Navigation – Plan du site
Dossier

ONG islamiques internationales et société civile dans les contextes musulmans : quelle proximité culturelle ?

Bruno De Cordier

Résumé

La notion de « proximité culturelle avec les communautés », et le débat sur le rôle de la religion et des acteurs religieux en leur sein gagnent en importance. Pourtant des acteurs humanitaires et développementistes occidentaux en voient souvent les limites dans certains contextes à majorité islamique, ressentant un certain malaise envers l’engagement de structures d’inspiration religieuse dont les valeurs et le mode de travail ne sont pas toujours compatibles avec les normes et pratiques internationales. Pour autant, les ONG occidentales reconnaissent elles-mêmes que ces structures s’avèrent souvent mieux ancrées dans les communautés et finalement plus représentatives de celles-ci.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Irak
Haut de page

Texte intégral

1La notion de « proximité culturelle avec les communautés », et le débat sur le rôle de la religion et des acteurs religieux en leur sein gagnent en importance. Pourtant des acteurs humanitaires et développementistes occidentaux en voient souvent les limites dans certains contextes à majorité islamique, ressentant un certain malaise envers l’engagement de structures d’inspiration religieuse dont les valeurs et le mode de travail ne sont pas toujours compatibles avec les normes et pratiques internationales. Pour autant, les ONG occidentales reconnaissent elles-mêmes que ces structures s’avèrent souvent mieux ancrées dans les communautés et finalement plus représentatives de celles-ci.

  • 1  Pour une étude de cas à ce sujet, voir Andrew Wilder, Perceptions of the Pakistan Earthquake Respo (...)

2Une des critiques envers les organisations humanitaires occidentales intervenant dans des contextes musulmans fait valoir qu’elles auraient tendance à baser leurs opérations sur un « staff » national largement occidentalisé et des partenariats avec des ONG laïques et libérales. En d’autres termes, un tel dispositif les empêcherait d’être « culturellement connectées » avec les bénéficiaires et leur environnement social1. Ce n’est pas le cas d’ONG internationales d’inspiration confessionnelle qui parviennent à nouer des partenariats avec des ONG locales ou des institutions confessionelles s’appuyant souvent sur des réseaux de volontaires intégrés dans le tissu social local et notamment les classes moyennes.

3Mais en quoi consiste l’approche de ces ONG internationales d’inspiration confessionelle, et dans quelle mesure apporte-t-elle une valeur ajoutée dans des contextes où les bénéficiaires sont des coreligionnaires ? Afin d’avoir un aperçu plus concret de ce modus operandi – qui n’est d’ailleurs nullement le monopole des ONG islamiques puisqu’il est également pratiqué, par exemple, par des ONG chrétiennes –, cet article analysera deux études de cas de partenariats conclus entre des ONG islamiques basées au Royaume-Uni et des ONG confessionelles locales.

Muslim Hands à Muzaffarabad, Pakistan

4Muslim Hands opère dans la partie pakistanaise du Cachemire depuis 1992 avec un programme d’éducation et de soins de santé primaire. Depuis le séisme de fin 2005, l’aide d’urgence et la réhabilitation ont occupé une partie considérable des effectifs et des activités de l’organisation. Son projet-clé dans la région est le Centre de Santé à accès gratuit de Rachian, dans la banlieue de Muzaffarabad, le centre administratif de la région. Etabli en 1994, ce Centre est un des projets les plus anciens de Muslim Hands au Pakistan. A l’origine, il était destiné aux réfugiés provenant du secteur indien du Cachemire et du no man’s land entre celui-ci et le secteur pakistanais. Le centre couvre également un certain nombre de dispensaires situés dans les préfectures rurales.

  • 2  Humanitarian Information Centre Pakistan, Map of affected population with valley overview N° HIC-2 (...)

5Muslim Hands a pris en charge la construction et l’entretien du bâtiment, le paiement des salaires des quinze employés dont deux médecins, les frais de transport ainsi que l’approvisionnement de la pharmacie. Selon sa direction,depuis son ouverture en 1994, le centre a effectué près de cent mille consultations, auxquelles if faut ajouter treize mille consultations dans les différents dispensaires ruraux. Immédiatement après le séisme de 2005 qui affecta près de 90 % de la population de la ville et de la préfecture de Muzaffarabad, le centre envoya ses effectifs vers un camp de déplacés dans une autre banlieue de la ville2. La base des bénéficiaires du centre s’est donc élargie de la catégorie spécifique de réfugiés vers les personnes déplacées et le grand public.

