Navigation – Plan du site
Table ronde

La Corne de l’Afrique : une zone à géopolitique variable

Sami Makki, Roland Marchal, Jérôme Larché, François Grünewald, Bernard Juan et Jean-Bernard Véron

Résumé

Débat animé par Sami Makki

Roland Marchal, chargé de recherches au Centre d’Études et de Relations Internationales (CERI)

Jérôme Larché, médecin, responsable de mission pour le Soudan et membre suppléant du Conseil d’Administration de Médecins du Monde (MDM)

François Grünewald, directeur général et scientifique du Groupe Urgence–Réhabilitation–Développement (URD)

Bernard Juan, responsable de mission Somalie et ancien membre du Conseil d’Administration de Médecins du Monde

Jean-Bernard Véron, responsable de la cellule Prévention des crises et sortie de conflits à l’Agence Française de Développement (AFD)

Haut de page

Texte intégral

Sami Makki

1La Corne de l'Afrique est une sous-région qui a été peu étudiée jusqu'à présent dans la revue Humanitaire. Nous avons décidé de mieux comprendre les évolutions récentes et l'impact de ces phénomènes d'instabilité, de fragilité, sur les acteurs de la zone, en particulier les acteurs humanitaires, le dispositif de l'assistance en général.

2Fidèles au credo de la revue, nous avons voulu faire dialoguer et interagir aussi bien des universitaires spécialistes de la question que des praticiens qui ont pu observer des phénomènes propres à la zone. Nous n’oublions pas pour autant des réflexions un peu plus globales, voire « globalisantes » ‑ peut-être trop parfois… ‑, qui ne peuvent pas être ignorées. Il s’agit, bien sûr, du contexte international et du fait que cette zone, depuis plusieurs années, est placée « sous surveillance rapprochée » de nombreux dispositifs qui ne peuvent manquer d’avoir des incidences différentes sur les différents acteurs.

3Nous avons d’abord voulu articuler cette problématique autour des notions bien connues de « fragilité », « d'instabilité », voire d’« États effondrés » qui, nous le verrons, ne sont sans doute pas généralisables sur l'ensemble de la région. Pour autant, ces notions, aussi relatives soient-elles, peuvent nous aider à comprendre le rôle et l'adaptation des acteurs internationaux face à ces facteurs d’instabilités.

4Il en va de même des limites géographiques de cette Corne de l’Afrique que les francophones que nous sommes limitent aux trois pays historiques (Éthiopie, Érythrée, Somalie) auquel on rajoute parfois Djibouti. Mais les Anglo-Saxons ont une approche beaucoup plus extensive de la même zone qui les conduit à intégrer, selon les cas, le Kenya, l’Ouganda ou encore le Soudan dans ce qu’ils appellent, eux, « Horn of Africa ». C’est dire si les représentations de la zone sont fluctuantes en fonction des intérêts des uns et des autres.

5Dans quelle mesure peut-on proposer, à partir de ces différentes perspectives, une lecture cohérente des dispositifs et des tensions s’exerçant vis-à-vis des acteurs locaux et acteurs internationaux ? Quels sont les dispositifs auxquels on peut songer, à plus ou moins longue échéance, pour stabiliser certaines situations, tout en faisant en sorte qu’ils soient compatibles avec les intérêts des populations que les OI et les ONG assistent ? Les questions ne manquent donc pas et nous allons commencer avec Roland Marchal : nous avons peut-être trop tendance à aborder la question de la Corne de l'Afrique à partir de certaines notions-valises comme celle d’États effondrés, mais quels sont alors les critères d’homogénéité que l’on peut utiliser dans l’analyse de cet espace ?

Roland Marchal

6D’abord, je voudrais dire tout le mal que je pense des notions d’État « effondré » ou « fragile » que vous avez mises en avant. C’est une vision de l’État basée sur une mesure des performances. Par exemple, récemment, un universitaire américain écrivait qu’à 200 km de Khartoum, le Soudan n’existe plus, que c’est le chaos. Mais le Soudan est un État qui fonctionne même s’il n’est pas performant, même si ses modes de gouvernance ne relèvent pas de la sociologie de la Banque mondiale ou de l’AFD. On a là affaire, comme dans beaucoup d’autres cas, à un problème d’imagination politique et de standardisation de la pensée unique. Mais ce qui est extrêmement dangereux, quand on décrète qu’un État est « effondré », c’est qu’on sous-entend qu’on peut le « reconstruire »… Et reconstruire certains États à partir de zéro est certainement le grand rêve de toute une série d’acteurs politiques internationaux, avec toutes les impasses politiques et pratiques que cela implique…

