Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Hommes révoltés et perdants magnifiques

Boris Martin
p. 115-117
Référence(s) :

Christophe Courtin, Les hommes révoltés. Sur les traces d’Albert Camus, Éditions Golias, 2014

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

sociologie
Haut de page

Notes de la rédaction

Lire également les propos de Christophe Courtin lors de la table ronde contenue dans le présent numéro, p. 12-35.

Texte intégral

1Les « hommes révoltés » ont-ils encore leur place dans notre monde ? Si la formule, déclinaison plurielle du titre d’un ouvrage d’Albert Camus, pouvait s’appliquer – comme on a la faiblesse de le penser – aux militants, bénévoles, salariés ou volontaires des ONG, on pourrait douter de la réponse à cette question. Les logiques rampantes mais déterminées qui s’expriment depuis quelques années – redéploiement des financements publics, baisse de l’aide publique au développement, montée en puissance des fondations – participeraient plutôt d’une relégation des associations au rôle de prestataires de l’État ou de vitrines complaisantes des entreprises. À grand renfort de formules aussi magiques que consensuelles – « partenariat », « convergence », « pragmatisme », « efficacité », etc. –, la machine néolibérale avance, rabote, arase, puis applique un vernis de dénonciation bon chic bon genre à l’aide d’un pinceau plongeant davantage dans la société du spectacle théorisée par Debord que dans la révolution permanente de Trotsky.

2« Aujourd’hui, le crime se pare des vertus de la nécessité et par un curieux renversement des causalités, au nom du réalisme, ce sont les victimes qui doivent s’expliquer sur leur incapacité à s’intégrer dans ce que l’on appelle la mondialisation alors qu’elles en sont les subalternes ». À l’image de cette phrase piochée dans son introduction – et qui en dit déjà long sur son propos –, Christophe Courtin a le sens de la formule. Son talent ne s’arrête pas là, l’auteur de cet essai déroulant son argumentation au rythme d’une pensée construite, arrimée à celle de Camus. En 1951, en effet, celui-ci publiait L’Homme révolté où il s’interrogeait sur le nihilisme révolutionnaire qui, selon lui, conduirait l’humanité dans l’impasse. Plus de soixante ans après, Courtin repart de ce livre – que le futur Nobel de littérature concevait comme « un effort pour comprendre [s]on temps » – pour « comprendre ce qui arrive à l’humanité ». Il le fait en reprenant des phrases fortes de Camus, articulant son propos au sien, analysant ce qui s’est passé depuis, de la chute du tiers-mondisme au Printemps arabe en passant par le mouvement altermondialiste. Pas à pas, la pensée de l’auteur de La peste se fait présente, revitalisée, apte à revivifier à son tour un monde associatif qui semble avoir perdu foi en lui-même.

3Christophe Courtin a toutes les clés en main pour réussir ce voyage dans le monde d’aujourd’hui en mettant ses pas dans les traces de celui qui nous parle du monde d’hier. Consultant en développement international, il a été chargé de projet dans le cadre d’un programme de soutien à la société civile au Cameroun financé par l’Union européenne. Auparavant, il a dirigé pendant cinq années le département des projets du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD). Il a aussi occupé des postes à responsabilité dans des directions de ressources humaines en France, au sein de plusieurs grandes sociétés industrielles. Il est aussi sociologue et philosophe de formation. Et si c’est ce « background » qui lui ouvre les portes de l’univers Camus, c’est pour mieux rapatrier sa connaissance du monde du développement et de l’entreprise, du monde tout court.

4N’en déplaise à nos collègues des éditions Golias, le travail éditorial ne rend pas hommage aux qualités de ce texte incisif et dynamisant. Mais c’est peut-être une belle illustration des potentialités du monde associatif, réservoir d’hommes et de femmes révoltés : il tâtonne, défriche, agace autant qu’il séduit, avance et parfois recule, et s’il génère quelques coquilles, elles ne sont rien à côté des perles auxquelles il donne naissance. « La révolte est le fait de l’homme informé », écrivait Camus hier. Alors il faut lire Courtin aujourd’hui, parce que « la fin de l’histoire dans le marché est une mauvaise fable que l’agitprop libérale nous a vendue. Les révoltés doivent refuser toute pensée hégémonique sur l’histoire et se la réapproprier. C’est de cette vigilance philosophique que dépendra la suite des événements qu’ils déclencheront. » Afin que les hommes révoltés ne deviennent pas des perdants magnifiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Martin, « Hommes révoltés et perdants magnifiques », Humanitaire, 39 | 2014, 115-117.

Référence électronique

Boris Martin, « Hommes révoltés et perdants magnifiques », Humanitaire [En ligne], 39 | 2014, mis en ligne le 12 décembre 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/3076

Haut de page

Auteur

Boris Martin

Rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org