Navigation – Plan du site
Dossier

Tournant symbolique, crise de l’humanitaire ou crise de la représentation ?

Philippe Ryfman

Résumé

« On ne s’improvise pas humanitaire », tel était le titre d’une brochure diffusée au printemps 2007 par la branche française d’Action Contre la Faim afin d’expliquer suivant quelle démarche, quels critères et dans quel cadre il était possible de s’engager à ses côtés. Quelques mois plus tard, à l’automne, cet intitulé aurait pu constituer, à la perfection, une grille d’analyse-type de certaines représentations de l’action humanitaire dont le rôle est trop mésestimé dans l’enchaînement qui a conduit aux dérives de l’Arche de Zoé...

Haut de page

Texte intégral

1« On ne s’improvise pas humanitaire », tel était le titre d’une brochure diffusée au printemps 2007 par la branche française d’Action Contre la Faim afin d’expliquer suivant quelle démarche, quels critères et dans quel cadre il était possible de s’engager à ses côtés. Quelques mois plus tard, à l’automne, cet intitulé aurait pu constituer, à la perfection, une grille d’analyse-type de certaines représentations de l’action humanitaire dont le rôle est trop mésestimé dans l’enchaînement qui a conduit aux dérives de l’Arche de Zoé...

  • 1  Au moment de la rédaction de cet article (février 2008), son volet judiciaire n’était pas définiti (...)

2Dans le flot d’exégèses que l’éclatement puis les développements de cette affaire ont alors provoqués, cet aspect, s’il a pu être évoqué, n’a en effet suscité que peu de commentaires. Cependant, le temps ayant commencé de faire son œuvre1, les diverses composantes de ce déplorable épisode peuvent désormais être étudiées avec le minimum de distance et de sérénité nécessaires, et cette piste spécifique explorée. Les conditions dans lesquelles les membres de « L’Arche » ont constitué le « contingent » d’enfants qu’ils voulaient exfiltrer du Tchad vers la France sont grosso modobien établies. Par ailleurs, le flux d’informations et d’analyses « à chaud » (et donc plutôt sommaires) inhérent à la bulle médiatique qui se forme en pareilles circonstances, est revenu à un étiage normal, tandis que les échos de ces polémiques dont la scène humanitaire française est friande se sont apaisés. Les analystes et les chercheurs auront certes à revenir sur quelques points qui restent encore à préciser, qu’il s’agisse du rôle respectif des divers protagonistes ou du degré d’information dont disposaient les autorités françaises, mais ils relèvent plutôt du détail et ces précisions ne devraient guère modifier le tableau d’ensemble.

  • 2  Au sens que lui donne le dictionnaire de « grave affaire qui émeut l’opinion publique, à la fois p (...)
  • 3  Le terme d’ « amateurisme » a aussi été beaucoup employé dans le débat public.

3Il serait erroné de surestimer l’impact du « scandale »2Zoé sur l’activité humanitaire au quotidien : les agences humanitaires (à commencer par les ONG) n’ont pas cessé leurs programmes sur les divers terrains où elles agissent, du Darfour au Bangladesh, d’Haïti à la Somalie, en passant par l’Afghanistan. Mais il serait tout aussi vain (par un mouvement assez naturel) de le tenir pour négligeable. La dimension d’improvisation3apparaît si prégnante dans cette affaire que la questionner s’impose, spécialement pour analyser ce qu’elle révèle (à l’intérieur de l’espace public français) d’une certaine conception de l’engagement humanitaire. Plus largement, la représentation qu’une partie de la société et des médias se fait de l’activité d’assistance internationale en situation de crise (conflit armé ou catastrophe naturelle) intéresse à la fois ceux qui, engagés à divers titres dans le champ humanitaire, ne se reconnaissent en rien dans les errements de cette « Arche » et ceux qui s’interrogent plus largement sur certains dysfonctionnements nationaux.