7Concernant la Corne de l'Afrique, je crois qu’il faut toujours se poser la question de ses frontières. En fait, comme souvent ailleurs, l’existence de cette région est indissolublement liée à ce qu’il y a de l’autre côté de la mer Rouge et à ce qu’il y a au nord, c'est-à-dire l’Égypte. Fondamentalement, une des raisons de l’instabilité régnant dans la Corne de l'Afrique, c’est le fait qu’il n’y a pas une puissance régionale, mais deux grands pays qui peuvent prétendre à ce titre : l’Égypte et l’Éthiopie. D’une certaine façon, cette région reste polarisée historiquement par la présence, de l’autre côté de la mer Rouge, c’est-à-dire dans la péninsule arabique, de pays qui ont joué un rôle extrêmement important dans l’extension de l’Islam. Et cela concerne aussi l’Éthiopie car on ignore souvent que c’est dans ce pays que se sont réfugiés les premiers musulmans. Une partie du pays, qu’on appelle « l’Abyssinie chrétienne », s’est construite contre cette vision d’un islam qui essaierait de la pénétrer, mais elle s’est aussi construite avec, ne serait-ce que par les flux de populations qui traversaient l’Afrique pour aller au pèlerinage à La Mecque.

8Il est donc essentiel de voir cette région-là au-delà de son propre environnement. La Corne de l’Afrique n’est pas une unité en soi. On y trouve des traces de l’histoire de l’Empire ottoman ‑ qui a joué un rôle important dans l’histoire de l’Érythrée, par exemple ‑, je ne parle même pas du Soudan ou du soulèvement mahdiste à la fin du xixe siècle. Mais il ne faut pas oublier non plus la notion de conquête territoriale. Car on a tendance à oublier que l’Éthiopie moderne, par exemple, est un État à peu près aussi vieux que l’Italie qui a vu sa superficie multipliée par quatre. Les États de la région fonctionnent suivant des règles qui ont peu à voir avec la démocratie et qui ont, suivant des modalités oppressives, réussi à se construire et à durer. L’Éthiopie, encore une fois, est un pays qui depuis sa création moderne, dans la deuxième moitié du xixe siècle, n’a cessé d’avoir la guerre sur ses marges, mais l’État était toujours en ordre de marche. Il faut savoir que le jour de mai 1991 où la coalition actuellement au pouvoir a pris Addis-Abeba, la société d’État des téléphones réparait les lignes à Diré Dawa, la deuxième ville de l’Éthiopie ! Les choses diffèrent en Somalie où, par exemple, les écoles s’étaient arrêtées dans les provinces vers 1987-1988. Quant aux ministères, ils étaient déjà complètement vides, pour ne pas dire pillés, en 1990, donc bien avant l’effondrement officiel de l’État somalien.

9Enfin, il faut dire que tous ces États ont été profondément marqués par la guerre froide qui a eu un effet extrêmement important sur la construction des élites politiques et leur fonctionnement. Évidemment, la nouvelle régulation internationale qui s’est peu à peu mise en place après 1990 a produit des effets…

10Au final, est-ce que tout cela veut dire que la Corne de l'Afrique, en tant qu’entité, n’existe pas ? J’y répondrai de manière indirecte et, peut-être, déroutante… Mais figurez-vous qu’en Somalie, on peut écouter de la musique soudanaise. De la même façon, en Éthiopie, on observe des continuités culturelles extrêmement fortes. Et les « gens de la Corne » ont toujours eu cette prétention à être « plus que des Africains ». Ce tropisme est extrêmement fort en Érythrée, en Éthiopie, en Somalie, un peu moins sans doute au Soudan, mais il est incontestable. Autant dire que ces différentes données produisent des effets culturels et politiques tout à fait particuliers.

Sami Makki

11Vous avez pris le temps d’exposer des éléments essentiels pour bien comprendre les problématiques. En particulier cette réflexion sur les notions d’États « effondrés » ou « fragiles » est importante. J’ai volontairement utilisé ces termes qui sont à double tranchant et qui ont des conséquences vitales dans la zone. Dernièrement, la revue du Humanitarian Program Network décriait précisément le fait que de telles notions ‑ utilisées par les agences de coopération, comme l’AFD en France ‑ pesaient énormément sur la gestion des programmes d’assistance.

12Jean-Bernard Véron, vous qui travaillez au sein de l’AFD, est-ce que les critères que vous utilisez sont pertinents pour penser les facteurs d’instabilité dans une zone comme la Corne de l’Afrique ?

