Navigation – Plan du site
Dossier

Vers un iconoclasme humanitaire ?

Bruno David

Résumé

Il est convenu de situer l’avènement des French Doctors, avec ce que cela comporte de vision nouvelle et révolutionnaire de la praxis humanitaire1, au Biafra à la fin des années 1960. On imagine aisément, qu’à l’époque, aucun des initiateurs de ce mouvement ne pouvait ni envisager ni formaliser les presque quarante années qui se dessinaient alors. Mais nous savons désormais que l’histoire qui a commencé à s’écrire dans le « réduit biafrais » est indissociable des médias. Cette histoire haute en couleurs est peut-être même emblématique de nos sociétés dites « modernes et postmodernes » au sein desquelles le faire-valoir prime sur le savoir-faire. D’aucuns ont même parlé de « loi du tapage médiatique ». Et si l’imagerie humanitaire qui en est issue vivait ses dernières heures ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 5

1Il est convenu de situer l’avènement des French Doctors, avec ce que cela comporte de vision nouvelle et révolutionnaire de la praxis humanitaire2, au Biafra à la fin des années 1960. On imagine aisément, qu’à l’époque, aucun des initiateurs de ce mouvement ne pouvait ni envisager ni formaliser les presque quarante années qui se dessinaient alors. Mais nous savons désormais que l’histoire qui a commencé à s’écrire dans le « réduit biafrais » est indissociable des médias. Cette histoire haute en couleurs est peut-être même emblématique de nos sociétés dites « modernes et postmodernes » au sein desquelles le faire-valoir prime sur le savoir-faire. D’aucuns ont même parlé de « loi du tapage médiatique ». Et si l’imagerie humanitaire qui en est issue vivait ses dernières heures ?

2Depuis près de cinq ans, nous avons tenté dans le cadre de l’association Communication Sans Frontières de cerner certaines des représentations iconographiques qui, durant les quatre dernières décennies, ont formaté ‑ pour ne pas dire « conditionné » ‑ la pensée humanitaire du grand public en Occident mais aussi, avec elle, toutes les politiques de coopération jusqu’au « droit » puis au « devoir » d’ingérence.

  • 5

3Considérant la communication comme phénomène de représentation du monde, influant sur la perception que nous avons de ce dernier, plusieurs questions se posaient à nous : les humanitaires ont-ils nourri la représentation des désordres humains de leurs propres considérations, essentiellement fondées sur l’histoire récente, en particulier la Seconde Guerre mondiale, les camps de concentration, la Shoah3, la décolonisation, le communisme stalinien et le maoïsme ? Ont-ils influé sur une certaine représentation des situations qui les hantaient au profit des actions qu’ils menaient ou bien, en définitive, ont-ils tenté, envers et contre tous, de plaider honnêtement une cause par des représentations issues du témoignage et de l’information, du plaidoyer ? Étaient-ils eux-mêmes conditionnés par leur passé idéologique et religieux ? Ont-ils, finalement, réinterprété les icônes d’une société judéo-chrétienne à travers le prisme de leurs propres valeurs ? Mais alors, à force de caricatures et de traits forcés de situations désespérées, les humanitaires ne risquent-ils pas de provoquer un rejet de cette représentation du monde qu’ils proposent ? Au bout du compte, la question qui nous interpellait en tant que professionnels des sciences et techniques de l’information et de la communication, du marketing et des médias, était de savoir si les humanitaires et les Organisations de solidarité internationales (OSI) avaient, dès le début des années 1980, reproduit les techniques marchandes pour augmenter les mentalités caritatives nécessaires à l’édification de la « machine humanitaire » ? Autrement dit, même sans le savoir, avaient-ils instrumentalisé les consciences pour servir leurs intérêts ?

