Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

La défaite des « think tanks » ?

Francisco Rubio
p. 114-115
Référence(s) :

Ariel Colonomos, La politique des oracles. Raconter le futur aujourd’hui, Albin Michel, 2014

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

relations internationales
Haut de page

Texte intégral

1Il y a quelques semaines, un journaliste du New-York Times s’inquiétait des conséquences que pourraient avoir les investissements étrangers, en particulier ceux en provenance des pays du Golfe, dans les grands « think tanks » américains de Washington. En particulier sur leur indépendance dans l’analyse des événements. Saine préoccupation qui, en réalité, aurait dû s’exprimer depuis longtemps car le problème de la « neutralité » de ces « laboratoires d’idées » dans l’analyse du monde n’est pas chose nouvelle.

2Ariel Colonomos, chercheur au CNRS et auteur de plusieurs ouvrages sur les guerres préventives, nous livre ici un ouvrage passionnant. Et s’il part de l’oracle de Delphes, consulté par les généraux grecs avant toute guerre, c’est pour en arriver aux modernes think tanks.

3Depuis toujours, en effet, l’homme – en particulier politique – a cherché à connaître le futur. Or, comme nous l’explique Ariel Colonomos, ces « laboratoires d’idées » – en dépit de financements considérables et de moyens humains impressionnants – se révèlent guère plus précis dans la prédiction de l’avenir que leurs prédécesseurs des millénaires précédents. Constat accablant : au début des années 1990, malgré le regroupement des meilleurs spécialistes de l’Union soviétique, aucun ne prévoit – même quelques semaines avant – l’effondrement de l’Empire rouge. De même, quelques jours seulement avant le crack de 2008, aucune agence de notation ne s’inquiétera du cataclysme à venir !

4C’est à partir d’une analyse rigoureuse et sans ironie aucune et à partir de multiples exemples que Colonomos cherche à comprendre les raisons politiques de tels résultats qui devraient suffire à condamner commercialement et politiquement les think tanks. Alors qu’il n’en n’est rien.

5L’auteur montre que c’est à un jeu complexe que se livrent les politiques, institutions gouvernementales et agents financiers (banques privées et banques centrales). Il y a d’abord le constat que les principaux think tanks et les principales agences de notation ont pour « main d’œuvre » les meilleurs éléments issus de quatre grandes universités américaines : tous se connaissent et ont eu les mêmes professeurs ; c’est dire s’il n’est pas bon de se démarquer de la pensée de cet establishment. Les donneurs d’ordre de ces institutions viennent également des mêmes milieux et parfois ont transité par les dites institutions. Colonomos constate aussi que les think tanks apportent très souvent la réponse que le donneur d’ordre attendait et que ce dernier venait tout simplement chercher une confirmation de ce qu’il pensait.

6Autre constat : l’analyse des think tanks est toujours américano-centrée : les Etats-Unis et la Chine, les Etats-Unis et le Japon… Très rarement l’analyse porte sur la Chine et l’Afrique du Sud, par exemple, ou alors uniquement par rapport à la stratégie ou à la sécurité économique et militaire américaines. Une vision sécuritaire au prisme de ce que veut le Pentagone ou de ce qu’il recherche. Autre cas de figure fréquent : la prévision qui se réalise, mais qui en réalité n’est que la conséquence du choix qui a été fait. En faisant une analyse pessimiste d’une situation, on aboutit à la réalisation des mauvais résultats que l’on attendait…

7Difficile de résumer ici la richesse de ce livre, mais la démonstration de Colonomos est particulièrement éclairante sur la façon dont nous analysons le monde. Un livre salutaire, à lire absolument et qui aide à prendre du recul, notamment dans les analyses géostratégiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Rubio, « La défaite des « think tanks » ? », Humanitaire, 39 | 2014, 114-115.

Référence électronique

Francisco Rubio, « La défaite des « think tanks » ? », Humanitaire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 12 décembre 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/3074

Haut de page

Auteur

Francisco Rubio

Membre du Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org