Navigation – Plan du site
Nouveaux champs de l’humanitaire

Les humanitaires sont-ils prêts à relever le défi du changement climatique ?

Christophe Buffet

Résumé

Les French Doctors (MSF, MDM, ACF, HI) affirment volontiers que leur identité s’est forgée en conjuguant action et témoignage s’opposant à la neutralité silencieuse du CICR, et assumant une filiation plus ou moins consciente avec les mouvements missionnaires. Ils revendiquent aussi, parfois avec force, leur spécialisation en métiers exercés sur le terrain et en situation d’urgence, une spécificité française en opposition avec leurs homologues anglo-saxons. Ils ne semblent pourtant prêter qu’une attention distraite à la problématique du changement climatique alors même que leur identité s’avère d’ores et déjà bousculée par ce phénomène qui « représente, à long terme, une menace grave pour le développement de l’humanité ». Tentons ici une première approche de cette mutation en cours dont les humanitaires ne semblent pas avoir pris toute la mesure, même s’ils ne la négligent pas pour autant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bessis Sophie, L'Occident et les autres - Histoire d'une suprématie. La Découverte, 2001 ; Siméant (...)
  • 2 « Actuellement deux tendances se dégagent. L’une conçoit l’humanitaire comme une sorte de contre-go (...)
  • 3 Rapport mondial sur le développement humain, PNUD, 2008.

1Les French Doctors (MSF, MDM, ACF, HI) affirment volontiers que leur identité s’est forgée en conjuguant action et témoignage s’opposant à la neutralité silencieuse du CICR, et assumant une filiation plus ou moins consciente avec les mouvements missionnaires1. Ils revendiquent aussi, parfois avec force, leur spécialisation en métiers exercés sur le terrain et en situation d’urgence, une spécificité française en opposition avec leurs homologues anglo-saxons2. Ils ne semblent pourtant prêter qu’une attention distraite à la problématique du changement climatique alors même que leur identité s’avère d’ores et déjà bousculée par ce phénomène qui « représente, à long terme, une menace grave pour le développement de l’humanité »3. Tentons ici une première approche de cette mutation en cours dont les humanitaires ne semblent pas avoir pris toute la mesure, même s’ils ne la négligent pas pour autant.

Une préoccupation naissante

  • 4 Care a ainsi lancé, dès 2004, un programme de réduction de la vulnérabilité au changement climatiqu (...)

2En septembre dernier, le groupe Urgence Réhabilitation Développement (URD) organisait ses septièmes Universités d’automne de l’humanitaire (UAH) sur le thème : « La prise en compte de l’environnement dans l’action humanitaire : un défi à relever ». Ces trois journées, très riches, ont été l’occasion d’échanger les points de vue et les expériences conduites au sein de nombreuses ONG sur un thème qui commence à prendre de l’ampleur en France – avec un certain retard par rapport à d’autres organisations internationales4. En termes logistiques, tout d’abord, à la suite des efforts de gestion des déchets entrepris depuis plus longtemps, on note la mise en place progressive de panneaux solaires sur certaines bases expatriés, de biodigesteurs, de toilettes sèches, de cuiseurs solaires ou basse consommation, ou encore la fabrication de briques par compression… Les échanges d’expérience et les démonstrations proposées ont même pu susciter une forme d’émulation intéressante entre ONG. Il reste cependant que l’utilisation de ces techniques apparaît pour l’instant éparse, mobilisée par quelques personnes au sein des départements logistiques. En termes de programmes, les états des lieux conduits par certaines ONG ont montré qu’une partie d’entre elles répondaient déjà aux enjeux climatiques et à ses conséquences sur les populations. Enfin, les ateliers conduits autour des partenariats, réseaux, synergies, ou encore retours d’expériences ont permis d’échanger de nombreuses idées pour une meilleure intégration des questions environnementales au sein des ONG :

3– nécessité de création de postes de « point focal » ;

4– mise en place de groupes de travail avec des discussions entre pairs (par exemple, entre logisticiens) ;

5– réseaux de diffusion et partage de solutions…

6Ces échanges pratiques sont par ailleurs à mettre en parallèle avec l’engagement de certaines ONG humanitaires dans la sensibilisation ou les plaidoyers sur le thème du climat, que ce soit au travers du groupe ad hoc de Coordination Sud depuis 2007, de la Journée mondiale de l’eau en 2008 (ACF), la participation à l’initiative « Ultimatum Climatique » de Greenpeace et WWF en 2009 (MDM, ACF, et Secours Catholique aux côtés d’homologues d’origine anglo-saxonne Care et Oxfam).