Jean-Bernard Véron

13Je ne sais pas s’ils sont pertinents mais, au risque de décevoir Roland Marchal, je suis globalement d’accord avec son approche, même s’il a peut-être une vision parfois caricaturale de ce que font les bailleurs de fonds de l’aide au développement. Ceci étant, et je parlerai plus particulièrement de la relation entre la Somalie et le monde extérieur, deux choses me frappent.

14D’abord, cette relation est très caricaturale. Soit le monde extérieur est vu comme « le gentil qui apporte à manger aux Somaliens ». Soit il est perçu comme source de grands troubles, à renfort de multiples interventions, notamment de la part des Éthiopiens et des Américains, qui viendraient interférer avec la tentative de mettre sur pied un gouvernement. Dans cette approche, tout ce que font l’Union africaine ou les Nations unies est à peine plus efficace. Je crois que cette manière de voir la relation avec le monde extérieur est très nocive au pays. De toute façon, les Somaliens sont bien assez grands pour trouver des raisons de mettre le désordre et de se battre !

15Ce qui me frappe dans ce pays, c’est toute la problématique de l’État. Dans nos pays occidentaux, la conception weberienne de l’État postule un État central fonctionnel, avec des missions régaliennes de contrôle du territoire et de sécurité, et qui délivre des services aux populations. Et l’on voudrait plaquer ce modèle sur la Somalie comme on veut le faire sur d’autres pays ! Il n’y a aucune raison que ces concepts qui fonctionnent bien chez nous fonctionnent là-bas.

16L’autre élément de la relation qui me frappe entre la Somalie et le monde extérieur, c’est qu’on parle beaucoup en ce moment des pirates, au prix d’une hypermédiatisation. Mais finalement, on ne fait pas grand-chose en Somalie ! Le volume de l’aide extérieure à la Somalie tourne autour de 150 millions de dollars par an. D’abord, c’est à peu près un tiers de ce qu’envoient les Somaliens de l’étranger dans leur pays. Mais surtout, c’est un vingtième de ce que touche un pays comme l’Afghanistan, à savoir 3 milliards de dollars par an. Bref, globalement, on laisse tomber la Somalie !

17Bien sûr, sur certains points, comme les pirates, on décide d’intervenir, mais de façon purement militaire. L’attitude du monde extérieur, « l’Occident » si l’on veut, me rappelle d’une certaine façon ce qui s’est passé en Afghanistan : de 1979 à 1989, on a eu beaucoup d’interventions extérieures, militaires pour soutenir les moujahidins contre le régime soviétique, mais aussi humanitaires pour soutenir la population. Et puis, en 1989, on laisse tomber le pays pour, douze après, s’étonner d’avoir les talibans ! Je ne dis pas qu’il y aura les talibans demain en Somalie, mais disons que c’est un pays qu’on a laissé tomber, et lorsque l’on est intervenu, on a plutôt créé du désordre.

18Enfin il faut dire que les interventions des acteurs de l’aide au développement sont extrêmement faibles dans ce pays parce qu’ils considèrent que le minimum requis pour qu’ils interviennent ‑  l’existence de ce fameux État central fort à qui on donne l’argent et qui serait le maître d’ouvrage des projets d’aide au développement – n’existe pas. Finalement, le peu qui est fait consiste essentiellement en une aide humanitaire ou dans le financement de projets en lien avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Je n’ai évidemment rien contre les OMD, mais est-ce que c’est, aujourd’hui, le plus important à faire en Somalie ?

Sami Makki

19Je suis quand même surpris. Même si vous vous exprimez en votre nom propre, en quoi l’institution que vous représentez ‑ l’AFD ‑ se dissocie-t-elle de cette approche globalisante qui, comme vous l’avez dit vous-mêmes, fait fausse route ? Si on pense à l’adaptation des outils européens ‑ par exemple la dernière publication sur la gestion de crise à l’issue de la présidence française et la mise à jour du rapport Solana sur la sécurité de l’Union européenne ‑ il est clair qu’elle reprend les concepts dénoncés par Roland Marchal. Malgré les éléments de nuance que vous essayez peut-être de nous faire passer, il semble donc que la France s’aligne sur cette approche que vous dénoncez, non ?

Jean-Bernard Véron

20Je ne me permettrais pas de dire que vous faites fausse route… Ce que je veux dire, c’est que j’essaie justement de faire passer ce message à l’Agence Française de Développement. Je suis peut-être plus entendu aujourd’hui que je ne l’étais hier, mais je n’influe pas la Banque mondiale ou l’Union européenne.

