Navigation – Plan du site
Nouveaux champs de l’humanitaire

Humanitaires, verts et alters ?

Christophe Buffet

Résumé

Au-delà de l’échec des négociations, le Sommet de Copenhague a montré une forte mobilisation de la « société civile » qui poursuit une forme de reconfiguration, en particulier entre les pôles environnementaliste, humanitaire/développement et altermondialiste. Entre coopération et distinction, enjeux locaux et globaux, des liens se tissent non seulement pour des plaidoyers communs mais également des actions de terrain. Les humanitaires sont amenés à reconsidérer leurs réseaux traditionnels, voire leurs modes d’action.

Haut de page

Texte intégral

1Au-delà de l’échec des négociations, le Sommet de Copenhague a montré une forte mobilisation de la « société civile » qui poursuit une forme de reconfiguration, en particulier entre les pôles environnementaliste, humanitaire/développement et altermondialiste. Entre coopération et distinction, enjeux locaux et globaux, des liens se tissent non seulement pour des plaidoyers communs mais également des actions de terrain. Les humanitaires sont amenés à reconsidérer leurs réseaux traditionnels, voire leurs modes d’action.

2« Humanitaires contre alters ? » titrait la revue Humanitaire en 2006 : dix ans après l’acte de naissance du mouvement altermondialiste au Chiapas, la table ronde de la revue semblait s’accorder sur un apaisement des relations. Pourtant, l’éditorial rappelait qu’au tournant des années 2000, la méfiance première des ONG humanitaires avait fait place à une forme d’engagement forcé : « Pour ces ONG humanitaires qui avaient été trois décennies durant à la pointe de combats de société, il fallait absolument être de ce mouvement alter qui incarnait la “ société civile internationale” sous peine d’imaginer une disqualification de la part de l’opinion, de leurs militants ou pire de leurs donateurs ». Un dossier de la Revue française de science politique montrait que les ONG environnementales (ONGE) suivaient un mouvement similaire : « Si l’organisation écologiste proclame dans ses communiqués de presse : “Greenpeace au FSE, évidemment ! ” il semble que militants et dirigeants conservent une grande vigilance à l’égard du mouvement altermondialiste et un souci constant de conserver un recul critique et une certaine indépendance à l’intérieur de ce dernier »1.

Des « retrouvailles » sur le champ environnemental

312 décembre 2009 : la plus grande manifestation sur le changement climatique à ce jour réunit entre cinquante mille et cent mille personnes à Copenhague, avec à nouveau ces trois composantes de la société civile. Largement investie par les ONGE depuis les premières Conference of Parties (COP), l’arène climatique a connu l’arrivée progressive des humanitaires2 et des altermondialistes. Pour la première fois, ceux-ci ont bénéficié d’une forte visibilité, au travers notamment du Klimaforum. « Un autre monde est possible » s’est donc renouvelé en « justice climatique ». Cette thématique a pu sembler fédératrice mais masque une nuance importante qui distingue les mouvances altermondialistes. Elles réclament en effet le remboursement d’une dette contractée par les pays développés pour utilisation excessive de leur « part d’atmosphère ». L’idée, fondée sur une notion d’atmosphère comme bien commun de l’humanité, s’inspire des publications de Wally Broeker3 dans la revue Science en 2007. Pourtant, le chiffrage (lorsqu’il est avancé) montre un mode de calcul sujet à caution4. La coalition « Climate Justice Now ! », dont deux piliers sont ATTAC et les Amis de la Terre5, souhaite également l’abandon des mécanismes de marchés tels que le « Mécanisme de développement propre » inclus dans le protocole de Kyoto, et la réorientation des budgets militaires pour financer l’adaptation.

4De son côté, la campagne internationale TckTckTck comprenait, entre autres, les principales ONGE (Greenpeace, WWF, IUCN, CI), organisations de solidarité internationale-OSI (Oxfam, CARE, Fédération Internationale de la Croix-Rouge ou encore la plate-forme Global Humanitarian Forum de Kofi Annan), ONG de droits de l’Homme (Amnesty International, Fédération internationale des droits de l’Homme) ou encore think tanks tels quel’International Institute for Environment and Development (IIED)6. Plus modérée et engagée dans un dialogue avec les négociateurs, la campagne s’attachait surtout à réclamer un accord « équitable, ambitieux et obligatoire » (Fair, Ambitious, Binding), en soulignant la responsabilité historique du Nord mais sans aspects de dette ni abandon des mécanismes de marché. Il reste par ailleurs souvent difficile de s’y retrouver tant les mouvements sont divers et les prises de position en évolution, voire en cours d’élaboration. Notons cependant que ces deux coalitions sont loin d’être étanches, et que certaines ONG telles que les Amis de la Terre ou Oxfam opèrent une forme d’articulation entre elles.

