Navigation – Plan du site
Dossier

ECHO octroie ses financements, non pas en fonction de ses partenaires mais des besoins sur le terrain

Entretien avec Jean-Pierre Buisseret
Jean-Pierre Buisseret et Boris Martin
p. 46-49

Notes de la rédaction

Propos recueillis par Boris Martin, rédacteur en chef, le 2 octobre 2014

Texte intégral

Revue Humanitaire : Dans la lignée de la Déclaration de Paris de 2005 et du rapport de l’OMS de 2010, on perçoit une tendance de fond où les financements internationaux en faveur des projets céderaient le pas à ceux versés aux États mettant en place des plans d’amélioration de la santé. Si cette tendance se confirmait, quel impact faudrait-il en attendre pour les ONG européennes sachant que, par ailleurs, ECHO pourrait financer directement des opérateurs dans les pays du Sud ? Quelles seraient vos recommandations pour s’adapter à une telle évolution ?

Jean-Pierre Buisseret : À l’heure actuelle, la base juridique d’ECHO, à savoir le règlement d’aide humanitaire, ne nous permet de financer directement ni les États, ni les organisations non gouvernementales dans les pays tiers. À court terme, ECHO ne prévoit pas de changer son mode opératoire. Cette tendance à laquelle il est fait référence s’applique à d’autres bailleurs qu’ECHO. Cependant, le contexte humanitaire actuel et l’ampleur des crises appellent tous les acteurs humanitaires à repenser leur action. Les bénéficiaires sont en droit d’attendre une aide pertinente, répondant à leurs besoins, mais aussi et surtout une aide qui les protège durablement des désastres futurs et renforce leurs capacités à faire face aux crises. À cet effet, il est essentiel que l’ensemble des acteurs réfléchissent et agissent en parfait accord. Que chacun agisse en fonction de son mandat et de ses capacités. Chaque acteur a un rôle primordial à jouer qui ne peut être pris en charge par d’autres. S’il est un conseil à donner, ce serait que les ONG se recentrent sur leur mission, leur mandat, leur expertise et sur leur capacité à transmettre les valeurs et principes humanitaires qui sont les nôtres.

R. H. : Quels impacts la crise que nous traversons a-t-elle sur les aides accordées par ECHO ? Cette crise ayant déjà provoqué un manque de liquidités au sein de cette direction générale, préfigure-t-elle que l’UE ne pourra pas continuer à couvrir plus de 50 % de l’aide humanitaire mondiale, celle transitant par les États incluse ? Cela impliquera-t-il, par exemple, un recentrage des financements sur le life saving ?

J-.P. B. : Il s’agit d’une question complexe qui met en balance des éléments qui ne devraient pas nécessairement l’être. Les besoins humanitaires n’ont cessé de croître au fil des années. Jusqu’à présent les ressources de l’UE et de ses États membres ont permis de couvrir 50 % de l’aide humanitaire mondiale. Mais nos ressources ne croissent pas à la même vitesse que les besoins. Il est fort possible que cela implique un recentrage de l’aide sur des priorités qui permettront de faire une réelle différence pour nos bénéficiaires. Les difficultés provoquées par le manque de liquidités ne sont pas à mettre en parallèle avec l’ambition humanitaire de l’Union et des États membres. S’il est vrai que ce manque de liquidité avait obligé ECHO, en 2014, à se recentrer dans un premier temps sur les activités de life saving, elle n’a cependant pas affecté le budget total octroyé par le Conseil et le Parlement à l’aide humanitaire, lequel devrait pouvoir être intégralement mis en œuvre par ECHO. Malgré les tensions économiques et financières, il faut souligner que le montant annuel moyen attribué à l’aide humanitaire dans le nouveau cadre financier multiannuel (2014-2020) a augmenté de presque 3 % en comparaison avec la période budgétaire précédente (2007-2013).

R. H. : De nouveaux pays ou groupes de pays font désormais figure de financeurs de l’aide. Il en va ainsi des BRICS ou des pays du Golfe. Comment ECHO perçoit-il l’arrivée de ces nouveaux acteurs et quels liens éventuels a-t-il établis avec eux ?