4En quelque sorte, la proposition initiale pourrait être inversée de la manière suivante : « Pourquoi au sein du corps social, dans la France d’aujourd’hui, en cette fin de première décennie du XXIe siècle, des individus sont-ils convaincus qu’ils peuvent s’improviser humanitaires, simplement parce qu’ils adhèrent à une cause ? » Plutôt que de se focaliser sur l’examen des aspects strictement techniques de l’amateurisme « zoéien » (dont la vacuité est, hélas, patente en termes d’opérationnalité), rechercher des éléments de réponse à cette interrogation semble une tâche essentielle. L’hypothèse que nous proposons d’examiner est dès lorsla suivante : la représentation que se fait une large part de l’opinion (mais aussi, et cela en découle assez naturellement, une partie des élites politiques, médiatiques ou intellectuelles) de l’action humanitaire est largement biaisée, et c’est là que gît le problème. Elle se décline autour de trois éléments majeurs :

  • une ignorance des mutations de l’humanitaire et une absence de mise en perspective historique ;

  • une survalorisation a contrario de la référence « sans frontiériste « ;

    • 4  Le cadre de cet article et de la Revue ne permet pas, le lecteur le comprendra, de fournir l’appar (...)

    une forme de moins en moins larvée de populisme trouvant à s’appliquer au terrain associatif4.

Incompréhensions en série

5A l’évidence, en premier lieu, au-delà de la figure singulière d’un leader doté d’un incontestable charisme (mais au comportement plus proche, d’après des témoignages concordants, de celui d’un gourou que d’un responsable ONG), les membres de l’Arche partageaient la conviction sincère de se situer dans le registre du Bien, et de contribuer à extraire des enfants d’une situation perçue par eux comme apocalyptique. Leurs déclarations publiques et leurs arguments de défense lors du procès au Tchad l’établissent abondamment. De même en va-t-il de celles de leurs proches. Le doute ne semble guère les avoir effleurés, même si depuis leur transfèrement dans les prisons françaises, plusieurs auraient engagé un travail intellectuel (et psychologique) de dissociation.

6Il n’est pas niable, bien sûr, que le désir d’agir dans le domaine humanitaire requiert un fort degré d’engagement personnel et citoyen. Cette culture de l’engagement est positive et mérite, absolument, d’être conservée. Mais elle ne saurait pourtant se résumer ni à l’unique générosité des sentiments, ni à la seule bonne volonté. Si les ONG sont à la base des associations de citoyens (et cet aspect est encore plus marqué en France que dans certains pays anglo-saxons), ces derniers, lorsqu’ils veulent dépasser le stade du simple sympathisant (et encore, même là…), doivent-ils pour autant se dispenser d’un travail préalable d’intelligence de compréhension de la réalité humanitaire contemporaine ? Avec ce que cela suppose, particulièrement, d’accès à l’information.

Méconnaissance des mutations de l’humanitaire

7Or ne pas vouloir s’y livrer pour ne privilégier que la supposée « urgence » de la cause, c’est favoriser une première incompréhension majeure. Celle consistant à ignorer qu’une des caractéristiques dominantes de l’action humanitaire tient précisément à sa fluidité et à son caractère régulièrement évolutif. En moyenne, depuis 1945, chaque décennie est ainsi le théâtre de mutations profondes dans son environnement comme dans ses modalités de déploiement. L’aide au XXIe siècle présente, dès lors, de notables différences avec celle délivrée durant la décennie précédente. Laquelle était elle-même déjà radicalement distincte de celle des années 1980.

8Et pourtant, l’illusion franco-centriste voudrait que le concept même d’humanitaire et sa mise en pratique soient une invention du génie hexagonal, issue en droite ligne de l’héritage de Mai 68 : il ne faut pas s’étonner alors que pareille vision débouche sur une conception aussi réductrice et figée de l’action humanitaire.

Absence de perspective historique

  • 5  Ou CRF : sa notoriété est remarquable et lui permet d’être l’une des rares structures à pouvoir ri (...)

