Navigation – Plan du site
Dossier

Retour sur un exercice de prospective

Pierre Gallien

Résumé

Au cours des années 2002 et 2003, je me suis intéressé aux techniques d’analyses prospectives, en particulier celles développées par Michel Godet dans le cadre de sa chaire de prospective stratégique au CNAM1. Cette étude fut l’occasion pour moi de réaliser un exercice de prospective du secteur humanitaire à l’horizon 2020.

Sept ans plus tard, il m’a semblé intéressant de revenir sur le cadre de cette étude et, à la lumière de l’évolution de ces dernières années, d’en relire les conclusions et d’en tirer quelques conclusions pour éclairer les démarches dans lesquelles se sont aujourd’hui engagées de nombreuses organisations.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des années 2002 et 2003, je me suis intéressé aux techniques d’analyses prospectives, en particulier celles développées par Michel Godet dans le cadre de sa chaire de prospective stratégique au CNAM2. Cette étude fut l’occasion pour moi de réaliser un exercice de prospective du secteur humanitaire à l’horizon 2020.

2Sept ans plus tard, il m’a semblé intéressant de revenir sur le cadre de cette étude et, à la lumière de l’évolution de ces dernières années, d’en relire les conclusions et d’en tirer quelques conclusions pour éclairer les démarches dans lesquelles se sont aujourd’hui engagées de nombreuses organisations.

Une certaine reconnaissance de la prospective

3Lorsque j’ai commencé à parler prospective dans le milieu humanitaire, j’ai aussitôt rencontrédes avis pour le moins partagés quant à l’intérêt même de conduire une réflexion sur une échelle de temps long. Le président d’Action Contre la Faim de l’époque, illustrant ses propos par l’image d’une randonnée pédestre, m’avait dit assez justement : « Finalement, quand on marche, l’important est de savoir à quel rythme on va et de bien regarderoù on pose les pieds pour ne pas trébucher ». Plus radicalement, un autre membre du conseil d’administration de l’association m’avait lancé : « ça ne sert pas à grand-chose de réfléchir à ce que sera le monde dans quinze ans si on ne sait pas où on en sera dans six mois ».

4Ce ressenti général m’avait interpellé et j’avais alors lié ces réticences à la nature même de l’action humanitaire. D’évidence, la culture humanitaire est résolument ancrée dans le temps présent. Elle fonctionne avant tout sur une logique d’action fondée sur l’absolue nécessité d’apporter une assistance à des populations dont la survie même est menacée. Les contextes d’intervention sont par ailleurs très souvent déstructurés, largement sujets à des explosions de violence ou à des modifications conjoncturelles imprévisibles.

5Cette réalité indiscutable, associée à une mauvaise compréhension de ce qu’était la prospective, expliquait sans doute les réticences du secteur à penser l’avenir, de même que l’on constatait logiquement la même faiblesse du secteur humanitaire à analyser et capitaliser les événements de son histoire.

6Force est de constater qu’aujourd’hui, si la culture humanitaire n’a pas changé, la réflexion prospective n’y rencontre plus les mêmes réticences. Soit par un effet « anniversaire » (de nombreuses organisations fêtent leurs trente années d’existence), soit du fait des changements rapides des contextes. Dès lors, de nombreuses ONG françaises se sont activement engagées dans une démarche prospective pour déterminer leurs orientations stratégiques.

7Cependant, si l’usage du terme prospective est généralement repris, le concept est encore trop souvent limité à une simple analyse de « prédiction », une vision unique du futur. Il reste important de rappeler que l’idée de prospective se trouve à l’opposéde cette conception d’un futur unique. Elle s’appuie sur la conviction que le futur n’est pas déterminé mais qu’au contraire il existe plusieurs futurs possibles dont la réalisation ou non dépend à la fois des tendances lourdes, de la volonté des hommes et de points de rupture. Par définition, une réflexion prospective va chercher à identifier ces différents futurs possibles et les conditions nécessaires à leur réalisation. Elle va s’attacher à introduire de la méthode là où il n’existe généralement que de l’intuition. Elle va analyser la cohérence, la vraisemblance et l’importance des différents facteurs.