4Communication Sans Frontières a développé empiriquement ses recherches qui entrent aujourd’hui dans une phase théorique. Toutefois, la jeunesse de cette démarche, l’évolution permanente des sciences et techniques de la communication, les freins idéologiques, culturels et sociétaux ne permettent pas encore d’établir une théorisation claire de la pratique communicationnelle des ONG. Il nous fallait connaître et comprendre l’éthique et la légitimité de certaines campagnes de communication des ONG, les dilemmes, les enjeux, les risques et les évolutions. Ce sont certains de ces aspects qui sont abordés ici.

5Inter. : L’humanitaire et notre « occidentalité ».

6Les représentations de l’action humanitaire ont incontestablement construit nos iconographies mentales sur de nombreux sujets : la guerre, la violence, la faim, la dictature, les réfugiés, victimes en tout genre que le monde occidental découvrait à travers sa petite lucarne télévisuelle, les campagnes de presse, de radio ou d’affichage sur les murs des villes. Ces représentations ont gagné en surface de diffusion par l’internet, la téléphonie portable et la télévision satellitaire. Du Biafra de 1968 à Haïti en 2010, en passant par l’épopée du bateau Île-de-Lumière, la Colombie, la Somalie, l’Éthiopie, la République démocratique du Congo, le Rwanda, l’Afghanistan et l’Indonésie du tsunami de 2004, les images des humanitaires en action, de leur héroïsation et de leur mythe ne manquent pas.

7Si cela s’avère encore une gageure de traiter la totalité des mises en scènes médiatiques de l’humanitaire, nous pouvions néanmoins tenter de décrypter dans cette multitude quelques-unes des images les plus « signifiantes ». Ces « clichés » sont, à notre sens, historiquement exemplaires et révélateurs de la manière dont journalisme et humanitaire se sont liés pour donner naissance à une imagerie compassionnelle de plus en plus proche de la publicité, de l’autopromotion ou de la propagande, mais de plus en plus éloignée de l’information. Nous avons d’ailleurs systématiquement mis en parallèle les campagnes de communication des ONG humanitaires avec les « unes » des médias traitant des mêmes sujets afin d’analyser les différences d’interprétations.

  • 5

8Travaillant sur un objet de recherche né et médiatisé en Occident, il nous est alors apparu indispensable de réfléchir à l’impact des valeurs occidentales et judéo-chrétiennes qui seraient à l’origine de l’humanitaire contemporain, et dont certains estiment qu'elles lui seraient fatales et demandent à « sortir l’humanitaire de son contexte occidental 4 ». Car, si la scène humanitaire originelle, mais également celle qui la poursuit, se joue hors du monde occidental et judéo-chrétien, sa représentation, quant à elle, se déroule en son sein. En d’autres termes, la pratique humanitaire se déroule « en dehors » (de l’Occident), tandis que sa représentation s’expose « en dedans ». Il s’agit donc bien du contexte symbolique dont il est question ici, et de son cortège de représentations de la praxis, enracinées dans des croyances et autres religions populaires à l’origine même des valeurs qui la sous-tendent. L’iconographie humanitaire n’est pas la pratique en elle-même : elle est son contrepoint. Une forme de miroir qui réfléchit l’image que l’on souhaite y voir. En l’occurrence soi-même en action. Nous retrouvons ici tout le sens que nous souhaitions analyser. Ainsi donc, si l’humanitaire contemporain est né de fait dans un contexte non occidental, africain précisément, il n’y a donc pas à l’en faire sortir. Certaines ONG l’ont pourtant fait rentrer au bercail, conscientes qu’il fallait s’occuper des indigents souffrant sur leurs propres sols nationaux.

De l’humanitaire et de l’iconographie religieuse.

