Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Le rôle de la France dans le procès de Nuremberg

Francisco Rubio
p. 104-105
Référence(s) :

Antonin Tisseron, La France et le procès de Nuremberg. Inventer le droit international, Editions Les Prairies Ordinaires, Coll. L'Histoire Rejouée, 2014

Texte intégral

1Les éditions « Prairies Ordinaires » publient « courageusement » un ouvrage complexe sur le rôle de la France dans le procès de Nuremberg. Ce livre, écrit par Antonin Tisseron, est une adaptation de sa thèse de doctorat sur la France et la justice internationale au travers de ce procès fondateur.

2Cet ouvrage, remarquablement documenté, est une contribution fondamentale à l'histoire contemporaine. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître, plus de 60 ans après les faits, l'historiographie française n'avait jamais rien produit de complet sur cette question. Certes le procès de Nuremberg a fait l'objet de très nombreuses études, mais jamais jusqu'à présent un véritable travail d'historien n'avait été effectué sur le rôle joué par la France avant, pendant et après le procès. Nous n'en avions que des bribes au travers des mémoires de certains participants, mais dans certains cas l'objectif des auteurs était avant tout de se mettre en scène tout en discréditant les autres acteurs français. Edgar Faure en est probablement le meilleur exemple…

3Tout au long de plus de 350 pages, Antonin Tisseron, à partir de l'étude d'une très importante documentation faite des archives gouvernementales françaises et internationales, des mémoires des participants et de la presse, analyse minutieusement ce que fut le rôle réel de la France dans la mise en place de cette juridiction internationale puis son fonctionnement. Il révèle ainsi que jusqu'à présent nous vivions sur des idées reçues, parfois fausses. Ainsi, montre-t-il la contribution essentielle de René Cassin dans le cheminement de l'idée de créer une juridiction internationale pour juger des crimes commis par les pays de l'Axe et singulièrement les nazis dans les pays occupées et aussi en Allemagne, idée que ne partageait par Churchill, ni même Roosevelt d’ailleurs. Pour le Bulldog, il fallait exécuter purement et simplement les dirigeants nazis, sans procès quand Cassin – qui se bat pour les droits de l'homme et l'adoption d'une déclaration universelle – pense qu'il est impossible d'ouvrir une nouvelle époque de respect des valeurs qui viennent d'être bafouées, comme jamais, sans respecter les principes élémentaires d'un droit à un procès public. Mais cet ouvrage est aussi sans complaisance et ne passe pas sous silence les faiblesses de la délégation française à Nuremberg.

4S’il est impossible ici de résumer cet ouvrage tant il est riche et dense, disons qu'il s'agit d'une contribution sans égal à cette partie de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, jusqu'à présent restée dans l'ombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Rubio, « Le rôle de la France dans le procès de Nuremberg », Humanitaire, 40 | 2015, 104-105.

Référence électronique

Francisco Rubio, « Le rôle de la France dans le procès de Nuremberg », Humanitaire [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/3157

Haut de page

Auteur

Francisco Rubio

Directeur juridique de Médecins du monde
Professeur à Webster University Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org