François Grünewald

21Je pense qu’il y a quelques éléments très importants qui structurent la région. D’abord, l’aridité est un point absolument central et la gestion de cette aridité est au cœur des systèmes sociaux traditionnels et de gestion de la survie des populations. Car en dehors des grands plateaux éthiopiens où les populations agricoles se sont même lancées dans le café, on trouve surtout de grandes zones pastorales qui se prolongent sur une partie du Kenya et au Soudan. Si on ne comprend pas cela, on ne comprend pas l’impact social et même économico-politique que cela peut avoir sur ces sociétés et leurs mécanismes de gestion de ces ressources rares.

22Ensuite cette zone s’est trouvée impliquée dans les grandes turbulences de la moitié du siècle dernier, voire dans cette « guerre totale contre le terrorisme » qui est une nouvelle phase des mécanismes internationaux ‑ ou des fantasmes ‑ pour comprendre et gérer la planète. Roland Marchal l’a très bien expliqué. Quant à la notion d’États fragiles, je suis également d’accord qu’il faut l’employer avec prudence car s’il est un État fort, organisateur de son espace et de son pouvoir, c’est bien l’Éthiopie.

23Bref, on assiste à des phénomènes cumulatifs dans cette région : relative hétérogénéité agro-climatique et de gestion des ressources, relative homogénéité de l’exposition aux grandes turbulences des cinquante dernières années et, enfin, très grande incompréhension par la plupart des acteurs politiques de ce qui se passe dans cette région. À cet égard, comment la communauté internationale a-t-elle pu imaginer que la force africaine qu’il fallait déployer pour ramener l’ordre en Somalie devait être l’Éthiopie ? ! C’est là l’expression caricaturale de cette incompréhension…

Roland Marchal

24Les forces éthiopiennes en Somalie ne relevaient en fait ni d’une décision de l’Union africaine, ni d’une résolution du Conseil de sécurité. Elles sont intervenues sur invitation du gouvernement et du premier ministre de l’époque, Ali Mohamed Gedi, et du président Abdelahi Yusuf, contrairement, il est vrai, à la force arrivée en mars 2007. En novembre, un vote du Parlement éthiopien autorise le gouvernement éthiopien à prendre toute mesure, y compris l’utilisation de forces armées, pour la sécurité nationale, mais à ce moment-là tout le dispositif est déjà prêt à la frontière et des troupes éthiopiennes sont à l’intérieur du pays.

25Par ailleurs, après septembre 2001, s’est développée dans une partie de nos élites politiques cette idée devenue extrêmement prégnante qu’en envoyant des troupes, on pouvait résoudre les problèmes politiques. Et l’histoire de la piraterie est liée à cela. Ce problème aurait dû être soulevé en 2007. Il ne l’a pas été pour des raisons politiques, avant d’être soulevé pour les mêmes raisons… En juin 2008, pendant les négociations des accords de Djibouti avec ceux qu’on va appeler « les islamistes modérés », se pose la question de remettre la Somalie à l’agenda international ? On assiste alors à une alliance entre le représentant spécial des Nations unies ‑ un francophone américanophile ‑ et la France qui s’apprête à présider l’Union européenne. C’est à ce moment-là que Nicolas Sarkozy annonce le déploiement de la force maritime dans l’océan Indien. C’est une belle opération de diplomatie globale qui va au-delà de l’Europe. Un autre argument a également pesé côté français : le fait d’envoyer cette force navale dispense d’aller au sol : d’une certaine façon, on fait du maintien de la paix en mer plutôt que de le faire sur le sol somalien.

Sami Makki

26Ce dernier point est essentiel et nous rappelle les débats sur les modalités d’intervention dans les années 1990, notamment sur cette gestion aérienne des crises. Je précise aussi, en passant, que le 15 juin dernier, le mandat de la NAFOR européenne, l’opération Atalante, a été prolongée jusqu’au 13 décembre 2010. C’est dire si c’est « une affaire qui roule », c’est-à-dire un élément important de communication autour des capacités européennes de gestion de crises. Mais précisément, est-ce qu’on ne va pas vers une réponse hypermilitarisée à ce type de situations ? D’autres approches n’auraient-elles pas été possibles ?

Jérôme Larché

27Comme le disait d’une certaine manière Roland Marchal, cette nouvelle stratégie maritime est un peu l’arbre qui cache la forêt, voire l’arbre qu’on met devant pour ne pas aller dans la forêt… Mais j’aimerais revenir sur quelques chiffres pour redessiner le contexte dans lequel cette opération a démarré. Entre 2007 et 2008, il y a eu une augmentation très significative du nombre d’agressions de navires ‑ quasiment 200 % d’augmentation ‑ avec plusieurs dizaines de marins morts, plusieurs centaines pris en otages, notamment dans la région du Puntland. Les modalités d’agression ont évolué ces dernières années, devenant de plus en plus agressives, passant de « simples » agressions pour voler des biens à des agressions physiques manipulées par des organisations criminelles structurées par des clans et des familles. Le tout a déjà permis à ces réseaux d’engranger quelques dizaines de millions de dollars sur la zone.