9Croire en cette légende dorée, c’est en effet ignorer – ou du moins tenir pour quantité négligeable – le Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui s’était progressivement construit, bien auparavant et à compter de la seconde moitié du XIXe siècle. Avec ses différentes composantes, du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) aux Sociétés nationales (la Croix-Rouge française5ou le Croissant-Rouge iranien, par exemple) et à la Fédération Internationale des Sociétés de Croix-Rouge et de Croissant-Rouge (FICR), il constitue un acteur majeur de l’aide humanitaire contemporaine. De même, et bien avant les French doctors, les pays anglo-saxons et d’Europe du Nord avaient vu naître de grandes ONG, telle Save the Childrenqui célèbrera en 2009 ses 90 ans (!) ou Oxfam. Enfin, cela revient pareillement à oublier qu’après 1945, le système des Nations unies avait, quant à lui, suscité la naissance de programmes ou d’agences entièrement ou partiellement dédiés à l’aide humanitaire, tels le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), ou le Fonds pour l’Enfance (UNICEF). Ces acteurs sont eux aussi quasi constamment présents sur les terrains humanitaires, mais la perception de leur existence demeure dans l’espace public français assez évanescente.

Persistance et survalorisation de la référence « sans frontiériste »

  • 6  De façon particulièrement affirmée lors du procès devant la Cour criminelle de N’Djamena en décemb (...)

10Comment expliquer cette prégnance de la référence au « sans-frontiérisme » alors même que l'humanitaire du XXIesiècle n'a plus guère à voir avec cette idée et encore moins avec un supposé droit ou devoir d'ingérence ? Répondre à cette question, c’est comprendre pourquoi en France, lorsque l’action humanitaire est évoquée, cette assimilation tend fréquemment à fonctionner de façon quasi-mécanique dans l’espace public. Et c’est comprendre, dans l’affaire qui nous intéresse, pourquoi les membres de l’association et leurs avocats6ont fait référence au sans frontiérisme et à celui qui l’incarne, Bernard Kouchner, dans l’imaginaire collectif.

11Il n’est pas niable, certes, que 1968 a marqué, symboliquement, la fin d’un « premier siècle de l’humanitaire », et qu’une rupture se produisit les années suivantes. A travers l’émergence d’une nouvelle génération d’ONG, on observera des mutations profondes touchant aussi bien aux acteurs de l’aide qu’à son contenu. L’humanitaire accèdera alors au statut de composante majeure du traitement international (et médiatique) des conflits armés et des catastrophes naturelles, tout en s’ancrant profondément dans les sociétés civiles des pays du Nord. En même temps se matérialisera l’idée qu’à côté d’ONG œuvrant dans l’aide au développement, des citoyens engagés peuvent se retrouver dans des organisations spécialisées et permanentes, dédiées au traitement des situations d’urgence, de post-urgence et post-crise, sans se préoccuper de la réponse qu’y apportent ou non les Etats membres de la « communauté internationale ».

  • 7  L’expression est de Jean- Christophe Rufin, qui a forgé ce concept et l’a théorisé. Rufin J.C., Le (...)

12Au gré des circonstances, à partir de l’affirmation publique que le geste de solidarité ne devrait être ni limité, ni empêché par les frontières, les raisons d’Etat ou les impératifs diplomatico-stratégiques, certains personnels humanitaires n’hésiteront pas, alors, à pénétrer sans autorisation, ni visa sur le territoire d’Etats étrangers souverains et à enfreindre ainsi les règles internationales traditionnelles. Afin d’y soigner des victimes de conflits, y compris dans des zones hostiles au pouvoir central et contrôlées par des guérillas, ou de porter assistance à des réfugiés regroupés dans des « sanctuaires humanitaires »7.

13En réalité, ces franchissements clandestins de frontières seront bien moins nombreux que les missions menées avec l’aval préalable des Etats ou groupes guérilleros concernés. Cependant, le simple fait que des acteurs humanitaires déclaraient publiquement ne pas s’interdire de le faire engendrera, à l’époque, un bouleversement qui lui non plus ne fait pas doute. Mais le paradoxe veut qu’en dépit du temps écoulé, ce soit largement cette représentation des organisations humanitaires comme « saute-frontières » qui se soit, en France, durablement installée. Elle continue d’être régulièrement évoquée, voire de prédominer. Pourtant, sauf exception, la modalité habituelle de présence sur le terrain repose sur l’agrément officiel ou tacite de l’une (et souvent de plusieurs) des parties en présence. Les ONG en action aujourd’hui au Darfour ne le sont pas clandestinement, mais avec l’accord du gouvernement soudanais et, dans certaines zones ou camps de déplacés, celui de l’un des mouvements de rébellion.

  • 8  Pour de plus amples développements sur ce point, on peut se reporter à Ryfman Ph., « L’humanitaire (...)