8Il me semble alors d’autant plus intéressant de revenir sur les hypothèses et les conclusions de l’exercice passé pour voir de quelle manière il peut nous éclairer sur les réflexions actuelles.

Six hypothèses-clés pour 2020

9L’étude réalisée3 dans le cadre du CNAM avait pour ambition d’amener plusieurs personnalités à réfléchir sur des combinaisons d’hypothèses à l’horizon 2020, afin de se dégager des biais conjoncturels. Le résultat attendu était d’identifier les scénarios les plus probables qui pourraient déterminer le cadre d’intervention des ONG humanitaires dans le futur.

10Dans un premier temps, une recherche documentaire et une série d’entretiens avec des personnalités de différents horizons (humanitaires, universitaires, spécialistes des relations internationales, représentants du gouvernement et des médias) avaient permis d’identifier six hypothèses-clés de l’avenir. Trois concernaient le contexte international et trois autres décrivaient l’évolution du secteur des ONG humanitaires.

11Hypothèse 1 : augmentation globale du nombre de crises nécessitant des interventions humanitaires d’urgence : l’apparition de nouvelles situations d’urgence complexe est plus importante que le nombre de celles aboutissant à une solution. Globalement le nombre de théâtres d’opérations nécessitant des interventions humanitaires est en croissance et leur accès pour les ONG humanitaires de plus en plus difficile.

12Hypothèse 2 : utilisation effective du droit international : le droit international est utilisé comme un outil essentiel de régulation internationale. Les institutions comme la Cour pénale internationale et du Conseil de sécurité de l’ONU sont reconnues et fonctionnent. Ce développement s’accompagne d’une pénalisation progressive des relations internationales au niveau des États et de leurs responsables.

13Hypothèse 3 : un interventionnisme direct et renforcé des États dans les crises majeures, limité dans les autres cas : les États occidentaux accroissent leur capacité d’intervention militaire dans le but de répondre massivement aux besoins d’urgence dans les crises géopolitiques majeures. En parallèle, les crises « secondaires » au regard de ces considérations géopolitiques sont abandonnées.

14Hypothèse 4 : une concentration du secteur des organisations non gouvernementales humanitaires : un phénomène de regroupement et de concentration s’opère dans le secteur des ONG aboutissant à une diminution du nombre d’opérateurs et à une augmentation moyenne de leur budget.

15Hypothèse 5 : un développement des logiques économiques par les ONG humanitaires : l’équilibre budgétaire, la valorisation des résultats sur le terrain, le développement technique, la justification chiffrée de chaque investissement et l’optimisation des organisations sont imposées par les principaux bailleurs de fonds publics.

16Hypothèse 6 : développement de campagnes d’opinion ou d’actions militantes parallèles aux actions d’assistance sur le terrain : l’opinion publique répond favorablement au travail des ONG qui ont développé des campagnes d’opinion ou d’autres actions militantes en parallèle à leurs actions sur le terrain et délaisse les autres.

Deux scénarios pour l’avenir

17Une fois ces six hypothèses établies, nous les avons soumises à un panel d’experts d’une manière aussi rationnelle et objective que possible. Le processus consistait pour chaque expert à apprécier les probabilités simples et conditionnelles de réalisation ou non de ces six hypothèses à l’horizon 2020.

18À l’issue de ce travail, nous étions parvenus à distinguer deux grands scénarios. En première position du champ des possibilités, se trouvait un scénario optimiste, celui dit des « crises administrées », suivi du scénario plus pessimiste de « la marginalisation du secteur ».

19Nous avions alors retranscrit de la manière suivante les deux scénarios.

