Navigation – Plan du site
Lire, écouter, voir

Éloge de la désobéissance

Philippe Ryfman
p. 109-110
Référence(s) :

William Bourdon, Petit manuel de désobéissance citoyenne, Paris, Editions JC Lattès, 2014

Texte intégral

1En complément voire comme alternative au livre de Glen Greenwald chroniqué plus haut, il faut recommander vivement la lecture de celui de William Bourdon, très justement intitulé Petit manuel (de la désobéissance citoyenne).

2C’est un ouvrage précieux, plein d’informations agencées avec rigueur, ainsi que cohérence. Il faut dire que son auteur est à la fois un juriste (avocat spécialisé notamment dans la défense des droits humains) et un activiste, personnellement impliqué dans le milieu non-gouvernemental, puisqu’il est le fondateur de l’ONG Sherpa.

3Son livre aborde la question des lanceurs d’alerte essentiellement sous l’angle du droit. Mais c’est précisément une question essentielle, car les risques que ces derniers encourent, qu’ils soient employés d’une entreprise (industrielle, de services, de distribution) ou d’un établissement financier, fonctionnaires civils ou militaires d’un État ou encore agents d’une organisation internationale sont très élevés. Le lanceur d’alerte remet à la fois en cause son statut professionnel – avec toutes les conséquences susceptibles d’en découler sur son emploi, sa carrière, sa vie personnelle – et s’expose à des poursuites pour violation du secret professionnel ou des affaires, atteinte à la sûreté de l’État, trahison, voire espionnage…

4L’ouvrage s’adresse cependant et prioritairement aux non-juristes, c’est-à-dire aux citoyens, voire à de possibles futurs lanceurs d’alertes. Naturellement, les juristes y trouveront aussi matière à réflexion, mais ce n’est pas un ouvrage savant réservé aux seuls spécialistes du droit. Au contraire, dans un style… alerte et empreint d’une vraie conviction, Bourdon s’attache d’abord dans une première partie à contextualiser historiquement le sujet. Mais aussi à le définir et à en dessiner les contours que les épisodes successifs de révélations rendent sans cesse mouvants. Dans une seconde partie intitulée « Comment sortir de l’ombre », il s’efforce – et y réussit – à rendre concrètes les questions qui se posent et que posent les lanceurs d’alertes. Il illustre son propos avec une série de cas pratiques et formule aussi des propositions pour remédier aux défaillances, aux contradictions ou aux lacunes de la législation actuelle. En France, mais pas uniquement.

  • 1 Le Monde du 24 février 2015.

5Il prolonge l’ouvrage par un engagement militant permanent sur le sujet. L’auteur est en effet à l’origine de la proposition de création d’une Haute Autorité de Sécurité des Lanceurs d’alerte, à la suite des révélations début 2015 par des médias du scandale dit Swiss Leaks1. Dans le livre, il propose aussi que des ONG s’attellent « à créer une grande plateforme civile internationale qui vingt-quatre heures sur vingt-quatre pourra proposer un début de réponse […] à ceux qui […] persécutés voudront sans aucune protection faire valoir obstinément l’intérêt général plutôt que toute fin personnelle » (p. 167).

6Surtout – on se permettra d’y insister –, et contrairement à Greenwald, William Bourdon n’hésite pas à aborder de front toute une série d’interrogations que le phénomène qui va croissant des lanceurs d’alertes engendre. Et il le fait avec la distance et la justesse nécessaires, tout en ne tombant pas, lui, dans le travers d’occulter la signification, ni de mettre sous le boisseau certaines conséquences de l’engagement d’individus au service d’une telle cause. Enfin, une série d’annexes fournit de précieuses références textuelles, de jurisprudence, bibliographiques.

7L’auteur réalise donc là un travail de plaidoyer structuré, efficace et utile pour l’avenir. Et pas simplement une « défense et illustration ». C’est là un livre à mettre entre toutes les mains par conséquent, à conserver à portée de bibliothèque ou en fichier électroniques et qui suscitera probablement des vocations !

Haut de page

Notes

1 Le Monde du 24 février 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Ryfman, « Éloge de la désobéissance », Humanitaire, 40 | 2015, 109-110.

Référence électronique

Philippe Ryfman, « Éloge de la désobéissance », Humanitaire [En ligne], 40 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/3172

Haut de page

Auteur

Philippe Ryfman

Professeur et chercheur associé honoraire à l’Université Paris I

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org