14En tout état de cause, la période post-soixante huitarde s’est achevée, pour faire simple, avec le tremblement de terre d’Arménie en 1988, et surtout la chute du Mur de Berlin en 1989. Si elle peut encore parfois constituer une référence pour l’aide humanitaire au XXIe siècle, c’est avant tout dans le registre d’une mise en perspective historique des apports qui ont été les siens. Cependant sa production concrète de sens est quasiment épuisée8. De nos jours, ce ne sont pas seulement les configurations géopolitiques qui sont radicalement différentes (avec la fin de la Guerre froide, le terrorisme, la fragilisation de certains Etats), mais, particulièrement, la globalisation qui constitue un arrière-plan quotidien. Tandis que l’environnement international s’est profondément modifié avec, par exemple, la montée des pays émergents. Il n’en va pas différemment des modesorganisationnels, comme des pratiques opérationnelles. Enfin, la gamme des acteurs s’est beaucoup plus diversifiée. Les ONG sont ainsi loin d’être les seuls acteurs présents sur le terrain.

  • 9  A quelques exceptions, dont naturellement MSF elle-même. Mais la référence au sansfrontiérisme des (...)

15Les associations humanitaires d’origine française délivrant une aide significative et pertinente aux populations vulnérables ou en danger le savent pertinemment. La plupart le disent même publiquement, mais peut être trop mezzo voce, on le verra. Le néologisme « sans frontières » a, depuis longtemps d’ailleurs, été quasi-abandonné, même par celles des organisations issues de cette mouvance9comme élément identificatoire, au profit de celui d’ « humanitaire ». Après avoir aussi remplacé celui d’ « urgence », un temps utilisé. Dans le reste de l’Europe, comme outre- Atlantique, ce contexte est connu, mais il semble mieux appréhendé à l’extérieur de la communauté de l’aide. Et faire partie intégrante des réflexions, ainsi que des démarches aussi bien de ceux qui s’engagent dans l’action que des décideurs ou des médias. Cette surreprésentation de la grille de lecture « sans frontiériste » dans une partie notable de l’opinion n’est probablement pas sans lien avec ce déficit de culture et de perspective historique. Ou avec l’ignorance des modes de fonctionnement, du contenu de l’aide ou encore de l’identité des personnels la mettant en œuvre et qui restent flous. Sans parler des populations qui en bénéficient. Mais elle peut aussi être corrélée avec une montée d’un discours et de pratiques populistes sur le secteur de l’aide.

Populisme associatif et humanitaire

16Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le populisme n'est pas l'apanage, en effet, du seul champ politique. D’autant, en outre, que lorsqu'il s'installe durablement dans celui-ci, il tend à investir d'autres espaces.

  • 10  Tchernonog V., Le paysage associatif français 2007. Mesures et évolutions, Dalloz et Juris associa (...)

17Révélé quasi-simultanément à l’éclatement de l’affaire par des chercheurs10, le chiffre considérable de quarante mille associations se déclarant humanitaires qui existeraient en France en 2006, a causé un certain émoi. Comme tout chiffrage, même effectué sur des basesscientifiques, cette donnée peut toujours être discutée, mais elle doit être scrutée avec attention aussi. Un tel chiffre représente en effet un doublement par rapport au comptage précédent effectué en 2000. C’est dire la création accélérée d’une myriade de petites ou microstructures structures ! Or si le besoin d’humanitaire ne diminue pas, semble-t-il, cette spectaculaire augmentation est sans corrélation aucune avec les réalités et les nécessités concrètes de l’aide. D’autant qu’en outre, leurs capacités opérationnelles et professionnelles sont bien souvent extrêmement limitées. Les ONG moyennes et importantes capables, en France, de conduire des actions significatives sur des terrains humanitaires complexes (comme c’est de plus en plus souvent le cas), se comptent en à peine quelques dizaines. Et encore…

  • 11  ...et de faire le Bien !