28Mais ces attaques ont aussi eu des conséquences humanitaires directes sur les populations puisque 90 % de ce qu’on transporte en Somalie transite par les navires. On estime aujourd’hui que ce qui a été pris par les pirates permettrait de nourrir un million de personnes.

29Dans ce contexte-là, l’Europe mais aussi des pays non européens, comme la Chine, les États-Unis, l’Inde, le Japon ou la Russie ont envoyé des navires dans la zone pour protéger leurs navires marchands qui, dans le même temps, utilisent de moins en moins le canal de Suez. Cela rallonge le trajet, augmente les coûts des matières transportées, et donc possiblement le prix du baril de brut. Bref, les conséquences économiques sont loin d’être négligeables.

30Mais finalement, derrière cette lutte contre la piraterie, se cache peut-être aussi une lutte entre différentes puissances, une lutte stratégique pour regagner le contrôle des voies maritimes, notamment celles qui vont du détroit de Bab el-Mandeb à celui de Malacca.

31Par ailleurs, des pirates ont été arrêtés puis transférés dans divers pays européens ou aux États-Unis où ils risquent des sentences assez lourdes, voire la prison à vie. Il ne faut pas exclure qu’une telle sévérité ‑ justifiée ou non, là n’est pas le problème ‑ puisse amener les populations locales à suspecter la justice occidentale d’impartialité. Plus généralement, en termes de perception globale du monde occidental dans cette région, cela peut avoir une incidence qui conduirait à rendre encore plus agressifs les actes de piraterie.

32L’opération Atalante ne répond pas aux causes de cette néopiraterie qui sont nombreuses et complexes : les zones de pêche en mer Rouge largement pillées par les compagnies occidentales, ce qui a induit pour les pêcheurs de cette zone des diminutions de revenus très significatives ; le conflit en Somalie poursuivi et réalimenté par l’incursion éthiopienne, etc.

33Bref, cette situation nécessite une approche multidimensionnelle, sécuritaire bien sûr, mais également politique, économique, anthropologique et humanitaire. Cela ne veut pas dire que ça doit être une approche intégrée, que sous-tendrait donc un objectif politique cohérent et commun à tous. Je pense qu’il faut accepter d’avoir des objectifs éventuellement contradictoires, tant que chacun répond à son mandat. En tout cas, une analyse globalisante et simplifiante ne peut pas durablement répondre à cette situation. Mon inquiétude c’est que, pour l’instant, je n’ai pas l’impression que les pays étrangers qui ont réinvesti la zone pour soi-disant traiter le problème de piraterie, aillent au bout de cette démarche-là, mais qu’ils soient davantage dans une logique de « containment » pour simplement limiter les dégâts. En bref, une « contention » militaire en mer à défaut d’une vraie réponse politique à terre.

Sami Makki

34Bernard Juan, on se dit que les humanitaires ont été à nouveau pris au piège, car en dénonçant le non-accès aux populations et le problème de distribution de l’aide du fait de la piraterie, les voilà noyés dans une approche hypermilitarisée qui rejoint la problématique dénoncée après le 11 septembre. Est-ce que vous, sur le terrain, vous faites cette analyse-là ?

35Bernard Juan

36C’est vrai que, là comme ailleurs, on observe clairement une confusion entre humanitaires et militaires. C’est un vrai souci pour nous, mais je dirais que dans ces conflits déstructurés, la population comme les leaders se sont extrêmement adaptés à ce que propose l’Occident. Finalement, cette mondialisation, cette règle du jeu qu’ont voulue les pays riches fait que les problématiques du conflit déstructuré de la Somalie, on le retrouve en Tchétchénie, en Colombie ou en Afghanistan. Finalement, qu’est-ce que cela nous dit ? Qu’on est appelés à partager, le bien comme le mal, la souffrance, la violence, les richesses. Qu’on ne peut pas produire des armes dans le Nord sans que cela ait des conséquences dans le Sud. Qu’on ne peut pas être complices d’escroqueries en spoliant des populations de leurs minerais, de leur pétrole, et regretter qu’elles se révoltent en utilisant les armes qu’on leur a vendues. Oui, nous sommes dans un monde global dans lequel nous devons jouer une partie non pas selon des règles qu’auraient mises en place les leaders despotiques de ces pays, mais selon celles qu’ont imposé les pays du Nord de façon extrêmement policée, organisée, méthodique et les humanitaires ne sont aujourd’hui que les révélateurs de la souffrance générée dans ces populations. Même Médecins du Monde aujourd’hui voit les souffrances que ces règles ont générées à l’intérieur même de la population française. Alors imaginez ce que cela donne dans la population somalienne hyperarmée et hyperviolente !

