Navigation – Plan du site

Résumé

L'agenda humanitaire des derniers mois a été particulièrement marqué par des conflits armés internes d'une violence extrême, dans lesquels les civils se trouvent bien souvent être les premières victimes. « Rien de nouveau » me direz-vous, en particulier dans le contexte post-11 septembre 2001 de la guerre du bien contre le mal. Celle-ci semble justifier en effet toutes les violences pour éliminer « l'ennemi », trop souvent avec l'accord tacite d'une communauté internationale dépassée, se mobilisant tardivement ou seulement complice par omission.

Pourtant, si toute crise a ses spécificités, force est de constater ces derniers mois une absence de retenue de la part des acteurs armés dans plusieurs conflits meurtriers avec une déstabilisation certaine des acteurs humanitaires qui ont de plus en plus de difficultés à mener leur mission.

Haut de page

Texte intégral

1L'agenda humanitaire des derniers mois a été particulièrement marqué par des conflits armés internes d'une violence extrême, dans lesquels les civils se trouvent bien souvent être les premières victimes. « Rien de nouveau » me direz-vous, en particulier dans le contexte post-11 septembre 2001 de la guerre du bien contre le mal. Celle-ci semble justifier en effet toutes les violences pour éliminer « l'ennemi », trop souvent avec l'accord tacite d'une communauté internationale dépassée, se mobilisant tardivement ou seulement complice par omission.

2Pourtant, si toute crise a ses spécificités, force est de constater ces derniers mois une absence de retenue de la part des acteurs armés dans plusieurs conflits meurtriers avec une déstabilisation certaine des acteurs humanitaires qui ont de plus en plus de difficultés à mener leur mission.

3Que ce soit au Moyen-Orient, au cours de la « guerre de Gaza » de décembre et janvier derniers, au Sri Lanka ensuite, ces derniers mois, et enfin, actuellement, au Pakistan, dans la province du Nord-Ouest, la guerre contre « les terroristes » semble justifier tous « les dérapages » : usage disproportionné de la force, bombardement de zones d'habitations civiles, tirs contre les hôpitaux et les personnels de secours. Ces derniers, quand ils ne sont pas tout simplement assassinés, sont considérés comme des témoins gênants dans des régions interdites d'accès, où les belligérants souhaitent les voir agir le plus tardivement possible, c’est-à-dire quand le plus gros du « travail militaire » a été fait…

4Les forces dites « régulières » ne font preuve d'aucune retenue dans les opérations armées qui cherchent à cibler et à éliminer les militants radicaux au cœur même des populations où ils se cachent. Les conséquences pour les civils sont dramatiques : destructions massives de quartiers entiers et exécutions sommaires d'habitants désarmés dans la bande de Gaza, bombardements indiscriminés sur le dernier réduit des Tigres tamouls, avec plusieurs milliers de morts à la clef, et des survivants parqués dans des camps de déplacés dans lesquels ils sont maintenant triés, bombardements de villages au Pakistan où plus d'un million de personnes fuient les zones de combats.

5
La « fin justifie les moyens », dit-on dans les états-majors. Mais les protestations internationales de circonstance paraissent bien faibles au regard des violations graves du droit international humanitaire (DIH) et des conventions de Genève qui se multiplient.

6
De leur côté, partisans du Hamas à Gaza, forces des Tigres tamouls au Sri Lanka, et combattants talibans au Pakistan, utilisent des méthodes tout aussi définitives et radicales. Les civils servent de bouclier humain et tous ceux qui refusent de les aider sont accusés d'être des « infiltrés » et risquent d’être exécutés.

7
La loi du talion s'applique contre les civils. La terreur est générale. Sans sanctuaire accessible ou trouver refuge, les populations se retrouvent prises au piège des violences et l'objet de représailles de la part de tous les acteurs armés.

8Dans ces conditions, il n’est pas facile pour les organismes de secours de porter assistance aux blessés. L'accès au terrain est quasiment impossible, ou volontairement entravé. Les secouristes internationaux sont de plus en plus souvent perçus comme des « partisans ayant choisi leur camp », au motif qu’ils arrivent la plupart du temps à la suite des armées en campagne, une fois les opérations militaires pour reprendre le contrôle de territoires sous l'emprise de militants radicaux quasiment terminées. Ils ne peuvent alors que constater les « dommages collatéraux » dont ont été victimes les civils.

9Les quelques humanitaires qui tentent d'agir et de témoigner au cœur des combats prennent des risques toujours plus importants. Et la liste s'allonge de ceux tués en mission, membres du personnel national le plus souvent. Ils font l'objet d'intimidations constantes, leurs ambulances sont prises pour cibles. Et quand ils parviennent néanmoins à agir, on leur demande de ramasser les blessés, de panser les plaies, et surtout de se taire… On cherche à les réduire à un rôle de « prestataires de services humanitaires », sans le droit à l'indignation et à la dénonciation, même devant les crimes les plus graves. Il n'est plus rare de voir certains organismes de secours contraints de signer avec les autorités locales des accords leur donnant accès aux zones concernées contre l’encadrement de leur liberté de témoigner.

10Les appels courageux et un peu isolés du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Gaza, au Sri Lanka et au Pakistan (même s’il n'est pas le seul à témoigner), pour dénoncer publiquement les violations du DIH semblent provoquer peu de réactions, toute l'attention des opinions publiques étant portée sur d'autres préoccupations (impact économique et social de la crise financière, pandémie de la grippe H1N1…).

11Ces cris d'alarme sont pourtant essentiels pour tenter de ramener tous les acteurs armés à la raison, marteler les principes humanitaires qui doivent être respectés en toutes circonstances et, peut-être, forcer l'accès au terrain. Car en rappelant haut et fort qu'en situation de guerre tout n'est pas permis, le CICR arrive à se distinguer comme acteur indépendant, neutre et impartial. Bon nombre d’ONG humanitaires feraient bien de s'en inspirer, car le silence est assassin et d'une certaine façon complice de toutes les dérives actuelles. Agir et se taire ? L'acte humanitaire ne se réduit pas à une simple réponse technique (la délivrance des secours). C'est une action qui se construit en tension avec les acteurs politiques et militaires, dans l'intérêt premier des populations, en gardant vivace cette capacité d'indignation si importante pour alerter sur les violations des droits de l'Homme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Salignon, « Agir et se taire ? », Humanitaire [En ligne], 22 | Juillet 2009, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/426

Haut de page

Auteur

Pierre Salignon

Pierre Salignon est juriste, ancien directeur général de Médecins Sans Frontières (2003-2007) et membre du Comité de rédaction d’Humanitaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org