  • 3  Notes et observations de terrain à Muzaffarabad (secteur pakistanais du Cachemire), entretiens ave (...)

6Si Muslim Hands finance et encadre son programme de santé à Muzaffarabad, celui-ci est en grande partie effectué et co-géré par la section locale de Al-Mustafa Welfare Society (AMWS), une ONG pakistanaise basée à Karachi et fondée en 1983. AMWS est spécialisée en aide d’urgence et soins de santé. Elle travaille avec des réseaux de volontaires et son financement est assuré par des dons provenant de sympathisants dans la société pakistanaise et parmi sa diaspora à l’étranger. La section de l’AMWS à Muzaffarabad aurait un noyau d’une cinquantaine de volontaires dont une quinzaine sont chargés de la gestion quotidienne de l’association. Les cadres que j’ai rencontrés à Muzaffarabad avaient un profil de classe moyenne provinciale (enseignants, juges) et furent dans plusieurs cas apparentés à des cadres locaux de Muslim Hands. Beaucoup de jeunes volontaires engagés dans le travail de terrain de l’AMWS sont membres d’organisations politiques comme le Forum of Islamic Students3.

7Le partenariat entre Muslim Hands et AMWS date du début des activités de l’ONG dans la vallée de Muzaffarabad. Les deux structures se sont surtout liées à la faveur de contacts personnalisés. Les premiers contacts furent établis suite à des inondations en 1992 par l‘actuel président de Muslim Hands au Pakistan et l’un des membres fondateurs de la section AMWS de Muzaffarabad, aujourd’hui cadre supérieur de Muslim Hands Pakistan. Les réseaux interpersonnels et familiaux s’avèrent donc clairement essentiels dans la formation et le maintien de partenariats opérationels. Le fait que le Cachemire soit une zone de conflit à grande valeur symbolique au sein de l’Oummah islamique – et parmi les musulmans pakistanais et indiens en particulier – et que Muslim Hands ait été fondée par des immigrés originaires du Cachemire pakistanais résidant au Royaume-Uni, explique la longue présence de Muslim Hands à Muzaffarabad comparé aux multiples organisations humanitaires qui s’établirent dans la région après le tremblement de terre à la fin de 2005.

Islamic Relief Worldwide à Baqa, Jordanie

8Les activités de Islamic Relief Worldwide (IRW) en Jordanie ont deux composantes majeures : d’une part un programme de soutien aux orphelins (le Al-Yateem Orphan Welfare), et d’autre part un programme d’appui et de gestion à distance de la mission que mène l’organisation en Irak. Comme beaucoup d’ONG islamiques, IRW attache une grande importance au soutien des orphelins, ce qui explique que le Al-Yateem Orphan Welfare soutienne près de 20 000 orphelins dans 21 pays sur la base d’un système d’ « adoption financière » : un donateur privé contribue aux soins de santé, de nourriture et d’enseignement et au soutien moral d’un orphelin jusqu’à sa majorité. En Jordanie, le Al-Yateem est présent à Baqa, une communauté de réfugiés palestiniens située à une vingtaine de kilomètres de la capitale Amman. Au moment de ma visite, IRW y soutenait 388 des 850 enfants dans un orphelinat de l’Islamic Centre Charity Association. Ce partenariat entre IRW et l’Islamic Centre Charity Association (ICCA) débuta en 1997.

9L’ICCA est une ONG sociale jordanienne fondée en 1963. Elle est historiquement liée à la section jordanienne des Frères musulmans et de son parti politique, l’Islamic Action Front. L’ICCA s’occupe principalement d’éducation, de soins de santé et d’assistance sociale aux démunis. Ses 3 400 employés répartis sur quatre sections provinciales gèrent un réseau de centres d’assistance sociale, d’orphelinats, d’écoles ainsi que deux hopitaux islamiques et une douzaine de cliniques. L’ICCA est principalement financée par des dons issus de la zakat (la taxe de solidarité islamique) versés par des sympathisants dans la sociéte jordanienne ou au sein de la diaspora dans le Golfe et en Occident, mais également par des investissements dans l’immobilier et d’autres secteurs. Elle est devenue l’une des plus grandes ONG sociales du pays dans la mesure où elle contribue à remplir le vide laissé par l’Etat en matière de services publics et d’infrastructures sociaux. Le gouvernement tente régulièrement de se rallier l’ONG et d’influencer ses gestionnaires plutôt que de lui faire obstruction ou concurrence.

