Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Réhumaniser l’humanitaire

Pascal Grellety Bosviel et Sophie Bocquillon, Toute une vie d’humanitaire. 50 ans de terrain d’un médecin-carnettiste, Elytis, 2013
p. 106-108
Référence(s) :

Pascal Grellety Bosviel et Sophie Bocquillon, Toute une vie d’humanitaire. 50 ans de terrain d’un médecin-carnettiste, Elytis, 2013

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

histoire de l’humanitaire
Haut de page

Notes de la rédaction

Propos recueillis par Marion Oudar

Texte intégral

Depuis sa première mission en 1964, au Yémen, pour le compte du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le docteur Pascal Grellety Bosviel compte près d’un demi-siècle d’action humanitaire à son actif. Durant toutes ces années, ce cofondateur de Médecins Sans Frontières ne s’est jamais séparé de ses crayons, de sa plume, de son appareil-photo, par souci de témoigner, de laisser une trace de l’expérience vécue et de raconter autrement les conflits. Dans un ouvrage élaboré en collaboration avec Sophie Bocquillon, « docteur Pascal » présente un concentré de ses carnets de mission. L’occasion de jeter un œil dans le rétroviseur et de questionner l’évolution de l’humanitaire.

Revue Humanitaire : Pourquoi avoir décidé de publier vos carnets ?

Pascal Grellety Bosviel : Je voulais le faire depuis longtemps, mais devant tous mes carnets – il y en a plus de 70 – les gens me disaient souvent qu’il y en avait trop et que ce n’était donc pas possible. Mais à l’occasion de son 150e anniversaire, en 2013, le CICR souhaitait faire quelque chose pour le célébrer. Ce sont eux qui ont financé le livre dont les royalties vont servir à financer certains de leurs projets.

R. H. : Comment vous est venue l’envie d’écrire au cours de vos missions ? Et qu’est-ce que cette activité de carnettiste vous a apporté dans votre métier d’humanitaire ?

P. G. B. : J’écris depuis toujours. Je pense que si l’on n’écrit pas tout de suite ses impressions, le soir avec sa lampe frontale sous la moustiquaire, mais seulement après être rentré de mission, ce ne sont plus que des impressions revues et corrigées, voire même « littéraires ».

Dans l’écriture, ce qui m’intéresse c’est l’exercice consistant à décharger sa mémoire. Lorsque j’écris, je raconte ce qui m’a intéressé dans la journée, les expériences et anecdotes amusantes qui se sont passées. Petit à petit, je me suis aussi servi de l’écriture pour exprimer mes coups de gueule.

Mais je fais également des dessins. Par exemple, lorsque j’étais au Congo durant trois mois avec Aide Médicale Internationale, je n’avais plus le temps d’écrire tous les jours, alors j’ai dessiné des caricatures auxquelles j’ai rajouté des bulles, genre bande dessinée, afin de résumer la situation. Dans ces caricatures, j’utilise beaucoup les animaux qui deviennent en quelque sorte la tierce personne critique.

Écrire dans le cadre de mon métier d’humanitaire m’a aidé à transmettre mes pensées et à répondre aux questions que je me posais parfois : Qu’est-ce que je fous là ? À quoi je sers ? Est-ce que mon intrusion va être bénéfique ou pas ? Il est très important de garder ces questions à l’esprit lorsque l’on est sur le terrain.

R. H. : Quelles sont les missions qui vous ont le plus marqué ?

P. G. B. : Toutes mes missions m’ont marqué ! J’ai travaillé dix ans pour le CICR, dans une totale confiance, et grâce à cette organisation j’ai été témoin de moments historiques passionnants. Mais si je devais raconter les anecdotes d’une mission parmi d’autres, je choisirais celle menée auprès des Papous de Nouvelle-Guinée. C’était impressionnant ! Un jour, une dame est venue au centre de santé en me disant qu’elle avait mal aux côtes. L’infirmière, qui avait déjà fait quatre ou cinq missions dans cette région, me dit : « Pascal, fais gaffe ! Tu palpes, mais ce n’est pas vrai ! Elle a mal aux côtes parce que son cochon est mort et qu’il avait une fracture aux côtes : elle reprend la maladie de son cochon. » Le cochon est en effet très important chez les Papous. Si on ne sait pas tout ça, on passe à côté.

Pour les accouchements, c’est la même chose. Une fois la confiance établie, on apprend que les femmes accouchent accroupies, si bien que la sage-femme se plaçait derrière pour soutenir le dos. De fait, ce n’est pas mal du tout et maintenant, on y vient progressivement dans certains pays occidentaux.

Si on ne connait pas toutes ces données anthropologiques, on se plante parce que l’on va reproduire dans le monde entier les mêmes schémas élaborés par l’UNICEF ou l’OMS sans se poser de questions. Il y a une adaptation complète à faire. Toutes ces observations, recueillies ici et là, vont dans ma « boîte à outils ».

