Navigation – Plan du site
Dossier

Déploiement de l’EUFOR au Tchad : un espoir pour le Darfour et ses réfugiés ?

Cynthia Glock

Résumé

A l’initiative du gouvernement français et de son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, une force européenne se déploie dans l’est du Tchad et en République centrafricaine. Son objectif : « protéger les populations déplacées et contribuer à résoudre la crise du Darfour ». Cynthia Glock, journaliste de défense pour la DICOD (Délégation à l’information et à la communication de la Défense), nous décrit ici les enjeux que recouvre cette mission selon le ministère français de la Défense.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés géographiques :

Darfour, Soudan, Tchad
Haut de page

Texte intégral

1A l’initiative du gouvernement français et de son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, une force européenne se déploie dans l’est du Tchad et en République centrafricaine. Son objectif : « protéger les populations déplacées et contribuer à résoudre la crise du Darfour ». Cynthia Glock, journaliste de défense pour la DICOD (Délégation à l’information et à la communication de la Défense), nous décrit ici les enjeux que recouvre cette mission selon le ministère français de la Défense. Tandis que les premiers accrochages ont eu lieu à la mi-juin entre les troupes de l’EUFOR et les rebelles hostiles au président Déby, les ONG présentes sur le terrain témoigneront certainement dans les mois à venir de l’impact de cette présence militaire sur leur action auprès des populations.

Retour sur le lancement dune opération inédite

2Le Conseil de l’Union européenne a lancé officiellement l’opération Eufor Tchad/RCA le 28 janvier dernier. Trois mille sept cents militaires de toute l’Europe se sont déployés dans l’est du Tchad et le nord-est de la République de Centrafrique (RCA) pour protéger les populations ayant fui le Darfour, au Soudan. L’Eufor Tchad/RCA est la plus importante opération jamais menée par l’« Europe de la Défense ». « Il s’agit d’accélérer le dénouement de la crise du Darfour, dont l’impact régional déborde des frontières du Soudan, et favoriser le retour à la paix », explique le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, de l’Etat-Major des Armées, à Paris. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères, précise que « ce qui compte aujourd’hui, c’est que des forces appropriées travaillent pour et avec les populations victimes, qu’elles les aident à regagner leurs villages dans des zones sécurisées, afin qu’elles reprennent leur vie quotidienne, brisée par les milices et les menaces venues du Darfour ».

3Parvenir à un environnement sûr et sécurisé en douze mois de mandat : tel est l’objectif de l’Eufor, décliné en trois grandes missions. D’abord – et surtout –, assurer la protection des 450 000 civils victimes du conflit : réfugiés (venus de l’ouest du Soudan) et déplacés (Tchadiens et Centrafricains), qui échouent dans des camps, dans l’est du Tchad et le nord-est de la RCA. Deuxièmement, sécuriser les zones d’acheminement de l’aide humanitaire et faciliter la libre circulation du personnel humanitaire. Enfin, protéger le personnel et les infrastructures des Nations unies.

4L’Eufor intervient en parallèle d’une force multidimensionnelle (sécurité et protection des civils/promotion et défense des droits de l’Homme) de l’Onu au Tchad et en RCA, la Minurcat. Composée de 300 policiers et de 50 officiers de liaison militaire, la Minurcat assurera plusieurs missions. Elle formera le Détachement intégré de sécurité (environ 800 hommes), unité spéciale chargée de maintenir l’ordre dans les camps de réfugiés. Elle appuiera les systèmes judiciaire et pénitentiaire tchadien et centrafricain pour qu’ils puissent, à terme, faire respecter la loi et lutter contre l’impunité (notamment en ce qui concerne les violences sexistes et sexuelles, et l’utilisation d’enfants dans les groupes armés). Enfin, elle aidera à sécuriser les activités humanitaires dans la région, en assurant un soutien logistique au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

5Eufor et Minurcat ont été autorisées par la résolution 1778 du Conseil supérieur des Nations unies, le 25 septembre 2007. « Onu et Union européenne devront agir de concert, car la diversité des actions – humanitaire, policière, militaire – rend essentiel le besoin de coordination, tant à l’échelon stratégique (planification), qu’opératif (sur le terrain) », explique le capitaine de vaisseau Prazuck.

6Le 10 septembre 2007, le Conseil de l’UE adoptait le « concept de gestion de la crise du Darfour ». Ce dernier présente les enjeux, intérêts et objectifs de l’UE dans la résolution de cette crise. L’UE décide ainsi de venir appuyer la présence des Nations unies au Soudan par une action au Tchad et en RCA, pays voisins. L’Onu s’engage en effet déjà au Darfour (Soudan), avec la Minuad, mission hybride Onu/Union africaine (résolution 1769 - 31 juillet 2007). Mais aussi au Tchad et en RCA, avec la Minurcat (résolution 1778 - 25 septembre 2007). L’action de l’UE vient donc soutenir celle de l’Onu.