18Certes le mot « humanitaire » est aujourd’hui utilisé pour désigner (librement) une gamme très variée d’activités. Néanmoins, la valorisation systématique de toute initiative au nom de l’engagement qualifié d’ « humanitaire », pourvu que son ou ses auteurs soient animés d’une volonté ardente de « bien faire »11est une figure discursive répandue en France, au détriment de structures déjà existantes, trop facilement taxées d’être « bureaucratiques » ou « institutionnelles ». Il vaudrait mieux comprendre que ces dernières sont dotées d’un degré certain (même si toujours à parfaire) de compétence, d’expertise et de maîtrise opérationnelle et donc renforcer le non gouvernemental existant, en les rejoignant. En tout cas, cette représentation préférentielle du « petit » contre le « gros » (classique, elle aussi, au demeurant) est pareillement productrice de populisme.

19De même en va-t-il de la thématique selon laquelle tout euro versé devrait intégralement aller sur le terrain. Ce type d’affirmation accompagne souvent une critique récurrente des frais de structure des moyennes et grandes ONG. Si elle peut, à l’occasion, s’avérer justifiée, elle ignore, le plus souvent, que le renforcement institutionnel desdites ONG est la condition sine qua nonde leur capacité à affronter des défis humanitaires de plus en plus lourds et complexes et à augmenter, sans cesse, la qualité et la pertinence de l’aide, au profit des bénéficiaires. L’Arche de Zoé incarne assez bien ainsi une forme de populisme associatif qui tend à se répandre. Les effets en sont ravageurs, que ce soit en termes de contenu, mais aussi vis-à-vis des populations supposées en bénéficier. Sans parler des membres de l’association et des conséquences personnelles qui en ont découlé pour eux.

20Certains ont objecté que si les créateurs de l’Arche et leurs amis s’étaient adressés à une organisation humanitaire agissant au Darfour ou au Tchad pour lui proposer leur projet, ils se seraient très probablement heurtés à un net refus. Mais ils admettent que, bardé de certitudes, comme il semble l’être, son leader n’en aurait eu cure.

  • 12  Indépendamment même des infractions d’ordre juridique susceptibles d’être constituées

21Surtout, il n’est nullement certain qu’il se serait trouvé, ce faisant, isolé. Avec lui, d’assez nombreux citoyens – volontaires accourus au Tchad ou familles candidates à l’accueil d’enfants, au-delà de quelques-unes, visiblement en mal d’adoption – ont bien cru sincèrement accomplir un geste humanitaire à travers l’Arche de Zoé. Tout au contraire, l’action envisagée était en totale opposition12avec un certain nombre de principes élémentaires des organisations humanitaires, depuis le respect des cultures et des codes sociaux locaux jusqu’à la non discrimination, en passant par l’articulation avec diverses normes relevant du droit international humanitaire ou de la Convention sur les droits de l’Enfant.

Responsabilités et remèdes possibles

22Dresser ce constat n’exonère pas, toutefois, de s’interroger aussi sur certaines des responsabilités qui expliquent la persistance, vingt ans plus tard, d’une telle représentation de l’humanitaire qui soit autant en décalage avec sa réalité quotidienne. Ni sur quelques pistes à ouvrir, le cas échéant, pour s’essayer d’y remédier et de limiter les effets délétères de ce populisme humanitaire.

Vision biaisée des médias

  • 13  A travers, par exemple, la technique dite du « storytelling ». Lire à ce sujet Salmon Ch., Storyte (...)

23De ce déficit de représentation, les médias portent une incontestable part. Sans revenir sur une thématique déjà largement rebattue (par exemple sur le besoin de dramatisation et d’identification à une histoire-type13qu’implique la prééminence de l’image, et qui s’articule assez bien avec l’acte humanitaire lorsqu’il se déroule dans une situation d’urgence) trop nombreux encore sont les journalistes qui précisément ne s’écartent pas de la figure « sans frontiériste » dominante qui vient d’être évoquée.

  • 14  Voir par exemple, Boltanski L., Souffrance et distance : morale humanitaire, média et politique, 2(...)

24La complexité des relations média/humanitaire (qui a donné lieu à une abondante littérature14) joue ici, bien entendu, à plein. Les professionnels des médias mettent ainsi souvent en avant les contraintes qui sont les leurs pour rendre compte de contextes complexes, telle la nécessité de faire simple. Ou l’absence de ressources financières pour envoyer des équipes aptes à traiter des sujets sur la longue durée. Les acteurs humanitaires y opposent leurs propres logiques. Ce débat n’est pas près de se terminer, mais il n’interdit pas le questionnement.