  • 1

7Pourtant, des freins ont également été évoqués lors des Universités d’automne, tels les coûts supplémentaires (réels ou perçus) et la crainte de voir des bailleurs refuser des projets. Surtout, les enjeux du changement climatique semblent bien bousculer les humanitaires sous l’aspect identitaire. De nombreux participants témoignaient ainsi des réactions de frein au sein de leur ONG dans les termes « ce n’est pas notre identité » ou « ce n’est pas notre métier ». En plus d’une prise de conscience des enjeux climatiques encore en devenir, il semble que cet aspect identitaire reste le frein le plus important, qui retarde une mobilisation beaucoup plus générale : lors de la « flashmob » de l’Ultimatum climatique organisée au Sacré-Cœur, le 21 septembre dernier, l’essentiel des militants appartenait ainsi aux réseaux environnementaux. En regard, précisément, de cette spécialisation en métiers, quatre spécificités du changement climatique telles qu’elles ont été mises en avant dès 1990 par E. Skolnikoff5 permettent de mieux appréhender ce qui est en jeu pour les ONG humanitaires.

Les freins à une vraie mobilisation

  • 6 Blanchet Karl et Martin Boris (dir.), Critique de la raison humanitaire, Éditions Le Cavalier Bleu, (...)

8En premier lieu, le changement climatique illustre tout particulièrement les interdépendances et la complexité de l’organisation humaine, qui aboutit à un « embouteillage politique » (policy gridlock) mêlant de nombreux sujets : agriculture, énergie, industrie, eau, écologie, population, développement du tiers-monde… On peut également ajouter que bien d’autres thèmes se sont greffés depuis la parution de l’article : déforestation, populations autochtones, agro-carburants, désertification, questions de genre… Ce foisonnement peut apparaître comme une sorte d’« aspirateur » vertigineux, qui laisse à la fois un espace aux humanitaires mais les place également au croisement de thématiques transversales. Or, les ONG humanitaires françaises sont largement marquées par une organisation en métiers. Rony Brauman note ainsi en préface de la Critique de la raison humanitaire : « Les principales ONG françaises ont été créées selon des métiers, par "professions sans frontières" en quelque sorte. Par exemple, Médecins Sans Frontières et Médecins du Monde sont spécialisés en médecine, Action contre la Faim en nutrition, Handicap International en kinésithérapie et orthopédie. Les ONG britanniques se sont plutôt organisées autour de thématiques : faim et pauvreté pour Oxfam, droits des enfants pour Save the Children, éducation pour ActionAid, etc. L’étendue ou au contraire la spécialisation influent considérablement sur la façon de se poser les problèmes et d’y répondre »6.

  • 7  Avec, de surcroît, une multiplication d’incertitudes à chaque maillon de la chaîne : aux incertitu (...)

9Ce point est à relier à la seconde spécificité mentionnée par Skolnikoff : la dépendance vis-à-vis des scientifiques pour définir une réponse à l’enjeu. En reprenant les métiers cités par Rony Brauman (médecine, nutrition, kinésithérapie et orthopédie), on peut remarquer que ceux-ci sont fondés sur les sciences focalisées sur la figure du corps. Les autres sciences (naturelles, humaines, sociales…) ne sont donc mobilisées qu’en périphérie, alors que ce sont précisément celles-ci qui sont engagées dans les enjeux climatiques, l’impact sur les corps n’arrivant qu’en bout de la chaîne de causalité7.

  • 8  « Mailles » de 500 km de côté dans les années 1980, à une centaine de kilomètres aujourd’hui, et p (...)
  • 9  Le prochain rapport du GIEC, prévu pour 2011, vise toutefois à intégrer des modèles de prévision à (...)
  • 1
  • 11  Voir, à ce titre, une étude de la perception des risques et, également, le concept de « réservoir (...)

10La troisième spécificité mentionnée par Skolnikoff est la difficulté à appréhender les impacts physiques et socio-économiques qui limite le sens de l’urgence. Si les modèles des climatologues ont largement progressé depuis vingt ans (prise en compte de facteurs d’influence plus nombreux et resserrement des « grilles » analysées8), ils restent pour l’instant marqués par une temporalité longue9. Cet enjeu marque fortement les négociations internationales, avec une difficulté à prendre des mesures immédiates et collectives pour faire face à des risques majeurs à l’horizon du milieu ou de la fin du siècle. Du côté humanitaire, malgré le consensus autour d’un continuum entre l’urgence, la réhabilitation/reconstruction et le développement, la dichotomie entre urgence et développement reste « l’affirmation d’un positionnement identitaire » qui « correspondait pour l’essentiel aux strates historiques et idéologiques de constitution du segment associatif français dit de "solidarité internationale” »10. Ce positionnement identitaire – en contradiction avec la réalité de l’activité, majoritairement de long terme – semble également être un facteur de blocage, la nature profonde de l’ONG étant vécue comme venant en aide aux populations avec une recherche de réactivité et d’efficacité pour sauver des vies immédiatement mises en danger (le life saving), d’où un choc de temporalité avec la lenteur des évolutions du climat. Cet antagonisme peut également se matérialiser par la crainte – réelle ou non – qu’une plus grande prise en compte des conséquences environnementales de l’activité des ONG elles-mêmes ne ralentisse l’action. Le frein que représente cette identité « urgentiste » doit cependant être nuancé : l’appréhension d’une temporalité longue reste en effet complexe en elle-même car elle dépasse nos cadres de représentation habituels11. Cette perception identitaire marquée par la réaction commence toutefois à être contrebalancée par certains programmes qui ajoutent une dimension de prévention : les approches de réduction des risques liés aux catastrophes (Disaster Risk Reduction), au travers de cycles qui allient phases de prévention, réponses à l’urgence et phase de résilience sont ainsi probablement appelées à se développer beaucoup plus largement – la prévention des risques figurant d’ailleurs dans les chartes ou les statuts de certaines ONG.