  • 4  Entretien avec Matar Saqer, UNRWA Information Officer, à Amman, le 4 avril 2007 et avec Hesham Iss (...)

10Le camp de Baqa fut fondé en 1968 afin d’accueillir 2 600 réfugiés et déplacés des Territoires palestiniens. Aujourd’hui, il s’agit moins d’un camp qu’un faubourg avec des édifices en brique, des souks et des transports en commun organisés. Officiellement, on recense 90 000 personnes (chiffres de 2007), mais l’estimation réelle fait état de 120 000 personnes concentrées sur une superficie de 1,5 km24. Son économie est principalement basée sur le petit commerce, le travail salarié dans le secteur privé et public, à Baqa même ainsi qu’à Amman. La présence de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine, l’UNRWA, a également créé un certain nombre d’emplois dans le secteur social. Il n’y a pas d’agriculture, les souks étant approvisionnés en produits agricoles achetés ailleurs puis revendus localement.

11Le chômage à Baqa s’élève à 30% ce qui serait le double de la moyenne nationale. Les services sociaux à Baqa sont essentiellement assurés par deux structures. La première est donc l’UNRWA qui gère seize écoles primaires et secondaires (environ 16 500 élèves), deux cliniques et une maternité, un programme d’assistance sociale, un centre pour handicapés et un centre de femmes en coopération avec des ONG et le gouvernement jordaniens. La deuxième structure est l’ICCA qui gère un orphelinat et un centre de santé ; elle organise également des actions caritatives à l’occasion des jours fériés islamiques. Même si son infrastructure reste limitée comparée à celle de l’UNRWA, l’ICCA tente d’assurer une présence de services sociaux à base confessionelle et locale, à rebours de la « domination » de la structure internationale UNRWA, laïque et de fait perçue par une partie de la base populaire et des leaders d’opinion comme le vecteur de valeurs et de formes d’organisation sociale « occidentales ».

Engager les acteurs sociaux « comme ils existent » ?

  • 5  Pour une analyse détaillée du rôle de la classe moyenne jordanienne dans l’ICCA, voir Janine A. Cl (...)

12Que nous apprennent ces deux exemples ? Une caractéristique importante, commune à la Al-Mustafa Welfare Society et à l’Islamic Centre Charity Association, est qu’elles sont socialement ancrées dans les classes moyennes ou à leur équivalent dans les contextes en question5. Je tiens à souligner cette dernière nuance car c’est là, à mon avis, qu’il existe une méprise chez certains acteurs humanitaires et developpementistes. La « classe moyenne » est en effet souvent définie et identifiée en fonction de représentations en cours dans leurs sociétés d’origine, autrement dit « occidentales ».

13Or dans de nombreux contextes islamiques – mais cela joue aussi ailleurs –, les couches sociales répondant le plus à cette image mentale ne sont pas toujours sociologiquement des « classes moyennes » mais des groupes associés aux élites politico-bureaucratiques ou des intellectuels urbains occidentalisés que les ONG occidentales vont engager alors que leurs modes de vie sont très souvent éloignés, quand ils ne sont pas opposés à ceux des classes populaires dans lesquelles se situent les bénéficiaires.

  • 6  Olivier Roy, “Soviet Legacies and Western Aid Imperatives in the New Central Asia”, dans Amyn B. S (...)