  • 5  « L'Occident a le génie des images parce qu'il y a vingt siècles est apparue en Palestine une sect (...)
  • 5
  • 5

9Dès lors, la question fut de savoir si l’image humanitaire reflétait nos propres croyances, nos propres représentations symboliques et en particulier religieuses. Ces formes d’illustration sacrée portant en elles une part de divin – que l’on ne nomme pas, que l’on ne cite pas – et intouchables parce qu’intermédiations entre l’homme et le sacré5. Étaient-elles une incarnation de notre morale et de nos valeurs occidentales essentiellement judéo-chrétiennes ? Sont-elles des icônes transcendant les cultures, les frontières, les langues, les (autres) religions et que l’on souhaite imposer au monde ? Disposent-elles d’une vocation universelle ? À l’inverse, saurions-nous accepter l’absence de représentation comme le recommandent l’islam et le protestantisme réformé6 et qui fait dire à Jérôme Cottin7 à propos de l’exploitation des thèmes religieux en publicité que : « l’on n’est jamais libéré de ses propres images. L’idole, c’est-à-dire la violence de notre regard captateur, n’est en général pas dans l’image, mais dans une relation non réfléchie, immédiate et manipulatrice que l’on entretient avec elle ». Le détournement des thèmes ou images religieuses dans la publicité n’est pas une nouveauté. Dans la plupart des cas, l’utilisation de l’iconographie religieuse dans la publicité dérange, en particulier lorsqu’un objet de consommation lui est adjoint. Le patrimoine religieux, chrétien et monastique a longtemps servi de réservoir d’inspiration pour l’alimentaire et les produits dits « de tradition ». À tel point que l’église catholique créa, en 1996, sa propre association de défense de son patrimoine iconographique : Croyances et Libertés. Où se situer en fin de compte ? Probablement autant dans le fond que dans la forme mais dans un champ d’expressions qui échapperait à notre lucidité. Un registre qui, d’une part, relèverait de l’inconscient collectif et d’autre part découlerait de la conscience individuelle et de la fabrique de l’image à des fins manipulatrices.

10Construisons-nous volontairement, professionnels que nous sommes, une iconographie du « bien et du mal » dans laquelle l’humanitaire (et la solidarité) remplacerait l’expression religieuse et donnerait au monde occidental le reflet de sa morale ? La communication, le marketing comme la finance, l’économie, le politique sont en recherche d’éthique et de morale. Chacun de ces secteurs entre, à marche forcée, dans une phase de responsabilisation (moralisation), rendant encore plus cruels les écarts récemment constatés entre l’individu et la société dans laquelle il vit. La religion a construit pendant des années le décor de nos consciences occidentales et cela ne nous est pas exclusif. Pour autant, on peut se demander si l’humanitaire n’est pas en train de moderniser le décor de notre morale et de nos consciences.

11La religion de la consommation a besoin de morale et l’humanitaire sait en fabriquer quasi industriellement. Les partenariats, les transferts d’images et de compétences entre ONG et entreprises sont bien là pour nous le rappeler. L’image humanitaire n’est qu’une mise en récit d’un évangile qui n’en finit pas de s’écrire et où certains font figure de traditionalistes, de réformateurs, d’hérétiques. Ce fut le cas de l’Arche de Zoé dont il faut bien admettre que les « Pieds Nickelés » qui en furent les instigateurs, sans qu’il soit ici question de porter un jugement sur leur acte même, furent brûlés sur la place publique comme tels. La problématique ici fut que le sacrilège de la représentation et la rupture avec les saintes écritures était plus sacrilège que le sort des enfants en question. Dans une chapelle comme dans l’autre. Les uns (l’Arche de Zoé) se référant à l’orthodoxie de l’action humanitaire et du devoir d’ingérence, les autres (les bons humanitaires) se référant au catéchisme du bon samaritain. Le sort des enfants est passé en second lieu devant la représentation de l’humanitaire en tant que divinité. Les images des journaux n’en furent que plus cruelles, faisant s’effondrer tout seul le mythe du bon French Doctor, les menottes aux poignets alors que les prêcheurs de l’inquisition s’étaient tous évaporés : il y a des images et des mythes auxquels on ne peut toucher sous peine de voir une société tout entière s’effondrer.