  • 12  Environ cent ans pour les émissions de CO2.
  • 1
  • 1
  • 15  Tel que, par exemple, le Tsunami Green reconstruction Policy Guidelines, réalisé par les sections (...)
  • 16 Chetaille Anne, Lutte contre le changement climatique : quel rôle pour les organisations de solidar (...)
  • 17  « Les générations à venir mesureront la force de nos valeurs éthiques à l’aune de la réponse appor (...)

11La quatrième caractéristique du changement climatique est la nature réellement globale du phénomène qui appelle à la coopération une grande variété d’acteurs politiques et d’intérêts parfois divergents, ce qui complique les possibilités de trouver des accords et des solutions acceptables pour tous. Quelle place les French doctors souhaitent-ils prendre ? Se concentrer sur leur métier et témoigner à partir des situations de terrain rencontrées au jour le jour risque de les conduire à constater, année après année, un décalage croissant entre les besoins et les capacités de réponses du système de solidarité international. Or, l’inertie du système climatique, la durée des effets des gaz à effet de serre12, et surtout les multiples rétroactions qui accélèrent le changement climatique ont amené le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) à prôner des actions urgentes. Les initiatives de plaidoyers qui débutent actuellement (Groupe ad hoc changement climatique de Coordination Sud ou « Ultimatum climatique ») sont donc à la fois essentielles et novatrices pour tenter de limiter les effets futurs : la rencontre entre humanitaires et ONG environnementales, mouvements qui sont restés parallèles jusqu’ici – hormis quelques points de rencontres, lors des Sommets pour la Terre de Rio et de Johannesburg en 199213. Les différences entre les deux mouvements restent à analyser dans le détail, mais il apparaît d’ores et déjà que certains traits les distinguent fondamentalement : témoignages (« au nom de » la nature/« au nom des » plus vulnérables), rapport à la technique (destructrice/salvatrice), sources de légitimité de l’expertise (sciences de la nature/proximité des populations)… Il existe donc des enjeux de fabrication d’un « cadre commun de signification » pour faciliter leur compréhension mutuelle et faire évoluer leurs points de tension respectifs entre respect de l’environnement et développement/aides aux populations14. Au-delà des plaidoyers, il se dégage également des possibilités de coopération sur le terrain qui peuvent aboutir à la création de normes15. En cela, l’un des enjeux reste celui d’une meilleure connaissance du changement climatique au sein du mouvement humanitaire16 qui lui permettra de mieux appréhender le lien entre les risques actuels et futurs pour les populations vulnérables, la réduction des émissions de gaz à effet de serre (y compris celle des ONG elles-mêmes, avec des dimensions éthiques17), les enjeux d’adaptation, de transferts de technologie, et des financements – ne serait-ce que la question de l’additionnalité des fonds, les fonds consacrés au climat ne devant pas être pris sur les aides publiques au développement.

Un nouveau défi

  • 1

12Les humanitaires sont donc interpellés, au même titre que l’ensemble du monde occidental, sur les « effets boomerang »18 du mode de développement conduit depuis plus de deux siècles, qui leur à la fois a fourni les moyens d’intervention auprès des « bénéficiaires », mais qui fait figure désormais de menace supplémentaire pour les populations vulnérables. Au final, il se dégage donc un tableau (certes non exhaustif) de multiples initiatives qui se faufilent dans les interstices des contraintes « métier/identité », chaque ONG disposant de fractions de réponses aux enjeux. Il manque cependant à cet ensemble d’initiatives un cadre d’action global (même si des réflexions sont en cours, en particulier chez ACF), ainsi que des interrogations fondamentales : quelle « modernité » les humanitaires contribuent-ils à véhiculer ? Nous interprétons donc cette ambiguïté (crispation identitaire d’un côté, débuts de réponses de l’autre) comme la prise de conscience progressive d’une remise en cause nécessaire et la recherche d’une « mue », dont l’objectif, les moyens et la portée restent encore à construire pleinement. Il ne s’agit pas moins que d’ajouter quelques gènes « verts » à l’ADN des French Doctors.

