimique. Ainsi, le 12 mars 1940, le CICR lancera un appel aux belligérants sur la protection des populations civiles contre les bombardements aériens. Cependant, les diverses prises de position publique à ce titre (puisque là il en a existé) n’eurent guère de retentissement. Même s’ils caractérisent – ici également – sa forte autonomie par rapport au gouvernement de Berne. Les puissances totalitaires y étaient d’autant plus indifférentes que dans l’entre-deux guerres, en 1936, le Comité – toujours à partir de la « vision étroitement juridique de [son] action […] qui l’emporte » (p. 105) avait renoncé à protester contre l’emploi de gaz toxiques par l’Italie fasciste contre les combattants et civils éthiopiens.

9L’auteure s’intéresse ensuite à ce qu’elle appelle « un changement de paradigme pour les activités humanitaires » (p. 117), provoqué à partir de la seconde partie de l’année 1941 par l’extension des champs de batailles qui ne touchent plus seulement l’Europe et l’Afrique, mais également le Caucase, l’Asie et le Pacifique. Il voit la multiplication des acteurs humanitaires et un renforcement du rôle propre de la Suisse – du fait de sa neutralité – en tant que Puissance protectrice désignée à ce titre par certains belligérants, sur la base des Conventions de Genève. Paradoxalement, cet élargissement provoque un renforcement – en parallèle – des liens entre le CICR et la politique humanitaire fédérale. Il se traduit spectaculairement avec la désignation d’un membre du Comité, Edouard de Haller, au poste (créé en janvier 1942) de Délégué du Conseil fédéral aux Œuvres d’Entraide internationale. Son rôle est « d’assurer la coordination entre les diverses actions humanitaires et la liaison avec le gouvernement suisse » (p. 116). Or, cette nomination n’entraîne par la démission de Haller du CICR, bien au contraire.

10Enfin, dans sa dernière partie consacrée aux années 1942 à 1945 – intitulée « émulation et concurrence » – Vonèche Cardia revisite la question du silence du CICR face aux déportations (chap. 8) ainsi que ce qu’elle appelle une convergence d’intérêts entre l’État fédéral et le Comité (chap. 9). Auparavant elle se sera longuement intéressée à une péripétie très oubliée mais qui lui paraît emblématique : il s’agit d’une crise humanitaire connue sous le nom de « l’affaire des menottes ». Commencée en août 1942 après l’échec du raid lancé par les troupes britanniques et canadiennes sur le port de Dieppe, elle conduira de proche en proche – par un enchaînement de représailles et contre-représailles – environ quatre mille prisonniers de guerre britanniques et allemands à être simultanément menottés huit heures par jour pendant plus d’une année (p. 147-168). L’auteure montre que cet épisode – qui peut paraître mineur au regard de la longue liste des épouvantables atrocités commises durant le conflit – ne l’est pas tant que cela. En effet, il s’inscrit dans la problématique plus vaste de la situation des prisonniers de guerre pour ces derniers. Certains des militaires détenus bénéficieront d’un relatif bon fonctionnement de la protection conventionnelle assurée par les textes de droit international humanitaire alors en vigueur. Ainsi, la situation des prisonniers alliés en Allemagne et germano-italiens aux mains de la Grande-Bretagne et des États-Unis est sans comparaison avec le sort catastrophique des prisonniers soviétiques en Allemagne, allemands en URSS, américains au Japon. Notamment (mais pas seulement) parce que l’URSS et le Japon n’avaient pas ratifié la Convention de 1929 alors en vigueur.

11Dans son chapitre sur le silence du CICR face aux déportations, l’historienne réétudie de façon très fine et saisissante la désormais fameuse séance du 14 octobre 1942. Elle a l’excellente idée d’établir un tableau très frappant des prises de position des uns et des autres. Ce qui lui permet de souligner le caractère plus que particulier de cette séance avec son ordre du jour unique, l’absence du Président du Comité alors malade, et surtout le fait que « presque toutes les prises de paroles comportent trois développements. Dans le premier l’orateur prend position, soit contre l’appel en démontrant combien "parler nuit", soit en sa faveur, en arguant que "se taire nuit", il présente ses arguments et propose une alternative au projet en discussion » (p. 183). Ainsi, neuf membres du Comité favorables à une prise de parole suggéreront une alternative à l’appel, et huit hostiles pareillement. Par rapport à l’objet de sa recherche, elle montre qu’il n’y a eu aucune manipulation gouvernementale qui aurait été portée par les deux membres du Comité liés au pouvoir politique (Etter et de Haller). Au contraire, ces derniers redoutent qu’on impute à celui-ci la responsabilité de l’absence d’appel (p. 194) ! Ce qui met bien, comme le dit l’auteure, « en relief celle du CICR » (id.). Finalement, en juillet 1943, puis en décembre, « le CICR parle enfin » (p. 196), en lançant deux appels aux belligérants sur les méthodes de guerre et le traitement des prisonniers de guerre, mais toujours sans évoquer les massacres de masse.