De la fabrique iconographique

  • 5
  • 5

12Si Lionel Naccache8 estime que, de nos jours, l’information supplante la connaissance, alors, pourrions-nous dire que la communication supplante la conscience ? En effet, le trop-plein d’informations nous donne l’impression de savoir, alors même que nous ne faisons que surfer sur les vagues de nos émotions. C’est ce que Xavier Couture appelle la dictature de l’émotion9. Les ONG entrent de plain-pied dans l’industrie du marketing et de la communication dont le contrat tacite entre une marque et son consommateur s’organise par l’entremise d’un rapport de séduction et non d’information. Les entreprises, bien plus au fait de cette relation qui les lie aux consommateurs sont, paradoxalement, en situation de changer cette donne en tentant de s’inscrire dans une nouvelle relation basée sur l’information, certes partisane, mais de l’information tout de même. Le nouveau paradigme des ONG est ici.

13Fondées sur un devoir d’information, les ONG glissent vers la séduction marketing pendant que les entreprises, historiquement ancrées dans la séduction mercantile, sous la poussée d’une opinion publique et politique, épousent les lois de l’information et de l’engagement quasi militant. Il n’y aurait donc plus aucune différence entre communication et information car désormais ceux qui devaient préserver cette dernière n’ont pas su le faire, tandis que ceux qui l’ont manipulée ont empêché qu’elle évolue vers ce qu’elle a de plus noble, c’est-à-dire le savoir et la connaissance. Les images sont vides de sens lorsqu’on n’est plus capable de les décrypter, les déchiffrer et que l’on est persuadé que ce que l’on voit est ce qui est. C’est le principe de la représentation divine. Les images pieuses ne sont plus des allégories, des symboles, des métaphores mais l’incarnation même d’une réalité transfigurée. Nous vivons dans un monde d’images et ce sont ces dernières, dont nous sommes submergés, qui génèrent la représentation fictive du réel. Chez les humanitaires, on ne montre non plus « l’autre » en souffrance, mais « l’action » des humanitaires, reléguant les victimes et les bénéficiaires au rang de prétexte à communiquer. L’humanitaire se met en scène et fabrique son image. Il en va ainsi de la publicité qui fabrique un monde imaginaire dont l’objet est de créer l’illusion du bonheur. C’est la raison essentielle de la construction de l’imagerie humanitaire moderne, où la communication surpasse l’information car c’est nous-mêmes que nous regardons agir. Nous n’avons pas besoin, semble-t-il, d’informations mais de justifications. Nous cherchons par ce nouveau jeu de miroir, à nous renvoyer notre propre image de héros des temps modernes. Nous essayons de retrouver le moyen de faire acte de contrition où il semblerait que celui qui souffre intéresse moins que celui qui soigne et se regarde soigner. Inexorablement, il semblerait que l’on passe d’une recherche de la médiatisation de l’information à l’instrumentalisation de la communication.

De l’action humanitaire comme produit de communication

14La communication humanitaire n’a d’espaces et techniques d’expression que ceux offerts par la marchandisation de l’information et des normes et techniques publicitaires. Coincé dans les talk show people, dans des écrans de publicité entre la mayonnaise, le ketchup et les serviettes périodiques, la communication humanitaire n’a pas d’espaces de parole spécifiques comme en ont les politiques. L’accès aux médias des associations n’est pas défini, pas plus que les critères permettant d’y accéder. Certains paieront, d’autres non. Certains usent de leurs réseaux d’influence et de leur notoriété pour faire un journal de vingt heures tandis que d’autres continueront de rêver de ces quelques secondes cathodiques dont ils ne disposeront jamais. Chacun se débrouille au risque de débordements et dérives, si bien qu’on se demande s’il ne faudrait pas a minima que les ONG fassent preuve d’autodiscipline pour éviter les dérapages incontrôlés. Certains y voient une censure, surtout ceux dont la parole prédomine. Tel fut le cas lors de la catastrophe en Haïti pendant laquelle la Fondation de France à tout simplement trusté les médias en France sans pour autant être un acteur de terrain et pour laquelle France Télévisions et Radio France avaient sorti le tapis rouge.