135  Skolnikoff, Eugene B., « The Policy Gridlock on Global Warming », Foreign Policy 79, Summer 1990, pp. 77-93.

1414  Voir à ce titre l’adaptation forcée d’un programme de WWF dans les îles Salomon, face à un village qui menace d’expulser l’association si elle ne finance pas… des tronçonneuses. « Forêts tropicales, ONG et projets de désir dans les îles Salomon » de Edvard Hviding, dans Revue Internationale des Sciences Sociales, n° 178 2003/4, pp. 601-616.

Haut de page

Bibliographie

10 Ryfman Philippe, Les ONG, Repères - La Découverte, 2004, p. 40.

13  Ryfman, Philippe. Les ONG. Repères - La Découverte, 2004, p. 46.

18 Beck Ulrich, La société du risque - Sur la voie d'une autre modernité, Champs, Flammarion, 1986.

Haut de page

Notes

1 Bessis Sophie, L'Occident et les autres - Histoire d'une suprématie. La Découverte, 2001 ; Siméant Johanna, « Socialisation catholique et biens de salut dans quatre ONG humanitaires françaises »,Le Mouvement Social n° 227, La Découverte, 2009/2, pp. 101-122.

2 « Actuellement deux tendances se dégagent. L’une conçoit l’humanitaire comme une sorte de contre-gouvernement, de syndicat des humiliés et offensés, si l’on veut forcer légèrement le trait. L’ONG qui incarne le plus nettement cette tendance est Oxfam. (…) L’autre tendance conçoit son rôle de façon segmentaire, plus spécialisée, et vise à changer les choses dans un domaine spécifique, comme l’accès aux soins ou au crédit, en mettant en œuvre des programmes. (…) Ma préférence va à ce courant. Non par conservatisme, mais parce que je pense que la légitimité des ONG puise ses racines dans la connaissance limitée mais réelle de terrains spécifiques. » Brauman Rony, « Entretien», Revue internationale et stratégique 2008/4, n° 72, pp. 21-28.

3 Rapport mondial sur le développement humain, PNUD, 2008.

4 Care a ainsi lancé, dès 2004, un programme de réduction de la vulnérabilité au changement climatique au Bangladesh et Oxfam conduit des plaidoyers spécifiques sur ce thème depuis 2007 dans le cadre d’une stratégie.

6 Blanchet Karl et Martin Boris (dir.), Critique de la raison humanitaire, Éditions Le Cavalier Bleu, 2006, pp. 9-10.

7  Avec, de surcroît, une multiplication d’incertitudes à chaque maillon de la chaîne : aux incertitudes régionales et de moyen terme des climatologues s’ajoutent celles concernant les réactions politiques et sociales. Au final, combien de corps malades, malnutris, handicapés ?

8  « Mailles » de 500 km de côté dans les années 1980, à une centaine de kilomètres aujourd’hui, et prise en compte progressive du volcanisme, de la circulation océanique, de la chimie atmosphérique, etc.

9  Le prochain rapport du GIEC, prévu pour 2011, vise toutefois à intégrer des modèles de prévision à dix ans.

11  Voir, à ce titre, une étude de la perception des risques et, également, le concept de « réservoir limité de préoccupation » (finite pool of worry), Weber, 2006.

12  Environ cent ans pour les émissions de CO2.

15  Tel que, par exemple, le Tsunami Green reconstruction Policy Guidelines, réalisé par les sections américaines du WWF et de la Croix-Rouge.

16 Chetaille Anne, Lutte contre le changement climatique : quel rôle pour les organisations de solidarité internationale ?, GRET, 2007.

17  « Les générations à venir mesureront la force de nos valeurs éthiques à l’aune de la réponse apportée au changement climatique », Rapport mondial sur le développement humain 2007-2008, PNUD. Cette dimension éthique comporte une dimension temporelle (intergénérationnelle) et une dimension géographique (justice sociale et équité par rapport aux populations les plus vulnérables).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Buffet, « Les humanitaires sont-ils prêts à relever le défi du changement climatique ? », Humanitaire [En ligne], 23 | décembre 2009, mis en ligne le 01 mars 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/598

Haut de page

Auteur

Christophe Buffet

Christophe Buffet est ancien coordinateur de mission pour Médecins du Monde et doctorant au centre Alexandre-Koyré (EHESS/CNRS) sur le thème « Changement climatique, Pays les Moins Avancés et ONG : expertise scientifique, enjeux politiques ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org