Une action coordonnée des Etats européens

7Un mois plus tard, le Conseil de l’UE adoptait le principe d’une action coordonnée des Etats membres, dite « Action commune », pour laquelle le général irlandais Patrick Nash est nommé commandant de l’opération, et l’« Operation headquarter » (OHQ) est désigné. Cet état-major opérationnel, choisi parmi les cinq OHQ (France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Grèce) dont dispose l’UE, est implanté au mont Valérien, près de Paris. L’« Action commune » nomme également le commandant de la force sur le terrain, le général français Jean-Philippe Ganascia, qui s’acquittera de ses fonctions depuis un quartier général (FHQ : Force headquarter) à Abéché, dans l’est du Tchad, à plus de 770 km de la capitale, N’Djamena.

8L’Etat-major de l’UE (organe stratégique de planification du Conseil de l’UE) prépare alors la Directive initiale militaire, qui donne au général Nash les objectifs et le cadre de l’opération (durée, zone de déploiement, cadre juridique, activation de l’OHQ). Le général et son OHQ élaborent ensuite le Concept d’opération (Conops : phases de la mission, besoins en logistique et en hommes, organisation de la chaîne de commandement). Après approbation du Conops par le Conseil de l’UE au mois de novembre, débutent les conférences de « génération de forces », durant lesquelles les Etats membres fixent leur contribution selon leurs possibilités. A l’issue, le général Nash propose le plan d’opération (Oplan), qui donne sa mission au général Ganascia. L’Oplan est approuvé le 28 janvier 2008, par le Conseil de l’UE : l’Eufor Tchad/RCA est officiellement lancée.

Déploiement en trois bataillons

9« La zone d’action de l’Eufor est très étendue, explique le général Nash. 350 000 km2, et près de 400 km de large sur 1 000 km de long. C’est pourquoi j’ai fait le choix d’un déploiement en trois bataillons, avec, à leur tête, les trois principales nations contributrices : Pologne, France et Irlande. » Le bataillon polonais sera centré sur Iriba, pour assurer la sécurité des opérations dans cette zone où se trouvent les camps de réfugiés. Au centre du dispositif, le bataillon français se positionnera autour de Forchana, où il s’agit de recréer un climat de confiance, pour que les déplacés retournent sereinement dans leurs villages. Enfin, le bataillon irlandais agira autour de Goz Beida, et un dernier détachement français se situera en RCA, à Birao. Dans ces régions du Sud, la présence de l’Eufor aura une valeur dissuasive et sécurisante, car les rebelles transitent par la frontière entre la RCA et le Tchad pour passer du Soudan au Tchad.

10« L’opération sera complexe, poursuit le général Nash, du fait de la situation sécuritaire volatile et changeante. De plus, la zone est immense, déserte, et le climat austère (chaleur puis saison des pluies). Enfin, Tchad et RCA ne comptent que 500 km de routes goudronnées, d’où le fort besoin en capacités de transport aérien (avions et hélicoptères de transport et de reconnaissance) ».

11Sur zone dès février, les « forces d’entrée en premier », éléments français, autrichiens, irlandais, suédois et belges, sont chargés de préparer le déploiement du gros des troupes, notamment par la mise en place des transmissions. Les Italiens fournissent un hôpital de campagne qui sera basé à Abéché. Les moyens aériens (une quinzaine d’hélicoptères de reconnaissance, d’attaque, de transport et d’évacuation sanitaire, ainsi que des avions de transport) sont fournis par la France, la Grèce, l’Espagne, le Portugal et la Belgique. En termes d’effectifs, la France est le plus gros contributeur, avec 2 100 hommes. Pologne et Irlande contribuent à hauteur d’un bataillon chacune (400 à 500 hommes). La capacité opérationnelle initiale sera atteinte mi-mars, avec environ 2 000 soldats déployés. La capacité opérationnelle totale, de 3 700 hommes, est prévue avant la saison des pluies, fin mai 2008.

12Au total, 18 pays sont engagés dans l’Eufor sur le terrain, et 4 de plus à l’OHQ, avec un coût commun pour l’UE de 119,6 millions d’euros. L’Eufor Tchad/RCA est à ce jour la plus importante opération multinationale en Afrique. Dans cette région profondément instable, son déploiement est accueilli très favorablement par le Tchad et la RCA. « En collaboration étroite avec la Minurcat des Nations unies, et les ONG présentes sur place, nous travaillerons activement à assurer la sécurité de la zone en opérant de façon impartiale, indépendante et flexible », conclut le général Nash.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cynthia Glock, « Déploiement de l’EUFOR au Tchad : un espoir pour le Darfour et ses réfugiés ? », Humanitaire [En ligne], 19 | Été 2008, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 01 août 2014. URL : http://humanitaire.revues.org/451

Haut de page

Auteur

Cynthia Glock

Cynthia Glock est journaliste de défense, pour la DICOD (Délégation à l’information et la communication de la Défense) avec le grade d'enseigne de vaisseau. Pendant un mois, elle a suivi le déploiement des troupes de l’Eufor, à N’Djamena, la capitale tchadienne, ainsi que dans l’est du pays, à Abéché et Forchana. Texte paru dans Armées d'aujourd'hui, n°328, mars 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org