15Dans ce tohu-bohu de charité bien pensante, on est enclin à se demander si l’action humanitaire n’est pas en train de devenir une opération de marketing en soi. L’action ne serait plus là où on pense devoir être mais là ou elle générera un bon retour sur investissement. Une bonne médiatisation au Nord est la cible de toutes les convoitises.

Les victimes décors

  • 5

16C’est ce qui ressort de nos cinq ans d’analyse de la communication humanitaire : nul doute, elle s’adresse bien aux populations du Nord et non à celles du Sud. La solvabilité, le pouvoir d’influence, la notoriété, la visibilité en sont les maîtres mots. Elle est, comme toute communication, en recherche d’audience pour remplir « les temps de cerveaux disponibles »10. Les victimes ne sont plus des sujets mais les décors, les faire-valoir de « divinités » humanitaires. Les mises en situation, les reconstitutions, les mises en scène deviennent courantes, rendant impossibles la part du vrai et la part du faux et ne permettant plus de savoir ce qui relève de l’information ou de la propagande, de la réalité ou du symbolique.

17Dans tous les cas ‑ il n’y a pas d’exception dans l’éventail des campagnes humanitaires ‑ les ONG communiquent de façon unilatérale. Leurs campagnes sont construites sur les ressorts culturels du Nord, sur les représentations et les perceptions de nos cultures collectives, en particulier celles de la bonne et de la mauvaise conscience, du bien et du mal, de l’acceptable et de l’intolérable dont nous élaborons nous-mêmes les critères de tolérance. Elles se font sur l’idée que nous nous faisons du Sud et non pas sur ce qu’est le Sud. Elles se nourrissent de ce que nous-mêmes souhaitons ingurgiter. Ces messages sont faits par nous et pour nous. Aucune campagne de communication de même envergure, de même teneur, tendant à modifier les points de vue ou les comportements n’est organisée (par les mêmes ONG) en faveur des populations du Sud. Ceci est, à notre sens, catastrophique tant l’on sait le poids déterminant de la communication sur les questions de responsabilités politiques, sociales, sanitaires, alimentaires etc. pour les populations.

18Mais ce n’est qu’un des effets pervers de cette situation qui nous voit enfermer le Sud dans une représentation de lui-même dont il ne pourra sortir qu’avec notre aval. Le jour où nous aurons décidé de ne plus le montrer misérable et sans futur, destiné au pire afin de récolter les deniers de la quête. D’autres questions ne sont toujours pas à l’ordre du jour des humanitaires : notamment celle de l’image des victimes qui ne sont généralement pas au fait, dans la plupart des situations, qu’elles seront l’objet de placards sur les murs de notre bonne conscience et que leurs drames seront autant d’épices dans les plats de nos mornes quotidiens. Désormais la communication et l’information humanitaires semblent n’être soumises à aucune règle, si ce n’est celle de la marchandisation, alors que la communication marchande (pourtant si souvent taxée d’instrumentaliser, de manipuler, de polluer l’environnement culturel, politique, économique et psychologique de tout un chacun) est, elle, encadrée par des règles claires.

19Alors, est-il possible d’imaginer comme nous le supposions au préalable que les grandes ONG ont, dès le début des années 1980, reproduit les techniques marchandes, pour augmenter les mentalités caritatives ?

  • 11  En référence, la Valeur ajoutée citoyenne et solidaire des communications propres à ce secteur mis (...)
  • 12   Cf. questionnement sur l’humanitaire de plus en plus récurrent dans de nombreux ouvrages et artic (...)
  • 13  « Rien à vendre, tout à défendre » est la signature de Communication Sans Frontières.