Le scénario des « crises administrées »

20« À l’horizon 2020, écrivions-nous, le nombre de crises nécessitant des interventions humanitaires sera plus important qu’il ne l’est actuellement. Pour contrôler et répondre à ces situations, les États n’ont pas eu d’autres choix que de développer des politiques de gestion des crises et de renforcer leurs capacités d’interventions civiles et militaires. Il est probable que les modalités de réponse aux besoins humanitaires seront intégrées dans le mandat de ces forces. « Toutefois, la mobilisation de ces moyens reste limitée aux zones d’intérêts prioritaires et l’action des organisations de la société civile reste indispensable dans la grande majorité des contextes de crise. Les contacts répétés entre éléments gouvernementaux et éléments de la société civile dans les zones stratégiques ont conduit ces différents acteurs à faire évoluer leur doctrine afin de coexister dans des approches complémentaires ; notamment pour que chacun puisse garder le soutien de son opinion publique. »

21« Il est possible qu’une utilisation effective du droit international vienne réguler ces mécanismes d’intervention et limiter l’impact de positions unilatérales.

22« Dans ce contexte, les ONG sont parvenues à garder une certaine indépendance d’action grâce à une restructuration importante du secteur. Elles ont pris conscience des critiques qui leur ont été opposées et les ont intégrées dans leur mode de management et de communication.

23« Les contraintes de gestion qui ont pesé sur le secteur les ont poussées à intégrer les logiques de mesure d’impact et des logiques « économiques » dans leurs choix opérationnels. Cette évolution s’est accompagnée d’un phénomène de regroupement et d’une diminution du nombre d’opérateurs au profit de structures plus importantes. Ces mécanismes ont pu s’opérer soit par choix volontaire soit de manière plus forcée. En parallèle, les ONG se sont efforcées de ne pas perdre le soutien du grand public et leur ancrage dans la société civile en développant des actions militantes en parallèle à leurs programmes sur le terrain. »

Le scénario de la « marginalisation du secteur »

24« En 2020, le nombre de crises humanitaires est stabilisé autour de la situation qui prévalait au début du siècle. Les États n’ont pas eu à développer de nouveaux modes d’intervention, laissant le champ libre aux ONG et aux agences des Nations unies. Il est très probable qu’aucune évolution du droit international n’aboutisse de manière effective. De toute façon, ce développement n’apporterait rien de significatif dans cette configuration.

25« Dans ce contexte, les ONG sont restées un milieu individualiste et très peu corporatiste. Les structures françaises sont toujours de petites organisations au regard du panorama international. Plus inquiétant, elles n’ont pas réussi à garder l’attention du grand public par des actions militantes et perdent peu à peu le soutien de la société civile. D’une manière générale, le public est blasé des images de souffrance et se désintéresse de l’action humanitaire. Les décisions stratégiques des ONG ne répondent pas à des logiques objectives mais se basent sur des critères opportunistes ou des « coups de cœurs » irrationnels qui les conduisent parfois à des situations économiques désastreuses. »

Quand la réalité croise la prospective…

26Bien sûr, la réalité n’est pas aussi tranchée, mais avec le recul, le scénario tendanciel des « crises administrées » représente une assez bonne description de la réalité de ces dernières années bien que certains éléments du scénario « marginalisation du secteur » ne puissent pas être définitivement écartés. En reprenant point par point le scénario des « crises administrées », on peut faire le parallèle avec les événements de ces dernières années.

27La description de l’évolution du contexte prévenait : « Le nombre de crises nécessitant des interventions humanitaires sera plus important qu’il ne l’est actuellement. »La crise du Darfour (2004), le Tsunami (2004), la pénurie alimentaire au Niger (2005), les cyclones Jeanne en Haïti et Nargis au Myanmar, et plus récemment le tremblement de terre en Haïti, sont quelques-unes des principales nouvelles crises auxquelles a été confronté le système humanitaire. On notera cependant que l’hypothèse faisait référence à de « nouvelles situations d’urgence complexes » sans réellement considérer une dimension environnementale de ces crises. La problématique du réchauffement climatique et la récurrence de plus en plus marquée des catastrophes naturelles sont (légitimement) venues compléter le champ d’action de la plupart des organisations humanitaires d’urgence. Si nous devions refaire l’exercice aujourd’hui, il serait certainement nécessaire d’étudier plus distinctement l’évolution de la nature des crises et son impact sur les modes opératoires des ONG.