14A l’inverse, dans d’autres cas, par exemple dans les villes de province ou dans les quartiers urbains peuplés de migrants venus des campagnes, le rôle de classe moyenne n’est pas assuré par cette « classe moyenne supposée », mais par des personnes dont le profil social diffère parfois considérablement de celle-ci. Ce sont en effet des membres des « élites de base » : notables locaux, représentants de professions libérales, fonctionnaires de bas et moyen échelon, personnes actives dans l’économie locale et informelle ou encore membres du clergé proches du peuple. Ces acteurs sociaux-là ne sont généralement pas sollicités par les ONG occidentales dans la mesure où leurs valeurs et leur mode de vie sont perçus comme incompatibles avec ceux des ONG occidentales et de leurs staffs locaux. Mais le paradoxe est que les membres de ces « élites de base » , qui n’ont que peu à voir avec les élites urbaines occidentalisées, vivent physiquement et mentalement au plus près de la majorité de la population. Ils sont donc généralement bien « connectés » à la réalité du contexte. Ils représentent ce qu’Olivier Roy et Driss Elyazami nomment la société civile et les acteurs sociaux « comme ils existent, et pas comme ils devraient être »6.

15Cette illustration de la confrontation entre des représentations contradictoires ouvre un espace pour une réflexion plus large autour de la notion de « proximité culturelle ». Cette idée de la prise en compte des traditions et coutumes locales est généralement intégrée dans les programmes humanitaires ou de développement des ONG occidentales non-confessionelles, mais également des agences onusiennes ou des bailleurs de fonds internationaux. Mais le problème surgit quand il s’agit de définir la culture en fonction de celle qui existe vraiment et non en fonction d‘éléments culturels considérés comme « politiquement et socialement corrects ». Je pense en particulier aux coopérants et aux consultants qui développent des projets et des campagnes de mobilisation sociale en utilisant des traditions ethniques séculières à la limite du folklore ou des restes d’expériences gauchistes locales qui s’avèrent dans la réalité en pleine stagnation, voire obsolètes.

Les limites de la proximité culturelle ?

16Les partenariats entre Muslim Hands et l’AMWS à Muzaffarabad ou entre IRW et l’ICCA à Baqa forment des exemples d’activités humanitaires basées sur un engagement de la sociéte civile « comme elle est ». L’AMWS aussi bien que l’ICCA sont des organisations d’inspiration confessionnelle qui ont été fondées localement et non comme des structures axées vers les bailleurs de fonds internationaux. Elles obtiennent la plus grande partie de leur financements par des dons de la sociéte civile locale et non pas de financements institutionels ou externes. De fait, elles sont pleinement enracinées dans la société.

  • 7  A ce propos, lire Jonathan Goodhand et Peter Chamberlain, “’Dancing with the Prince’ : NGO Surviva (...)
  • 8  Marc-André Lagrange, chercheur et ancien chef de mission pour Secours islamiques-IRW au Liban et a (...)

17La qualité et la durabilité de leurs activités dépendent largement de facteurs qui sont difficiles à mesurer de façon objective – attitudes individuelles, autorité informelle et confiance mutuelle – mais qui s’avèrent d’une grande importance pour assurer une gestion adéquate dans des sociétés à taux de corruption élevés. Néanmoins, on ne peut exclure certains risques et points faibles. Même si les liens de parenté et le contrôle social peuvent créer les conditions pour une bonne gestion transparente, dans certaines circonstances – conflits personnels, luttes de pouvoir –, ils peuvent produire des effets inverses. Des études antérieures sur les ONG locales démontrent ainsi que lorsqu’une ONG est trop profondément ancrée dans une communauté, elle risque également d’être cooptée par des élites locales7. Cela devient un problème quand l’ONG est instrumentalisée pour des agendas qui dépassent ses propres buts et activités ou quand les élites auxquelles elle se trouve associée sont discréditées ou remplacées.8

18Enfin, les perceptions erronées dues à l’idéalisation d’éléments culturels peuvent également se manifester au sein même des ONG confessionelles islamiques et chrétiennes, plus spécifiquement quand celles-ci présument qu’une religion commune entre les collaborateurs expatriés de l’ONG et les populations dans le contexte d’opérations est, en soi, suffisante pour assurer une proximité culturelle.

19Malgré tout cela, je crois que le fait que des ONG confessionnelles – à l’image de celles examinées dans cet article – soient ancrées dans une réalité sociale beaucoup plus que des ONG laïques, internationales ou nationales, et qu’elles disposent d’une base financière non-institutionelle, représente un avantage opérationnel indéniable. Je ne prétends pas que cette façon de travailler soit la seule approche adéquate dans les contextes islamiques. Mais elle est néanmoins en phase avec une réalité où la domination et l’acceptation de concepts « occidentaux » – ou perçus comme tels –, sont devenus moins évidents qu’auparavant.

