Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

L’humanitaire sous Pétain

Jean-Pierre Le Crom, Au secours maréchal ! L’instrumentalisation de l’humanitaire (1940-1944), Paris, PUF, 2013
Francisco Rubio
p. 109-110
Référence(s) :

Jean-Pierre Le Crom, Au secours maréchal ! L’instrumentalisation de l’humanitaire (1940-1944), Paris, PUF, 2013

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

histoire de l’humanitaire
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jean-Pierre Le Crom aborde un sujet rarement évoqué dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale en France : celui de l’action humanitaire et des œuvres humanitaires françaises pendant toute cette période. Cet ouvrage est donc particulièrement bienvenu et reflète la continuation des travaux précédents de l’auteur, comme son livre sur la protection sociale sous Vichy (paru aux Presses universitaires de Rennes quelques années auparavant). À travers l’analyse minutieuse de l’historien nous retrouvons aussi toutes les problématiques actuelles des missions humanitaires qui oscillent entre indépendance et compromis voire compromission, entre caritatif et solidarité, entre politique et neutralité, entre impartialité et favoritisme. La philanthropie est aussi un instrument de gouvernement.

2L’action humanitaire de 1940 à la fin de la guerre a été massive tant les besoins étaient immenses. Plusieurs milliers de personnes ont été salariées des principales œuvres humanitaires et les financements privés et publics conséquents.

3Quatre grandes organisations seront les opérateurs de l’action humanitaire sous le régime de Vichy : le Secours National, la Croix-Rouge Française, le Comité ouvrier de secours immédiat et les Assistants du devoir patriotique. La principale, le Secours National, est une organisation réactivée en 1939 mais dont la naissance remonte à 1914. Dès 1940 elle obtient le monopole de la collecte privée de fonds, à charge pour elle de les redistribuer entre les diverses associations caritatives. Le Croix-Rouge se voit dotée de son statut actuel par le maréchal Pétain qui procède alors à la fusion des trois mouvements qui la composent. Les deux autres organisations moins importantes sont issues de mouvement se disant favorables à la collaboration. Les lignes de fractures politiques apparaissent donc entre ces organisations oscillant de pétainistes à collaborationnistes, avec un équilibre complexe pour la Croix-Rouge.

4S’il existe entre ces organisations une forte concurrence pour prétendre au monopole de certaines causes, comme les prisonniers de guerre, le paysage reste donc largement dominé par le Secours National. À son conseil d’administration siègent des politiques, mais aussi des hauts fonctionnaires, notamment des conseillers d’état. Paradoxalement les organes dirigeants du Secours National comportent en leur sein des personnalités qui ne cachent pas leur sympathies gaullistes comme Michel Debré jusqu’en 1943. En 1941, le Secours National compte plus de 5 000 salariés dont l’organisation – ainsi que le salaire – est calquée sur les règles de la Fonction publique. Le budget du Secours National est alimenté par des collectes privées, par des subventions de l’état mais aussi par le produit de la confiscation et de la vente des biens juifs. La « machine » que représente le Secours National est vue par bien des personnalités ou les préfets de plusieurs départements comme un véritable état dans l’état.

5Face à la politique de Vichy, chacune de ces organisations tentera de s’adapter et de sauvegarder un idéal humanitaire. C’est ainsi que le Secours National va d’abord résister aux pressions du gouvernement avant de licencier son personnel juif, alors que la Croix-Rouge va résister et s’opposer aux demandes de Vichy et développer des actions pour cacher les enfants juifs.

6L’analyse la plus intéressante de Jean-Pierre Le Crom concerne les acteurs individuels, dirigeants de sections ou « patron » des organisations départementales. Tous les cas de figure sont présents et là aussi des hommes et des femmes s’engagent dans l’actions humanitaire sans autre vue que de porter une aide et une assistance aux plus démunis, personnes âgées, enfants, femmes sans se soucier de l’origine des financements ou de l’idéologie sous-jacente de l’organisation.

7Bref, un livre très intéressant qui reflète toute l’ambiguïté de l’action humanitaire dans un tel contexte politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Rubio, « L’humanitaire sous Pétain », Humanitaire, 37 | 2014, 109-110.

Référence électronique

Francisco Rubio, « L’humanitaire sous Pétain », Humanitaire [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2922

Haut de page

Auteur

Francisco Rubio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org