Sami Makki

37Concrètement, quelle incidence cela a dans la gestion de vos programmes, notamment en Somalie ?

Bernard Juan

38Tout le problème pour nous, c’est d’être avec et non de faire pour les Somaliens, ou d’autres. Dans cette idée d’être avec, il y a une nécessité de compréhension, de désir pour l’autre qui n’est pas notre propre désir. C’est compliqué à mettre en place. Il faut aussi être conscient qu’on ne peut pas faire tout ce qu’on voudrait faire. Les circonstances  et la violence sont telles que, finalement, on agit à peine. On ne soigne pas à proprement parler en Somalie, mais notre action est simplement un révélateur de l’immensité du problème. Concrètement, aujourd’hui, Médecins du Monde ce sont deux centres de santé sur Merca, un projet qui va certainement pouvoir voir le jour à Boosaaso et des interventions sur des épidémies de choléra. Mais finalement, pour pouvoir agir, il nous faudrait arriver à casser le prisme à travers lequel les gens nous voient car il faut bien comprendre qu’ils ne font pas la différence entre nous et un soldat américain ou même un évangéliste. Enfin, il ne faut pas croire que nous arrivons dans un désert sur lequel on va reconstruire ce que nous voulons : il nous faut partir de leur réalité pour faire quelque chose avec eux et pour eux.

François Grünewald

39On nous parle de conflits déstructurés, mais ce sont juste des conflits dont on ne comprend pas la structure ! Ce n’est pas du tout aléatoire ce qui se passe là-bas. Des mécanismes sont en place. Le problème c’est qu’on ne les comprend pas, qu’on ne sait pas les lire. J’ai découvert ça quand j’ai été pris en otage en Somalie durant plusieurs jours. Pour tenir, comme je suis agronome de formation et que je travaillais alors sur des programmes pastoraux et d’élevage, je m’étais donné comme structure de fonctionnement d’utiliser toute opportunité pour créer le contact à partir de mon intérêt sur l’élevage des chameaux. Donc, chaque fois que je le pouvais, je leur demandais de m’expliquer les pâturages, la gestion des points d’eau, des troupeaux, etc. Quand ils ont décidé de me relâcher, ils m’ont invité à une de ces fêtes somaliennes où les gens chantent et font des poèmes. Car autant les guide lines des Nations unies laissent toujours à penser qu’il y a toujours derrière vous quelqu'un avec un couteau, autant les Somaliens sont d’abord des grands poètes, des gens qui adorent le théâtre et la chanson. Est donc arrivé le moment où l’on m’a demandé de faire un poème. Quand j’ai eu terminé, je leur ai dit que si un jour j’avais une fille, je l’appellerais Amiguel, ce qui signifie Lait de chameau et représente pour moi est le plus grand symbole de l’hospitalité somalienne. Dix ans après, dans le même village, je retrouve ces gens qui me demandent : « Et alors, Amiguel ? » J’ai sorti mon passeport sur lequel est mentionnée ma fille, dont le premier nom est Manon, et le second Amiguel… Et bien ils se sont tous mis à pleurer en me remerciant d’avoir fait l’effort d’essayer de les comprendre et de les apprécier.

40Il faut comprendre qu’en Somalie comme ailleurs, nous sommes dans une situation dans laquelle notre présence amène des ressources, crée des jeux et des enjeux de pouvoir, autant de choses « captables », d’une manière ou d’une autre. Et enfin notre présence est potentiellement, dans l’imaginaire des uns et des autres, l’émanation de cet Occident qui s’en prend aux Somaliens en faisant la guerre totale contre le terrorisme. Savoir comment l’on aborde ces différents points est la clef des stratégies de sécurité.

41Soit on le fait à la manière des Nations unies, c’est-à-dire qu’on se « bunkerise » dans des « compound » entourés de barbelés et de hauts murs dont on ne sort pas. On s’embête tellement que le jeudi soir, on boit, on fait des fêtes et le lendemain matin, à l’entrée du camp, on trouve un tas de bouteilles de bière et de whisky vides. On oublie cependant que c’est par là que passent les Somaliens qui se rendent à la mosquée tous les vendredis matins ! C’est l’un des premiers problèmes : ne pas comprendre, ne pas respecter, et finalement avoir un comportement qui nous enferme tellement qu’on n’est même plus conscient qu’il y a la Somalie autour. Il faut absolument sortir de cette dynamique de bunkerisation.

