Navigation – Plan du site
Reportage

Le Népal en perpétuelle crise ?

Flora Barré

Résumé

L’insurrection maoïste et la répression brutale des forces gouvernementales avaient conduit le pays au bord de la catastrophe humanitaire. L’accord de paix de novembre 2006 et l’intégration des maoïstes dans le processus démocratique laissaient espérer l’avènement d’une ère de stabilité politique à même de soulager un pays que la guerre civile avait considérablement affaibli. Mais il reste de nombreux défis à relever pour cette république naissante qui doit pourtant faire face à une situation économique et sociale critique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés thématiques :

Médecins du Monde (MdM), Témoignage

Mots-clés géographiques :

Népal
Haut de page

Texte intégral

1L’insurrection maoïste et la répression brutale des forces gouvernementales avaient conduit le pays au bord de la catastrophe humanitaire. L’accord de paix de novembre 2006 et l’intégration des maoïstes dans le processus démocratique laissaient espérer l’avènement d’une ère de stabilité politique à même de soulager un pays que la guerre civile avait considérablement affaibli. Mais il reste de nombreux défis à relever pour cette république naissante qui doit pourtant faire face à une situation économique et sociale critique.

215 juin 2009. « Allô ? Les maoïstes ont appelé à une grève générale dans la vallée de Katmandou aujourd’hui. L’ONU préconise de n’utiliser aucun véhicule motorisé jusqu'à ce soir… Notre départ sur le terrain risque d’être reporté », me prévient Karina Cantizano, coordinatrice générale de MDM au Népal. Et de fait, les rues de Katmandou sont désertes, abandonnées de ses camions, scooters, taxis, touk-touk, 4 x 4, bus et micro-bus, qui congestionnent habituellement la capitale dans un concert ininterrompu de klaxons. Et si une voiture s’aventure à passer un des nombreux barrages faits d’un drapeau rouge et d’un feu en travers de la route, elle s’expose à être caillassée assez rapidement par les militants maoïstes. Aussi, les rues sont plutôt investies de joueurs occasionnels de foot ou de cricket. Deux semaines auparavant, les Newars bloquaient Katmandou ; autochtones de la vallée, qui ont leur propre langue, ils revendiquaient plus de reconnaissance et d’autonomie. En plein processus d’écriture de la nouvelle constitution qui est censée voir le jour en mai 2010, les pressions et les revendications communautaires se font de plus en plus nombreuses et on ne compte plus les bandhas, ces grèves improvisées qui paralysent un village ou un district entier pour quelques heures ou quelques jours. Mais les contestations dépassent souvent le cadre politique. Le gouvernement ne dédommage pas assez le conducteur de bus dont le véhicule a été brûlé ? Bandha. Mécontentement étudiant ? Bandha. Nomination de deux prêtres indiens au temple de Pashupatinath, haut lieu de culte hindou près de Katmandou ? Bandha. Un meurtre dans le Terraï, plaine du Sud du Népal ? Bandha encore, pour dénoncer l’impunité de règle dans cette région et l’incapacité des autorités à assurer la sécurité des populations.

3Le Népal vit au rythme de ces grèves intempestives, engendrées par un contexte politique plus que chaotique où l’apprentissage de la culture démocratique se fait dans la confusion. Pourquoi le pays n’arrive-t-il pas à se sortir de cette zone de turbulences ? Et au-delà, quelles conséquences sur le travail des acteurs de solidarité internationale qui tentent de soutenir cette population embourbée dans des indicateurs de développement au plus bas ? Il faut revenir quelques années en arrière pour expliquer l’instabilité qui caractérise aujourd’hui la jeune république népalaise.

L’insurrection maoïste

  • 1 Kergoat Michelle, Histoire politique du Népal, Aux origines de l’insurrection maoïste, Éditions Kar (...)