20Nos travaux, résumés dans les lignes qui précèdent, rendent ce scénario recevable. Alors qu’en sera-t-il, dans l’avenir, de l’humanitaire et de sa cohorte iconographique ? Ne nous dirigeons-nous pas vers un iconoclasme contre l’idolâtrie humanitaire et solidaire ? Privé de ses représentations, l’humanitaire et ses apôtres n’auront alors plus de réalité. Des signes de contestations vis-à-vis de l’humanitaire par l’intermédiaire de ses représentations, de la captation de ces valeurs mais aussi de la préemption par quelques-unes de ces spécificités11 commencent à se faire sentir tant dans le grand public que chez les experts12. Est-il possible d’envisager un rejet massif et quasi définitif des publics internes et externes au secteur humanitaire ? Cette situation, pour ne pas dire cette confusion des genres qui s’inscrit dans une relation somme toute assez similaire de la relation de rejet qu’entretiennent les citoyens avec leurs médias et leurs politiques pourrait-elle être le futur de l’humanitaire ? Et, l’opinion publique idolâtrée par les ONG et les ONG idolâtrées par cette opinion publique n’en finiront-elles pas par brûler ce qu’elles ont ensemble adoré ? S’il est difficile d’imaginer des alternatives à cette situation qui ne pourra se faire, à notre sens, que par l’autoreflexivité du secteur dans son ensemble, il semble impératif d’éviter que les humanitaires ne se retrouvent dans une situation où ils aient tout à vendre et plus rien à défendre13.

211  Avec toutes les limites de la réinterprétation, voire de la mythification de ces événements, comme l’a souligné Rony Brauman, notamment dans Penser dans l’urgence – Parcours critique d’un humanitaire, Seuil, 2006 (N.d.l.r.).

222  Avec toutes les limites de la réinterprétation, voire de la mythification de ces événements, comme l’a souligné Rony Brauman, notamment dans Penser dans l’urgence – Parcours critique d’un humanitaire, Seuil, 2006 (N.d.l.r.).

233  Dans le cadre du magazine Résistance consacré au 126e anniversaire du Comité international de la Croix-Rouge, Bernard Kouchner, alors secrétaire d'Etat à l'Action humanitaire déclarait : « J'étais hanté par Auschwitz. Pourquoi la Croix-Rouge n'avait pas parlé. (...) La Croix-Rouge Internationale a rendu un grand service en ne disant rien, car cela laisse bonne conscience ». Résistances, 30/03/1989, source : www.ina.fr

248  Lionel Naccache, Perdons-nous connaissance ? De la mythologie à la neurologie. Odile Jacob Essai, 2010.

259  Xavier Couture, La dictature de l'émotion - Où va la télévision ? - Essai critique sur la télévision, Louis Audibert, 2005.

Haut de page

Notes

5  « L'Occident a le génie des images parce qu'il y a vingt siècles est apparue en Palestine une secte hérétique juive qui avait le génie des intermédiaires... Le christianisme [grâce au dogme de l'Incarnation] a tracé la seule aire monothéiste où le projet de mettre les images au service de la vie intérieure n'était pas dans son principe idiot ou sacrilège » Régis Debray inVie et Mort de l’image -Gallimard- 1995.

11  En référence, la Valeur ajoutée citoyenne et solidaire des communications propres à ce secteur mise au point par Communication Sans Frontières.

12   Cf. questionnement sur l’humanitaire de plus en plus récurrent dans de nombreux ouvrages et articles parus a posteriori des crises. Citons par exemple Michel Galy, « Humanitaires, une force blanche ? », Le Monde, 10 novembre 2007.

13  « Rien à vendre, tout à défendre » est la signature de Communication Sans Frontières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno David, « Vers un iconoclasme humanitaire ? », Humanitaire [En ligne], 25 | juin 2010, mis en ligne le 16 septembre 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://humanitaire.revues.org/770

Haut de page

Auteur

Bruno David

Bruno David est président fondateur de l’association Communications Sans Frontières et du Grand prix de la communication solidaire. Il enseigne à Paris-Dauphine, Paris XII, l’IEP de Grenoble et à l’IUP d’Évry. Il a collaboré avec de nombreuses agences et annonceurs internationaux pendant plus de vingt ans.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Médecins du Monde
  • Revues.org