42L’autre stratégie mise en place par un certain nombre d’acteurs est ce qu’on a appelé « le contrôle à distance » (remote control), mais qui est assez compliqué à mettre en œuvre. Il faut trouver des acteurs qu’on connaît bien, qu’on peut former, qui peuvent faire le boulot… Mais ces acteurs somaliens sont eux-mêmes pris dans des jeux de pouvoir qui peuvent potentiellement aller à l’encontre de nos principes humanitaires.

43La dernière stratégie consiste à aller voir un peu tout le monde et à essayer de se faire comprendre pour se faire respecter, C’est la stratégie d’acceptance ou d’acceptation. Il nous reste beaucoup à apprendre, à trouver les « bonnes clefs » qui, c’est vrai, obligent à une certaine exposition. Mais il faut accepter aussi que le risque zéro n’existe pas en Somalie et se donner les moyens pour entrer en contact.

Roland Marchal

44Cette stratégie de l’acceptation ne fonctionne que lorsque l’on est dans un milieu homogène. En 1995, par exemple, une Italienne a été tuée et un Italien gravement blessé à Merca. Ils y étaient bien intégrés, mais leurs assassins étaient venus de Mogadiscio…

45Je voudrais dire cependant que lorsqu’on parle de la Corne de l’Afrique, on a l’image du chaos qu’est la Somalie, mais il faut savoir que, de l’autre côté, le Soudan, l’Éthiopie et l’Érythrée sont des États avec des politiques de contrôle des humanitaires très fortes. Et le rôle que jouent ces derniers est parfois ambivalent.

Jérôme Larché

46Au Soudan, Médecins du Monde ne faisait pas partie des treize ONG expulsées du Jebel Mara. Au départ, on était plutôt contents de pouvoir continuer notre travail dans cette zone rassemblant 100 000 personnes. C’est une zone clairement rebelle, à laquelle le gouvernement soudanais n’a donc pas d’accès et où l’on est en relation directe avec des mouvements comme la SLA (Sudan Liberation Army). Mais paradoxalement, la très bonne perception qu’avaient de nous les populations a été quelque peu altérée par le fait qu’on ne soit pas expulsés ! Donc, si l’acceptance est une condition nécessaire ‑ en tout cas, c’est un paradigme sur lequel Médecins du Monde travaille car on n’est pas favorable à la bunkérisation ‑ on ne maîtrise pas tout pour autant : il faut avoir cette complexité en tête. Mais où pose-t-on les limites ? Est-on prêt à utiliser d’autres moyens pour se protéger que ceux auxquels on a envie d’avoir affaire ? Est-on prêt à partir pour ne pas avoir à utiliser de tels moyens ? Ce sont des questions opérationnelles certes, mais qui renvoient à des questions éthiques sur nos pratiques.

Sami Makki

47Est-ce que l’acceptance ne peut pas être un élément d’une stratégie qui viserait non seulement à penser un peu mieux la relation avec les communautés, mais aussi à se situer dans une perspective à plus long terme de prévention. Celle-ci est peut-être davantage privilégiée par les ONG de développement que par les humanitaires. J’ai toujours été frappé par le manque de dialogue entre les acteurs de l’humanitaire et ceux du développement, dans la façon de capitaliser sur leurs connaissances et leur capacité à influencer les débats institutionnels. Alors je me tourne du côté de l’AFD pour savoir si cela peut être exploité ou non pour nourrir les ambitions que vous avez affichées plus haut…

Jean-Bernard Véron

48C’est vrai qu’on glose beaucoup sur la distance entre les humanitaires et le développement. Mais on a peut-être fini par exagérer cette distance. J’ai le sentiment que cette distance va en se réduisant puisque. D’un côté, les humanitaires se lancent de plus en plus dans des processus de développement. De l’autre, des institutions d’aide, comme l’AFD, essaient de remonter la chaîne du temps de façon à se positionner au plus près de la phase d’assistance humanitaire. Ce n’est pas qu’on veuille faire le travail des humanitaires, mais c’est le bon moyen pour nous de trouver une cohérence entre celui-ci et ce que nous serons amenés à faire en sortie de crise. Par exemple, lorsqu’on apporte une assistance alimentaire, l’effet sur l’agriculture locale n’est pas le même selon qu’on fournit du maïs américain ou européen ou qu’on essaie de trouver des produits locaux.