4Le mécontentement croissant à l’encontre du pouvoir détenu quasi exclusivement par le roi et son cabinet alimente un mouvement de contestation populaire qui aboutit en 1990 à la promulgation d’une constitution. Le ban est levé sur les partis politiques, interdits depuis 1960, les libertés publiques rétablies et des élections législatives prévues pour l’année suivante. Le roi, cependant, garde un certain nombre de prérogatives importantes comme le commandement suprême de l’armée ou la possibilité de décréter l’état d’urgence. Les principaux partis en présence sont le Nepali Congress (centre droit) et l’UML (Union marxiste-léniniste). Les gouvernements de coalition se succèdent, entraînant un jeu de chaises musicales aux différents postes au pouvoir. La corruption, le clientélisme, le népotisme, ainsi que les querelles intestines et les rivalités au sein des partis engendrent démissions, dissolutions de l’assemblée nationale et inefficacité de cette démocratie naissante. C’est dans ce climat peu porteur et confus qu’en 1996, le Communist Party of Nepal-Maoist (CPN-M) lance « la guerre du peuple ». Ce mouvement maoïste ne croit pas à la démarche parlementaire et a commencé son insurrection dans les districts éloignés du Far West. Son programme ? La rédaction d’une nouvelle constitution, la suppression des prérogatives du roi, la redistribution des terres aux paysans, la constitution de gouvernements autonomes pour certaines ethnies, la gratuité de l’éducation et de la santé… Il est soutenu par les populations délaissées par le pouvoir central, les paysans sous la coupe des grands propriétaires, les ethnies sous celle des hautes castes hindoues, et certains intellectuels de la classe moyenne, lassés par l’inefficacité des partis. (phrase ???) Vols, assassinats, exactions envers les grands propriétaires, les banquiers, les politiques ; le gouvernement riposte en lançant de grandes opérations policières qui sèment quelquefois la terreur. C’est l’escalade de la violence. L’armée entre en action en 2001 ; Prachandra, leader du mouvement maoïste annonce alors la création de l’« armée de libération du peuple ». Michelle Kergoat dans son Histoire politique du Népal1donne l’éclairage suivant : « Si [ce parti] se réclame des idées de Mao Tsé-Toung, il se dit aussi inspiré dans son action par le ”Sentier Lumineux” péruvien » […] Globalement, il vise à s’attirer l’adhésion des masses, faire alliance avec des partis ou avec leurs dissidents sur des objectifs proches ou partagés, affaiblir l’État, noyauter les campagnes et encercler les villes ». Et c’est ainsi que le pouvoir central ne contrôle plus en 2004 que la vallée de Katmandou et les routes. Entre-temps en 2001, Gyanendra, frère du roi Mahendra, a accédé au trône après le meurtre de ce dernier et d’une dizaine de membres de la famille par le prince héritier. Il prend les pleins pouvoirs en 2005, emprisonne les leaders de l’opposition, instaure la censure et radicalise la répression, ce qui entraîne un rapprochement des partis et du mouvement maoïste, qui se mettent d’accord pour relancer le processus démocratique. Le 25 novembre 2005, un accord est signé entre l’« Alliance des sept partis » et les maoïstes et prévoit la restauration d’une démocratie multipartite, le désarmement des maoïstes et l’élection d’une assemblée constituante. Mais le roi intensifie encore la répression. En avril 2006, les partis appellent à une grève générale illimitée. Les manifestations se font dans un climat de quasi-insurrection. L’armée tire sur les manifestants, cette démonstration de force isole le roi y compris sur la scène internationale, ce qui l’amène à céder et à rétablir le parlement. En novembre 2006, est signé l’accord de paix entre le gouvernement et les maoïstes.

Une instabilité politique qui n’en finit pas

5L’accord de paix de 2006 met fin à une guerre civile qui aura duré douze ans, faisant plus de treize mille morts, entraînant entre cent mille et cent cinquante mille personnes déplacées, sans compter son coût socio-économique très lourd pour un pays déjà fort pauvre. Les maoïstes acceptent par cet accord d’intégrer un gouvernement provisoire et leurs troupes sont cantonnées dans des camps sous contrôle de l’ONU. Sous très forte pression des maoïstes, le parlement met fin à la monarchie et les élections de l’assemblée constituante, après avoir été maintes fois repoussées, ont lieu en avril 2008. À la surprise générale, les maoïstes remportent une nette victoire, sans pour autant atteindre la majorité absolue. Le chef maoïste Prachanda devient Premier ministre du Népal en août, à la tête d’un gouvernement de coalition. Ses réelles intentions démocratiques sont mises en doute par le Nepali Congress, parti qui tient une ligne de conduite d’opposition systématique. Deux événements récents viennent aggraver l’immobilisme de ce gouvernement de compromis.