5On retrouve donc le « triangle » précédent des forums sociaux mondiaux (ONGE, OSI et mouvements altermondialistes), cette fois-ci sur le terrain environnemental, avec des liens plus prononcés entre ONGE et OSI qu’avec les alters. Les « cadres de compréhension » de ces composantes de la société civile restent différents mais peuvent se recouper. Les chiffres du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) servent ainsi de « coagulateurs », avec néanmoins un effet de « boîte noire » autour de certains chiffres dont la valeur politique est gommée. Par exemple, revenir à 350ppm nécessiterait un pic des émissions de gaz à effet de serre en 2015, donc à la fois des changements drastiques de mode de vie au Nord et une limitation des émissions des Pays émergents. Certaines incertitudes scientifiques sont également mises de côté : la volonté de rendre vivants les chiffres du GIEC au travers de témoignages de terrain peuvent en effet conduire à négliger les incertitudes régionales, voire les zones « blanches » où les modèles ne sont pas convergents. C’est aussi la prise en compte de ces complexités et limites qui permettront aux humanitaires, non seulement de prendre toute leur place dans l’arène climatique, mais également de mieux prendre en compte les besoins des « bénéficiaires » en :

6• Établissant une crédibilité durable dans leur démarche de plaidoyers et sensibilisation. L’apport de leurs témoignages de terrain reste irremplaçable pour faire remonter l’adaptation en haut de l’agenda international. Au vu de l’ampleur et de la durée des enjeux climatiques, les humanitaires français se doivent de développer leur propre vision globale des risques climatiques futurs. Leurs homologues anglo-saxonnes ont largement défriché le terrain ces dernières années – avec parfois des chiffres peu crédibles (cf. le chiffre d’un milliard de déplacés climatiques d’ici à 2050, lancé par Christian Aid en 20077).

7• 0rientant leurs stratégies d’intervention sur le terrain : inclusion de tendances de long terme dans les programmes, mesures de prévention par la diffusion des programmes de Disaster risk reduction, « stratégies sans regrets », etc.

8• Joignant le geste à la parole : bilan carbone et mesures de réduction sont inévitables pour être en accord avec leur plaidoyer, participer à un effort collectif de « décarbonisation » des activités humaines, et élargir leur sens éthique aux dimensions intergénérationnelles et géographiques8. Ce point mériterait un développement à part entière tant il promet pour les années à venir des négociations et arbitrages complexes des modes et moyens d’action – en particulier pour les humanitaires français, viscéralement attachés à l’accès direct aux victimes.

De nouveaux partenariats

9D’autres luttes globales telles que celles menées sur le sida (avec ses agencements complexes entre science, technique et société) ont montré l’efficacité de la mobilisation d’une société civile à la fois multiple et de plus en plus interconnectée9. Dans le champ climatique, il semble tout aussi nécessaire d’approfondir les liens entre l’ensemble des composantes de la société civile, et éventuellement parvenir à une seule coalition globale – tout en conservant les spécificités de chacun par ailleurs.

10Les liens en cours de développement vont au-delà des plaidoyers : les Climate and Development Days organisés à Copenhague par l’International Institute of Environment and Development (IIED) témoignaient d’un véritable foisonnement entre ONG de thématiques différentes, think tanks et instituts de recherche pour articuler enjeux internationaux et actions locales. Par exemple, Action contre la Faim a présenté une étude sur les populations pastorales et agropastorales du Mali, en partenariat avec l’Institute of Development Studies (IDS), Tearfund, AZ Consult et l’Institut d’économie rurale du Mali.

11La section américaine de WWF prend également une place singulière dans ce paysage : son pôle « Humanitarian Partnership » a développé un guideline de reconstruction « verte » à la suite du Tsunami avec la Croix-Rouge ; il participe à la future version du guide SPHERE, et s’est retrouvé invité par USAID lors d’échanges avec les ONG sur la politique d’aide extérieure américaine. L’ONG environnementale soutient également une Conférence Internationale sur la Community-based Adaptation de l’IIED avec des OSI (Oxfam, ActionAid, Care, Practical Action), des agences des Nations unies (PNUD, UNEP, WFP, FAO), instituts de recherche (IIED, IISD, SEI), des bailleurs (Banque Mondiale, GTZ), etc. Après le cyclone Jowke au Mozambique en 2008, CARE a proposé à WWF-US de conduire une évaluation environnementale rapide (Rapid Environmental Assessment) pour s’assurer de la durabilité de ses activités de reconstruction, puis de participer à une formation des équipes en vue d’améliorer ses futures activités post-catastrophes. Cette démarche s’inscrit pleinement dans la stratégie d’un travail entre « ensembliers » prônée par Philippe Lévèque, président de CARE France10.