49Alors, que pourrions-nous faire en Somalie si nous y étions ‑ puisque je vous rappelle que l’AFD n’agit pas pour l’heure dans ce pays ? Je rebondis sur ce que disait François Grünewald à propos de l’eau dans ce pays, car il a mille fois raison. C’est un pays sec, aride, avec des problèmes d’accès à cette ressource en eau, que ce soit pour l’agriculture ou l’élevage. Or cet accès est source de conflits entre les pasteurs entre eux, et entre les pasteurs et les agriculteurs. Si nous avions à intervenir demain en Somalie, nous essaierions de nous attaquer à cette source de conflits, parce que lorsqu’on fait de l’aide au développement dans ce genre de pays, il faut avoir deux finalités. La première est bien sûr de mettre en place un développement économique et social, en facilitant l’élevage ou en augmentant la productivité de l’agriculture. Mais simultanément, et c’est la seconde finalité, nous devons essayer par la même occasion de traiter telle ou telle cause de conflit. C’est cela que j’appelle la « prévention ».

50Je prendrai l’exemple de ce que nous avons fait au Tchad. Il existe dans ce pays un gigantesque troupeau qui compte des millions de bêtes et qui se déplace sur tout le territoire. Mais quand ces millions de bêtes arrivent dans le sud du pays, là où il y a les terres agricoles, on imagine ce que cela peut faire… Autrefois, cela se réglait à coup de lances, mais après on en est venu à la Kalachnikov ! Alors on a simplement fait des points d’eau un peu partout dans le pays, ce qui a eu deux effets : d’abord le troupeau s’est dilué dans l’espace, si bien que la pression des bêtes est moins forte et ensuite, ce qui se réglait autour des points d’eau avec des armes se règle aujourd’hui par la discussion.

51Si nous avions à intervenir en Somalie, c’est ce genre de choses que nous ferions. Nous ne prétendrions absolument pas résoudre les problèmes politiques ou militaires, mais nous essaierions de traiter une des causes de ces tensions.

Bernard Juan

52Je suis tout à fait d’accord : la distance entre les humanitaires et les développeurs se réduit de plus en plus. D’ailleurs, pour nous, l’urgence, c’est quoi ? En dehors des catastrophes naturelles, cette notion est très malléable. Souvent, comme en Afghanistan par exemple, l’urgence devient chronique et implique un travail de compréhension constant, pour avoir une réponse adaptée. Et cela me paraît en lien avec l’acceptance qui n’est pas une notion universelle, mais s’adapte à un lieu. En Somalie, il faut veiller aux cercles dans lesquels on circule, et remettre en cause ce qu’on croit savoir. Et c’est notre capacité à nous poser les bonnes questions qui va nous permettre d’agir.

53Enfin, je voudrais revenir sur la notion de conflit déstructuré. Pour moi, ce n’est pas un conflit qui n’a pas de sens, mais qui n’est plus bipolaire : ce n’est plus les blancs contre les noirs, les Allemands contre les Français, mais un conflit complexe, dont la complexité même a du sens. En tout cas, elle en a pour beaucoup, pas forcément pour nous, et c’est pour cela que nous devons faire l’effort de comprendre pour pouvoir avoir une réponse adaptée. Si on n’est pas capable de réinventer l’aide humanitaire pour qu’elle ne soit plus dans le sens nord-sud, mais pour qu’elle soit le fruit d’un désir partagé, entre le sud et le nord, alors on n’y arrivera pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sami Makki, Roland Marchal, Jérôme Larché, François Grünewald, Bernard Juan et Jean-Bernard Véron, « La Corne de l’Afrique : une zone à géopolitique variable », Humanitaire [En ligne], 22 | Juillet 2009, mis en ligne le 14 octobre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/388

Haut de page

Auteurs

Sami Makki

Articles du même auteur

Roland Marchal

Chargé de recherches au Centre d’Études et de Relations Internationales (CERI)

Jérôme Larché

Médecin, responsable de mission pour le Soudan et membre suppléant du Conseil d’Administration de Médecins du Monde (MDM)

Articles du même auteur

François Grünewald

Directeur général et scientifique du Groupe Urgence–Réhabilitation–Développement (URD)

Articles du même auteur

Bernard Juan

Responsable de mission Somalie et ancien membre du Conseil d’Administration de Médecins du Monde

Jean-Bernard Véron

Responsable de la cellule Prévention des crises et sortie de conflits à l’Agence Française de Développement (AFD)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org