Haut de page

Notes

1  Pour une étude de cas à ce sujet, voir Andrew Wilder, Perceptions of the Pakistan Earthquake Response. Pakistan Country Study for Humanitarian Agenda 2015, Feinstein International Centre, 2008, pages 30-33 ; Masood Hyder, “Humanitarianism and the Muslim world”, Journal of Humanitarian Assistance, août 2007, disponible en ligne sur www.jha.ac

2  Humanitarian Information Centre Pakistan, Map of affected population with valley overview N° HIC-219-v02, 4 avril 2006, et Map of affected districts N°HIC­ 303-v01, UN Emergency Response Centre, 27 avril 2005.

3  Notes et observations de terrain à Muzaffarabad (secteur pakistanais du Cachemire), entretiens avec Syed Javid Shahab Giliani, chargé de programme (Muslim Hands Pakistan Education Programme), le dr. Javid Iqbal, directeur du Rachian Health Care Centre, Muzaffarabad, les 11 et 13 mai 2006, ainsi qu’avec Abdul Shakur Mehrvi, président et Tariq Giliani, vice-président de Al-Mustafa Welfare Society à Muzaffarabad, le 16 mai 2006.

4  Entretien avec Matar Saqer, UNRWA Information Officer, à Amman, le 4 avril 2007 et avec Hesham Issa, chargé de programme pour l’Irak et la Jordanie, Islamic Relief Worldwide, à Baqa, le 7 avril 2007. UNRWA Fact Sheets, Baqa Refugee Camp, 2007, disponible en ligne à www.un.org/unr wa/refugees/jorda n/baqaa

5  Pour une analyse détaillée du rôle de la classe moyenne jordanienne dans l’ICCA, voir Janine A. Clark, “FBOs and Change in the Context of Authoritarianisms : the Islamic Centre Charity Society in Jordan”, dans Gerard Clarke and Michael Jennings (eds.), Development, Civil Society and Faith-Based Organizations, 2008 et, par le même auteur, “The Islamic Associations and the Middle Class”, ISIM Newsletter, 14, juin 2006, page 51.

6  Olivier Roy, “Soviet Legacies and Western Aid Imperatives in the New Central Asia”, dans Amyn B. Sajoo (ed.), Civil Society in the Muslim World : Contemporary Perspectives, 2002, pages 142-143, entretien avec l’auteur à l’Institut Egmont, Bruxelles, le 13 février 2006, et intervention de Driss Elyazami à la table ronde de Médecins du Monde, “Quelle action humanitaire possible au Moyen-Orient ?” à Paris, le 16 mai 2008 (voir dans ce numéro, pp. 15-27). Dans leurs interventions, Roy et Elyazami font respectivement référence aux exemples du Tadjikistan et du Maghreb.

7  A ce propos, lire Jonathan Goodhand et Peter Chamberlain, “’Dancing with the Prince’ : NGO Survival Strategies in the Afghan Conflict”, Development in Practice, 6 (3), 1996, pages 196-207.

8  Marc-André Lagrange, chercheur et ancien chef de mission pour Secours islamiques-IRW au Liban et au Kénya, fit une intervention sur le même sujet à la conférence Diversité culturelle et confessionelle, une chance pour l'humanitaire de demain ? à Paris le 24 mai 2008. L’intervenant mentionnait des situations ou certains groupes se considèrent comme de « meilleurs musulmans » par rapport à d'autres, par exemple parmi les clans somaliens ou en cas de conflit entre chiites en sunnites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno De Cordier, « ONG islamiques internationales et société civile dans les contextes musulmans : quelle proximité culturelle ? », Humanitaire [En ligne], 20 | Automne/hiver 2008, mis en ligne le 08 octobre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/332

Haut de page

Auteur

Bruno De Cordier

Bruno De Cordier travaille au Conflict Research Group à l’Université de Gand en Belgique après avoir travaillé pour le Programme alimentaire mondial et d’autres organisations humanitaires. Ses sujets de recherche sont la politique humanitaire, la défense et la sécurité ainsi que l’Asie centrale, les enjeux autour de la mer Caspienne et le Pakistan. Cet article est issu d’une recherche plus large sur les ONG islamiques. bruno.decordier@ugent.bewww.conflictresearchgroup.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org