6Un des points principaux des accords de paix est la réintégration des combattants maoïstes dans l’armée régulière ; le Premier ministre Prachanda a considéré que le chef d’état-major de l’armée manquait de coopération et l’a accusé de ne pas être suffisamment obéissant envers le pouvoir politique. Il le renvoie unilatéralement, mais le président de la République lui demande au contraire de conserver ses fonctions. Le lendemain, le 4 mai 2009, Prachanda démissionne. Le 24 mai, M. Madhav Kumar Nepal est élu Premier ministre avec l’abstention des maoïstes, mais depuis, le parlement est régulièrement bloqué par ceux-ci. Un second événement est venu secouer à nouveau une vie politique perpétuellement en crise. Le vice-président de la République, issu du principal parti du Terraï a prêté serment en hindi ; la Cour Suprême a exigé qu’il reprête serment en népali cette fois, ce qu’il a refusé, au nom du respect des coutumes et des langues du Terraï. Il a donc été déchu de ses fonctions en septembre, mais reste en poste.

7Dans ce contexte, l’écriture de la constitution, prévue pour mai 2010 avance plus que lentement et peu sont ceux qui croient encore qu’elle sera prête à temps. Pourtant, le pays aurait besoin d’institutions solides pour gérer une situation économique et sociale très fragile.

Des répercussions sur les populations

8Robert Pipper, le coordonnateur humanitaire de l’ONU au Népal faisait, dans une tribune du Kathmandu Post du 19 août 2009, un état des lieux plutôt critique : « Le besoin d’aide humanitaire continue de grandir au Népal où des millions de gens […] souffrent d’une grande vulnérabilité aux catastrophes naturelles, de pauvreté chronique, des infrastructures défaillantes, de la faiblesse des institutions, de discrimination et d’exclusion sociale. Des milliers de gens ont besoin d’un abri, de nourriture et de médicaments, à la suite des inondations et des glissements de terrain qui ont lieu chaque année. Plus de trois millions de personnes n’ont pas assez de nourriture et quelque vingt-huit mille enfants de moins de 5 ans meurent chaque année de maladies qu’il est facile de prévenir ». L’Indice de Développement Humain (IDH) au Népal témoigne néanmoins de fortes disparités spatiales et sociales. Cet indice qui prend en compte l’espérance de vie, le taux d’alphabétisation et les revenus est de 0,435 dans les régions de l’Ouest, tandis qu’il est de 0,602 dans la région Centre qui comprend la vallée de Katmandou. Et la différence est de 62 % entre l’IDH des hautes castes brahmanes et celui des basses castes dalits (« intouchables »). Naître dalit au Népal condamne statistiquement à vivre douze ans de moins que la moyenne ; mais mieux vaut encore être dalit à Katmandou que vivre dans un village de la région du Far West. Ce qui n’enlève rien à l’aspect préoccupant de la situation en général. Et elle ne semble pas s’améliorer. Le Fonds pour la Paix basé à Washington DC a publié en août son Failed State Index qui place le Népal en vingt-cinquième position, dans une catégorie incluant la Somalie, le Soudan, la Corée du Nord. Le Népal est en régression par rapport à 2008 dans ce classement qui prend en compte des indicateurs sur la gouvernance, la légitimité des institutions, la qualité des services publics, le respect des droits de l’Homme… Le Népal n’est pas un État en faillite, mais les difficultés qu’il rencontre à former un gouvernement, les faiblesses des institutions et l’impunité qui règne en sont les symptômes alarmants. Et cette régression se répercute directement sur les populations les plus vulnérables. De juin à août 2009, une épidémie de diarrhée a fait des centaines de morts dans les collines de l’Ouest, alors qu’il suffit d’avoir accès à de l’eau potable et des sels de réhydratation pour éviter ces drames.