J-.P. B. : Le système humanitaire a besoin des bailleurs émergents. ECHO a entendu ce besoin et coopère déjà avec ces bailleurs tels que les BRICS ou les pays du Golfe. La collaboration vise à coordonner la réponse humanitaire afin d’assurer un financement adéquat des crises et une approche complémentaire. L’implication d’ECHO dans les travaux du Sommet humanitaire mondial, dont l’objectif est de construire un partenariat solide entre les acteurs traditionnels et émergents est un pas positif dans cette direction. Construire un tel partenariat est un investissement à long terme qui devrait progressivement produire des résultats concrets.

R. H. : En 2016 se tiendra en effet le Sommet humanitaire mondial à Istanbul : quelle position ECHO compte-t-il y défendre ? Peut-on à cet égard parler d’un « modèle européen » ? Et si oui, sur quoi repose-t-il et quelles sont ses particularités relativement à d’autres modèles ?

J-.P. B. : Ce Sommet humanitaire mondial est une toute première opportunité pour redessiner ensemble l’agenda humanitaire du futur. ECHO s’implique activement dans la préparation du Sommet afin de pouvoir donner son orientation à l’action humanitaire. La position de la Commission sera le reflet de l’expérience de cette dernière comme un des bailleurs de fonds les plus importants et comme décideur politique fort de son savoir-faire opérationnel.

La position de la Commission se devra de répondre aux enjeux actuels. À ce titre, elle cherchera certainement à renforcer l’engagement envers les principes humanitaires et le droit humanitaire international. Elle devra solidifier les partenariats entre les divers acteurs et améliorer l’efficacité du système international humanitaire afin que ce dernier anticipe mieux les risques et s’ouvre à l’innovation.

Afin d’améliorer la réponse humanitaire au niveau global, il sera important que la position de la Commission identifie les nouvelles priorités dans ces secteurs où l’UE pourrait apporter une plus-value. La Commission fera aussi en sorte d’établir des liens avec les autres processus en cours, tel que le cadre d’action post-Hyogo et le développement global post-2015.

La Commission va développer sa position en tenant compte des conclusions de la consultation européenne planifiée pour février 2015, et cela en étroite coopération et discussion avec l’ensemble des acteurs importants, à la fois sur le plan européen et mondial. La coordination avec les États membres et l’interaction avec le Parlement européen jouera un rôle clé en cette matière.

R. H. : Les liens entre ECHO et les ONG sont historiquement très forts : quelles assurances ces dernières ont-elles qu’ECHO ne se concentrera pas davantage, dans les années à venir, sur l’aide aux agences des Nations unies ou au CICR/FICR ?

J-.P. B. : L’aide humanitaire fournie par ECHO est depuis sa création le reflet de la diversité des acteurs humanitaires. ECHO octroie ses financements, non pas en fonction de ses partenaires mais des besoins sur le terrain. ECHO collabore avec les partenaires qui sont les mieux placés pour mettre en œuvre l’aide humanitaire sur le terrain en tenant compte des avantages comparatifs de chacun. Les ONG, de par leur présence sur le terrain, ont la capacité d’agir rapidement. Leur aide est le reflet des besoins exprimés par les bénéficiaires dont elles sont très proches. Les ONG sont aussi l’expression directe de la citoyenneté européenne, et à ce titre elles jouent un rôle vital pour la promotion des valeurs humanitaires.

Le CICR, les Nations unies ont chacun un mandat particulier qu’aucune ONG ne pourra remplacer. Depuis sa fondation, ECHO a montré son engagement à reconnaître et à préserver la diversité des acteurs humanitaires. Cet engagement est traduit dans le Consensus. La promotion constante faite du Consensus par ECHO est la meilleure assurance que les ONG puissent avoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Buisseret et Boris Martin, « ECHO octroie ses financements, non pas en fonction de ses partenaires mais des besoins sur le terrain », Humanitaire, 39 | 2014, 46-49.

Référence électronique

Jean-Pierre Buisseret et Boris Martin, « ECHO octroie ses financements, non pas en fonction de ses partenaires mais des besoins sur le terrain », Humanitaire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 12 décembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/3050

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Buisseret

Jean-Pierre Buisseret est Chef d’unité Finances, questions juridiques et support aux partenaires à la direction générale Aide humanitaire et protection civile (ECHO) de l’Union européenne

Boris Martin

rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org