28« Les États n’ont pas eu d’autre choix que de développer des politiques de gestion des crises et de renforcer leurs capacités d’intervention civile et militaire. Il est probable que les modalités de réponse aux besoins humanitaires soient intégrées dans le mandat de ces forces ». Le déploiement massif, sans précédent, de l’armée américaine en Haïti, l’évolution de la doctrine de l’OTAN et dans une certaine mesure, la récente intégration de la protection civile au sein d’ECHO, illustrent bien cette tendance de fond qui n’a fait que se renforcer au cours des deux dernières décennies. Dans une certaine mesure, le développement des missions intégrées des Nations unies s’inscrit aussi dans cette perspective.

29« Toutefois, la mobilisation de ces moyens reste limitée aux zones d’intérêts prioritaires et l’action des organisations. Cette assertion peut probablement être discutée, mais il me semble qu’elle reste juste et que le rôle des ONG est encore indispensable pour faire émerger certaines problématiques, ou alerter sur des crises oubliées. Le rôle joué par MSF en 2003-2004 pour alerter sur la situation au Darfour a sans doute été un élément de mobilisation important. »

30« Les contacts répétés entre éléments gouvernementaux et éléments de la société civile dans les zones stratégiques ont conduit ces différents acteurs à faire évoluer leur doctrine afin de coexister dans des approches complémentaires, notamment pour que chacun puisse garder le soutien de son opinion publique ». Ce paragraphe peut certainement déranger plusieurs organisations françaises qui se battent pour maintenir une ligne de distinction claire entre les différentes formes d’assistance, mais force est de constater que d’autres organisations (dont certaines des plus influentes), dans d’autres cultures se sont activement engagées dans cette voie. L’exemple de Provincial Reconstruction Team en Afghanistan est le symbole le plus abouti de cette évolution.

31L’évolution des organisations résumée par « les ONG sont parvenues à garder une certaine indépendance d’action grâce à une restructuration importante du secteur »mérite aussi qu’on s’y attarde. La polémique autour de l’utilisation de la collecte de fonds privés après le Tsunami et le rapport de la Cour des comptes sur ce sujet a indéniablement contribué à ce qu’elles prennent « conscience des critiques qui leur ont été opposées et les ont intégrées dans leur mode de management et de communication ».

32« Les contraintes de gestion qui ont pesé sur le secteur les ont poussées à intégrer les logiques de mesure d’impact et des logiques "économiques" dans leurs choix opérationnels ». Avec le recul, il me semble intéressant de mettre en perspective ce passage avec le développement de la réforme humanitaire des Nations unies et les contraintes de plus en plus fortes imposées par les bailleurs de fonds institutionnels. Au final, il y a bien eu une rationalisation des projets humanitaires autour de critères objectifs et des principes de coordination et d’efficience. Sur ce plan, les Nations unies ont eu une démarche proactive vis-à-vis des États membres et ont proposé la « réforme » pour répondre aux critiques de plus en plus fortes. De leur côté, les ONG ont surtout suivi un mouvement qui au final leur a largement été imposé. Subissant la réforme, il n’est pas certain que cette évolution leur permette de « garder une certaine indépendance d’action » alors que les Nations unies ont très certainement gagné en cohérence et en légitimité. Enfin, le scénario anticipait une concentration du secteur porté par « un phénomène de regroupement et une diminution du nombre d’opérateurs au profit de structures plus importantes. ».Globalement les organisations françaises restent de petites structures en comparaison des majors anglo-saxonnes dont le budget peut dépasser le milliard d’euros. Cependant, on aura noté au cours de ces dernières années que des logiques de regroupement et de concentration ont commencé à s’opérer. Atlas logistique et Handicap International se sont ainsi regroupés en 2005, Acted a intégré l’alliance 20154, la fusion de VSF et de CICDA en 2004 sont autant d’exemples de cette tendance.

