Navigation – Plan du site
Éditorial

L’argent, nerf de l’humanitaire ?

Christophe Adam et Olivier Lebel
p. 2-3

Texte intégral

1Un dossier de la revue Humanitaire sur l’argent, les finances et les ONG : étonnant non ?

2Ce qui est peut-être plus surprenant, c’est qu’il n’y en ait jamais eu avant, alors même que ce thème traverse régulièrement les sujets abordés dans ses colonnes. Comme si, en humanitaire, comme ailleurs, l’argent faisait peur, dérangeait. Pourtant, l’argent des ressources est aussi celui des dépenses. Et les ressources naissent de la fidélité des donateurs, du crédit auprès des bailleurs, de la notoriété, des réseaux. L’argent est donc d’abord la traduction de la confiance.

3Serions-nous alors inquiets, comme d’autres, de l’immixtion de la finance non régulée dans les différents champs de notre quotidien, de la culture au sport en passant par la santé ? Inquiets finalement, comme beaucoup, des perturbations de nos référentiels de valeurs qu’entraîne cette financiarisation forcenée du capitalisme et aux effets de laquelle n’échapperait pas l’humanitaire ?

4Tout comme les individus, nos organisations humanitaires n’échappent pas aux nécessités matérielles, tout particulièrement en temps de crise. Ce n’est sans doute pas un hasard si ce numéro arrive à un moment où la France, mais plus globalement l’Europe, subissent de graves turbulences économiques et financières. À un moment aussi où le budget 2015 de l’État français va subir des coupes profondes. Parler d’argent devenait donc une nécessité…

5Certes, l’argent est et doit rester un outil au service de l’objet social. Mais il peut être plus encore : une manière de penser la vocation d’acteurs humanitaires engagés dans le changement social, préfiguration d’un corps intermédiaire citoyen dans ce monde en transition.

6C’est donc l’objectif de ce nouveau numéro de nous aider à penser cette question du financement de l’action humanitaire, de la solidarité en général. En interrogeant d’abord une multitude de regards, parfois éloignés de nos organisations, portés depuis des entreprises (Babyloan, Hystra), des fondations (Fonds Suez Environnement), le monde politique (Pascal Canfin), celui des consultants (Christophe Courtin, Caroline Broudic, Jean-François Riffaud), depuis l’Europe aussi (ECHO) jusqu’au regard d’une ONG/entreprise du Sud (BRAC). Car pour être prospectif il faut savoir se décentrer et sortir de ses propres grilles de lecture. Sans naïveté, mais sans peur aussi. Il faut aussi s’interroger, regarder qui on est, discerner et analyser son fonctionnement loin des fantasmes ou d’un imaginaire idéalisé. Être dans le réel de notre modèle économique actuel, de ses atouts, de ses failles et des choix que nous devrons faire pour assurer à la fois les ressources de demain et accompagner le sens des projets à venir.

7Et les questions en suspens dans le champ financier sont nombreuses. Rapport aux donateurs, marketing du don, diversités des bailleurs, lien aux entreprises et à leurs fondations. Indépendance. Investissements. Modalité de la croissance et de son internationalisation. Développement de nouveaux modes de financement comme le financement participatif, le microdon ou le mécénat de compétences. Choix d’une certaine frugalité ou utilisation de la marque comme d’une source de croissance pour les partenaires. Toutes ces questions sont fondamentales. À nous de nous les approprier, de les confronter, de les étudier afin de fixer notre cap et de trouver, en adéquation avec celui-ci, les moyens de réaliser l’objet social.

8De ce numéro ne sortent pas des modes d’emploi. Uniquement des pistes qui pourront animer nos arbitrages futurs et nos choix d’investissements. Animer aussi la vision de notre modèle de développement : collaboratif, durable, en réseau ?

9Face à tous ces défis financiers et économiques, la première étape est à coup sûr de réaffirmer les priorités, les objectifs, les utopies qui nous unissent et nous mobilisent. Car ce sont elles qui sont mobilisatrices d’engagements financiers privés ou publics : on n’adhère qu’à ce en quoi on croit ! En cela, l’idée qui doit rester centrale pour nous, organisations humanitaires, est celle du rapport aux droits humains. Défendre et réaffirmer notre volonté de justice sociale, notre combat pour la mise en capacité d’agir des communautés et des individus. La deuxième étape est de savoir rester innovants, avant tout dans les idées et les ambitions. Pour cela, il nous faut demeurer au contact du monde, de la rue, des opinions, sentir et saisir l’opportunité de la mobilisation, savoir réinventer les formes de cette dernière : en somme, être ce que nous avons toujours été, à savoir des porteurs d’intuitions. La troisième étape pourra alors consister à intégrer les nouvelles énergies à notre modèle et à notre histoire, les lier à un véritable travail de terrain, avec l’objectif de les transformer en actions et en témoignages. Nos ressources financières doivent servir à appuyer ces initiatives, à les diffuser, à les relayer collectivement, autrement dit pour en faire du politique.

10Il était donc temps que nous parlions d’argent. Sans tabou. Avec comme seul rempart que les contrats, les partenariats, les alliances – quel que soit le nom donné aux liens qui nous unissent à tous ceux qui nous financent – servent l’objet social sans porter atteinte à l’indépendance d’engagement. Parler d’argent pour agir encore plus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Adam et Olivier Lebel, « L’argent, nerf de l’humanitaire ? », Humanitaire, 39 | 2014, 2-3.

Référence électronique

Christophe Adam et Olivier Lebel, « L’argent, nerf de l’humanitaire ? », Humanitaire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 12 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/3036

Haut de page

Auteurs

Christophe Adam

Christophe Adam est médecin et trésorier de Médecins du Monde.

Articles du même auteur

Olivier Lebel

Olivier Lebel est directeur général de Médecins du Monde.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org