R. H. : Vous en avez d’ailleurs mis en image certaines que l’on retrouve dans votre livre : quels sont les petits « trucs » du terrain que vous préférez ?

P. G. B. : Je crois que ce sont les techniques que j’ai développées pour les enfants des orphelinats, d’abord au Biafra, puis au Cambodge et en Roumanie. Avec quelques boîtes de peinture et de conserve, on peut faire plein de choses. L’important est de développer les différents sens des enfants : la vue avec des mobiles colorés, l’odorat avec de l’encens comme au Cambodge, l’ouïe avec de la musique. Le touché également est très important : j’ai appris aux infirmières le massage des pieds pour les orphelins de Roumanie. J’utilise également beaucoup les pliages : les grenouilles, c’est mon grand truc pour enseigner ; il y a la grenouille qui s’est tordu un pied, la grenouille qui tousse, etc.

R. H. : Si votre livre est un récit de vie, il est également celui de l’évolution de l’action humanitaire. Comment la décririez-vous ?

P. G. B. : L’humanitaire n’a pas changé, mais ce sont les conditions dans lesquelles on le pratique qui ont changé. Je crois beaucoup à mon idée de « réhumaniser l’humanitaire » que j’ai indirectement abordée dans le livre.

Aujourd’hui, on n’est plus tout seul au bout du monde comme j’ai pu l’être. On est tout de suite « relié » au reste du monde, on a des impératifs et on devient de plus en plus des techniciens humanitaires. L’informatique a transformé le métier. Rapports et statistiques pour le donateur et le siège sont de plus en plus exigeants et forcent les gens du terrain à être de plus en plus sur leur ordinateur au lieu d’être au dispensaire. C’est ce que je montre dans la caricature « Le sacro-saint ordi » qui est dans le livre : la responsable de mission ne se repose jamais vraiment, pensant même la nuit aux statistiques et rapports !

Certes, les ONG ne peuvent exister sans les donateurs. C’est la grande difficulté des petites et moyennes ONG. Ce qui compte, c’est d’être au journal de 20 heures et d’avoir de la matière à montrer au donateur. Mais cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas ajouter des petites choses comme la rencontre avec les autres acteurs de santé notamment les tradi-médecins, ou des échanges avec les autres ONG pour savoir comment elles travaillent, etc.

R. H. : Comment faire, alors, pour « réhumaniser l’humanitaire » ?

P. G. B. : Il faut distinguer l’urgence, la post-urgence et le développement. L’urgence, expliquée simplement, c’est lorsqu’on sort une personne en train de se noyer, on la ranime et on la laisse sur le rivage. C’est ce qu’on fait dans les grandes catastrophes et, d’une certaine manière, on ne se pose pas de questions. Ensuite vient la phase post-urgence lors de laquelle on reconstruit la maison, le dispensaire, etc. : on remet la personne dans l’état dans lequel elle était avant. Plus tard, ou en parallèle, c’est le développement : là on essaye de faire mieux que ce qui était avant ; on améliore le dispensaire, on essaie d’endiguer l’épidémie de SIDA, etc. C’est à ce moment-là que doit intervenir mon idée de réhumaniser l’humanitaire : aller dans les écoles rencontrer les enfants et savoir comment l’instituteur apprécie ce que l’on fait dans l’hôpital, aller voir le tradi-médecin, etc.

Concrètement, je vais prendre l’exemple d’un programme auquel j’ai participé au Congo. Comme c’est un pays chrétien, je vais à la messe parce que c’est l’endroit parfait pour comprendre des choses et en transmettre. À la sortie de la messe, le prêtre annonce : « Il y a Babou Pascal qui va vous expliquer les nouveaux médicaments pour le paludisme ». Alors les gens viennent me voir, me parlent, m’expliquent des choses, me mettent en contact avec tous les acteurs de santé, le sorcier, le tradi-médecin, etc. Alors je vais voir ce dernier, je fais ami-ami avec lui, on parle de tout, on fume une cigarette : la confiance s’installe progressivement. Après quelques rencontres, il m’explique ses méthodes et remèdes traditionnels. Je vois qu’il est très bon pour tout ce qui est petite traumatologie. Alors on passe une sorte de marché, on fait un « échange entre confrères » : je lui envoie les cas de petite « traumato », comme des entorses, et lui m’adresse les patients ayant eu de grosses factures, ceux qui toussent ou ont de la fièvre, etc.

L’humanitaire, c’est tout cela. C’est une rencontre, pas simplement médicale mais une rencontre avec d’autres civilisations, une rencontre intéressée, sans jugement. Pour moi, c’est la chose la plus importante et elle est en train de se perdre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Réhumaniser l’humanitaire », Humanitaire, 37 | 2014, 106-108.

Référence électronique

« Réhumaniser l’humanitaire », Humanitaire [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2900

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org