Navigation – Plan du site
Lire

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’histoire de l’humanitaire sans jamais oser le demander

Philippe Ryfman, Une histoire de l’humanitaire, La Découverte, Coll. Repères Sciences politiques, 2008.
Christian Troubé
Référence(s) :

Philippe Ryfman, Une histoire de l’humanitaire, La Découverte, Coll. Repères Sciences politiques, 2008.

Texte intégral

1Voila un petit livre qui vient à point nommé. Alors que le monde des ONG s’interroge, une fois de plus, sur sa place et son rôle (montée de l’insécurité sur le terrain, contestation de l’universalité des droits de l’Homme, caricature de son action à travers l’affaire de l’Arche de Zoé), il ne sera pas inutile de plonger dans le dernier ouvrage de Philippe Ryfman.

2Avocat, professeur et chercheur associé au département de science politique de la Sorbonne, longtemps enseignant dans le cadre du Master « Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement » de Paris-I, chroniqueur au Monde, administrateur bénévole d’ONG, Philippe Ryfman est sans doute l’un des plus fins et des plus éclairés observateurs du milieu. On retrouvera dans cette « Histoire de l’humanitaire », le style précis, la documentation largement exhaustive qui caractérisaient déjà ses ouvrages précédents, en particulier « Les ONG » (La Découverte, 2004) qui s’attachait déjà à détailler l’action et les enjeux des Organisations non gouvernementales : financements, professionnalisation, transparence et légitimité.

3Le présent ouvrage rouvre ce chantier de réflexion jamais refermé (on s’autoanalyse beaucoup dans le milieu humanitaire !) en décalant le regard vers le temps long de l’histoire. Un déplacement de point de vue qui fait toute la qualité et tout l’intérêt de ce livre. Pour ceux qui croiraient encore que l’humanitaire est né au Biafra d’une initiative de « French Doctors » (et ils sont peut-être plus nombreux qu’on ne le pense, dans les milieux des ONG et des médias) ce livre s’impose. Cette « histoire de l’humanitaire », qui se présente comme une histoire de l’humanitaire et qui revendique donc sa subjectivité, vient nous rappeler que l’humanitaire moderne s’enracine profondément dans l’histoire, qu’il est d’abord issu d’une « généalogie religieuse et intellectuelle » qui trouve son origine dans l’injonction des textes sacrés des différentes religions à venir en aide au plus faible, dans la protection des populations civiles pendant les combats (de l’ère féodale à l’ère napoléonienne), dans le secours donné à des populations victimes d’épidémies (peste, choléra) ou de catastrophes naturelles (comme, par exemple, le tremblement de terre de Lisbonne de 1755, qui donna lieu – déjà – à une mobilisation de ce qu’on n’appelait pas encore la « société civile »).

4Abordant l’ère moderne, Philippe Ryfman propose un intéressant découpage chronologique où l’action humanitaire vient s’inscrire dans la durée de deux cycles distincts ayant la guerre du Biafra comme césure. Le premier « siècle long » de l’humanitaire, en analogie avec l’historien britannique Eric Hobsbawm, court de la bataille de Solferino (24 juin 1859) à l’épisode sécessionniste nigérian (1967). A Solferino, rappelle l’auteur, le chef d’entreprise calviniste genevois Henry Dunant a l’intuition d’une société de secours aux blessés, devant la boucherie de la bataille. Naîtront ainsi les sociétés de Croix-Rouge mais aussi et surtout la plupart des avancées du droit international humanitaire qui, du règlement des conflits armés, va peu à peu s’étendre au statut des victimes non-combattantes et au-delà du champ de bataille. Ce « premier siècle de l’humanitaire ou l’hégémonie de la Croix-Rouge », pour reprendre l’expression de Philippe Ryfman, va cependant se heurter à deux écueils : celui du nationalisme et, surtout, celui des conflits de masse des deux grandes guerres et du génocide nazi. La neutralité trouve ici ses limites opérationnelles.

5C’est précisément sur la contestation de cette neutralité de la Croix-Rouge que va se construire l’humanitaire contemporain, analyse Philippe Ryfman, déconstruisant au passage la « légende dorée » du Biafra. Le « sans-frontièrisme » qui s’inscrit dans une double démarche – l’urgence et le tapage médiatique – va participer à une recomposition du paysage humanitaire, obligeant la Croix-Rouge elle-même, ainsi que les organisations internationales type ONU, à évoluer elles aussi.

6Rançon de la gloire, le terme humanitaire, devenu générique, en arrivera à recouvrir un champ beaucoup plus vaste que celui des missions imparties aux organisations non gouvernementales. Tony Blair, alors premier ministre britannique, allant même jusqu’à parler, en 1999, à propos de l’intervention de l’OTAN au Kosovo, de « guerre humanitaire ». Secours planétaire ou alibi politique, l’humanitaire contemporain fait face aujourd’hui à des enjeux et des défis sur lesquels, faute de place, Philippe Ryfman passe un peu vite, mais qui sont assez exhaustivement énumérés : les fausses promesses du « droit d’ingérence », les ambiguïtés des actions militaro-humanitaires, les relations avec les Etats, la professionnalisation et la transnationalisation en réseau des ONG. Toute une série de thèmes qui font aujourd’hui débat et façonnent sans doute un nouveau cycle historique pour l’humanitaire après le « court siècle » des French Doctors.

7Histoire à suivre donc…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Troubé, « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’histoire de l’humanitaire sans jamais oser le demander », Humanitaire [En ligne], 20 | Automne/hiver 2008, mis en ligne le 12 octobre 2009, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/373

Haut de page

Auteur

Christian Troubé

Rédacteur en chef de La Vie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org