Un système de santé défaillant

9En 1950 le Népal ne comptait qu’un ou deux hôpitaux et quelques médecins. Depuis, il a été mis en place tout un réseau d’hôpitaux de districts, Primary Health Center, Health Post et Sub Health Post, supposés quadriller tout le territoire. Les écoles d’infirmières et de médecine se sont multipliées et le personnel qualifié est de plus en plus nombreux. L’état de santé de la population s’en est trouvé globalement amélioré, notamment grâce aux nombreuses campagnes de vaccinations ; l’espérance de vie progresse doucement. Mais ce réseau, dont il est difficile de dire s’il perd en efficacité, ne semble en tout cas plus atteindre les objectifs assignés. Un des problèmes majeurs est l’absentéisme du personnel soignant dans les petits centres de santé. Rechignant à s’installer dans des zones isolées ou préférant travailler pour le secteur privé qui offre de meilleurs salaires, le personnel qualifié est de plus en plus absent des zones rurales. Le programme de MDM au Népal s’est directement heurté à ce problème. Un de ses aspects, qui se concentre sur la réduction du taux de mortalité materno-infantile particulièrement élevé au Népal, est d’envoyer des infirmières sages-femmes formées par MDM et qualifiées, dans certains centres de soin pour aider efficacement et former le personnel local. Karina Cantizano explique : « Former et assister le personnel gouvernemental était l’idée initiale, mais il s’avère que ce n’est pas réaliste. Le contexte ne permet pas de former le personnel, car il n’y a pas de personnel à former. Alors les infirmières de MDM font le travail ». Mais au-delà de l’aide directe de formation, d’envoi de médicaments ou d’équipements, il s’agit d’un problème bien plus global. L’amélioration du système de santé ne concerne pas uniquement le secteur sanitaire, elle est fortement reliée et interdépendante d’améliorations dans d’autres domaines. Pour reprendre l’exemple de l’épidémie de diarrhée dans les collines de l’Ouest, il ne s’agit pas seulement de distribuer des pilules de réhydratation. Pour éviter ces catastrophes endémiques, il faudrait prendre en compte les questions de transport, de communication, d’éducation, d’infrastructures, de renforcement des capacités d’action des femmes, de malnutrition, de conditions de vie… C’est une des idées du programme MDM, croiser plusieurs champs pour augmenter l’impact de l’intervention sur la réduction du taux de mortalité materno-infantile. À cet effet, l’équipe de MDM a mis en place depuis 2007, un programme de renforcement des capacités d’action des femmes, qui allie microfinance et prévention sanitaire. Car pallier les carences des centres de soins en équipement, médicaments et formation de personnel reste inutile si les femmes n’y ont pas recours, c’est pourquoi MDM a initié cette approche originale de développement communautaire. Dans les douze cantons couverts par la mission, les médiatrices ont mis en place deux cent cinquante et un groupes d’une vingtaine de femmes, avec le double objectif de les amener à des activités de microcrédit et de les sensibiliser à la santé reproductive et à des bonnes pratiques de soins. Pourquoi allier microcrédit et santé materno-infantile ? Karina Cantizano répond : « Deux raisons expliquent le fait que les femmes ont très peu recours aux centres médicaux. Souvent, elles n’en ont pas les moyens et par ailleurs, au Népal, quand les femmes se marient, elles passent sous la coupe de leur belle-famille. Donc chaque décision en terme de maternité et de santé infantile dépend de leur belle-mère. Le microcrédit leur donne un peu d’indépendance financière et économique, accroît leurs responsabilités et permet d’augmenter leur marge de manœuvre en termes de santé materno-infantile ». C’est une approche assez novatrice, mais qui porte sur un territoire réduit. Il faudrait une réflexion globale, multisecteurs et à l’échelle du territoire entier, que seul l’État serait à même de coordonner.

10En attendant l’instauration d’un État plus stable, libéré de ses querelles politiciennes, qui pourrait donc se soucier des zones périphériques et des populations marginalisées et se préoccuper de l’intérêt général ? En attendant, l’aide internationale afflue. Elle compte, selon certains, pour 76 % dans le budget de l’État et les ONG locales n’en finissent pas de fleurir un peu partout sur le territoire. Elles sont entre dix mille et trente mille au Népal selon qu’on comptabilise ou non celles qui ne sont pas légalement enregistrées. Ce qui peut créer une certaine confusion. Par exemple, pour la seule ville de Nepalgunj, située dans le Terraï, quarante-deux ONG ont pour objet de lutter contre le sida et soutenir les populations séropositives, ce qui pose un problème évident de coordination. Mais, face à la construction politique inachevée du Népal, pas encore à même de soulager une population aux abois, c’est encore la meilleure solution trouvée.

11Ceci étant, dès lors que l’État est encore faible et désorganisé et que l’intervention humanitaire devient importante en volume par rapport aux interventions publiques, se pose la question des conditions organisationnelles de l’efficacité de l’action humanitaire dans une perspective à moyen terme.

Haut de page

Notes

1 Kergoat Michelle, Histoire politique du Népal, Aux origines de l’insurrection maoïste, Éditions Karthala, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flora Barré, « Le Népal en perpétuelle crise ? », Humanitaire [En ligne], 23 | décembre 2009, mis en ligne le 01 mars 2010, consulté le 20 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/600

Haut de page

Auteur

Flora Barré

Flora Barré est diplômée en géopolitique. Elle a passé cinq mois au Népal en tant que coordinatrice et journaliste pour des ONG. Le présent reportage a été réalisé en juin 2009.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org