  • 15  Comme le mesurent régulièrement divers sondages dont le Baromètre semestriel IFOP - Journal du Dim (...)
  • 16  Où ses mérites et son action propres ne sont, certes, par ailleurs, pas contestables

25Il faudra bien un jour essayer, en outre, de mesurer scientifiquement l’impact des conséquences sur les représentations de l’idée comme des réalités humanitaires en France de la forte notoriété médiatique de Bernard Kouchner. L’actuel ministre des Affaires étrangères n’a pas quitté depuis une vingtaine d’années le groupe des cinquante personnalités nationales les plus en vue15, alors que durant ces mêmes deux décennies il n’a plus occupé, essentiellement, que des fonctions politiques au sens strict (même si au début de sa carrière politique, il a eu en charge l’Humanitaire d’Etat de la France) : il demeure visiblement, aux yeux d’une large partie de l’opinion, le personnage archétypal français en ce domaine16. Un cran nettement au-dessus en tout cas d’autres personnalités et a fortiorides actuels dirigeants des organisations humanitaires.

26Or sa conception de l’action humanitaire apparaît elle aussi relativement en décalage avec nombre de traits caractéristiques de l’humanitaire contemporain. Dès lors, le brouillage des représentations ne peut, assez probablement, que s’accentuer. Il serait vain, en tout cas, de le lui reprocher, pas plus qu’aux professionnels des médias de tenir compte de cette popularité. Mais en même temps, ces derniers sont questionnables autant sur les biais qu’introduit cette focalisation que sur leur incapacité volontaire ou subie à ne point trop s’écarter de l’image « sans frontiériste ».

27Quoi qu’il arrive, il est raisonnable de prédire que la représentation de l’humanitaire sera, avec le temps et les évolutions sociétales, progressivement en meilleure adéquation avec sa réalité. Mais pour que le fossé soit plus vite comblé, et dans l’intervalle les errements comme celui de l’Arche soient évités, les médias (de toute nature) ne devraient pas se dispenser d’accepter une certaine dose d’autocritique.

Communication déficiente des ONG

28De leur côté, même si elles sont beaucoup plus attentives aujourd’hui qu’il y a une dizaine d’années au contenu de leur communication, les ONG humanitaires ne sont pas exemptes, elles non plus, de tout reproche. Elles gagneraient, de toute façon, à refuser la facilité de trouver dans les media un commode bouc émissaire.

29De manière délibérée ou non, elles semblent en effet hésiter à s’attaquer de front à ce décalage de perception d’une partie au moins de l’opinion. Les raisons en sont aussi complexes et demanderaient une analyse fine qui ne peut être, non plus, ici menée. Il s’y mêle probablement les exigences simplificatrices de la communication contemporaine, avec la crainte pour celles qui se financent, en tout ou partie, par des collectes de fonds, de trop heurter la sensibilité supposée de leurs donateurs. Ou encore une mauvaise appréciation du réel niveau de représentation de l’humanitaire dans une partie de la société.

30Cependant, il se pourrait bien, à la lueur du « scandale de Zoé » qu’une politique, plus proactive, de communication serait aujourd’hui bienvenue. Déconnectée de toute visée de collecte de fonds, elle pourrait privilégier quelques axes phares, avec une optique stratégique de moyen terme. Par exemple en valorisant les compétences et l’engagement des personnels nationaux. Expliquer plus régulièrement qu’ils représentent 80 à 90 % des travailleurs humanitaires sur le terrain et que c’est largement sur leurs épaules que l’aide repose, est un argument efficace pour combattre la représentation du « bon expatrié européen » venu sauver des victimes naturellement reconnaissantes…

  • 17  Il ne serait pas inimaginable, de ce point de vue, que la labellisation accordée par une structure (...)