Une « société civile » en cours de reconfiguration

12Longtemps restées inscrites dans des histoires parallèles, les organisations de solidarité internationales et les ONG environnementales tissent progressivement des liens dans le cadre de plaidoyers communs. Les mouvances altermondialistes, désormais engagées beaucoup plus fortement dans l’arène climatique, apportent un regard plus radical mais leur apport sera précieux face aux politiques des « petits pas ». Du côté plus spécifiquement français et humanitaire, la campagne Ultimatum Climatique (déclinaison de la campagne internationale « TckTckTck ») à l’initiative de WWF et Greenpeace a servi de catalyseur pour amorcer ce dialogue autour des enjeux climatiques ; en parallèle, le groupe Climat et Développement mené conjointement par Coordination Sud et par le réseau Action Climat permet également la construction progressive de « référentiels » communs et suit avec vigilance les décisions institutionnelles. Il reste cependant à concrétiser ces liens sur le terrain en s’appuyant sur les compétences de chacun, à l’image de collaborations engagées entre ONG environnementales et humanitaires anglo-saxons. Il sera également nécessaire de mieux diffuser les problématiques environnementales au sein même des OSI et de les inclure pleinement dans une stratégie à moyen terme, lorsqu’elles en disposent.

131  Fréour N., « Le positionnement distancié de Greenpeace », Revue française de science politique, vol. 54, n° 3, juin 2004.

142  CARE est présente aux COP depuis 2004.

153  Les calculs de Wally Broker ne prenaient pas en compte les émissions passées, mais visaient à une répartition équitable de la « tarte carbone » qui reste « à consommer » pour ne pas dépasser une concentration de 450 parties par millions (ppm) de CO2 dans l’atmosphère. « Climate Change : CO2 Arithmetic », Wallace S. Broecker, et al. Science 315, 1371 (2007).

164  Voir notamment les calculs de l’océanographe Olivier Raguenau, http://www.cadtm.org/​Changement-climatique-et-dette-du, dont la valorisation du CO2 aboutit presque par magie à la dette externe des pays en développement.

175  Avec plus de cent soixante organisations, dont Via Campesina, Focus on Global South

186  Nombre de ces ONG sont également parties prenantes du réseau « Climate Action Network », lui-même inclus dans cette campagne.

197  « The Human Tide : the real migration crisis », Christian Aid, May 2007.

208 Voir Jonas H., « Le principe responsabilité, une éthique pour la civilisation technologique », 1979 (pour la 1ère édition), Les Éditions du Cerf, 1990 (pour la 1ère traduction française).

219  Voir notamment les interventions au Collège de France de Peter Piot, ancien directeur de l’ONUSIDA. Il note ainsi à propos de la coalition sud-africaine Treatment Action Campaign (TAC) : « Qu’est-ce qui réunit les militants sida, l’église anglicane, le parti communiste, la Chamber of Mines (donc le grand patronat des miniers), les syndicats, les Nations unies, Médecins Sans Frontière, les scientifiques en Afrique du Sud ? C’est le sida ».

2210  De même, le projet de multiplication de bureaux régionaux peut participer à la fois à une « décarbonisation » et une « désoccidentalisation » de l’ONG. « Si l’on veut dessiner le futur visage de CARE International, ce ne sera pas un visage d’homme blanc. Souvent, les femmes du Sud font la différence et nous allons essayer de développer la place des femmes dans nos structures de pouvoir. Un jeune homme blanc de 30 ans a peu de chance de faire carrière dans notre organisation ». Intervention lors de l’atelier-débat d’Action contre la Faim : « Quel visage pour les ONG à l’horizon 2015 ? », 3 février 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Buffet, « Humanitaires, verts et alters ? », Humanitaire [En ligne], 24 | mars 2010, mis en ligne le 04 juin 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/711

Haut de page

Auteur

Christophe Buffet

Christophe Buffet est ancien coordinateur de mission pour Médecins du Monde et doctorant au centre Alexandre-Koyré (EHESS/CNRS) sur le thème « Changement climatique, pays les moins avancés et ONG : expertise scientifique, enjeux politiques ».Cet article est issu du rapport de recherche « Les leçons politiques de Copenhague : faut-il repenser le régime climatique ? » publié par le centre Alexandre-Koyré sous la direction d’Amy Dahan.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org