12Dans son dernier chapitre, elle repère enfin – durant la dernière phase de la guerre – l’existence d’une autre forme de « convergence d’intérêts » entre le gouvernement suisse et le CICR. Les rapports s’intensifient, notamment du fait de l’approche de la victoire alliée. Pour les caractériser, l’essayiste évoque un balancement entre la « concurrence ou la connivence » dans le domaine humanitaire (p. 233).

13Au terme de sa démonstration, Vonèche Cardia conclut fortement que « l’image d’un CICR ne dénonçant pas les déportations, car dépendant du gouvernement helvétique et manipulé par lui, est fausse. Quand le CICR désire s’exprimer, il le fait » (p. 239). Avec beaucoup d’humilité, elle esquisse aussi pour de futurs chercheurs des pistes restant à explorer, tant sur les rapports CICR/gouvernement helvétique, que dans une perspective comparatiste.

14On soulignera enfin que cet ouvrage est pourvu d’un appareil de notes très fourni, mais qui ne gêne en rien la lecture, d’autant qu’il est écrit dans un style alerte et jamais ennuyeux. Tout en satisfaisant à l’ensemble des critères scientifiques de la recherche (notamment une abondante bibliographie, fort bien classée, un index des personnes et un autre des lieux), l’engagement humanitaire d’Isabelle Vonèche Cardia sourd et vibre – si le chroniqueur peut se permettre ces expressions – à maintes reprises, en dépit de la distanciation qu’en tant que chercheur elle s’astreint à respecter. Mais on l’a vu, cela ne la conduit pas à privilégier des périphrases et ses analyses et conclusions sont au contraire étayées, sèches et pointues.

  • 6 On regrettera, de ce point de vue, que l’essayiste – même si ce n’était pas, bien sûr, son sujet – (...)

15La lecture de ce livre est, ainsi, à recommander vivement. Car, en dépit de la distance chronologique de plusieurs décennies nous séparant aujourd’hui de cette période, elle est riche d’interactions avec le présent de l’action humanitaire. Par exemple, Max Huber n’allait-il pas constamment répétant que le Comité était là « pour travailler et non protester » (p. 198) et qu’il serait jugé uniquement sur ses capacités opérationnelles… Le CICR a su de manière transparente et courageuse en tirer les enseignements nécessaires dans sa pratique humanitaire, d’autres agences aussi6. L’actualité des conflits armés montre – au quotidien – qu’il faut les garder présents à l’esprit.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Favez, Une Mission impossible ? Le CICR, les déportations et les camps de concentration nazis, Lausanne, Payot, 1996 (1ère éd. 1988).

2 Jean-François Bergier, La Suisse, le national-socialisme et la Seconde Guerre mondiale. Rapport final de la Commission Indépendante d'Experts Suisse - Seconde Guerre mondiale, Zurich, Pendo Verlag, 2002.

3 C’est le nom que le gouvernement porte en Suisse.

4 Par exemple, parmi les plus récents, ceux de François Bugnion, avec lequel l’auteure a d’ailleurs travaillé à l’occasion d’un colloque et de l’ouvrage collectif qui en a résulté.

5 Nous évitons d’user – pour notre part – du terme d’« institution » souvent employé dans la mouvance du CICR. Ainsi que le remarque – justement – Sommaruga, « elle ne veut rien dire, si ce n’est que le CICR n’appartient à aucune catégorie » (p. 11)…

6 On regrettera, de ce point de vue, que l’essayiste – même si ce n’était pas, bien sûr, son sujet – ne l’évoque pas quelque peu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Ryfman, « L’histoire du CICR revisitée », Humanitaire, 36 | 2013, 105-111.

Référence électronique

Philippe Ryfman, « L’histoire du CICR revisitée », Humanitaire [En ligne], 36 | 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2838

Haut de page

Auteur

Philippe Ryfman

Professeur et chercheur associé au Département de Science Politique, Université Paris I, Panthéon-Sorbonne et CESSP-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org