31Faire valoir encore dans des campagnes de communication ciblées qu’une approche trop compassionnelle occulte l’épaisseur sociologique et culturelle des zones géographiques où l’aide humanitaire se déploie ne serait pas inutile non plus, dans un souci de transparence vis-à-vis des adhérents, bénévoles, sympathisants et donateurs. Ces derniers aujourd’hui sont précisément l’objet de multiples attentions. En matière de collecte de fonds, ils sont, à juste raison, considérés désormais comme des citoyens ayant droit à une information détaillée, transparente et de qualité sur l’utilisation de leurs dons. Pourquoi s’arrêter là et ne pas les considérer de la même manière, s’agissant du cœur de mandat d’une organisation humanitaire, c’est-à-dire son activité opérationnelle, la complexité de l’aide, les interactions entre acteurs, les difficultés d’accès17 ?

32Diverses associations humanitaires, notamment parmi les plus représentatives, objecteront qu’elles le font déjà, qu’elles communiquent beaucoup d’informations et que celles-ci sont aisément disponibles. Elles ajouteront qu’il faut simplement pour le public faire l’effort minimal de se les procurer, notamment à travers Internet ou directement auprès des ONG. Elles feront aussi valoir, ce qui n’est pas inexact, que leurs efforts réels sont en partie anéantis par les pratiques communicationnelles plus agressives de certaines autres associations.

33Cette critique mérite examen, mais ne saurait pour autant dispenser les ONG d’une part d’une réflexion sur la construction de véritables stratégies de communication dans la longue durée en la matière. D’autre part, lorsqu’elles communiquent sur ces thèmes, il s’agit toujours d’une initiative individuelle prise par une ONG donnée.

  • 18  Sa maîtrise d’œuvre technique pourrait se faire sous la bannière de Coordination Sud, la coordinat (...)

34Or, pour une plus grande visibilité, ainsi qu’afin d’en mutualiser les coûts et d’en maximiser les effets, il ne serait pas inimaginable que sur pareils sujets elle s’élabore et se décline de façon collective ou au moins coordonnée. En tant que communication institutionnelle, en quelque sorte, du milieu humanitaire non gouvernemental18.

Rôle de l’Etat ?

  • 19  Avec la disparition quasi programmée de la Délégation à l’Action Humanitaire (DAH)

35A l’heure où une nouvelle réforme du dispositif de l’aide humanitaire d’Etat française est annoncée19, il peut paraître d’autant plus incongru de poser la question que la liberté d’association est une liberté publique, et l’indépendance du milieu ONG un élément capital.

  • 20  Ou des agences de notation indépendantes

36Néanmoins, les pouvoirs publics n’ont-ils pas pour fonction, au nom de l’intérêt général, d’informer les citoyens sur ce plan et de contribuer à dissiper les incompréhensions ? D’ores et déjà, le site Internet de la DAH constitue sur ce plan un outil de qualitédont les rubriques, non spécifiquement dédiées à l’action humanitaire de l’Etat, constituent une bonne base informative. Un renforcement de la communication le concernant et une extension pourraient s’avérer opportunes. Mais au-delà de ce devoir d’information et de mise en garde, l’Etat devrait-il s’engager dans une voie régulatrice ? La frénésie réglementaire française étant ce qu’elle est, la plus grande prudence s’impose ici. Mais des pistes de reconnaissance ou de distinction par les pouvoirs publics20de bonnes pratiques, de bonne gouvernance et de professionnalisme sont susceptibles d’être, peut-être, explorées.

37L’action humanitaire n’est nullement, en elle-même, mise en crise par l’Arche de Zoé, c’est la représentation qu’une partie des citoyens au moins en France s’en fait qui l’est. Puisque le « sans frontiérisme » ou « l’ingérence » ne constituent plus depuis longtemps une grille de lecture pertinente et que les mutations des acteurs comme des dispositifs de l’aide sont multiples, l’avatar « zoéien » pourrait bien paradoxalement produire, à terme, un double résultat positif. Avoir marqué d’abord le point de départ de l’effacement symbolique dans l’espace public, citoyen et médiatique français de représentations dépassées au profit de la réalité de l’action humanitaire. Impulser ensuite une inversion de la tendance au populismeassociatif. Pour le plus grand bénéfice des populations auxquelles l’aide humanitaire s’adresse et de ceux qui veulent s’y engager.