La prospective en perspective

33À l’époque, le choix de ces six hypothèses de travail avait déjà été particulièrement délicat car elles déterminaient toute la structure des scénarii étudiés. La logique et les supports utilisés ne permettant pas de travailler avec plus de six hypothèses, il avait fallu opérer des choix pour cerner au mieux les thèmes qui paraissaient les plus structurants pour l’avenir de l’aide humanitaire.

34Avec le recul, ce choix reste pertinent au regard des enjeux auxquels les organisations humanitaires ont dû faire face. Cette sélection subjective montre aussi à quel point nous avons eu du mal à nous dégager des problématiques dominantes de la période 2003. Ces hypothèses restent en effet symptomatiques du contexte d’une époque principalement marquée (du point de vue humanitaire) par la problématique irakienne et l’intervention militaire de la coalition. Quelques années plus tard, le monde entier était marqué par la catastrophe du Tsunami et la crise du Darfour. Ces événements auraient-ils influencé différemment nos choix ? Mais ce qui est le plus frappant dans cette sélection, c’est l’absence totale de références aux problématiques environnementales et au réchauffement climatique.

35Ce retour en arrière est là pour nous rappeler que ce qui peut nous paraître évident aujourd’hui n’était peut-être pas aussi consensuel il y a seulement quelques années. Il nous permet aussi de mieux apprécier l’interdépendance de l’humanitaire avec d’autres éléments de contexte ; l’évolution de l’économie mondiale, de la démographie, l’urbanisation croissante ou la compétition autour de ressources naturelles de plus en plus rares sont autant de facteurs qu’il nous faut prendre en compte pour imaginer les futurs possibles de l’action humanitaire.

36Au final, les conclusions écrites sept ans plus tôt gardent toujours une certaine pertinence. Malgré le scepticisme et le pessimisme ambiant, elles nous rappellent qu’il est toujours préférable de rester acteur de son avenir, que les perspectives ne sont pas écrites et dépendent en grande partie de la capacité des différents acteurs à transformer une analyse rationnelle en actions concrètes. Elles devraient nous pousser à nous dégager de nos perspectives d’analyses classiques et aborder le futur de manière innovante, sans préjugés. Dans une certaine mesure la période 2003-2004 est similaire aux années 2009-2010 et les phrases écrites à l’époque peuvent être sans doute être reprises pour conclure cet article : « Chaque organisation devrait être encouragée à dépasser son individualisme pour rechercher des synergies extérieures. Cependant, les difficultés grandissantes du secteur poussent les ONG à se recentrer sur leurs propres problèmes, ses échéances à court terme et à limiter les prises de risques. Le futur du secteur humanitaire se dessinera nécessairement en fonction de l’attitude de ses principaux acteurs, soit en restant passif et en subissant le changement, soit en agissant pour provoquer les changements souhaités. »

371  CNAM : Conservatoire national des arts et métiers, http://www.cnam.fr/​lipsor/​actualites.php

382  CNAM : Conservatoire national des arts et métiers, http://www.cnam.fr/​lipsor/​actualites.php

393  Une synthèse plus complète, notamment du point de vue méthodologique, est disponible auprès de l’auteur : pgallien@free.fr.

404  http://alliance2015.org/​

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gallien, « Retour sur un exercice de prospective », Humanitaire [En ligne], 25 | juin 2010, mis en ligne le 16 septembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/766

Haut de page

Auteur

Pierre Gallien

Engagé dans l’action humanitaire depuis 1993, Pierre Gallien est aujourd’hui Responsable du pole management des connaissances à Handicap International. Il a débuté dans avec Action contre la Faim, sur le terrain puis au siège, où il a occupé les fonctions de responsable des relations institutionnelles et de responsable géographique avant de rejoindre Solidarités international en 2006 comme Directeur des missions. Agronome de formation il a complété son cursus par une formation de prospective stratégique au CNAM (Centre National des Arts et Métiers) et un diplôme universitaire de statistique appliquée à la médecine afin de mieux appréhender la complexité croissante contextes humanitaires.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org