Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Le dilemme syrien

Nader Hashemi et Danny Postel (dir.), The Syria Dilemma, Boston Review Books/Massachussets Institute of Technology, 2013
Karl Blanchet
p. 110-111
Référence(s) :

Nader Hashemi et Danny Postel (dir.), The Syria Dilemma, Boston Review Books/Massachussets Institute of Technology, 2013

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

débat humanitaire/politique

Mots-clés géographiques :

Syrie
Haut de page

Texte intégral

1Nous regardons tous la Syrie avec une culpabilité grandissante. Quelle est notre responsabilité personnelle et collective dans ces massacres et le laisser-faire coupable de la communauté internationale ? N’avons-nous rien appris de la guerre en ex-Yougoslavie ? Et pourtant les chiffres font peur. Le nombre de décès approche celui de la guerre en Bosnie. Nous n’avons pas vu autant de réfugiés depuis le génocide du Rwanda. Les preuves contre un crime contre l’humanité s’accumulent de manière dramatique tandis que les négociations de Montreux s’enlisent. Les opinions divergent sur ce qu’il convient de faire pour arrêter ce bain de sang. Kofi Annan et son successeur Lakhdar Brahimini ont été frustrés par leur propre incapacité à trouver une solution.

2La Syrie, un nouveau printemps arabe ? Pas vraiment. Il est vrai que tout a commencé comme en Égypte par une grogne de la société civile mais les enjeux en Syrie ne sont pas simplement nationaux. Les acteurs impliqués sont bien souvent les pays voisins dont les intérêts en Syrie sont multiples. On évoque par exemple l’Iran et l’Arabie Saoudite qui s’affrontent sur le sol syrien. Israël y apporte sa contribution afin de combattre Hezbollah. La Turquie et le Qatar y jouent un rôle non négligeable. La Syrie a aussi révélé une fois de plus la fissure géopolitique qui existe entre d’un côté les États-Unis, le Royaume-Uni et la France et de l’autre côté la Russie et la Chine. D’où l’inaptitude du Conseil de Sécurité à prendre une décision.

3Michael Ignatieff, auteurs d’un des chapitres, évoque les similarités entre la Bosnie et la Syrie. La responsabilité de protéger est évoqué comme principe d’intervention militaire. Mais la différence est qu’entre temps se sont déroulées les guerres d’Afghanistan et d’Irak qui ont vu l’enlisement des occidentaux dans des conflits presque sans fin. Les gouvernements et le public sont devenus sceptiques sur l’utilité d’une intervention militaire. Fareed Zakaria défend dans ce livre la futilité d’une action armée, position partagée par Washington. Si l’ambassadeur Christopher Hill fait la comparaison avec la Bosnie, c’est pour montrer que la solution diplomatique est la voie vers le processus de paix.

4Ce livre nous décrit par une série de chapitres tous écrit par une variété d’auteurs et chercheurs que les opinions varient en fonction des clivages politiques (droite, gauche) ou des conceptions politiques (libéraux, conservateurs). Mais même parmi ces groupes, des divergences existent. Une certaine gauche soutient Assad dans sa lutte anti impérialiste tandis qu’une autre gauche soutient l’opposition syrienne dans sa lutte anti dictatoriale.

5Dans ce livre publié à l’initiative de l’Université de Denver, on y apprend à décrypter la complexité du conflit en Syrie, de la situation géopolitique et des divergences entre les différents groupes rebelles. Mais n’y cherchez pas une réponse claire à votre question : faut-il ou non intervenir en Syrie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karl Blanchet, « Le dilemme syrien », Humanitaire, 37 | 2014, 110-111.

Référence électronique

Karl Blanchet, « Le dilemme syrien », Humanitaire [En ligne], 37 | 2014, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/2923

Haut de page

Auteur

Karl Blanchet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org