Haut de page

Notes

1  Au moment de la rédaction de cet article (février 2008), son volet judiciaire n’était pas définitivement clos. La possible mesure de grâce du président tchadien Idriss Deby alors évoquée est depuis intervenue, le 31 mars 2008. Elle a abouti à la libération anticipée des six membres français de l’association qui purgeaient une peine de huit années d’emprisonnement en France. Pour autant, ils ne sont pas quittes de la justice, une procédure pénale ayant été parallèlement ouverte à l’encontre de certains d’entre eux, notamment pour exercice illégal de l’activité d’intermédiaire en vue d’adoption, tentative d’aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France et escroquerie.

2  Au sens que lui donne le dictionnaire de « grave affaire qui émeut l’opinion publique, à la fois par son caractère immoral et par la personnalité des gens qui y sont compromis », Le Petit Robert, 2001

3  Le terme d’ « amateurisme » a aussi été beaucoup employé dans le débat public.

4  Le cadre de cet article et de la Revue ne permet pas, le lecteur le comprendra, de fournir l’appareil de notes, de références et d’exemples sur lesquels s’appuie l’hypothèse qui va être ainsi développée. Mais nombre d’entre eux viendront facilement à l’esprit de tout lecteur un tant soit peu familier de la communauté humanitaire.

5  Ou CRF : sa notoriété est remarquable et lui permet d’être l’une des rares structures à pouvoir rivaliser médiatiquement avec les MSF et autres MDM, ACF, HI...

6  De façon particulièrement affirmée lors du procès devant la Cour criminelle de N’Djamena en décembre 2007

7  L’expression est de Jean- Christophe Rufin, qui a forgé ce concept et l’a théorisé. Rufin J.C., Le piège- Quand l’humanitaire remplace la guerre, Hachette, 1993

8  Pour de plus amples développements sur ce point, on peut se reporter à Ryfman Ph., « L’humanitaire, enfant de Mai ? », in Artières Ph. et Fournel-Zancarini, 68, une histoire collective [1962- 1981], La Découverte, 2008

9  A quelques exceptions, dont naturellement MSF elle-même. Mais la référence au sansfrontiérisme des années 1970 et 1980 est absente des pratiques comme du discours « msfien » d’aujourdhui.

10  Tchernonog V., Le paysage associatif français 2007. Mesures et évolutions, Dalloz et Juris associations, 2007

11  ...et de faire le Bien !

12  Indépendamment même des infractions d’ordre juridique susceptibles d’être constituées

13  A travers, par exemple, la technique dite du « storytelling ». Lire à ce sujet Salmon Ch., Storytelling, La Machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2007

14  Voir par exemple, Boltanski L., Souffrance et distance : morale humanitaire, média et politique, 2e éd., Gallimard, 2007, coll. Folio ; Brauman R. & Backmann R., L’humanitaire et les médias, Editions du CFPJ, 1996 ; Lavoinne Y., L’Humanitaire et les médias, coll. Parallèles, Presses Universitaires de Lyon, 2002 ; Ryfman Ph. & Rufin J.C., « L’Humanitaire », in Gervereau L. (sous la dir. de), Dictionnaire mondial des images, Nouveau Monde éditions, 2006

15  Comme le mesurent régulièrement divers sondages dont le Baromètre semestriel IFOP - Journal du Dimanche, par exemple.

16  Où ses mérites et son action propres ne sont, certes, par ailleurs, pas contestables

17  Il ne serait pas inimaginable, de ce point de vue, que la labellisation accordée par une structure comme le Comité de la Charte de Déontologie des Organisations Humanitaires au titre du respect des bonnes pratiques et de la transparence financière en matière de collecte de fonds soit étendue. Pour plus prendre en compte justement ces autres paramètres, dans un souci d’information du public

18  Sa maîtrise d’œuvre technique pourrait se faire sous la bannière de Coordination Sud, la coordination centrale française des ONG de développement ou humanitaires. Ou à travers une structure ad hoc.

19  Avec la disparition quasi programmée de la Délégation à l’Action Humanitaire (DAH)

20  Ou des agences de notation indépendantes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Ryfman, « Tournant symbolique, crise de l’humanitaire ou crise de la représentation ? », Humanitaire [En ligne], 18 | Printemps 2008, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 20 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/307

Haut de page

Auteur

Philippe Ryfman

Philippe Ryfman est professeur et chercheur associé au Département de Science Politique et au Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne (CRPS), Université Paris I, Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org